Lubrizol : Une mise en perspective des enjeux de santé et de la mobilisation suite au désastre

Quatre ans après l’accident industriel de Lubrizol et un an après la journée d’étude “Trois ans (d’enquêtes) après Lubrizol“, nous publions le texte de la conférence inaugurale prononcée par Annie Thébaud-Mony[1], et Gérald Le Corre[2]. Dans ce texte, Annie Thébaud-Mony restitue la catastrophe de Lubrizol dans la longue histoire des accidents industriels, convoquant les travaux de recherches ayant été réalisés sur cette thématique, puis Gérald Le Corre livre son témoignage comme syndicaliste des jours qui ont suivi l’incendie à travers une présentation de la mise en place et de l’évolution de l’enquête syndicale à laquelle il a participé et une chronologie du premier mois reproduite en appendice de ce texte.

 

Introduction

La santé des travailleuses et des travailleurs est au centre même des rapports de travail, non pas comme un enjeu parmi d’autres de la négociation salariale, mais dans la radicalité des droits de la personne à la vie, à la santé, à la dignité. Elle est aussi la sentinelle de la santé environnementale. 

Un incendie de produits chimiques toxiques, l’explosion d’un site chimique ou nucléaire sont toujours le début d’un désastre que les autorités politiques et administratives s’acharnent à minimiser : l’amiante, c’est un siècle de déni. « Tchernobyl, notre passé ou notre avenir », c’est ainsi que Svetlana Alexievitch, autrice de la Supplication invoquait le désastre de Tchernobyl, 20 ans après l’accident nucléaire du 26 avril 1986[3]. Dans son livre « Contre la résilience à Fukushima et ailleurs », Thierry Ribault montre comment la résilience érigée en mode de gouvernement permet aux autorités de ne pas assumer les conséquences de désastres tels que les accidents nucléaires. Ainsi le désastre ne se résume pas à ce qui s’est passé lors de l’accident. Celui-ci n’est bien souvent que le début du désastre.

D’ailleurs, dans bien des cas, il ne s’agit pas d’un accident imprévisible : Michael Quinlan, sociologue australien qui a mené de nombreuses enquêtes sur les accidents et désastres industriels a écrit un ouvrage de synthèse : « Les dix voies qui mènent à la mort et au désastre » (il s’agit de l’analyse d’accidents industriels dans plusieurs pays anglo-saxons)[4]

Les mêmes processus ont été mis en évidence dans le cadre du procès AZF, suite à l’accident industriel du 21 septembre 2001 (grâce au travail syndical et associatif, avec l’appui d’avocats rigoureux dans la restitution des faits)[5]. Il ne s’agissait pas, là non plus, de « défaillances » ou « dysfonctionnements » mais des choix stratégiques d’une entreprise multinationale pour qui la priorité est de dépenser le moins possible pour des fonctions systématiquement sous-traitées (notamment en sécurité, maintenance, nettoyage, gestion des déchets) dans une logique de « moins-disant ». Désorganisation du travail, éclatement des collectifs de travail, « économies » en matière de sécurité, invisibilité des travailleur.e.s et mépris implicite pour leur expérience de la réalité des procédés de production, mais aussi des aléas…. Ainsi se trouvent réunies les conditions de possibilité de la survenue d’accidents.

 A AZF, en réunion de comité d’entreprise (CE), dans les deux ans qui précédaient l’explosion, les syndicalistes avaient alerté la direction à plusieurs reprises sur les dangers de la sous-traitance (changements de prestataires, absence de procédures de travail, insuffisance de la formation des travailleur.e.s sous-traitants). Sans être entendus le moins du monde ! 

L’arrêt de la cour d’appel de Paris dans l’affaire AZF est limpide à ce sujet :

« Au regard des manquements relevés aux obligations particulières de sécurité ou de prudence prévues par la loi ou le règlement : l’insuffisance dans l’identification et l’évaluation des risques ; les défaillances dans la maîtrise des procédés par des consignes écrites ; l’insuffisance dans la formation et l’information du personnel, la matérialité de la faute est incontestablement établie ». (Jugement de cour d’appel de Paris, 31 octobre 2017)

Après l’accident d’AZF, avec d’autres grandes entreprises, Total a créé l’Institut pour une Culture de Sécurité Industrielle (ICSI), association qui fédère de très nombreuses entreprises dont les dons sont ainsi déductibles d’impôts[6].  De même que « l’usage contrôlé de l’amiante » fut longtemps le slogan qui occultait la fuite en avant d’une industrie mortifère, de même que  la résilience vise l’acceptation inconditionnelle autoritaire du désastre, de même, la « culture de sûreté » préconisée par l’ICSI sert à masquer : l’absence de suivi rigoureux de la sécurité et des conditions de travail dans l’activité réelle de travail, la non prise en compte de  l’expérience des salariés, la sous-traitance en cascade et au moins-disant, ainsi que les carences du contrôle exercé par l’Etat tant au plan de la sûreté des installations que de la sécurité des travailleur.e.s.

A Rouen, pendant et après le début du désastre dû à l’incendie de Lubrizol, qu’en a-t-il été de la santé des travailleuses et travailleurs, de celles des riverains, femmes allaitantes ou enceintes et enfants, des agriculteurs, de tous les salariés de l’agglomération ? 

Dans ce texte nous présenterons tout d’abord la situation née de l’incendie et ses enjeux sanitaires. Puis nous évoquerons comment, avant, pendant et après l’incendie, l’union départementale CGT de Seine-Maritime a fédéré les organisations syndicales et associations autour de ces enjeux et le dispositif d’enquête syndicale qui a été mis en oeuvre dans les mois et les années qui ont suivi.

 

I – « Sans danger immédiat »… Vraiment ?

Toutes les déclarations officielles, des ministres au préfet en passant par l’ARS visent à rassurer. Et pourtant…

Pour les travailleur.e.s du site et ceux des entreprises autour de celui-ci, la sécurité incendie n’était pas assurée. En effet, un rapport d’audit de l’assureur de Lubrizol – connu après l’incendie – avait, dans les années précédentes, évoqué le défaut de sécurité incendie.

Les pompiers, premiers concernés par l’exposition aux risques toxiques

Quant aux pompiers, voici quelques-uns des propos entendus par les experts désignés par le CHSCT du SDIS 76 au cours de l’expertise réalisée a posteriori :

 « Un feu violent qui prend très vite de l’ampleur. » « dans l’attente des moyens, on se sent impuissant. » « Une situation chaotique, complexe ». « on est face à un monstre qui nous dépasse ». « On ne maîtrise pas tous les éléments ». « on est seul sans connaître la dangerosité des produits ». « Je patauge dans l’huile et l’eau. Ça glisse ; » « C’est le feu du siècle ».

