Enquêter les archives, en quête d’archives

Hier et aujourd’hui nous avons eu la chance d’avoir eu un accès VIP aux archives municipales de Dieppe. Les archives, ce n’est pas simplement une vieille pile de papiers poussiéreuse ! Elles peuvent prendre toutes les formes, toutes les couleurs, toutes les odeurs et même développer de beaux champignons (mais n’en mangez surtout pas !).
Ton journal d’hier, une vieille photo avec ta mamie, ton docu ARTE préféré : tout cela peut être des archives. C’est un peu comme un cimetière des mémoires ! Les personnes s’effacent, mais leurs idées et leurs émotions restent. Ainsi, l’immatériel se transforme en matériel. Face aux manuscrits cousus et reliés, l’émotion a gagné Ahmed.

Les archives c’est tellement intéressant qu’il existe des travaux sur les archives aux archives qui deviendront elles aussi des archives (ça en fait, des archives !). Les archives, c’est aussi une forme de modernité grâce à la numérisation. L’avantage, c’est que l’on ne risque pas d’être dérangé par la poussière, et qu’on peut les consulter en pyjama depuis notre lit douillet. C’est ce que permettent la BNF et les archives numérisées de la commune. Cependant, mieux vaut se déplacer sous peine de passer à côté de l’ambiance des lieux, de l’authenticité des livres créés artisanalement avec d’anciens matériaux : parchemin, bois et cuir. Et qui sait ce que l’on pourrait y trouver qui n’a pas encore été numérisé…

Mais manipuler les archives n’est pas une simple affaire. Le ou la sociologue doit acquérir des compétences spécifiques, au risque de parfois faire les choses de travers. De quoi nous mettre la tête à l’envers !

C’est notamment la raison pour laquelle l’archiviste nous a montré qu’il y avait une manière précise de nommer, rechercher, dépouiller ou encore de classer les archives. Ainsi, nous comprenons que faire de la sociologie à partir d’archives nécessite l’intermédiaire d’un·e professionnel·le pour nous tenir la main. C’est d’ailleurs elles et eux qui veillent à la conservation des archives qui sont mises à notre disposition  : entre réglage de la température et de l’humidité, dépoussiérage minutieux, tout est calculé !  Il est donc plus que conseillé d’être consciencieux·se.

L’archiviste n’a pas manqué de nous préciser qu’un mauvais entretien risquait d’entrainer des moisissures dans les archives, et pouvait nous conduire à l’hôpital si nous ne prenions pas les précautions adéquates. En effet, porter des lunettes de sociologue ne suffit pas, il faut également porter des gants, et parfois même un masque. Nous avons beau faire du terrain, nous comprenons parfois qu’il peut être nécessaire de laisser à Dieppe ce qui lui appartient.

On n’est pas obligé de s’appeler Anne Bidois ou Norbert Elias pour se rendre aux archives et se les approprier. Les archives sont accessibles à tous.tes mais cela ne garantit pas d’en ressortir avec plus de matériaux. Les groupes travaillant sur les violences sexistes et sexuelles et sur les kebabs n’ont pas trouvé leur bonheur. Cependant, même si on en ressort parfois déçus, on trouve plein de choses à y faire. On peut par exemple jouer à cache-cache et faire des tours de magie comme dans Harry Potter en tournant la manivelle de l’armoire coulissante, on peut aussi tenter de deviner dans les incunables les lettres calligraphiques de feuilles d’or que les archivistes appellent enluminures, ou encore constater les évolutions historiques de la langue. Par exemple, au 19e siècle, le mot “plutôt” s’écrivait “plutost”.

Il est utile d’articuler le terrain avec les archives car cela permet de comparer les faits sociaux présents à ceux du passé, ou de trouver des traces anciennes des processus sociaux que l’on étudie, ce qui est crucial pour un ou une sociologue ! Généralement, ce sont les historien·nes les premiers chercheurs à se rendre aux archives et à en faire l’usage pour leurs travaux de recherches. Ils s’en servent notamment pour reconstituer les faits advenus à une certaine période, alors que les sociologues s’en servent pour éclairer le présent : sociologues et historiens s’approprient donc différemment les mêmes archives.

Parmi tous les travaux de sociologues et d’historien·nes, certain·es d’entre nous ont réussi à trouver les mémoires d’ancien·nes étudiant·es de l’université de Rouen. Finalement, nos mémoires seront peut-être les prochains à rentrer dans les archives aux côtés de nos prédécesseur·es…



Citer ce billet
marioncharpenel (2022, 26 octobre). Enquêter les archives, en quête d’archives. Dynamiques sociales contemporaines. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nyzt

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search