Soutenance HDR – E. Lemercier – 16 janvier – Étudier les mondes vécus de l’action publique. Le genre, l’origine et l’âge du traitement des expériences de la violence

Le dossier est composé de deux volumes. Le mémoire de synthèse est intitulé « L’intervention sociale à l’épreuve des inégalités multidimensionnelles » et le volume comportant l’inédit est intitulé « Étudier les mondes vécus de l’action publique. Le genre, l’origine et l’âge du traitement des expériences de la violence ». Vous en trouverez un résumé ci-dessous.

Ce travail a été accompagné par Corinne Rostaing, professeure de sociologie à Lyon 2 (Centre Max Weber) et il sera soutenu devant le jury suivant :

Céline Bellot, Professeure, École du travail social, CICC, Université de Montréal (rapporteure)

Marc Bessin, Directeur de recherche en sociologie CNRS, Iris

Émilie Biland-Curinier, Professeure de sociologie, CSO, Sciences Po Paris (rapporteure)

Nicolas Duvoux, Professeur de sociologie, CRESPPA-Labtop, Université de Paris 8 (rapporteur)

Patricia Loncle-Moriceau, Professeure de sociologie, Arènes, EHESP (présidente)

Corinne Rostaing, Professeure de sociologie, centre Max Weber, Université Lumière Lyon 2 (garante)

Résumé du mémoire original :

 Ce mémoire propose une réflexion théorique, épistémologique et méthodologique sur les mondes vécus des personnes ciblées par l’action publique grâce à la méthode des parcours de vie. Cette approche est mise à l’épreuve à partir d’une recherche empirique sur le traitement institutionnel des expériences de la violence des jeunes, selon le genre et l’origine.

Elle se fonde sur l’exploitation conjointe de quatre enquêtes de terrain menées séparément : une ethnographie de la prévention spécialisée en métropole, des observations ethnographiques au sein d’un centre éducatif fermé, une enquête sur les parcours de vie des filles sous main de justice, et une ethnographie du tribunal pour enfants à Mayotte. Quatre principaux résultats originauxse dégagent : le rôle respectif des violences familiales et des bandes dans les parcours d’engagement délinquant des filles, les processus de responsabilisation individuelle des jeunes quant à leur surexposition aux violences de genre, la disparition des violences liées à l’origine dans les prises en charge institutionnelles et l’occultation inattendue des violences intrafamiliales liées à l’âge.

L’entrée par les mondes vécus permet tout à la fois de prendre de la distance avec les classements institutionnels et les normes professionnelles et d’éclairer la complexité des positions sociales, à l’articulation des rapports sociaux, avec ses contraintes et ses ressources singulières, et donc produisant des effets différentiés lors de la mise en œuvre de l’action publique. Les constructions sociales du problème et les ciblages du public produisent des opérations de tri des personnes à protéger et des protections à offrir. Des inégalités de traitement peuvent émerger par un double processus : une disparité de prise en compte des situations d’affaiblissement et de danger, et une inégale protection mise en œuvre concrètement. C’est au croisement de l’observation ethnographique de différents secteurs de l’action publique et de l’étude des parcours de vie des personnes ciblées que se révèlent, sous un jour nouveau, les processus de production des inégalités dans et par l’action publique.



Citer ce billet
Francois Féliu (2023, 6 janvier). Soutenance HDR – E. Lemercier – 16 janvier – Étudier les mondes vécus de l’action publique. Le genre, l’origine et l’âge du traitement des expériences de la violence. Dynamiques sociales contemporaines. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nyzy

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search