Avis à la population dieppoise : Arrivage massif d’étudiant.es (encore) frais

Source : L’Echo dieppois ; Rubrique : Faits divers (comme dirait Durkheim-àpeuprès)

Cela faisait une année que nous les attendions : les sociologues rouennais.es sont de retour ! Et clou du spectacle : ils et elles ne sont pas seul.es… Des invités de marque, venus tout droit de Dakar, les accompagnent. El Hadji Malick Sy Camara et Samba Diouf, maitres de conférences à l’université Cheikh Anta Diop, éminents spécialistes du stage de terrain grandeur XXL, sont venus les observer et leur transmettre leur expérience.

Les encadrantes rouennaises sont épatées par l’ambition sénégalaise : 10 bus d’étudiant.es, trois niveaux de diplômes de la licence au doctorat, une restitution devant les autorités locales et surtout des tee-shirts pour tout.es floqués aux couleurs de l’université. Elles ont déjà réclamé à la présidence de l’université de Rouen des moyens comparables au nom de la compétition internationale et de leur place dans le classement de Shangaï. Néanmoins, que les étudiant.es rouennais.es s’estiment heureux : ils et elles sont dispensés de gérer les réservations des hébergements et la préparation des repas. Que de temps gagné pour le terrain !

D’ailleurs, le travail de terrain a déjà commencé sur les chapeaux de roue. Comme l’année précédente, les étudiant.es ont essuyé leurs premiers refus de la part de nos concitoyen.nes. Les habitant.es semblent s’être passé le mot : la bonne technique pour éviter l’entretien est de renvoyer les étudiant.es vers « un.e responsable », ou encore mieux « le service com’ ».  Mais cette promo est aussi rusée que la précédente : ils et elles se sont « malencontreusement » perdus dans des lieux interdits, et ils ont joué sur la proximité d’âge ou de langue pour décrocher un entretien avec un usager de la gare et avec un client du marché aux poissons. Les ex-étudiant.es en sociologie restent leurs meilleurs clients : avec eux, un rien suffit pour décrocher un entretien. De manière générale, les négociations d’entretien en direct ont eu plus de succès que les demandes formelles par mail. Comme dit l’un.e d’entre eux : « On n’a pas trouvé mieux que de se parler ! ».

Même si nous les avions déjà pratiqués l’année dernière, les étudiant.es rouennais.es réussissent encore à nous surprendre : ils jouent les touristes, ils demandent aux locaux de les prendre en photos et ils utilisent ce stratagème pour négocier un entretien. Clic-Clac le piège se referme !

D’autres ont même transformé un « petit échange de 15 minutes » en un entretien fleuve. Dernière nouveauté : un groupe a tellement attendri un Dieppois qu’il a souhaité les soutenir et leur a offert 20 euros pour améliorer l’ordinaire. Cher.es Dieppois.es, méfiez-vous, ces étudiant.es rouennais.es sont redoutables, ils et elles vont vous dépouiller de votre temps et de votre argent ! Et comme, dès le premier jour, ils et elles ont tout.es égaré les clés de leurs chambres, ils risquent en plus de débarquer chez vous.

Les trois journalistes anonymes



Citer ce billet
marioncharpenel (2023, 24 octobre). Avis à la population dieppoise : Arrivage massif d’étudiant.es (encore) frais. Dynamiques sociales contemporaines. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nz02

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search