2+1 = 3 ans (d’enquêtes) après Lubrizol – Retour sur la journée d’études du 26 septembre 2022

Le 26 septembre 2022 s’est tenue à l’Université de Rouen Normandie la journée d’étude « Trois ans (d’enquêtes) après Lubrizol devant un public varié issus du monde académique, des institutions publiques et de la société civile. Nous, équipe d’organisation, sommes très heureux que cette journée ait pu se tenir, un an après son annulation par la Présidence de l’Université de Rouen Normandie, et que des échanges aient pu avoir lieu sur la base des résultats des différentes enquêtes réalisées principalement dans le périmètre des sciences sociales, à l’Université de Rouen Normandie comme dans d’autres universités et institutions publiques. 

Afin de garder une trace de cet événement important, nous publions sur le  carnet du Dysolab – soutien indéfectible dans la (re)programmation de cette journée -, une série de deux billets. Le premier ci-dessous reprend les éléments introductifs formulés par Romain Juston Morival et Nicolas Deffontaines, co-organisateurs, avec François Féliu, de cette journée d’étude. Le deuxième reviendra sur le texte de la conférence d’ouverture de cette journée prononcée par Annie Thébaud-Mony en collaboration avec Gérald Le Corre.

Le début de notre intervention à deux voies visait, au-delà du traditionnel mot de bienvenue, à revenir sur la genèse de cette journée, dont nous nous réjouissons qu’elle ait su rencontrer l’intérêt d’un public nombreux et varié.

La journée d’études « Trois ans (d’enquêtes) après Lubrizol » s’est déroulée sur le campus de Mont Saint-Aignan. Elle a permis d’échanger en public sur la base d’une série de communications qui donnent à voir la diversité des modes d’enquêtes qui ont pu se déployer depuis maintenant 3 ans, à la suite de la catastrophe du 26 septembre 2019.

Le projet de cette journée était relativement simple : donner à voir ce que les sciences humaines et sociales ont pu produire comme questionnements, méthodes et résultats en lien avec ce phénomène sidérant qu’a été l’incendie de Lubrizol et de Normandie Logistique. 

Imaginée et initiée d’abord au sein d’un réseau de jeunes chercheurs sur les questions de santé au travail, en lien avec le récent parcours du Master de sociologie sur la santé au travail, cette journée d’étude fait suite plus largement à un cycle de conférences organisés au Dysolab entre 2019 et 2021 intitulé « Risque, technique et démocratie. La sociologie face aux risques industriels et environnementaux ». Le projet de ce séminaire de deux ans était de convier des chercheurs et des chercheuses ayant travaillé sur les risques industriels pour nous donner des outils, ainsi que pour nous donner envie d’initier des recherches collectives sur l’accident industriel du 26 septembre 2019. 

On peut se réjouir que cela ait fonctionné, que des sociologues du Dysolab aient enquêté sur cette catastrophe, de même que l’ont fait nos collègues historiens, géographes ou psychologues. Ainsi, tous les ingrédients étaient réunis pour que cette journée ait lieu, il y a tout juste un an. Malheureusement, la décision de la part de la présidence d’annuler cette journée deux jours avant celle-ci nous a profondément surpris et affecté. Mais nous avons pu travailler à la réorganiser et cette journée, au programme très similaire, voire étoffée, a enfin pu se tenir ce 26 septembre 2022, et, comme nous l’avions toujours prévu, en public.

L’analyse des 160 inscrits révèle que le  public a été nombreux, donc, et varié, issu de l’université, collègues, étudiants et étudiantes, ainsi que des institutions publiques impliquées dans la gestion de cette crise et, plus largement encore, de la société civile.

L’organisation de cette journée a été facilitée par les nombreuses personnes et institutions ayant apporté leur soutien : le RJCTS et le GIS GESTE, l’IRHIS, l’UFR SHS et surtout nos laboratoires : le Curapp et le Dysolab. 

 

L’introduction a permis d’exposer les questionnements nous ayant guidé dans la construction de ce programme, et qui soulignent les enjeux transverses aux diverses communications. Ils sont au nombre de deux : conceptuels, d’une part,  par la volonté de rendre intelligible les représentations, pratiques et opinions des individus ayant vécu la catastrophe industrielle, et méthodologiques, d’autre part, en questionnant ce qu’enquêter veut dire dans un tel contexte. 

