Dieppe, ville socio-friendly

Il faut dire qu’elles en ont vu des terrains, traversé des mers, interviewé des gens, réalisé des observations, pelleté des archives… mais nos trois vielles routardes de la sociologie n’avaient jamais expérimenté de ville aussi accueillante que Dieppe !

Bien sûr on ne parle pas de météo. Mais comme dit la chanson (ou presque) les gens de Dieppe « ont dans le cœur le soleil qu’ils n’ont pas dehors ». Tout.es les habitant.es ont contribué avec patience et bienveillance à l’exercice de l’enquête : un téléphone qui sonne pendant l’entretien et ils font semblant de ne pas l’entendre ; une étudiante se trompe de nom à l’accueil, qu’à cela ne tienne, la personne s’improvise enquêtée et rejoint l’entretien prévu avec une autre ; un étudiant fait venir une enquêtée sans avoir vérifié la disponibilité de la salle, pas grave, on s’installe dans le couloir ! Les Dieppois.es étaient décidément déterminés à participer à la formation de nos étudiant.es, allant même jusqu’à leur dispenser un petit cours improvisé de pilotage de grue.

En une semaine, plein de mondes différents nous ont été ouverts, nous permettant de passer dans la même journée d’une messe à un cabaret, d’une cantine scolaire à un restaurant malgache, d’une agence immobilière à une capitainerie, d’une école à une gare. Après tous ces dépaysements successifs, il fallait bien le Domaine des Roches pour nous requinquer : le sourire des cantinières, la voix de Théo, le parc avec vue sur la mer et surtout le super karaoké !

Mais ce périple n’aurait pas eu la même saveur sans l’implication et la bonne humeur du cru 2023 du M1 de Socio. Bien sûr il a fallu soigner les petits bobos et naviguer entre les virus des un.es et des autres (raté pour Anne !), bien sûr il a fallu quelques alertes whatshapp pour réveiller les retardataires, bien sûr il a fallu débusquer ceux qui faisaient semblant de faire le ménage, mais quel plaisir de les voir s’épanouir et nouer des liens tout au long de la semaine. Même celles arrivées quelques jours avant le départ ont pris leur place dans le collectif, initiées par les plus ancien.nes (notamment à la caricature de leurs cher.es enseignant.es adorés). Ils et elles ont tout.es développé de nombreuses compétences sociologiques : négocier un entretien (en insistant quand même un peu… voire trop…), concevoir son guide, faire des relances adéquates, observer les interactions, demander des contacts pour étoffer sa liste d’interviewé.es, mais aussi utiliser un dictaphone et dompter la capricieuse imprimante du labo.

Assurément, ils et elles reviennent transformé.es de cette semaine, certes intense, mais fabuleuse. Le stage terrain est décidément un incontournable de l’apprentissage des ficelles du métier. A l’année prochaine !

Anne Bidois, Elise Palomares et Marion Charpenel



Citer ce billet
marioncharpenel (2023, 27 octobre). Dieppe, ville socio-friendly. Dynamiques sociales contemporaines. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nz06

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search