8e Congrès International des Recherches féministes dans la Francophonie : Réalités, luttes, utopies

5 chercheur.e.s du laboratoires seront présent.e.s lors du 8e Congrès International des Recherches féministes dans la Francophonie : « Réalités, luttes, utopies » qui se déroule fin aout 2018. Un « colloque » est coordonné par S. Devineau sur la question de « la Mixité dans les métiers de la prime enfance » :

Charpenel, M., « Les groupes d’entraide à l’allaitement maternel, espaces de renforcement des normes ou lieux de contestation de l’ordre social genré ? »,  8e Congrès International des Recherches féministes dans la Francophonie : Réalités, luttes, utopies, Nanterre, CIRFF, Paris 10, 27-28 aout, 2018. Résumé : À partir de l’étude d’un forum de soutien à l’allaitement maternel sur le web, cette communication propose d’interroger les processus de politisation à l’oeuvre dans les groupes d’entraide. En portant attention à la fois aux savoirs sur l’allaitement construits et mobilisés dans ces groupes, ainsi qu’aux normes de parentalité qui s’y expriment, j’essaierai de répondre aux interrogations suivantes : les groupes d’entraide à l’allaitement maternel parviennent-ils paradoxalement à faire d’une identité politique construite sur un rôle genré, soumis à de nombreux devoirs, le support d’un processus de subjectivation et de critique de l’ordre social ? Ou sont-ils au contraire le lieu de renforcement des normes, via notamment un processus  d’universalisation des savoirs issus de l’expérience.

 

Devineau, S., Feliu, F. et Valentin, S., « Les expériences personnelles et professionnelles des rares hommes exerçant à l’école maternelle et en crèche », 8e Congrès International des Recherches féministes dans la Francophonie : Réalités, luttes, utopies, Nanterre, CIRFF, Paris 10, 27-28 aout, 2018. Résumé : L’arrivée d’hommes dans des collectifs de travail constitués sur la base d’une activité féminine produit une mise en lumière de l’activité de travail jusqu’ici invisibilisée. Sera ainsi observé ce que redéfinissent les hommes dans le travail en crèche et en maternelle. A travers plusieurs enquêtes, le propos sera centré sur une mise en perspective des mécanismes sociaux de la qualification d’emplois féminins à travers une naturalisation des gestes de travail dédiés au soin des jeunes enfants.

Haller, Z., « La prise de parole dans les espaces militants : la démocratie à l’épreuve du genre », 8e Congrès International des Recherches féministes dans la Francophonie : Réalités, luttes, utopies, Nanterre, CIRFF, Paris 10, 27-28 aout, 2018. Résumé : Cette communication portera sur la dimension genrée de la prise de parole en situation d’assemblée dans les milieux syndicaux. J’appuierai mes propos sur une enquête réalisée auprès de quatre syndicats de la FSU : le SNUIPP, le SNES, le SNUEP et le SNEP. J’étudierai la répartition de la parole entre les femmes et les hommes, en termes quantitatif et qualitatif, ainsi que l’attention accordée à leurs propos et leurs liens avec un éventuel fonctionnement genré des structures syndicales.

Haller, Z., « Renouvellement générationnel au sein de structures syndicales : quelles conséquences sur la prise en charge des questions féministes ? », 8e Congrès International des Recherches féministes dans la Francophonie : Réalités, luttes, utopies, Nanterre, CIRFF, Paris 10, 27-28 aout, 2018. Résumé : À partir d’une enquête auprès de quatre syndicats enseignants de la FSU (Fédération Syndicale Unitaire), cette communication propose d’étudier les conséquences du renouvellement générationnel sur la prise en charge des questions féministes par les structures syndicales.Actuellement, les fondatrices des différentes structures féministes de la FSU, qui disposent pour certaines d’un large réseau au sein du monde associatif, atteignent l’âge de la retraite et quittent progressivement les  responsabilités qu’elles occupaient. Elles peinent à recruter des militant·e·s pour les remplacer et faire perdurer ces structures féministes au sein des organisations syndicales. En effet, malgré les discours volontaristes des directions syndicales, la cause des femmes occupe une place marginale dans leur agenda revendicatif. En outre, les luttes féministes, notamment lorsqu’elles concernent la place des femmes au sein même des structures syndicales, font régulièrement l’objet de réactions de rejet, principalement de la part des plus jeunes militant·e·s aux yeux de qui le féminisme passe aujourd’hui comme obsolète. De quelle place et de quelle influence les structures féministes bénéficient-elles aujourd’hui au sein de la FSU et de ses syndicats, et quel nouveau mode de recrutement et de fonctionnement ce contexte de désyndicalisation et de défiance à l’égard du féminisme a-t-il imposé ?

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search