Sociologue tout et rien, sociologue tout terrain

« La sociologie ? Ah oui, la psychologie ! » Quelle manie de nous prendre pour ce que nous ne sommes pas ! Aux yeux des uns nous sommes experts en marketing, aux yeux des autres nous sommes journalistes, détectives, clients de la poissonnerie, secrétaires, porte-paroles…ou rien. La sociologie est décidemment un métier incompris.

Comment faire pour se présenter au mieux aux enquêté·es ? Lorsque que pour convaincre, on survend notre projet, voilà qu’on nous passe commande : le directeur du musée a vu en nous l’opportunité d’établir une évaluation de sa politique de médiation scientifique et culturelle. A l’inverse, lorsqu’on joue au caméléon en se fondant dans le décor, ce sont parfois les enquêté·es qui nous attribuent le rôle qui les arrange : l’un de nous s’est retrouvé obligé d’incarner le gardien de musée pour servir de caution à une mère qui recadrait son enfant. Pourvu que jamais on ne nous prenne pour des sirènes à barbe.

La façon dont on est perçu·e dépend bien sûr de la manière dont on se présente aux enquêté·es. Mais elle dépend aussi des caractéristiques et des histoires de vie de chacun·e. Par exemple, une personne récemment régularisée a craint une enquête policière. Pour une autre, c’est plutôt la figure de la prof qui a fait office d’épouvantail : Alizée a dû sortir de la boutique de souvenirs pour faciliter les confidences. Quant à l’usage du dictaphone, il peut aussi provoquer la confusion : pour accepter de nous parler, un enquêté a eu besoin d’être convaincu que ses propos ne seraient pas utilisés pour le JT de 20h.

Peu de gens savent ce qu’est la sociologie, et peu nombreux sont ceux qui s’autorisent à se livrer au sociologue. En tant qu’enquêté·e, il faut tout d’abord penser que l’on a quelque chose à dire : les personnes que nous abordons ne se sentent pas toujours dignes d’intérêt. Nous, apprenti·es sociologues, déployons beaucoup d’énergie à les convaincre de la légitimité de leurs discours. Face aux tentatives d’esquive d’une touriste assurant ne pas parler français, l’un de nous a même cherché à la persuader qu’elle maitrisait parfaitement notre langue. À l’inverse, pour certain·es, aucun doute : leurs propos comptent ! Mais méfiance : ce ne sont pas toujours les personnes les plus bavardes qui ont les choses les plus pertinentes à dire pour l’enquête. Et ce sont aussi souvent ceux qui nous expliquent comment faire notre métier.

Car oui le sociologue n’est pas toujours celui qui mène la barque pendant l’entretien. On s’est senti piégés lorsqu’un enquêté nous a soudainement retourné une de nos questions.  

Après avoir eu du mal à justifier nos choix scolaires, on s’est retrouvé projetés conseillers d’orientation éphémères lorsque l’archiviste municipal nous a interrogés sur les meilleures stratégies à adopter pour permettre à son fils de percer les mystères de Parcoursup. Mais on s’est senti utiles, et d’ailleurs plusieurs enquêté·es, à l’issue des entretiens, nous ont signifié leur reconnaissance en nous offrant boissons, kebab, cafés, et autres gourmandises. Finalement être sociologue c’est tout et rien, être sociologue c’est être tout terrain.



Citer ce billet
marioncharpenel (2022, 26 octobre). Sociologue tout et rien, sociologue tout terrain. Dynamiques sociales contemporaines. Consulté le 21 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nyzr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search