Donner ses données, reprendre c’est trier

La collecte

Miam miam, la récolte a été bonne ! Après trois premiers jours d’enquête, nous commençons à déployer les différentes facettes de nos talents. En effet, nous n’hésitons plus à nous improviser photographes, interprètes ou dessinateur.ices (enfin à peu près…).

Mais finalement c’est dans les vieux pots qu’on fait les bonnes confitures : les méthodes traditionnelles telles que les entretiens, les observations et les archives restent les plus fructueux. D’autant plus que certain.es d’entre nous poussent l’observation un peu loin et n’hésitent pas à s’enraciner dans le décor !

Il est vrai que la durée et le nombre d’entretiens nécessaires engendrent chez nous quelques questionnements : quand pourrons-nous arrêter de courir après les Dieppois ? Malgré les intempéries, à la sortie des entretiens, nos ressentis, griffonnés sur les carnets ou dictés rapidement pour ne pas être oubliés, varient et les bilans sont d’(h)ivers (pas merci la météo).

A présent, un véritable dilemme s’impose : tout retranscrire ou choisir ? Alors, tout.es à nos claviers et que les retranscriptions commencent ! A la fin de la journée, un véritable massacre (sans la tronçonneuse) : la concentration en déclin, la fatigue à son comble, les oreilles en chou-fleur, la journée a été longue… Un constat général émerge : thé, boissons énergétiques et café, on n’est pas fatigué (c’est faux !). Tout s’enchaine et on découvre que les ficelles du métier se sont entremêlées, à nous de les classer !

Le classement des données

Entre deux paquets de bonbons et quelques craquages émotionnels, en apprenti.es sociologues, nous nous essayons à la dure tâche du classement des données. Chaque groupe semble avoir sa propre stratégie, et visiblement les options divergent.

Pour un groupe, classer rime avec création de dossiers où figurent, pour chaque entretien : le guide d’entretien, les notes d’observation, les photos (notamment des burgers mangés sur le lieu de l’enquête car nous sommes très investi.es),ainsi que la retranscription et ses bugs de traduction par les applications. Que penser du logiciel de retranscription qui transforme le « bœuf bourguignon » en « burkini » ? Peut-être un effet des sources de l’intelligence artificielle…

Pour d’autres, le classement des entretiens est organisé autour de thèmes communs plutôt qu’autour des enquêté.es. Un groupe a choisi de nommer ses fichiers d’entretien avec un verbatim : autant vous dire que M.Joubert décèderait à la vue de la longueur de leurs noms de dossiers. Tels des aventurier.es, nous recensons nos péripéties dans un tableau de bord que nous rédigeons chaque jour. Cet exercice fastidieux nous permet de prendre conscience de tout le travail accompli.

Sachez que le tri des données s’est effectué sous la surveillance du Colonel Anne Bidois, sauf qu’elle ne s’attendait pas à ce que l’on range mieux nos données que les gobelets qui sont dans la salle…

Une bonne analyse sociologique c’est avant tout une bonne recette

Pour une très bonne analyse il vous faut :

Une cohésion de groupe, qui passe par un partage d’informations, montant en neige le bordereau de matériaux.

Bien tenir son journal de bord, merci Margaret Mead pour cet ustensile de cuisine, on te doit bien ça !!

Prendre le temps de cuisiner les informations seul.e, avant que quelqu’un.e ne mette son grain de sel, pour mieux ensuite les analyser en groupe.

Sortir du placard, les phrases phares.

Torréfier les refus d’entretiens dans une machine à café. Dans un bol, faire fondre la retranscription et réserver.

Pendant ce temps, surveillez, comme le lait sur le feu, les gênes et les silences car tout cela a un sens.

Filtrer les thèmes et laissez-les reposer.

Associer les points communs dans le saladier des sous-thèmes et repérer les singularités.  

Verser les biographies des enquêté.es dans un moule.

Mettre tout ça au four en trois parties : TADA votre plan de rédaction est prêt !

Les étudiant.es du M1 de Sociologie



Citer ce billet
marioncharpenel (2023, 26 octobre). Donner ses données, reprendre c’est trier. Dynamiques sociales contemporaines. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nz04

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search