Séminaire du Dysolab – E. Palomares – 11 décembre – « Quand on arrive en ville. Urbanités minoritaires face aux politiques ambigües de formalisation des commerces de rue »

La prochaine séance du séminaire du Dysolab aura lieu le lundi 11 décembre à 14h.

Elise Palomares présentera ses travaux dans une intervention intitulée « Quand on arrive en ville. Urbanités minoritaires face aux politiques ambigües de formalisation des commerces de rue »

Résumé

Alors même que les sciences sociales de l’urbain en France se sont constituées à partir de la tradition de Chicago, les chercheur·es ont longtemps été réticent·es à prendre en considération la dimension ethno-raciale des faits urbains. Pour Denys Cuche (2008), les causes initiales du silence entourant la race et l’ethnicité dans la sociologie française sont pour partie idéologiques : au mythe d’une nation française immémoriale s’ajoute le credo d’une République française « aveugle à la race », ainsi qu’une conception morale du racisme comme un « mal » individuel plutôt que comme fait social structurel. Ces causes sont également épistémologiques : le silence d’Émile Durkheim quant aux faits ethniques visait précisément à rompre avec le fatras haineux et les aberrations politiques et méthodologiques de la pensée sociobiologique racialiste de la fin du XIXsiècle. Cette oblitération a joué un rôle clé au moment de l’institutionnalisation de la discipline, relayée par la suite par l’influence du marxisme puis du structuralisme accordant une place déterminante aux rapports de classe. Dans ce contexte, à l’exception de quelques espaces académiques restreints qui se sont surtout développés en sociologie et en anthropologie des migrations autour du thème de l’étranger dans la ville et dans les recherches anthropologiques sur les villes coloniales, les chercheur·es français ont longtemps été peu enclins à aborder la racialisation comme phénomène social.

Les recherches sur l’inscription urbaine des questions raciales qui se sont développées ces dernières années accordent aujourd’hui une place importante aux épistémologies du point de vue situé, à la complexité et la pluralité des expériences minoritaires et aux multiples formes de contournement, de contestation et de résistance. Dans cette perspective, cette présentation entreprend de comparer des villes de Johannesburg et de Mamoudzou en tant que lieux d’installation et de passage des migrant.es comorien.nes et africain.es, qui, en dépit de la diversité de leurs parcours, de leurs nationalités, de la durée de leur présence, de leurs alliances et de leurs ancrages, font figure d’indésirables. Dans un système mondialisé dans lequel les circulations sont contrariées par l’exacerbation sans précédent du contrôle des frontières par les États-nations, l’exploration de places marchandes telles qu’elles sont investies et disputées au quotidien permet de saisir in situ les urbanités politiques minoritaires.

Cuche Denys,2008. Roger Bastide, le « fait individuel » et l’école de Chicago. Cahiers internationaux de sociologie, 124, 41‑59.

Hachimi Alaoui, Myriam, Lemercier Élise et Palomares Élise, 2020. ‘Maintenant, j’ai mes droits, je ne bouge pas d’ici.’ Faire face aux décasages à Mayotte, Monde commun, des anthropologues dans la cité, n°4, dossier « Petits citadins, mauvais citoyens ? » coordonné par Florence Bouillon, Sarah Carton de Grammont et Maria Anita Palumbo.

Palomares Élise, 2019. Droits de place. Urbanités minoritaires face aux politiques ambigües de formalisation des commerces de rue, In Authier Jean-Yves, Baggioni Vincent, Cousin Bruno, Fijalkow Yankel, Launay Lydie (dir), D’une ville à l’autre. La comparaison internationale en sociologie urbaine, Paris, La Découverte

Palomares Élise et Roux Guillaume, 2021. Quand les politiques urbaines font exister la race. Terrains & travaux, 39, 5-29, introduction au dossier « Questions raciales/questions urbaines ».

Modalités pratiques

Toutes les séances ont lieu de 14h à 16h

Séminaire organisé de manière hybride

Présentiel : salle F207 – bâtiment Freinet, Campus de Mont-Saint-Aignan

Distanciel : sur inscription à dysolab@univ-rouen.fr. Le lien sera envoyé le matin aux personnes qui en auront fait la demande.

Comité d’organisation : A. Bidois, C. Dupuy, L. Joubert, R. Juston Morival

avec le soutien de Y. Li



Citer ce billet
Francois Féliu (2023, 29 novembre). Séminaire du Dysolab – E. Palomares – 11 décembre – « Quand on arrive en ville. Urbanités minoritaires face aux politiques ambigües de formalisation des commerces de rue ». Dynamiques sociales contemporaines. Consulté le 21 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nz0d

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search