Classée Seveso Seuil Haut, l’usine entre dans la catégorie des sites très dangereux. Elle abritait une unité de production pour la fabrication et le conditionnement d’additifs pour lubrifiants et pour peintures. Les bâtiments détruits par l’incendie servaient au stockage de containers d’hydrocarbures. L’incendie s’est également répandu dans la société Normandie Logistique, qui elle-même assurait, en sous-traitance, le stockage de produits dangereux pour Lubrizol.

D’emblée les pompiers se sont trouvés devant une grave insuffisance des moyens de lutte contre l’incendie. Le rapport d’expertise du CHSCT du SDIS76 témoigne de l’ampleur de l’incendie et de l’insuffisance des moyens :  

Les pompiers ont subi une exposition respiratoire (quand ils ne portaient pas d’appareil respiratoire isolant) et surtout cutanée à un mélange de substances toxiques et de particules en aérosol. Une « bouillasse » s’est formée au sol et a pu envahir les bottes de certains pompiers entraînant une exposition cutanée très importante. Sur les premières 24H, avant la mise en oeuvre d’une stratégie de décontamination sur place, la majorité des pompiers ont quitté le site sans décontamination dans des véhicules légers, avec des tenues, gants et casques souillés. Au retour dans les centres, ils ont procédé à des nettoyages souvent sans équipement de protection, face à la contamination des tenues. A posteriori, la médecine de prévention a organisé un suivi biologique mais seulement pour quelques substances et sans tenir compte des multiples polluants présents sur le site (dont l’amiante). Un universitaire, médecin, a jugé inutile la mise en place d’un suivi de long terme. Or c’est celui-ci qui serait important.

En juin 2022, le travail de pompier a été classé par le CIRC dans la catégorie 1 (c’est-à-dire cancérogène certain pour l’homme), en référence à une poly-exposition aux cancérogènes[7].  Celle évoquée dans l’article (voir traduction note 5) ne prend en compte évidemment, qu’une pollution classique issue d’incendies ne comportant pas une intense contamination chimique à de très nombreuses substances du type de celle subie par les pompiers pendant l’incendie de Lubrizol. 

La pollution a également atteint une partie importante de la population de l’agglomération et des communes sous le vent du nuage de fumée qui s’est dégagée, non seulement pendant l’incendie mais dans les heures, voire les jours qui ont suivi.

Pourtant les ministres qui se sont déplacés, paradoxalement ont martelé un seul message: « sans danger immédiat ». Il a fallu une forte expression du Collectif intersyndical et interassociatif Lubrizol pour que les données soient très progressivement mises sur le site de la préfecture. Mais toujours de façon lacunaire et souvent illisible.

Des travailleurs et travailleuses contaminé.e.s : un désastre invisible différé dans le temps 

Pourtant, en l’absence d’un arrêt des activités, sauf les plus essentielles, qui aurait pu être décidé par le préfet dès le début de l’incendie, la population est allée au travail, les transports urbains ont circulé, ce qui a conduit d’ailleurs à des malaises chez les chauffeurs de bus. Pour l’essentiel la vie a continué.

Très peu d’informations ont été données quant à ce qui s’est passé pour les travailleur.e.s de Lubrizol et de Normandie –Logistique, et encore moins pour tous ceux et celles dont l’activité se situait sous le nuage. Invisibilité du travail, des travailleur.e.s et des maux du travail !

Les victimes professionnelles invisibles de la pollution durable auront à souffrir, pour certains, de cancers et autres pathologies à effet différé, conséquence des expositions (HAP, amiante, molécules toxiques autres). Aucun outil de suivi professionnel ou post-professionnel n’a été mis en place.

Un désastre qui s’étend à la population prisonnière de cette pollution 

La pollution n’a épargné personne. Mais nous n’en avons que quelques traces, pourtant hautement préoccupantes. L’analyse du lait maternel réalisée à l’initiative de quelques femmes allaitantes en est l’illustration. Souhaitant savoir si la pollution avait pu contaminer leur lait, elles ont fait comparer la composition de leur lait maternel congelé avant l’incendie et celui prélevé a posteriori. Elles ont dû se rendre à l’évidence. Leur lait maternel après l’incendie était contaminé aux hydrocarbures polycycliques aromatiques, qui font partie des pires cancérogènes. Cette situation, connue via les médias, n’a entraîné aucune réaction particulière de la part des autorités sanitaires.

Il n’y a pas eu de formation des médecins à la mise en œuvre d’un suivi tenant compte de ces contaminations. Pourtant un suivi clinique bien organisé dès le lendemain de l’incendie, notamment, des travailleurs et travailleuses, des femmes enceintes ou allaitantes et des enfants aurait permis de cumuler les observations. C’est ce qui a été fait après les attentats du World Trade Center, à New York où des équipes de santé publique ont organisé un suivi médical de longue durée pour les pompiers, les intervenant sur le site et les riverains. En 2019, ce suivi a permis de mettre en évidence le fait que plus de 14 000 secouristes et survivants ont été ou sont touchés par des cancers.

« Car des années après l’effondrement des tours jumelles, New York n’en finit pas de compter les personnes atteintes de cancers – notamment du poumon – et d’autres maladies graves, liés au nuage toxique qui a plané des semaines durant sur le sud de Manhattan. La ville s’était alors recouverte d’un manteau de poussière qui libérait dans l’air des quantités inédites de produits chimiques, dont des dioxines, de l’amiante et d’autres substances cancérogènes.

Dès 2012, le gouvernement a intégré une cinquantaine de types de cancers à la liste des maladies couvertes par le programme de santé World Trade Center Health Program, créé pour fournir des soins médicaux aux survivants et aux secouristes des attentats »[8].

Les demandes citoyennes : des enjeux de santé publique ignorés des autorités:

Le Collectif citoyen et syndical qui s’est constitué dès le lendemain de l’incendie a porté trois revendications essentielles, dont aucune n’a été entendue et suivie d’effet.  

Il s’agit de :

  • La publication des substances, de leurs dangers, et la mise en place d’un monitoring continu de la pollution
  • Un suivi sanitaire digne de ce nom 
  • La mise en place de registres de cancer et malformations : L’absence actuelle de tels registres ne permet pas d’éclairer, par exemple, les facteurs de risques des cancers pédiatriques d’enfants à Pont de l’Arche. 

Ce n’est pas aux victimes de prouver que les cancérogènes donnent des cancers mais aux autorités sanitaires de prouver qu’il n’y aurait aucun rapport entre les substances dont la toxicité est avérée, issues de l’incendie (combinées avec des pollutions antérieures), et la multiplication des cas de cancers et autres maladies chroniques. L’absence de mesures concrètes d’organisation du suivi sanitaire et de recensement des pathologies conduit à ce que Thierry Ribault désigne comme « la science non faite »[9]. L’Etat refuse de se donner les moyens de garantir aux travailleurs et travailleuses et à la population un suivi sanitaire effectif, comportant des bénéfices individuels et collectifs. Au plan individuel, pour les personnes contaminées, le suivi est garant d’une anticipation la plus précoce possible des phénomènes pathologiques. Au niveau collectif, c’est ce qui permettrait d’évaluer dans le temps les conséquences du désastre, voire d’en tenir compte devant les tribunaux. Il ne faut pas perdre de vue que le propriétaire de Lubrizol est Warren Buffet[10] un des plus grands milliardaires de la planète.

