Contrôle(s) Surprise(s) : Devenir contrôleur sanitaire en période d’épidémie de Covid

Dans ce billet, Nicolas Batista, diplômé en septembre 2022 du Master de sociologie RED, revient sur le travail de recherche qu’il a conduit en Master 2. Croisant un sujet connu et éprouvé par tous et toutes (l’épidémie de Covid) et une littérature issue de la sociologie du droit et du contrôle, il explore dans son enquête comment la période pandémique a impliqué de confier à des acteurs profanes du droit et de la justice un mandat de contrôle. Interrogeant et observant des serveurs et serveuses dans l’exercice de ce mandat inédit, il montre comment celui-ci est approprié différemment par celles et ceux qu’ils qualifient de « contrôleurs sanitaires » , entre refus du contrôle et façon de conquérir, à travers lui, une dignité dans le travail. 

 

Le lundi 16 mars 2020, Emmanuel Macron, Président de la République française, annonce le début d’un premier confinement. Pour justifier cette mesure historiquement exceptionnelle, le Président utilise un champ lexical bien spécifique : « Nous sommes en guerre, en guerre sanitaire certes. Nous ne luttons ni contre une armée ni contre une autre nation, mais l’ennemi est là, invisible, insaisissable, et qui progresse. Et cela requiert notre mobilisation générale. Nous sommes en guerre» 

Ici, l’idée d’effort de guerre charrie sa propre légitimité, et permet une justification préalable des mesures sanitaires à venir. Plus généralement, ce discours martial vient contribuer à la construction de cette « société de vigilance » dont parle Vanessa Codaccioni. L’idée de guerre oblige en quelque sorte l’individu à se sentir concerné par la sécurité de tous, et co-responsable de fait, de l’assurance de celle-ci : « Si bien qu’être vigilante et vigilant à tout instant revient non seulement à penser comme la police mais aussi à avoir constamment en tête la police. »

L’enquête sur laquelle s’appuie ce texte a été réalisée pendant l’année universitaire 2021-2022, dans le cadre d’un mémoire de recherche de Master en sociologie effectué sous la direction de Romain Juston Morival. L’enjeu du mémoire était de comprendre ce que produisait l’acquisition d’un mandat de contrôle pour une population profane, au moment de l’épidémie de Covid 19. Dans le cadre de ce mémoire, j’ai réalisé une série de 8 entretiens et de nombreuses heures d’observations en terrasses des cafés. Ce billet reprend une partie des analyses mises en avant dans l’enquête. 

Nous revenons d’abord sur les contours de ce nouveau type de contrôle.  Puis, nous montrons que ce  mandat est fréquemment personnalisé par les contrôleurs sanitaires. En définitive, nous mettons au jour une logique de surplus de contrôle au-delà de la seule politique sanitaire pour permettre aux contrôleurs de conserver ou de retrouver une dignité dans leur travail.

1. Contrôle et  méta-contrôle

Le premier confinement oblige les policiers à se soumettre à un nouveau travail de contrôle. Nicolas Mariot écrit d’ailleurs : « pour faire respecter ces impératifs, les forces de l’ordre ont réalisé 20,7 millions de contrôles du port de l’attestation sur la voie publique, dont 1,1 million a donné lieu à verbalisation. » Mais le travail de la police est avant tout un travail virtuel, où l’idée même de la possibilité du contrôle policier agit comme imaginaire dissuasif, et comme dispositif de contrainte: de respect des règles de sorties, de distanciation sociale, de périmètre pour courir, etc. 

Avec la mise en place d’un passe-sanitaire pour accéder à certains lieux, la présence policière évolue, et le fait qu’« on dévolue une partie de la fonction policière à une partie de la population » exprime finalement le principe d’une délégation d’un mandat policier. Une large population se voit alors attribuer des prérogatives inédites, scindant la société en deux : les contrôleurs et les contrôlés. Au-delà du passe-sanitaire en lui-même, c’est toute une série de mesures sanitaires qui se sont imposées au corps social, redéfinissant de fait les rôles de chacun. Ainsi, les serveurs et patrons de cafés et restaurant ont été sommés, pour pouvoir rouvrir leurs commerces, de s’assurer de la « bonne santé » de leur clients. Autrement dit, nous le voyons, la guerre sanitaire a mobilisé toute une série de réservistes ignorant leur statut, et le contrôle, jusqu’alors mission policière, est devenu une affaire collective. 

