Le terrain ça nous rend chèvre

Faire du terrain implique d’accepter de ne pas avoir les réponses que l’on attend ou parfois d’obtenir des informations qui ne correspondent pas toujours à notre objet de recherche. Cela peut expliquer qu’un entretien soit difficile à clôturer : il faut accepter que tous les points de nos grilles d’entretien ne soient pas cochés et qu’il reste des questions en suspens. A se demander si elles servent vraiment à quelque chose ces grilles… et pas seulement à faire plaisir aux profs !

Parfois l’entretien est difficile à clôturer pour une autre raison : par exemple, un pêcheur qui après deux heures de conversation à domicile a décidé qu’on allait lui animer sa soirée, ou encore un enquêté, placé devant la porte de la capitainerie, qui nous empêche de sortir et nous oblige à l’écouter sur tout autre sujet que le nôtre, en nous annonçant que « ce n’est que le début ! ». Comment dire au revoir sans paraitre impoli et surtout ne pas rater le diner ?

Entre la frustration, l’excitation, la déception ou la gêne, la fin d’un entretien s’apparente à des montagnes russes. La fin d’un terrain aussi… D’autant plus que, bizarrement, plus on s’approche de la fin et plus les portes s’ouvrent. Comment savoir qu’on a bien tout vu et tout entendu ? Comment être sûrs qu’on a assez de matériaux ? Peut-être parce que les entretiens deviennent répétitifs… Pourtant, après analyse, il arrive parfois qu’on doive y retourner : de quoi nous arracher les cheveux. On comprend mieux pourquoi certains sociologues finissent chauves ! Malgré tout ça, on doit bien avouer que l’on finit par s’attacher à nos enquêté.es adoré.es et qu’iels nous font éprouver une certaine nostalgie une fois l’enquête terminée (spéciale dédicace à Éric).

Vient ensuite le temps du bilan. C’est le moment où il faut bien admettre que certain·es, plutôt que de nous avoir embarqués en ferry, nous ont menés en bateau ! C’est avec une grande déception qu’un groupe a attendu toute la semaine que la police daigne lui donner une réponse… Le groupe musée a lui aussi longtemps attendu avant que le terrain ne devienne accessible. C’est à la suite de plusieurs jours de travail intensifs qu’ils ont réussi à créer de nouvelles opportunités. Il faut donc parfois contourner les portes fermées à double tours et passer par les fenêtres.

Ceci pourrait s’expliquer par le fait que dans certaines institutions les circuits de décisions ralentissent parfois l’accès. Ce type de situations nous amène à refaçonner nos questionnements et à repenser notre terrain.

Finir le terrain ne veut pas dire finir de travailler… Et la retranscription, les discussions entre nous permettent de prolonger le plaisir. Le travail de mise aux propre des données commence sans tarder. Il n’y a pas que le poisson qui doit rester au frais, les idées aussi, au risque de devenir avariées! En fait, même en quittant le terrain on y est encore. Bye bye Dieppe, enfin pas tout à fait…. Car il est vrai que l’on ressort du terrain en en gardant un petit bout avec nous. Il a transformé nos questionnements, nos perceptions et nos émotions, il nous a fait évoluer humainement et sociologiquement. Aujourd’hui, quand Umit va manger un kebab, il ne voit plus seulement un doner, il y voit également des personnes et des trajectoires passionnantes. Florent s’est trouvé transformé également.

Les enquêté·es eux-mêmes peuvent s’en trouver changés, l’échange les invitant à la réflexivité sur leurs pratiques. Le ou la sociologue peut aussi nouer des liens durables avec les personnes rencontrées. Et non ! L’enquếté·e ne mord pas ! Cependant, il faut tout de même réussir à prendre de la distance pour passer à l’analyse et à l’écriture. Il faut accepter de renoncer à certaines pistes et questionnements. Quoi qu’il en soit, après avoir passé autant de temps sur le terrain, le nombre de données récoltées nous promet un travail gargantuesque. Le meilleur moyen de s’en sortir est de les trier et de bien organiser son travail.

Bon courage !



Citer ce billet
marioncharpenel (2022, 28 octobre). Le terrain ça nous rend chèvre. Dynamiques sociales contemporaines. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nyzu

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search