C’est le travail syndical et associatif qui fait émerger la réalité des dangers et des conséquences à venir, mais qui se heurte à l’inaction publique. C’est ce que Gérald le Corre explique dans la seconde partie de cet exposé.

 

II – Construire un dispositif d’enquête syndicale : Analyse et témoignage de Gérald le Corre 

Le dispositif d’enquête et son évolution

Le recueil d’information sur le terrain – comment s’y prendre ?

La première chose est de déterminer qui peut nous parler. Notre expérience militante nous a appris que les salariés d’une entreprise où a eu lieu un incendie, une explosion, un accident mortel, ne vont pas vouloir, pas pouvoir parler. Peur d’être vu, d’être sanctionné mais aussi peur pour l’avenir du site industriel. Il est évident dès le début que les salariés de Lubrizol, entreprise où les syndicats sont très peu implantés – la CGT n’y est pas du tout – ne vont pas parler. 

Il faut aller voir ceux et celles qui ont moins peur à savoir les salariés précaires dont les intérimaires, les salariés de la sous-traitance des entreprises de sécurité, de ménage, de maintenance sans oublier les chauffeurs livreurs qui viennent notamment livrer ou récupérer des produits dangereux.

Comment les contacter ? 

Si vous vous pointez devant l’usine, c’est l’échec direct comme les journalistes nous l’ont confirmé. En pratique, il faut aller les rencontrer dans des lieux où ils ne craignent pas d’être vus, de nous parler. Il faut aller dans les resto ouvriers le midi, les cafés à l’heure de l’apéro, repérer les hôtels de la zone industrielle où on trouve des camionnettes avec des logos d’entreprises qui peuvent travailler sur le site.

Le recoupement des informations avant publication

De nombreuses informations nous remontent mais il faut les vérifier. Nous actons le principe que l’information est fiable dès lors que nous avons trois sources concordantes. Pour recouper les infos, en vue d’une diffusion, nous incluons un travail avec plusieurs journalistes, certains, locaux, avec lesquels nous échangeons régulièrement depuis plusieurs années mais aussi des envoyés spéciaux, y compris ceux des chaînes d’information en continu. Ils sont nombreux et ne savent pas toujours comment s’y prendre pour enquêter. Nous pouvons alors les guider à partir de notre propre enquête. Nous échangeons nos informations, ce qui nous permet plus rapidement et facilement d’avoir trois sources concordantes.

Compte tenu de la présence à cette conférence des agents des renseignements territoriaux (RG), des représentants de la préfecture et de Lubrizol, je ne peux évidemment pas tout raconter mais je peux néanmoins affirmer que nous avons tout fait dans la légalité… 

L’enquête initiée par la CGT, élargie et renforcée sur certains points par les différentes composantes du Collectif Lubrizol a permis la mise en évidence :

  • Des mensonges du ministre Castaner ; lors de ses prises de parole le matin de l’incendie, que les représentants de l’Etat ont dangereusement joué avec les mots entre risque aiguë létal, risque de mort immédiate et risques pour la population ;
  • L’absence de mesure dans le nuage des cancérogènes notamment des HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques)
  • Une pollution préexistante de la zone dite blanche (soi-disant non dangereuse, en vue de la comparaison). Les mesures réalisées notamment au niveau d’une école de Saint Etienne du Rouvray démontrent clairement une pollution sûrement antérieure.
  • L’insuffisante sensibilité des instruments de mesure utilisés lors du sinistre pour la détection de plusieurs substances dont le benzène.

Nous avons pu dévoiler que :

  • Les toitures de Lubrizol comme de Normandie Logistique étaient amiantées, alors qu’il ressort de documents officiels que la préfecture n’a pas informé l’INERIS, ni l’ANSES de la présence d’amiante. Par conséquent leurs avis n’en tiennent pas compte ;
  • La zone dans laquelle le départ de feu est présumé est confiée à un sous-traitant de Lubrizol, l’entreprise Netman, entreprise de nettoyage chargée aussi d’opérations de mise en fût de produits chimiques, dont personne n’avait encore parlé ;

Nous avons décrypté le rapport de l’assureur de Lubrizol (FM Global) qui décrit depuis plusieurs années avant l’incendie le scénario catastrophe. Il s’agit bien évidemment d’un élément central pour le futur procès pénal permettant de démontrer que Lubrizol avait parfaitement conscience du niveau de risque et des manquements dans son système de lutte contre l’incendie ;

  • D’avoir fait sortir le rapport commandé par la Chambre de commerce et d’Industrie (CCI) sur le niveau réel de formation des sous-traitants, qui démontre des lacunes terribles;
  • D’avoir informé sur le fait que les agents territoriaux de Rouen ont nettoyé les sols pollués sans aucune protection, ce qui est aussi le cas dans les autres communes du département ;
  • D’avoir documenté le fait que la société mandatée par Lubrizol pour la récupération des déchets ne ramasse pas tout. Si les morceaux situés au sol sont récupérés, dans des conditions non documentées, ce n’est pas le cas des débris sur les toitures, dans les gouttières… ;
  • D’avoir informé sur le suicide du responsable de l’entrepôt Normandie Logistique (NL), trois semaines après l’incendie et du contenu de la lettre qu’il a laissée ;
  • D’avoir informé sur l’effondrement de la toiture de Normandie Logistique lors des travaux post incendie ;
  • D’avoir révélé le fait que les services du Ministère du travail n’avaient pas mis en place de commissions inter-entreprises pourtant obligatoires suite à la loi Bachelot post AZF….
  • Enfin, et ce n’est pas la moindre des informations, d’avoir rendu public le fait que la DREAL avait validé une étude de danger LUBRIZOL selon laquelle la seule mesure de protection contre le risque incendie sur les stockages extérieurs relevait de la surveillance visuelle. Pourtant tant LUBRIZOL que la DREAL savaient que personne ne travaillait autour des stockages la nuit mais surtout qu’il était techniquement possible, à un coût financier faible, d’installer des détecteurs, des caméras thermiques et un réseau d’extinction d’incendie automatique. Ceci constitue une faute avérée de l’Etat.