Cette diffusion du pouvoir policier à une partie de la population n’est pas un événement anodin, en cela qu’elle remet en question la nature de l’institution policière. En effet, Bourdieu écrit : « l’ensemble des institutions mandatées pour garantir l’ordre, à savoir les forces de police et de justice, sont donc peu à peu séparéeq du monde social ordinaire. » La police c’est donc ce « corps formé (…), clairement identifié au nom de la société par l’uniforme symbolique, spécialisé et discipliné, c’est-à-dire capable d’obéir comme un seul homme à un ordre central (…) » Ainsi, la dispersion du pouvoir policier dans différents mandats de contrôle remet en question les fondements mêmes de la souveraineté étatique. 

Là encore, nous comprenons que la présence virtuelle de la police est centrale dans l’acceptation du mandat de contrôle, à la fois de la part des néo-contrôleurs que de celle des clients. La possibilité annoncée, par la police, de procéder à des contrôles inopinés dans les bars et restaurants permettait d’engager la violence légitime dans la possibilité d’un méta-contrôle. Contrôleurs sanitaires et contrôlés n’apparaissent finalement que comme les deux facettes d’une même pièce sanitaire, placée sous la responsabilité générale de la police. Ainsi, nous voyons que la sous-traitance du mandat du contrôle  ne se réalise notamment qu’à la condition de la création d’un nouveau mandat pour la police. Si des nouveaux contrôleurs sont créés ex nihilo, la police se voit inévitablement renforcée dans son propre mandat de contrôle, laissant apparaître les terrassiers comme un nouvel intermédiaire dans la chaîne du contrôle. Contrôler les contrôleurs plutôt que les clients permet en effet à la police de limiter un excès de travail sanitaire tout en s’assurant que celui-ci soit fait. Le mandat de ces nouveaux contrôleurs sanitaires, bien que cadré par la loi, n’a de sens que parce que la police existe comme possibilité de recours ultérieur et supérieur. 

C’est bien la présence sous-jacente de la police qui vient rendre obligatoire, aux yeux de certains terrassiers, l’acceptation de la privatisation de mission de contrôle. C’est ce qu’Alain, patron d’un restaurant, appelle la peur du képi. Autrement dit, c’est la connaissance de la possibilité d’un contrôle policier qui agit comme contrainte et pousse les serveurs à accepter ce mandat de contrôle ou, pour le dire de manière provocante, à faire la police. Le spectre policier agit directement sur l’attitude de ceux à qui est délégué un mandat de contrôle. Fabrice, patron d’un bar très fréquenté, le dit très bien : « C’est à dire qu’on s’en fout à la limite. Mais on sait qu’on est sous les radars. Donc… il faut qu’on puisse justifier qu’on fait les choses, quoi. » Ici, Fabrice dévoile qu’il n’accepte pas les contraintes sanitaires par conviction de leur nécessité, mais surtout pour se protéger de la police ; c’est la peur du képi qui dicte ses choix. La virtualité réelle policière agit ainsi matériellement en circonscrivant l’attitude du patron. 

2. La personnalisation du mandat

Cet auto-contrôle s’exprime, en partie, par l’intégration du mandat de contrôle aux gestes professionnels des serveurs. Baptiste, serveur dans un bar huppé du centre-ville, nous parle de ses moments de tolérance vis-à-vis du public qu’il contrôlait : « j’ai eu une fille qui m’a présentée son passe c’était marqué qu’elle était née en 1960 si tu veux, la gamine devait avoir 20 ans. Tu me prends pour un te-bé c’est quoi le truc? » Au-delà du sentiment d’être pris pour un « te-bé », un idiot, ce qui est signifiant ici, c’est bien l’expression d’une frustration. D’une certaine manière, Baptiste paraît faire l’expérience de la limite de son pouvoir. Ici, en occurrence, une cliente joue avec les règles en lien avec le passe-sanitaire. Il lui faut un passe valide, et la vérification de la concordance de ce passe avec son identité n’est pas l’affaire de Baptiste, ou de n’importe quel serveur par ailleurs. C’est l’affaire de la police ; c’est le pouvoir policier. Pour le dire autrement, le fait que la fille de vingt ans présente un passe d’une personne née en 1960 permet sans trop de difficulté, à Baptiste comme à nous, d’affirmer qu’elle utilise un faux passe. Cependant, il est demandé aux serveurs comme Baptiste de vérifier que chaque client dispose d’un passe valide, et non pas de vérifier que ce passe concorde avec l’identité de la personne. C’est d’ailleurs ce que fait Baptiste lorsqu’il constate l’infraction de la cliente : il laisse couler. Mais non sans éprouver une certaine frustration. En se demandant si elle le prend pour un « te-bé », Baptiste rend le mandat de contrôle personnel. Ou, pour le dire autrement, Baptiste prend de manière personnelle une attitude qui s’inscrit dans un contexte qui ne le concerne que de manière professionnelle. 