On l’a dit, la genèse de ce projet scientifique était d’interroger cet accident industriel sous l’angle des pratiques de santé au travail, réalisées tant par les acteurs institutionnels que par les travailleurs ordinaires. Ce désir initial de notre comité d’organisation était redoublé par notre inscription académique dans le champ de la sociologie de la santé, et plus précisément de la sociologie de la santé au travail, mais aussi par notre engagement pédagogique pour former les étudiants aux modes d’enquête en sciences sociales sur ces questions de santé, à travers la responsabilité d’un master de sociologie de la santé au travail ici, à l’Université de Rouen, pour Romain Juston Morival et de politiques sanitaires pour Nicolas Deffontaines l’Université Picardie Jules Verne. Cette genèse du projet transparaît donc directement dans le programme à travers la conférence introductive, mais aussi la communication conclusive de la journée, centrée sur les questions de santé au travail. Plus largement, la session de l’après-midi a fait la part belle aux questionnements en termes de santé : santé mentale des adolescents et des jeunes adultes d’abord à travers la communication d’Ellie Mevel, Daniel Mellier et Jean-Michel Coq mentale qui montre les effets psychologiques, identifiables, objectivables de l’incendie des usines Lubrizol et Normandie Logistique ; construction de l’objectivation des risques à travers les dispositifs de recherche participative sur lesquels Estelle Meslier-Auriault enquête, les individus se mobilisant pour répondre à l’incertitude sur les potentiels effets sur la santé des individus. La communication pour le collectif Lucid de Benjamin Soudais et Romane Soler s’ancre dans ce même constat de départ  d’une incertitude aiguisée par l’incendie et sa gestion pour saisir la façon dont les médecins généralistes ont transformé leurs pratiques, eux et elles dont l’épreuve générée par cette crise a mis à mal leurs cadres habituels. Enfin, la communication de Christine Daigurande et Laurent Lecoindre présente la façon dont la Caisse d’Assurance retraite et de la santé au travail (CARSAT) parvient à déployer des enquêtes dans le contexte d’événements majeurs tels que des accidents industriels. Au regard de l’inscription dans des temporalités différenciées des conséquences de la catastrophe de Lubrizol – allant de la prise en charge médicale dès les premières heures après l’événement à la mesure épidémiologique des effets à long terme des expositions au nuage – il nous est donc rapidement apparu fondamental de restituer l’enchevêtrement des temporalités qui composent cet événement afin de montrer comment les sciences sociales contribuent à le rendre intelligible.

Temporalité longue de la catastrophe, d’abord,  analysée comme le produit d’une histoire industrielle urbaine et d’aménagement politique du territoire, comme l’a montré la communication de Loïc Vadelorge. Temporalité de moyen terme, ensuite, étudiée principalement à travers les effets de la catastrophe sur la scène politique locale et plus spécifiquement sur les élections municipales qui ont suivi quelques mois après l’incendie des usines Lubrizol et Normandie Logistique. Arnaud Brennetot a proposé ici de déconstruire la rhétorique politique portée par la métropole du « Rouen, capitale du monde d’après ». Temporalité courte de l’incendie et de son panache de fumée devenu le symbole de cette catastrophe, enfin, étudié par Eric Daudé à travers les pratiques des Rouennais au cours de cette journée du 26 septembre 2019. 

D’autre part, un enjeu méthodologique a guidé cette journée d’études dont l’objectif était de restituer les façons d’enquêter autour d’un événement dont les effets sont tels qu’ils produisent dans les premiers moments une forme de sidération et, par suite, une forte inquiétude pouvant inhiber la parole des individus ou empêcher la mise en mots de l’expérience vécue. Face au manque voire à l’absence de données disponibles et accessibles, les sciences sociales ont redoublé d’ingéniosité pour collecter des matériaux et objectiver les effets de la catastrophe. Elles ont également pu s’appuyer sur des membres de la société civile, engagés de longue date sur les questions de santé au travail, environnementales ou de risques industriels. C’est dans ce sens et pour donner à voir les coulisses souvent peu connus par le grand public de la recherche en sciences sociales qu’Annie Thébaud-Mony a proposé de réaliser cette conférence introductive avec Gérald Le Corre, inspecteur du travail intervenant ici au nom du collectif Lubrizol, avec qui des enquêtes en santé au travail ont pu être menés dès les premiers temps après le début de l’incendie. Au-delà de la réflexion sur les outils méthodologiques déployés dans un contexte de catastrophe, plusieurs interventions prennent frontalement pour objet d’étude la science en train de se faire, c’est-à-dire objectivent la façon dont cet événement a suscité l’émergence de dispositifs originaux d’enquête. La communication d’Estelle Meslier-Auriault a montré ainsi comment une véritable science participative a pu se développer, bousculant les frontières traditionnelles entre monde académique et société civile. Ce sont aussi les frontières entre des disciplines scientifiques souvent distantes, assez peu habituées à travailler et à publier ensemble, qui ont pu être déplacées. Témoin de cette interdisciplinarité prise dans un sens large, l’intervention à deux voix, pour le collectif Lucid, par Benjamin Soudais, médecin généraliste, et Romane Soler, doctorante en sociologie, a porté sur les généralistes rouennais face à cet accident industriel.Enfin, la journée a pu se conclure par une intervention de membres de la Carsat autour de leur démarche d’enquête en cas d’accident du travail ou de catastrophe industrielle. 

En bref, cette journée d’études a, selon nous, tenu son paris, à savoir donner à voir la pluralité des modes d’enquête qui ont pu être déployés sur et autour de cet événement.

Nicolas Deffontaines et Romain Juston Morival

RDV prochainement pour un second billet qui reviendra sur la conférence inaugurale de cette journée.

Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

More Posts

Follow Me:
Twitter


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Romain Juston Morival (26 octobre 2022). 2+1 = 3 ans (d’enquêtes) après Lubrizol – Retour sur la journée d’études du 26 septembre 2022. Dynamiques sociales contemporaines. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nyzs


Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search