Entre et tiens ton premier entretien

Un premier entretien pour l’enquêteur.ice

Aujourd’hui, pour beaucoup d’entre nous c’était le baptême du feu : notre premier entretien à Dieppe. Dès le réveil, la douche froide. Il fallait au moins ça pour se mettre en condition : serai-je à la hauteur, trouverai-je des relances, garderai-je le bon rythme, vais-je me décomposer à chaque blanc, et mince, où est le savon ? Après avoir pris notre courage à quatre mains, on prépare le guide d’entretien, le calepin, le stylo, l’enregistreur, les piles… oups, « on a peut-être oublié les piles ». Tant d’efforts pour finalement, se prendre un lapin avant Pâques. Micheline, Christine et Dominique on vous attend toujours! Heureusement, le premier entretien c’est aussi comprendre ce qu’est la sociologie, découvrir des mondes qu’on ne connaît pas. Et quand la prof reprend l’entretien à la volée, ça fait jeu set et match et on reste scotché.es. Le premier entretien c’est le moment où se confronter à ses appréhensions et oser se jeter à l’eau, mais en veillant bien sûr à contrôler la façon dont on se présente aux enquêté.es.

Un premier entretien pour l’enquêté.e ?

Mais de l’autre côté du filet, l’enquêté.e est parfois encore moins rassuré.e que nous. Nous avons eu le droit à toutes les attitudes, depuis la plus loquace jusqu’à la plus réservée, y compris : « non ». Ces façons d’être dépendent des ressources que les personnes ont pour se sentir légitimes, leur âge, leur classe, leur genre, leur origine, etc. Le lieu de l’entretien joue aussi sur la façon dont se sent l’enquêté.e : un entretien qui se déroulait d’abord sur le lieu de travail et qui s’est poursuivi dans la salle à manger des personnes a contribué à libérer la parole. Si la présence de la prof stresse un peu l’enquêteur.ice qui se sent évalué.e, elle peut rassurer l’enquêté.e. Et finalement, 100% des Dieppois.es qui ont participé ont déclaré être satisfait.es, n’hésitez pas à nous contacter pour participer à cette expérience inégalable.

Un premier entretien dans l’enquête

Le premier entretien peut souvent nous sembler raté, soit parce qu’on n’a pas réussi à l’enregistrer, soit parce qu’il a duré 15 minutes au lieu d’une heure espérée, soit parce que les questions étaient trop fermées. Mais finalement il en ressort toujours quelque chose de positif : il permet de retravailler le guide d’entretien (ça ne fera que la dixième version en 48 heures), de comprendre comment se comporter dans les futurs entretiens, de travailler son attitude corporelle, de se rappeler de sourire… Parfois, le premier entretien déclenche une avalanche d’autres entretiens : un puis sept puis quinze (enquêtez-moi, enquêtez-moi !)

Finalement un premier entretien c’est surtout une longue journée et c’est l’heure d’aller se coucher.

Les étudiant.es du M1 de Sociologie



Citer ce billet
marioncharpenel (2023, 25 octobre). Entre et tiens ton premier entretien. Dynamiques sociales contemporaines. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nz03

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search