36 000 archives et conchyliologie

Alors que nous continuons nos péripéties sur nos terrains d’enquête, nous avons été contraint.es de nous rendre sur les terres de la socio-histoire : les archives. Inquiet.es à l’idée de se rendre dans un sous-sol sombre, nous avions préparé nos lampes torches et nos loupes pour décrypter les parchemins. Ô comble de l’horreur, après avoir été privé.es de sommeil jusqu’à 23h pour écrire un billet de blog (aidez-nous !), nous devons maintenant nous rendre dans le repère des historien.nes. A croire que 29 étudiant.es réunis dans un manoir à la période d’Halloween n’était pas suffisant pour faire un bon synopsis de film d’horreur.

Et puis nous, sociologues, que peut-on bien faire des archives ? Si beaucoup imaginent que ces matériaux secondaires n’ont de place qu’en annexes, retourner sa veste peut s’avérer plus facile que prévu. Malgré des fouilles acharnées, certains groupes ont fait chou blanc. Le seul fantôme que nous ayons trouvé entre deux rayonnages mobiles est celui de la communauté malgache : « Je n’ai jamais entendu parler de Malgaches à Dieppe », nous dit l’archiviste désolé… Mais comment donc construire un objet d’étude sans un détour historique ? S’il y a bien quelque chose de propre aux sociologues, c’est ce rapport réflexif et pluridisciplinaire à son objet, lui permettant de croiser différentes méthodes et matériaux pour ouvrir de nouvelles perspectives de recherches. Le sociologue est bien plus qu’un.e simple historien.ne du présent, il puise aussi bien dans le passé que dans l’actuel. Cependant, soyez rassuré.es : sachez, qu’au-delà de tous préjugés, les poussières qui donnent de l’urticaire, les odeurs nauséabondes et les toiles d’araignées dans les recoins ne sont en réalité que des mythes antiques. 

Le merveilleux voyage des apprenti.es sociologues

Les douces odeurs pour certain.es, révélatrices de l’ancienneté des documents pour d’autres, nous voici aux archives, transporté.es dans le monde merveilleux d’Anne Bidois. Trente six mille documents et souvenirs conservés depuis le quinzième siècle : entre journaux, actes et cartes, papiers et parchemins, voilà un voyage dans des époques lointaines. Une pièce particulière, celle du fonds précieux, regorge de registres généalogiques et autres curiosités pleines d’enluminures. Perdus entre les partitions de Camille Saint Saëns et les lettres de Flaubert, voici les mélancolies adressées à la précieuse Duchesse de Berry. Une douce pluie d’or recouvre les manuscrits, habillés par l’encre des coquelicots, effleurant les robes des créatures. Cette oasis regorgeant d’informations est gardée par le chevalier ganté Olivier Nidelet, veillant à la protection des trésors de ce lieu contre les effets du temps, armé de son humidificateur et de son hygromètre.

La restauration de ces archives vaut mille pièces d’or. Les rayonnages mobiles ouvrent des passages secrets nous faisant voyager dans les tréfonds du temps. Le seul risque de cette expédition est de repartir avec quelques champignons ou moisissures sur les doigts. Heureusement, il existerait, quelque part, une source secrète répondant au doux nom de www.patrimoine.dieppe.fr.

La chasse aux trésors

Dans ce lieu magique, tels des corsaires, nous nous sommes lancé.es dans une véritable chasse au trésor à la recherche du document qui éclairera notre objet d’étude. Figurez vous que parmi les 36000 archives, certain.es ont réussi à ne rien trouver ! Mais rien n’à voir, c’est tout trouver : l’absence de la communauté malgache dans les archives veut surement dire quelque chose de leur place dans la ville. Heureusement, le groupe travaillant sur la sécurité dans les ports est tombé sur des recueils d’accidents du travail, qui rendraient M.Juston jaloux comme un poux! Comment interpréter ce cas de l’employé « qui est tombé sur une tasse »? C’est aux M2 Santé au travail de traiter cette question.

Le groupe alimentation a failli rester sur sa faim, mais il a fini par trouver de multiples références à la foire aux harengs et de nombreuses images de repas des clubs séniors de la ville. Dieppe serait-elle une ville plutôt orientée vers la boisson ? Le groupe “lieux festifs” a retrouvé des traces anciennes des bars qu’ils ont explorés toute la semaine, notamment le Café des tribunaux qui était le Cabaret de l’horloge en 1736. L’un de ces bars a été occupé par un sculpteur ivoirier, puis s’est transformé en magasin de haute couture avant de devenir un lieu de fête !

Ce repérage urbain a donné lieu à des dialogues intéressants avec le groupe immobilier qui a découvert tout un ensemble de cartes et statistiques des logements vacants, des résidences secondaires et des logements sociaux. Le groupe gare a frôlé le torticolis en essayant de déchiffrer des descriptions aux polices penchées et les sociologues de l’IFCASS étaient malheureusement noyées sous les entretiens. Heureusement les archives ça peut aussi être du travail collectif. Whatshapp a chauffé à fond, stockage saturé sous les centaines de photos de documents échangés entre les groupes. Nous sommes ressortis de là heureux et heureuses d’avoir trouvé notre trésor, mais l’ivresse est vite redescendue quand nous nous sommes aperçus qu’on avait oublié de noter certaines sources ! C’était bien la peine de nous rappeler la règle à de multiples reprises… Cette aventure n’aurait jamais été possible sans l’aide des capitaines du bateau : les archivistes Olivier et Hélène. 

Les étudiant.es de M1 de sociologie



Citer ce billet
marioncharpenel (2023, 27 octobre). 36 000 archives et conchyliologie. Dynamiques sociales contemporaines. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nz05

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search