 

Nous avons lancé un appel à l’aide aux réseaux d’experts pour aider à décrypter / argumenter sur :

  • Les résultats d’analyses publiés sur le site de la Préfecture ainsi que les avis de l’INERIS et de l’ANSES ;
  • Le suivi médical à mettre en place

 

Notre enquête à travers le dossier pénal : 

L’union départementale CGT de Seine-Maritime a fait le choix de se constituer partie civile sans avocat. Ce choix permet d’avoir accès à toutes les pièces pénales du dossier, de les analyser, mais surtout de pouvoir en parler librement, la seule limite étant l’interdiction de communiquer des pièces du dossier.  Ainsi, si un journaliste nous interroge sur tel ou tel aspect du dossier pénal, sur le procès-verbal de la DREAL par exemple, rien ne nous interdit de lui répondre et donc de participer au droit de chacun.e d’être informé.es le plus largement possible sur l’avancée du dossier.

Si la justice n’avance pas assez vite à notre goût, le dossier pénal contient déjà plus de 800 pièces qu’il faut analyser. L’enjeu désormais est aussi de sous-traiter notre enquête de terrain qui arrive à ses limites, en utilisant la faculté de demander des compléments d’expertise ou des actes d’instructions. 

Le rapport des gendarmes spécialisés de l’OCLAEST fait 189 pages. Nous en avons fait l’analyse en novembre 2020. La CGT obtiendra des juges d’instruction un complément d’expertise pour que les investigations soient approfondies sur certains points. Certaines hypothèses ont été écartées sans justification, par exemple sur un mélange de produits incompatibles entre eux. Le rapport devait être rendu en janvier 2022… On attend toujours !

Le 5 septembre 2022, c’est l’avocate du syndicat Solidaires et de l’association des sinistrés de Lubrizol (ASL), Julia Massardier, qui obtiendra une décision intéressante des juges d’instruction pour que des éléments relatifs à l’amiante soit versés au dossier.

L’enquête continue, mais cela nécessite du temps, pour lire, analyser, produire…Pour que l’on n’ait plus à écrire qu’« une catastrophe du type Lubrizol est encore possible ». 

 

*          *

*

 

[1] Sociologue, DR honoraire Inserm, Association Henri Pézerat, Santé-travail-environnement https://www.asso-henri-pezerat.org

[2] Syndicaliste CGT (inspecteur du travail de profession), responsable des questions de santé au travail pour la CGT de Seine Maritime et membre de l’association Henri Pézerat, Santé-travail-environnement.

[3] https://www.lemonde.fr/idees/article/2006/04/24/tchernobyl-notre-passe-ou-notre-avenir-par-svetlana-alexievitch_764753_3232.html

[4] Quinlan MG, 2014, Ten Pathways to Death and Disaster: Learning from Fatal Incidents in Mines and Other High Hazard Workplaces, The Federation Press, Sydney NSW, https://www.federationpress.com.au/bookstore/book.asp?isbn=9781862879775

[5] Remy Jean, Philippe Saunier (dir) AZF-Total, responsable et coupable. Histoire d’un combat collectif, Syllepse, 2018

[6] https://www.icsi-eu.org/

[7] « Les pompiers peuvent être exposés aux produits de combustion des incendies (par exemple, les hydrocarbures aromatiques polycycliques [HAP] et les particules), aux matériaux de construction (par exemple, l’amiante), aux produits chimiques contenus dans les mousses anti-incendie (par exemple, les substances perfluorées et polyfluorées [PFAS]), aux retardateurs de flamme, aux gaz d’échappement des moteurs diesel et à d’autres dangers (par exemple, le travail de nuit et les rayons ultraviolets ou autres). L’absorption d’effluents d’incendie ou d’autres produits chimiques peut se faire par inhalation et absorption cutanée, voire par ingestion. (…) L’absorption cutanée de produits chimiques peut se produire même chez les pompiers portant un EPI, en raison des limites de sa conception, de son ajustement, de son entretien ou de sa décontamination. En outre, des expositions peuvent se produire lorsque les pompiers ne combattent pas activement les incendies et ne portent pas d’EPI. » https://www.thelancet.com/action/showPdf?pii=S1470-2045%2822%2900390-4

[8] https://www.lemonde.fr/international/article/2019/09/11/depuis-le-11-septembre-plus-de-14-000-secouristes-et-survivants-touches-par-des-cancers_5509237_3210.html 

[9] Thierry Ribault Contre la résilience à Fukushima et ailleurs, L’Echappée, 2021

[10] Selon le site wikipédia : le magazine Forbes indique que sa fortune est estimée à 113,8 milliards de dollars

 

*          *

*

 

Appendice : Avant et après Lubrizol : une chronologie reconstituée par Gérald Le Corre

Avant Lubrizol 

L’avant LUBRIZOL est comme une longue traversée du désert. Alors même que la Seine-Maritime est un département à forte implantation industrielle – chimie, pétrochimie, nucléaire, métallurgie – un pesant silence entoure la question des risques chimiques différés et notamment celle du risque de cancers d’origine professionnelle.

Le Collectif Santé–Travail de l’Union Départementale CGT existe depuis le début des années 2000 et assure la formation des représentants du personnel, notamment des membres des CHSCT aussi bien sur la prise de mandat que sur des sujets spécifiques (amiante, risque chimique, enquêtes AT/MP…). Une mobilisation a vu le jour en 2010 sur les effets différés de la poly-exposition aux substances chimiques toxiques lors de l’ouverture de conteneurs maritimes, suite à une alerte commune des syndicats CGT portuaires et dockers du Havre, et CGT Douane. Si la direction générale du Travail (DGT) a pris en compte le sujet, en faisant notamment réaliser des analyses, confirmant les risques, force est de constater qu’il n’y a pas d’avancées réelles sur ce dossier du point de vue de l’exposition des travailleur.e.s, le ministère du travail n’obligeant pas réglementairement la mise en place d’une ventilation permettant un captage des polluants à la source avant l’ouverture des conteneurs et l’intervention des douaniers et dockers.

Face à ces sujets souvent complexes, la CGT de Seine-Maritime a eu pour stratégie de ne pas rester isolée, notamment en adhérant à l’association Henri Pézerat qui anime un réseau de collectifs en lutte sur les enjeux de santé et conditions de travail. De nombreux liens existent également avec des avocats, des experts CHSCT / CSE, des médecins du travail, des journalistes spécialisés. Des initiatives unitaires (rassemblements, journées d’étude…) ont été organisées à Rouen avec le syndicat Solidaires, le syndicat des avocats de France (SAF), des associations, notamment l’ADDEVA 76, permettant de sensibiliser sur les risques du travail et de construire des solidarités militantes durables dans une situation où le rapport de force demeure très défavorable aux travailleurs et aux travailleuses.

Malgré le travail effectué, nous pouvons cependant constater qu’il existe très peu d’enquêtes syndicales sur les maladies professionnelles, sur les expositions aux produits cancérogènes, peu de bagarres revendicatives en matière de prévention des risques graves à effet différé dans les lieux de travail.

