Rapport d’auto-évaluation de l’atelier terrain à la présidence de l’Université

                                                                                          Dieppe, le 28 octobre 2022

Pédagogie innovante

Comme chaque année, ce stage de terrain a fait ses preuves en permettant aux étudiant·es d’être immergé·es dans l’enquête et d’acquérir l’ensemble des compétences nécessaires à la réalisation d’un mémoire de sociologie, et à leur professionnalisation. Cette formule pédagogique éprouvée (et éprouvante) s’est trouvée cette année agrémentée d’innovations diverses : tableau interactif, bureaux d’écoliers ergonomiques, e-learning par publication quotidienne d’un billet de blog, hybridation des méthodes favorisant les réussites plurielles, émulation collective par escape game.

Après mûre réflexion, les enfermer dans une salle sans lumière ni chauffage entre 22h et minuit en les empêchant d’en sortir avant la finalisation du billet de blog, est une piste certes perfectible, mais prometteuse.

Politique d’excellence de la recherche

La très haute teneur des debriefings quotidiens en haut de l’Esplanade, face à la mer, dans le petit train touristique, sur le parking du Centre Hospitalier, laisse présager à terme un bouleversement certain du classement de Shangaï. L’explosion de l’impact factor du Dysolab est à prévoir dans les années à venir grâce à cette nouvelle génération de brillant·es sociologues biberonné·es à l’irréductible empirisme.

Inclusion et diversité des publics

Une cellule d’écoute originale a été ouverte, avec la mise en œuvre d’un dispositif cartonné de réception de dépôts de plaintes manuscrites.

L’art thérapie a été au cœur de notre politique d’inclusion et de lutte contre les discriminations. Le Time’s Up comme support d’expression langagière et corporelle a permis de dénouer les tensions émotionnelles qui traversent la vie étudiante et la vie de sociologue.

Pour mieux accompagner la socialisation professionnelle par la convivialité, un intranet instantané a été développé dans un esprit de communication positive et bienveillante.

Rayonnement international

Pendant la semaine du 24 au 28 octobre 2022, l’université de Rouen a fait de la ville de Dieppe l’une des métropoles les plus multi-culturelles et ouvertes vers l’international : étudiant·es et enseignantes venant tout droit du Sénégal, du Tchad, de Bretagne, du Togo, de Turquie, du Mali, du pays de Caux, et même du terroir parisien. Le plurilinguisme a permis d’accéder à des terrains réputés difficiles. Un étudiant est même venu tout droit de l’URSS après être tombé dans une faille spatio-temporelle. Nous voudrions toutefois signaler à la cellule de sécurité de l’établissement la présence présumée d’un agent double faisant fuiter quotidiennement par téléphone nos méthodes d’investigation.   

Développement durable et sobriété énergétique

Les conditions d’hébergement et de restauration ont répondu aux critères de sobriété émises par notre tutelle : douches à 16 degrés, salle de cours non chauffée, utilisation exclusive de l’énergie humaine pour les déplacements (y compris en côte), alimentation aux normes de l’agriculture durable excluant les légumes importés ou bien trop consommateurs d’eau. Le bilan énergétique (DPE) de cette semaine affiche donc un « AAA++ ».

Santé au travail

La consommation continue de caféine et de sucre a permis une optimisation maximale de la performance physique et intellectuelle. Ainsi, le recours aux services de secours et aux urgences hospitalières n’a pas eu lieu cette année, et ce, malgré le GVT (Glissement Vieillisse Technicité) du personnel encadrant.

Du fait d’un usage compulsif et addictif des écouteurs, nous avons, grâce à un programme agile déployé en urgences, lutté pour la prévention des risques auditifs dans la population étudiante rouennaise.

Partenariats institutionnels

Plusieurs partenariats ont été initiés cette semaine et ne demandent qu’à être finalisés. Un appel d’offre auprès des cantines kurdes de la ville de Dieppe a été lancé pour remplacer le Crous de Mont Saint Aignan. Une étude comparative des pharmacies a également permis d’envisager un renouvellement des stocks de la médecine préventive.

Enfin, une filière d’importation de Coquilles Saint Jacques via le transport en car est en train de se constituer – reste à trouver des sacs isothermes pour respecter la chaîne du froid.

Conclusion

En plus de répondre à tous les critères de nos tutelles, ce stage permet chaque année aux étudiant·es de prendre conscience de leurs qualités et de leurs ressources, de construire des liens de solidarité, et de réaliser que leurs enseignantes mangent elles aussi des Maltesers, perdent leurs clefs, ou font des fautes d’orthographes. D’ailleurs, déjà nostalgiques, les enseignantes sollicitent une aide exceptionnelle de l’université pour encadrer le trombinoscope de cette super promo afin de décorer leurs murs.

Restant à votre disposition pour concevoir un projet fondé sur un budget plus conséquent l’an prochain,

Anne Bidois, Marion Charpenel, Alizée Delpierre, Aurélie Gonnet.

PS : Au vu de l’engagement exceptionnel des enseignantes non titulaires pendant ce stage, les enseignantes titulaires insistent sur la nécessité d’ouvrir à titre exceptionnel des postes pérennes d’enseignant·es-chercheur·es.



Citer ce billet
marioncharpenel (2022, 28 octobre). Rapport d’auto-évaluation de l’atelier terrain à la présidence de l’Université. Dynamiques sociales contemporaines. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nyzv

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search