Nous retrouvons par ailleurs la même dynamique chez Etienne, serveur dans un complexe sportif : « bah si tu veux quand tu vois sur la carte par exemple admettons ça serait toi : Nicolas ; pi qu’en fait sur ton passe je vois François… Bon bah là me prend pas pour un débile je sais que c’est pas toi, donc du coup on refuse. »  Celui-ci n’a aucune obligation de vérifier les identités, cela ne lui est pas demandé. Mais, étant donné que les clients doivent badger leur carte d’adhérent pour pouvoir commencer leur activité, il connaît de fait leurs identités, ce qui le rend susceptible de se retrouver dans une situation où le passe-sanitaire n’est pas au même nom que la carte d’adhérent. Son mandat de contrôle l’oblige à vérifier que tout client dispose d’un passe-sanitaire valide, et c’est bien le hasard du dispositif de sa salle d’escalade qui le rend témoin de certaines « infractions ». En associant une fraude à une attaque contre sa position de contrôleur, Etienne en fait « une affaire personnelle ». Autrement dit, en considérant le jeu autour du respect de la loi comme une offense à leur personne, les mandataires du contrôle semblent être plus susceptibles de se substituer au travail policier. 

Cette substitution semble tout à fait liée à un sentiment de déficit de reconnaissance dans la légitimité à contrôler. Nous retrouvons l’idée de reconnaissance de la légitimité chez Pierre Bourdieu qui, dans ses cours au Collège de France revient sur la question de violence légitime rendue célèbre par Max Weber et nous dit ceci : « Le mot ‘légitime’, si on le prend complètement au sérieux, suffit à évoquer la dimension symbolique de la violence puisque, dans l’idée de légitimité, il y a l’idée de reconnaissance. » Ainsi, pour Bourdieu, la légitimité qu’on associe à la violence n’est pas juste légale, c’est-à-dire connue ; elle lui apparaît également symbolique, c’est-à-dire reconnue. Pour que son mandat de contrôle soit reconnu, il faut qu’il soit appliqué, il faut, d’une certaine manière, la participation du public. Pour la police, c’est très facilement explicable : la violence est légitime car elle est reconnue par la population, c’est-à-dire qu’elle est vécue comme virtualité réelle, ce qui suffit bien souvent à faire appliquer la loi. C’est la peur du képi dont nous avons déjà parlé. Les serveurs, eux, attendent des clients qu’ils collaborent, qu’ils participent au contrôle, en sortant d’eux-mêmes leurs passes-sanitaires, en se soumettant au contrôle. En cas de refus, de part et d’autre, la sollicitation de la police est possible, voire même, recommandée. Alors que la police dispose de l’idée de la violence pour faire appliquer son mandat de contrôle, les serveurs-contrôleurs disposent donc de l’idée de la police pour faire appliquer le leur.

3. Le surplus de contrôle 

Autrement dit, tout l’enjeu de celui qui détient un pouvoir est qu’on le lui reconnaisse. Ainsi, cela lui permet de ne pas avoir à le réaffirmer – et donc le pouvoir peut être nié, peut apparaître comme « naturel », comme l’ordre des choses. Ce besoin de reconnaissance tend à produire ce que nous pouvons appeler ici un surplus de contrôle dans le sens où une partie du travail ne sert plus uniquement à faire le travail (scanner les passes, contrôler) mais est dédiée au travail autour de la reconnaissance (qui peut prendre des formes différentes). Etienne s’exprime ainsi : « Ouais bah du coup je passe le passe, je vois que c’est valide, puis forcément tu vois le nom, prénom et après tu sais t’as le moment de bug, tu regardes “mais par contre ton passe c’est pas le même nom prénom” – ah ouais… ah bah ça doit être celui de ma femme, ils essaient de trouver des excuses tu sais, bah passes-moi le tien, ah bah non je l’ai pas tout ça… Je fais bah écoute là tu me présentes un faux passe, je peux pas te prendre. »