Avant l’incendie de Lubrizol, nous avions prévenu sur le haut niveau de risque qui perdurait. Nous avions alerté à de multiples reprises tant la Préfecture que les services du Ministère du Travail et dénoncer l’inapplication de pans entiers de la réglementation en matière de santé et de sécurité au travail dans l’industrie, notamment dans les situations de sous-traitance.

Suite à un colloque sur l’inspection du travail et les droits des travailleur.e.s à l’université d’Evry en mai 2014, étais publié un article au titre prémonitoire : « Une catastrophe du type AZF Toulouse est encore possible ». 

Lors de ce colloque, j’avais eu l’occasion de participer à une table-ronde avec l’adjoint du Directeur Général du Travail (Ministère du travail). J’avais alors détaillé les manquements graves constatés par les inspecteurs et inspectrices du travail de Seine-Maritime (non déclaration des accidents du travail sur des sites SEVESO, réalisation de travaux par des entreprises sous-traitantes sans analyse des risques, procédures de sécurité inapplicables et inappliquées en pratique notamment par manque de temps…. ). J’avais cité des entreprises dont LUBRIZOL mais pas seulement. J’avais conclu mon intervention en indiquant que la vraie question n’était pas de savoir si une explosion du type AZF était encore possible en France mais où et quand celle-ci aurait-elle lieu. 

Le représentant du Ministère du travail avait-il proposé un échange, une réunion pour discuter de cela ? Il était resté silencieux et avait regardé ses chaussures. 

En Seine-Maritime, nous sommes passés plus d’une fois très près d’un nouvel AZF. 

Deux exemples :

17 octobre 2015 : Fuite de 10 000 m3 d’éthylène au sein de la raffinerie Total à Gonfreville L’Orcher (76). Cette fuite aurait pu provoquer une explosion quatre à cinq fois plus puissante que celle d’AZF, avec un risque d’effet domino, puisque pléthore d’autres entreprises dangereuses sont présentes dans la zone. Au sein de la CGT de l’entreprise, de vifs échanges ont eu lieu pour savoir s’il fallait ou non rendre la fuite publique. Ce qui sera finalement fait mais sans enquête CHSCT, ni expertise risque grave en raison des pressions de la direction sur les conséquences d’une telle démarche pour l’emploi. 

31 mars 2016 : Sur le site de la centrale nucléaire de Paluel (76), EDF réussit l’exploit de faire chuter le générateur de vapeur lors de son remplacement. Il s’agit d’une pièce de 465 tonnes, l’équivalent de 14 camions poids-lourds. L’expertise réalisée à la demande du CHSCT par le cabinet APTEIS montre que l’accident trouve son origine dans la sous-traitance en cascade : aucune suite n’avait été donnée à une alerte interne sur le risque de chute. Le rapport est explosif mais le syndicat ne veut pas le diffuser considérant qu’il pourrait être un appui pour le mouvement anti-nucléaire. L’information finira par sortir

Par ailleurs, quelques mois avant LUBRIZOL, le 15 avril 2019, Notre-Dame de Paris s’embrase devant les caméras du monde entier, 450 tonnes de plomb partent en fumée, retombant en fines poussières, et provoquent une forte contamination sur Paris. L’association Henri Pézerat, l’UD CGT de Paris, l’Association des familles victimes du saturnisme se mobilisent pour informer, alerter et dénoncer les mensonges officiels concernant un toxique connu depuis des siècles. 

Quand arrive le 26 septembre et l’incendie LUBRIZOL : on a donc la mémoire fraîche, on sait que l’Etat peut mentir sur le niveau de risque réel. 

Quelques éléments sur la chronologie du premier mois 

 Jeudi 26 septembre 2019 : Incendie LUBRIZOL

Je vais reconstituer ici mon expérience de ce jour-là.

  • 6h – heure du réveil : j’ai reçu plusieurs SMS dans la nuit m’informant d’un incendie majeur dans la zone de Rouen.
  • 8h30 : Je retrouve mes 15 stagiaires CHSCT, après avoir hésité à fuir la ville. Nous bousculons le programme pour discuter de l’incendie et du nuage que l’on voit très bien. Très vite, nos craintes initiales sur les risques cancérogènes se confirment après quelques coups de fil et recherches sur le net. Il est évident que sont présents des Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (HAP) issus de la combustion incomplète, mais aussi, s’agissant d’une industrie vieillissante, de l’amiante contenue dans les bâtiments en feu….
  • 12h : sortie d’un premier communiqué de presse CGT construit avec les stagiaires qui indique notamment :
  • Le déni officiel sur l’absence de risques, dans le discours du ministre de l’intérieur Castaner sur les ondes très tôt le matin, tandis qu’un peu plus tard une communication préfectorale évoque le fait que les autorités sont en attente de résultats « des mesures de qualité de l’air sur les principales molécules » ;
  • L’absence de mesures de protection hors périmètre des 500 mètres autour de l’usine sauf pour les crèches et les écoles ;
  • La contradiction entre les consignes données par les autorités et la brochure diffusée aux riverains indiquant qu’il faut rester chez soi si les sirènes PPI sonnent. Le communiqué dénonce les consignes données par la préfecture exigeant que les services de l’Etat restent ouverts à l’exemple de la cité administrative Saint Sever situé à moins de 3 km de LUBRIZOL.
  • Le fait que Lubrizol est un délinquant connu qui a été condamné à 4000 € d’amende, en raison d’une fuite de Mercaptan en 2013, ce qui n’a guère été dissuasif, puisque l’incendie du 26 septembre 2019 a eu lieu.
  • Pour conclure, le communiqué exige 
    • La communication immédiate sur le site internet de la préfecture des résultats d’analyses effectuées et leurs mises à jour au fil de l’eau.
    • La communication de la liste des produits présents sur la partie du site en feu ainsi que l’ensemble des études toxicologiques sur ces mêmes produits.
    • La transparence sur les raisons de ce nouvel incendie.
    • L’organisation d’un suivi médical spécialisé pour toute la population exposée aux fumées

 

  • Fin d’après-midi du 26 septembre : Afin de répondre au mieux à l’ensemble des sollicitations, nous rédigeons une note pour nos bases syndicales sur les risques liés à l’incendie (fumées, suies…), contenant un rappel sur le droit d’alerte et de retrait des travailleurs et des travailleuses. Ce droit est notamment contesté publiquement par le préfet concernant les conducteurs de bus. Enfin la note rappelle les conditions d’exercice du droit d’alerte du CHSCT pour danger grave et imminent, invitant nos bases à faire voter des demandes d’expertise pour risque grave.

