Soutenance de thèse – C. Bussi – 17 novembre – « Aux frontières du social et du sanitaire. Approche ethnographique de la prise en charge de la santé des sans-abri en centres d’hébergement »

J’ai le plaisir de vous annoncer la soutenance de ma thèse de doctorat en sociologie intitulée : « Aux frontières du social et du sanitaire. Approche ethnographique de la prise en charge de la santé des sans-abri en centres d’hébergement ».

Résumé

Cette recherche inductive, menée au sein de différents centres d’hébergement destinés à accueillir des personnes sans-abri, part du constat que les enjeux tenant à la santé occupent une place centrale dans ces espaces relevant traditionnellement du travail social. En réalisant la monographie d’une association du nord-ouest de la France disposant d’un des plus vieux asiles de nuit de France, la thèse vient interroger le renouvellement des frontières entre le social et le sanitaire. En l’espace d’un siècle, le sans-abri est passé d’un individu dont la société cherchait à se protéger à une personne qu’il convient de secourir. On sait toutefois peu de choses sur la façon dont les travailleurs sociaux, historiquement engagés dans la prise en charge de ces personnes, se sont emparés de la redéfinition de cette question sociale. Cette ethnographie, menée en position d’insider en tant qu’ancienne éducatrice spécialisée, analyse alors « par le bas » la redéfinition sanitaire – conceptualisée comme un processus de sanitarisation – de la prise en charge des sans-abri, en interrogeant à quelles conditions le registre de la santé en est- il venu à s’imposer de manière si évidente, et ce que cela implique pour les professionnels comme pour les hébergés.

Nuançant l’idée d’un tournant dans la prise en charge de la santé des sans-abri, l’étude sociohistorique menée met d’abord en lumière combien la prise en compte des affections sanitaires des hébergés a structuré l’histoire de cette association, marquée cependant par une vigilance constante à résister à toute forme d’emprise médicale. La recherche interroge ensuite ce qu’il en est de la matérialité de cette considération du soin. Qui accomplit le travail de care auprès des sans-abri ? L’étude des trajectoires et pratiques professionnelles augure une réflexion sur l’importance d’adosser une perspective intersectionnelle à l’analyse du processus de sanitarisation, dans la mesure où le soin porté aux sans-abri s’inscrit dans une division genrée du travail de care. Puis, la thèse se consacre à l’ethnographie de situations concrètes d’accompagnement d’hébergés. En analysant les effets de cette prégnance sanitaire dans leur prise en charge, l’enquête propose une réflexion sur la correction et la production des inégalités sociales de santé auxquelles sont surexposées ces personnes. À partir du cas des centres d’hébergement et de ses acteurs peu visibles, mais néanmoins centraux dans le soin porté aux sans-abri, cette recherche s’inscrit à la croisée d’une sociologie de la santé et du travail social pour interroger plus largement les enjeux contemporains des recompositions de l’État social.

Mots clés :

Sans-abri – travail social – sanitarisation – care – monde de l’assistance – féminisation – groupes professionnels – État social – inégalités sociales de santé – ethnographie

La soutenance aura lieu le vendredi 17 novembre à 14 heures, place Emile Blondel, à Mont-Saint-Aignan dans la salle des thèses du bâtiment Freinet devant un jury composé de :

Madame Maryse Bresson, Professeure de sociologie, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (examinatrice)

Monsieur Michel Castra, Professeur de sociologie, Université de Lille (rapporteur)

Monsieur Édouard Gardella, chargé de recherche, CNRS (examinateur)

Madame Élise Lemercier, Professeure de sociologie, Université de Rouen Normandie (co-directrice de thèse)

Madame Élise Palomares, Professeure de sociologie, Université de Rouen Normandie (co-directrice de thèse)

Madame Nadège Vezinat, Professeure de sociologie, Université Paris 8 (rapporteure)

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes chaleureusement conviés.

Étant donné le nombre restreint de places et afin de faciliter l’organisation, je vous remercie de bien vouloir m’indiquer votre présence par retour de mail (chloe.bussi@univ-rouen.fr).

Informations d’accès

La soutenance se tiendra sur le campus de Mont-Saint-Aignan, place Emile Blondel, au sein du bâtiment Célestin Freinet (bâtiment n°15). La soutenance se tiendra au premier étage du bâtiment, en salle F106 (salle des thèses). Après avoir monté les escaliers, dirigez-vous à droite, la salle se situe au fond à gauche du couloir. Des places de stationnement sont disponibles aux alentours (attention, il est parfois difficile de trouver une place, prévoir un peu d’avance si vous venez en voiture). Accès en bus par le T1 (arrêt Campus – 3 minutes à pied) ou par le F2 et le F7, notamment si vous venez de la gare (arrêt place Colbert – 10 minutes à pied).



Citer ce billet
Francois Féliu (2023, 10 novembre). Soutenance de thèse – C. Bussi – 17 novembre – « Aux frontières du social et du sanitaire. Approche ethnographique de la prise en charge de la santé des sans-abri en centres d’hébergement ». Dynamiques sociales contemporaines. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nz08

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search