Il semble se sentir attaqué personnellement, « pris pour un débile » comme il le dit plus haut. Le fait que le client soit incapable de lui présenter un passe à son nom s’apparente, pour lui, à une offense, et ce sentiment semble être la clef pour comprendre comment le mandat de contrôle est conçu par l’individu. « L’offense » du client est prise de manière personnelle, et ce manque de reconnaissance de la légitimité d’Etienne à pouvoir lui refuser l’accès à la salle d’escalade tend à le pousser à l’intransigeance. Contrairement à Baptiste qui consent à se sentir frustré, et loin de se contenter de son mandat (accepter les personnes avec un passe valide sans contrôler l’identité), Etienne prodigue un surplus de contrôle qui vient réhabiliter sa légitimité à contrôler. Cet excès de travail – dans tous les sens du terme car il prend du temps pour débattre avec le client, et il déborde de son cadre – semble, d’une certaine manière, n’avoir aucun autre objectif que de stabiliser son mandat de contrôle. 

Le surplus de contrôle apparaît ainsi comme une assurance de la reconnaissance de sa légitimité, et comme une manière d’expliquer le zèle dans le travail. En effet, cette idée de surplus de contrôle nous permet de comprendre que l’adhésion aux demandes professionnelles se fait également, nous le voyons, pour soi-même, pour réparer une offense ressentie. L’exemple de Diana, serveuse elle aussi dans une salle d’escalade, est signifiant : « du coup là je fais “excusez moi ce que je peux voir votre passe-sanitaire?” juste pour signaler que suis là, qu’il faut me dire bonjour et que coucou quoi, enfin c’est pas, on n’est pas (rires) et c’est le seul moment où du coup j’utilise ce pouvoir pour les faire chier parce que… parce qu’on m’a pas dit bonjour et je trouve pas ça poli. »  Ce qui est d’autant plus signifiant ici, c’est que Diana accepte d’utiliser son mandat de contrôle, quand bien même elle est généralement très réticente à scanner les passes-sanitaires. Opérant une forme de hiérarchisation des valeurs, Diana semble considérer qu’être victime d’un manque de politesse est plus grave qu’être une contrôleuse et utilise, in fine, le pouvoir dont elle dispose. Et il s’agit bien de pouvoir ici, puisqu’elle contraint : elle oblige celui qui voulait passer vite à ralentir, à faire demi-tour, à se plier au contrôle ; elle l’empêche de continuer sa route.  

Nous constatons ainsi que le dispositif de contrôle agit sur les individus devant le mettre en œuvre, quand bien même ceux-ci ne le réclamait pas. En rendant personnel une certaine attitude des contrôlés, les contrôleurs deviennent susceptibles de réclamer une forme de reconnaissance de leur légitimité à contrôler et ainsi, de facto, fusionnent avec le mandat de contrôle. Ce travail de reconnaissance prend la forme, nous le voyons, d’un débordement, d’un surplus de contrôle, dans le sens où un travail supplémentaire est fourni pour que la procédure du contrôle soit réalisée de la bonne manière. Ainsi, en reprenant le travail de Howard Becker, nous pouvons analyser le surplus de contrôle comme l’assurance de pérennisation d’un mandat de contrôle, comme le travail supplémentaire pour maintenir sa position : « il se peut donc que ceux qui font appliquer les lois ne s’intéressent pas à leur contenu, mais seulement au fait que l’existence de celles-ci leur procure un emploi, une profession et une raison d’être. »

 

Nicolas Batista



Citer ce billet
Romain Juston Morival (2023, 3 février). Contrôle(s) Surprise(s) : Devenir contrôleur sanitaire en période d’épidémie de Covid. Dynamiques sociales contemporaines. Consulté le 21 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nyzz

Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

More Posts

Follow Me:
Twitter

Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search