27 septembre matin : L’ordre du jour d’une réunion du collectif santé travail CGT de Seine-Maritime, qui était déjà programmée, est évidemment chamboulé pour se focaliser sur l’incendie. Au-delà d’un point sur l’état des lieux, les informations à recueillir, à vérifier, la répartition des tâches, une partie de la discussion porte sur la nécessité d’une mobilisation collective. En effet, nous savons d’expérience que seule la mobilisation, syndicale et citoyenne, permettra de peser sur la préfecture, la justice et les industriels pour obtenir vérité et transparence. Nous prenons acte du fait que la CGT va proposer dans la journée un communiqué unitaire large comprenant un appel à manifester le mardi 30 septembre 2023.

Le 1er communiqué unitaire sort le 27 septembre à 18h15

Pourquoi appeler rapidement à manifester ? L’expérience accumulée de toutes les luttes sur la santé au travail témoigne du fait qu’il n’y a pas de vérité / pas de transmission d’information sans rapport de force. Mais manifester, c’est aussi réunir des gens pour échanger, discuter, informer ou recueillir des nouveaux éléments.

Pourquoi proposer la mise en place d’un collectif unitaire large ? Nous tirons notamment les enseignements des suites de l’explosion AZF en 2001. Total et l’Etat ont tout fait pour opposer les travailleur.e.s de l’usine et leurs organisations syndicales à la population. Une grande partie de la CGT de l’usine a d’ailleurs fait, un temps, front avec la direction de Total qui défendait plusieurs hypothèses fantaisistes sur le fait que l’explosion aurait une origine extérieure.

Concernant l’incendie de Lubrizol, nous considérons que travailleurs et travailleuses et riverain.e.s sont tous et toutes victimes d’un système productif capitaliste pour qui la priorité est la maximisation des profits. En conséquence, les intérêts sont communs entre les travailleurs et travailleuses des usines SEVESO, celles et ceux des entreprises environnantes, les riverain.e.s de ces entreprises qui sont d’ailleurs en grande partie des travailleuses et des travailleurs, les associations de défense de l’environnement…..

C’est sur cette base que parait dès le 27 septembre un appel unitaire regroupant notamment la CGT, la FSU, Solidaires, les syndicats étudiants, la confédération paysanne, plusieurs associations de défense de l’environnement, du climat, la FCPE, des associations telles que ATTAC, la LDH, Droit au Logement, des groupes de Gilets Jaunes et la plupart des partis politiques à la gauche du PS. Il est notable que ce qui rend possible la sortie très rapide de cet appel est un travail préalable unitaire.

J+2/J+3 – Week-end de folie… les appels et les échanges continuent avec nos équipes syndicales. Nous essayons de répondre aux questions des riverains confrontés aux suies qui sont retombées, ou aux morceaux de fibro-amiante retrouvés dans les jardins. Se rajoutent évidemment les multiples appels des journalistes qui cherchent à comprendre les enjeux, les risques, les questions de poly-exposition. C’est sans compter la valse des ministres qui défilent sur Rouen avec des discours parfois divergents ou encore les fake-news qui ne nous aident pas !

Sans que cela soit formalisé, nous commençons notre propre enquête, en allant à la pêche aux informations grâce aux réseaux CGT : un camarade qui connaît un camarade dont la sœur travaille dans telle entreprise et qui nous remonte des informations importantes qu’il nous faudra croiser et vérifier.

Malgré les risques, nous allons sur place, nous échangeons avec les pompiers qui partent du site, qui décrivent leurs conditions d’interventions. Ils ne savent pas encore que leur santé a été mise en danger, que les masques FFP2 portés par ceux qui ne sont pas en situation d’attaque ne les protègent pas efficacement vis-à-vis du risque chimique et des fibres d’amiante, que leurs bottes ne sont pas étanches. Nous apprenons qu’ils sont rentrés dans les centres de secours avec des vêtements souillés. Nous discutons aussi avec les policiers sur place et leur faisons savoir qu’ils devraient être protégés et qu’ils ne le sont pas.

J+4 / Lundi 30 septembre : 

Un rassemblement appelé via les réseaux sociaux se tient devant le conseil de la métropole auquel le préfet a annoncé sa participation pour donner des éléments aux élu.e.s politiques. Environ cinq cent personnes sont présentes mais rien n’est prévu pour que le public puisse assister à la séance normalement publique comme le veut la réglementation. Plutôt que de prendre des mesures pour s’exprimer devant la population qui veut savoir ce qui a brûlé, ce que les gens ont respiré, le pourquoi d’un tel incendie, le préfet s’enferme avec les élus et envoie la brigade anti criminalité faire face aux manifestants.

J+5 / Mardi 1er octobre : 

Matin : réunions de militant.es CGT pour structurer notre travail dans l’urgence, continuer à informer et recueillir les éléments. C’est le début de la structuration de notre enquête indépendante reposant sur les équipes militantes. Nous mettons en place un groupe d’appui qui s’engage à suivre le dossier sur le long terme… engagement qui ne sera malheureusement respecté que les premières semaines, chacun.e reprenant ses activités dans son entreprise, avec pour conséquence la concentration sur un seul camarade d’un travail sur un dossier tentaculaire. 

17h – conférence de presse d’avant manifestation

C’est une longue conférence de presse, (sans doute mal préparée) intégrant en urgence nos analyses des premiers résultats de mesures que la préfecture a publiés dans l’après-midi. Nous sollicitons aussi dans l’urgence nos propres « experts » pour des avis techniques qui concordent avec et confirment les nôtres. D’une part certaines substances toxiques, dont des cancérogènes, n’ont pas été analysés, d’autre part les équipements de laboratoire utilisés ont pour partie des sensibilités analytiques insuffisantes. Pour la première fois, des journalistes sont curieux sur la question des cancérogènes, des effets différés, sur les difficultés à apporter la preuve des liens entre exposition et maladie, en particulier pour des ouvriers exposés toute leur carrière. Je pense notamment à mon camarade Gilles, décédé quelques mois plus tôt d’un cancer foudroyant. Je pense aux 17 ans de procédures pour obtenir la condamnation d’AZF. Je prends conscience qu’on est parti pour un combat de 20 ans alors que je suis déjà fatigué. Face caméra, je ne parviens pas à retenir mes larmes. 

18h – 4 000 à 5 000 personnes en manifestation

Cette manifestation est particulière à plus d’un titre. L’émotion, l’inquiétude et une tension sont pleinement palpables. Elle rassemble un public militant, celui qu’on croise à toutes les manifestations, mais aussi des milliers de visages inconnus dont certains doivent battre le pavé pour la première fois. On y retrouve les différentes catégories de la population, ceux venus des quartiers populaires de la rive gauche particulièrement touchés par les odeurs qui persisteront longtemps, ceux des quartiers de la rive droite qui ont notamment récolté sans le vouloir des morceaux d’amiante-ciment dans leurs jardins, ou encore ceux des plateaux touchés par les retombés de suies.

