Lettre à mes parents adorés

Lundi 24 octobre 2022,

                                                                               À Dieppe, Domaine des Roches

Bonjour les parents,

Je suis bien arrivé·e à l’atelier terrain à Dieppe. Il faisait très beau en arrivant, mais là il pleut. Les profs nous avaient prévenu·es : j’ai oublié mon K-Way, et mon téléphone a failli prendre l’eau en entretien. En plus, sur le port de pêche, il faisait froid. Avec les copains, on a mal choisi notre enquête : on retourne demain à la Criée à 5h30 du matin ! Et dire que d’autres vont manger au Kebab toute la semaine…

La cantine est bonne, mais il n’y a pas de café. Ce n’est pas grave, il y a des tisanes ramenées par les profs! Au moins, on ne tombera pas malade, ce qui est plutôt bien étant donné les problèmes d’accès au soin dont nous ont parlés le groupe qui enquête là-dessus.

Avec un peu de chance, on fera un tour de Grande Roue demain. J’espère que la musique ne sera pas trop forte, sinon, mon enregistrement sera raté et je vais avoir mal au poignet à force de prendre des notes. Au musée, ils n’auront pas ce problème – enfin, s’ils arrivent à y entrer, car ça n’a pas l’air si simple que ça.
Vous voyez, chers parents, c’est dur, en fait, d’entrer sur le terrain. J’aurais dû mieux m’y préparer. Mais comment aurais-je pu savoir qu’il fallait parler wolof pour enquêter auprès des pêcheurs ? Pourquoi les Dieppois sont si sûrs de ne rien avoir à me dire, et que leur vie n’est pas intéressante ? Si on m’avait prévenu·e que c’était plus dur de rentrer dans un commissariat plutôt que d’en sortir…

D’ailleurs, vous savez quoi ? J’ai appris qu’il fallait un dictaphone pour faire des entretiens, je ne savais même pas que ça existait encore…. et puis un carnet aussi. J’avais fait un effort en emmenant un classeur à spirales, mais pas de chance ça ne rentrait pas dans la poche.
La bonne nouvelle, c’est que les profs aussi font des erreurs. Marion s’est payé la honte au café en interrompant notre entretien par un gigantesque et très enjoué « Hello!!! ». L’air de la mer, ça vous monte vite à la tête.

J’ai pris conscience, aussi, pour la première fois, qu’on ne me regardait pas comme à la maison, ici. J’ai l’impression que mon genre, ma classe sociale, mon âge, ma couleur de peau et ma nationalité, ma langue, mes vêtements, vont avoir un effet très concret et direct sur les relations d’enquête. Pas facile d’en jouer ! Je ne peux pas me changer, mais quelque chose d’autre fait notre force : nous sommes plusieurs, et pouvons utiliser à bon escient nos caractéristiques respectives. Il faut cela dit faire attention : la dame à l’accueil de la mairie a pris peur quand nous avons débarqué à 5 ! Jamais je n’aurais imaginé qu’on puisse être aussi impressionnant·es.

Ce que j’aime, dans le terrain, c’est qu’on a des surprises. Les profs appellent ça la démarche inductive : on n’est pas là pour prouver nos prénotions, mais pour se laisser surprendre par le terrain. Et oui, chers parents, le terrain parle de lui-même. Vous ne voyez pas là où je veux en venir ? Et bien, quand on a demandé aux pêcheurs de nous parler de la mixité dans la pêche, ceux-ci ont tout de suite imaginé qu’on parlait de nationalités, alors même qu’il s’agissait de mixité de genre ! Je repense à ce qu’on nous apprenait à l’école : un mot a bien plusieurs sens. Et puis surtout, quelle idée des femmes pêcheurs ?

J’espère que demain, on fera plein d’entretiens. Ça a l’air bien parti ! Au pire, j’ai trouvé un filon chez Midas.

Bon, c’est pas tout, mais je fatigue. Ici, c’est pas le Club Med, on est là pour bosser. Et cette nuit, plutôt que de compter les moutons, je compterai les ami-es, car s’il m’a fallu 3 mois pour retenir 2 prénoms, il ne m’a fallu qu’une journée pour en retenir 30. 

Je pense bien à vous, qui êtes restés à Rouen. Est-ce que je vous manque ?

Gros bisous et à bientôt,

Votre enfant adoré·e.

PS : Vous êtes chanceux. Maintenant que j’ai réussi à me connecter au Wifi, vous aurez de mes nouvelles tous les jours.



Citer ce billet
marioncharpenel (2022, 24 octobre). Lettre à mes parents adorés. Dynamiques sociales contemporaines. Consulté le 21 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nyzq

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search