C’est dans cette ambiance éclectique et quelque peu électrique qu’est né le slogan qui restera le mot d’ordre central de la mobilisation depuis trois ans : LUBRIZOL Coupable, ETAT Complice !

A l’arrivée à la préfecture, il est prévu qu’une délégation soit reçue mais on nous fait attendre des heures, histoire que la foule se disperse. Alors que nous sollicitons des informations sur ce qui a brûlé, sur les risques pour la santé, ceux qui nous reçoivent n’ont rien à nous dire, le préfet, la DREAL et l’ARS sont absents, et le SDIS a envoyé son chargé de communication qui ne peut répondre à nos questions techniques. Certains d’entre nous partent avant la fin de l’entretien…

J+6 / Mercredi 2 octobre :

L’appel à manifester et la puissance de la mobilisation ont permis d’obtenir l’engagement des autorités de publier sur le site de la préfecture tous les rapports d’analyse. C’est donc sur l’analyse des résultats qu’il va falloir désormais mettre des forces. Si nous pouvons solliciter notre réseau d’experts, leurs aides ne peut remplacer un vrai travail de terrain. Dans les entreprises touchées par l’incendie et le nuage, nous décidons de pousser nos militants à faire voter des expertises risque grave, possibilité qui existe dans le code du travail depuis 1991 mais qui est sous-utilisée. Nous rédigeons des modèles selon les différentes configurations (entreprises privées dont certaines ont encore des CHSCT quand d’autres sont passées au CSE, spécificités concernant les trois versants de la fonction publique). Nous informons aussi les cabinets d’expertises que nous souhaitons faire désigner, pour qu’ils se coordonnent si nécessaire. Sur ce point, seules quelques équipes syndicales iront au bout de la démarche (SDIS, pôle Emploi, SNCF, TCAR, CHU…) mais les rapports fourniront par la suite des éléments très intéressants.

Création du Collectif unitaire Lubrizol

Au lendemain de la manifestation se réunit pour la première fois le collectif unitaire Lubrizol qui continue de s’élargir jusqu’à une quarantaine d’organisation. 

Une fois passée la discussion sur le bilan de la manifestation et les expressions plurielles sur le mépris de la préfecture, nous engageons un travail sur la question sensible de la plateforme unitaire du collectif. Nous savons que les questions du maintien de l’usine sur Rouen et des emplois viendront dans le débat, notamment via les associations de riverains ou certains partis dans une période d’élection municipale. Ce qui peut constituer un risque de division ou d’éclatement que nous devons éviter.

Nous proposons que le collectif se rassemble sur une plateforme centrée sur les questions de santé et de sécurité, en indiquant que sur la question du maintien du site, chacun est libre de s’exprimer sans que cela ne remette en cause notre travail commun.

Sur un dossier qui est déjà tentaculaire, nous débouchons sur une longue série de revendications qui donnera à notre tract une allure de catalogue, mais soulignera la gravité et la multiplicité des enjeux. 

« Nous exigeons notamment la publication sur le site de la préfecture :

  • de la composition exacte des produits et donc la levée du secret de fabrication,
  • de TOUS les résultats d’analyses (eau, sol, air, végétaux, lait…) avec les modes opératoires de prélèvement (justification du choix des appareils, choix des polluants, périmètre…), 
  • de toutes les notes internes entre les différents services de l’État ( DREAL, inspection du travail, DIRECCTE, SDIS, ARS, ANSES…) à destination des Ministères Santé, Intérieur, Travail, Écologie, 1er Ministre…. et de la Préfecture de Région ainsi que les notes produites par les scientifiques soi-disant consultés,
  • de tous les documents détenus par les services de contrôle de l’État (DREAL, Inspections du travail, ASN…) concernant les entreprise LUBRIZOL et Normandie Logistique en matière de santé au travail et d’environnement, dont la liste des incidents, des manquements, des infractions constatées depuis le nuage de Mercaptan en 2013, » 

« Nous exigeons la mise en œuvre d’une expertise scientifique indépendante, chercheurs et universitaires, de l’État et du lobby industriel sur les aspects suivants :

  • Risques pour les travailleur.e.s lors du sinistre (salariés de Lubrizol et de la zone – pompiers publics et privés – policiers….), lors des opérations de nettoyage, pompage en cours dans le cadre de l’exigence d’une dépollution complète du site
  • Risques pour les autres travailleurs privés et publics comprenant notamment le nettoyage des locaux, des cours et voiries…et les expositions passives
  • Risques pour les riverains, pour l’ensemble de la population touchée, sur les effets à court – moyen et long termes (périmètre géographique et pathologies à déterminer par les experts indépendants dans le cadre d’un débat public…)
  • Risques pour l’environnement (air – eaux – sols…)
  • Risques sanitaires avec mise en œuvre d’un registre dédié
  • Préconisations sur le suivi des populations exposées, la mise en œuvre des registres de cancers, la reconstitution des expositions que l’on soit d’ici ou d’ailleurs, nomades ou sédentaires, en situation de grande précarité
  • Mesures de prévention à mettre en place pour empêcher de nouveaux accidents type AZF/LUBRIZOL :
  • moyens humains, juridiques et indépendance des corps de contrôle (Inspection travail, installations classées, ARS, vétérinaires….), des organes délivrant des autorisations d’exploiter, de stockages…
  • recommandations sur le fait de laisser ou non des secteurs de production (Chimie, Nucléaire, laboratoire pharmaceutiques…) ayant des effets majeurs sur la santé des travailleurs et des populations entre les mains d’entreprises privées ou publiques dans un environnement de concurrence mondialisée – Formulé autrement, la course aux profits et la concurrence sont-elles compatibles avec la protection de notre santé ?! »

« Nous exigeons :

  • La protection des lanceurs d’alerte, des salariés, des syndicalistes, des riverains qui doivent pouvoir témoigner sans crainte et opérer des prélèvements de polluants sans risque de sanction disciplinaire, 
    • Une campagne de communication du gouvernement sur le droit des salariés d’utiliser le droit de retrait en cas de « motif raisonnable de penser (que la situation) présente un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé … », disposition du code du travail qui s’applique aussi pour des risques de cancer à long terme. L’interdiction de retraits de salaires pour les salariés privés / publics en absence de décision judiciaire compte-tenu des abus en cours,
  • L’abrogation des mesures d’assouplissement de la réglementation (code de l’environnement – code du travail) sur les aspects santé au travail – environnement et le rétablissement immédiat des CHSCT supprimés par les ordonnances Macron de 2017, avec droit d’arrêt des productions / droit de veto et droits d’expertise renforcés,
  • La prise en compte des fibres courtes dans le comptage de la concentration d’amiantes demandés par l’ANSES en 2012, l’obligation de désamianter les sites industriels concernés par le risque incendie,
  • La simplification du droit d’indemnisation des victimes par LUBRIZOL, dont le préjudice d’anxiété et prise en charge des frais d’avocats et d’expertise judiciaire,
  • La mise sous contrôle permanente du site sous tutelle d’un juge d’instruction pour éviter tous risques de « modification volontaire » de la scène de l’accident, la tenue du procès pénal à Rouen,
  • L’impunité Zéro contre la délinquance en « col blanc » en matière de santé au travail et d’atteinte à l’environnement,
  • La prise en charge par LUBRIZOL selon le principe « pollueurs-payeurs » de tous les coûts directs et indirects dont les analyses, les actions de dépollutions, la restaurations des sols et des végétaux, l’expertise indépendante exigée, les frais de justice, le chômage partiel, les pertes d’exploitations des paysans, les frais médicaux et les arrêts de travail,
  • Une enquête indépendante sur la responsabilité des industriels et de l’État, »

 

Cette plateforme sera transmise dans la soirée au six principaux ministres concernés (intérieur, environnement, travail, santé, industrie, agriculture) ainsi qu’au préfet et au premier ministre Edouard Philippe. Trois ans après, nous ne pouvons que constater que nous n’avons jamais obtenu de réponse, ni même de proposition d’entrevus. Ils nous opposeront un silence total. 

Enfin, cette réunion nous permet d’acter deux nouveaux appels à manifester les mardi 8 octobre (2000 manifestants) et le samedi 12 octobre (1500 manifestants).

J+11 – Lundi 7 octobre : C’est le jour du conseil Municipal de Rouen où les camarades CGT des territoriaux me demandent d’intervenir au nom du collectif sur les conditions de nettoyage de la ville, du mobilier urbain, des cours d’école, réalisés sans aucune formation ni protection vis-à-vis de l’amiante et des suies par des agents municipaux. Par ailleurs, nous exigeons du conseil qu’il fasse réaliser une dépollution complète de la commune par des entreprises spécialisées puis qu’il adresse les factures à Lubrizol. Le maire ne fera pas ce choix. 

J+15 – Vendredi 11 octobre : C’est le jour de la première réunion du comité dit de « Dialogue et Transparence » annoncé à grand renfort de presse par le Préfet DURAND. La liste des invités est publique : les maires, députés, les représentants de différents services de l’État. En revanche les associations de riverains qui sont en train de se créer, l’association des sinistrés de Lubrizol (ASL) et l’union des victimes de Lubrizol (UVL) ainsi que les syndicats Solidaires et FSU ne sont pas invités. La CGT est, elle, officiellement invitée, mais ne peut se faire représenter par le militant de son choix, moi-même. Le Préfet invoquera mon prétendu anti-républicanisme pour justifier ce refus, ce qui est probablement une autre manière de désigner des compétences techniques et juridiques contrariantes et une critique publique des défaillances de l’Etat dans ce dossier comme dans d’autres en amont, me rendent persona non grata…. En tout cas, le préfet voie moins de difficultés à se retrouver à côté des dirigeants de LUBRIZOL, entreprise délinquante déjà condamnée, et de Normandie Logistique…

J+16 – Samedi 12 octobre : L’association Rouen Respire organise une réunion publique avec notamment Corinne LEPAGE et la représentante de ATMO Normandie. Je viens écouter et constate qu’il manque un sérieux regard critique sur les analyses d’air. Dans la salle, il y a environ 400 personnes qui posent surtout des questions pratico-pratiques sur ce qu’il faut faire quand son appartement, sa maison, son jardin est souillé. A la tribune, personne ne sait répondre. Je prends la parole en rappelant notamment que pour l’amiante, certains matériaux ne sont pas décontaminables (les moquettes, les tissus, le bois…) et qu’une dépollution nécessite de recourir à des entreprises certifiées avec du matériel spécifique dont des aspirateurs à filtre absolu. Plusieurs personnes témoignent du fait que certaines assurances ont fait intervenir des travailleur.e.s de sociétés de nettoyage sans combinaison, sans masque, avec des aspirateurs standards comme pour une prestation de ménage ordinaire.  Cette réunion marque le début d’une collaboration fructueuse avec Rouen Respire. Corinne LEPAGE, de son côté, lance des procédures devant le tribunal administratif de Rouen qui, en l’état du droit actuel, ne peuvent aboutir. 

J+21 – Jeudi 17 octobre –  Réunion publique du collectif unitaire : 

Face aux interrogations de toute part, le collectif unitaire organise une réunion publique à laquelle plus de 800 personnes assisteront. L’objectif est multiple :

  • Informer sur la situation et convaincre de la nécessité de continuer une mobilisation collective dans la durée ;
  • Présenter le collectif, nos revendications et proposer de rester en contact via une liste mail ;
  • Présenter les risques à long terme pour la santé sans tomber dans le catastrophisme ;
  • Indiquer qu’on est preneur de toute information dans le cadre de nos enquêtes indépendantes ; 
  • Donner des informations pratiques notamment concernant les locaux pollués, la question des prélèvements utiles ou non ;
  • Expliquer les différentes facettes du combat judiciaire et l’intérêt que le maximum de riverains, de travailleur.e.s exposés se porte partie civile. Un modèle de plainte est diffusé en précisant que cela peut se faire sans le recours systématique à un.e avocat.e ;
  • Expliquer l’évolution de la réglementation depuis AZF et les phases de déréglementation concernant le code de l’environnement et le code du travail ;

Jusque très tard dans la soirée, militant.e.s syndicaux, associatifs, politiques, médecins, avocat.e.s, se succèdent à la tribune en alternant avec des questions mais aussi des témoignages de la salle (pompiers, riverains dont les gens du voyage installés tout près de Lubrizol, paysans, personnel du collège de Petit Quevilly….)

J+30 – Samedi 26 octobre : Nouveau rassemblement revendicatif suivi d’une manifestation, la mobilisation continue mais elle décroît lentement.

J+34 – Mercredi 30 Octobre : Venue du Président Macron

Après la valse des ministres dans les jours qui ont suivi l’incendie, c’est au tour du président de la République de venir à Rouen. Prévenu moins de deux heures avant, le collectif décide d’une mobilisation avec remise d’une lettre au président, les ministres n’ayant jamais répondu à notre lettre. Près de 150 personnes sont présentes et partent en cortège vers l’Hôtel de Ville où se trouve le président. En quelques minutes, les forces de police nous entourent. Nous serons nassés pendant de longues heures – une première à Rouen ! – jusqu’au départ du président !

 



Citer ce billet
Romain Juston Morival (2023, 10 octobre). Lubrizol : Une mise en perspective des enjeux de santé et de la mobilisation suite au désastre. Dynamiques sociales contemporaines. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nz01

Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

More Posts

Follow Me:
Twitter

Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search