Le laboratoire Dysolab

DySoLab, laboratoire des dynamiques sociales, développe un programme centré sur une interrogation commune au sujet des dynamiques sociales. La mise à jour des mécanismes sociaux à l’œuvre dans les institutions et qui déterminent les parcours et trajectoires individuelles répond à un besoin renouvelé en connaissances tant les sociétés sont mouvantes. La constitution de savoirs actuels répond également à une forte demande sociale, notamment des acteurs des politiques publiques locales. Ceci explique l’implication croissante des sociologues dans des missions de diagnostic, entre autres : universitaire (égalité, diversité), régional (revue Études normandes), de collaboration avec les différents observatoires (OVEFIP, CREFOR …), académique (éducation contre le sexisme et ministère de l’Agriculture). Des travaux de recherche qui rencontrent un écho notable sur les plans nationaux et internationaux. L’équipe de sociologues de Rouen est ainsi identifiée par une forte présence éditoriale à travers la direction de deux collections aux PURH et la direction de la revue European Societies ou encore par les présidences de conseils scientifiques dans les associations de recherche et l’animation de réseaux thématiques. Point fort, l’activité scientifique s’objective dans 29 projets de recherche dont la participation à 3 ANR, 124 publications dont 35 en anglais, 12 thèses financées (dont 6 nouvelles durant le CQD), 4 post-doctorant.es, 1 IGE sur contrat,  2 HDR soutenues et 4 en cours, ainsi que 2 prix de thèse et 1 prix jeune chercheur.

 

L’équipe élabore son unité dans la référence à la sociologie qui se manifeste par l’activité des chercheur.es au sein des associations professionnelles de l’AIS, l’AFS, l’AISLF, L’AES, L’ASES. Toutefois, l’anthropologie occupe une place ancienne et très importante dans l’équipe, les approches socio-anthropologiques en témoignent. Le recours à la socio-histoire est également bien présent dans les recherches menées et soutient des collaborations entre ces deux disciplines.

 

L’échange collectif se réalise dans le travail sur les concepts et les méthodes autour des dynamiques sociales, et un domaine transversal d’investigation portant sur les normes, les inégalités, et l’articulation des épistémologies qualitative, quantitative avec leurs outils dont les parcours biographiques.

 

 

Dynamiques sociales

L’attention portée aux rapports sociaux de classe, de sexe et de racisation, aux rapports de pouvoir tels qu’ils s’actualisent au sein des systèmes de formation ou de santé, dans les professions et dans la sphère du travail, vise à rendre compte des dynamiques à l’œuvre. Les relations inter-ethniques cristallisent les tensions des rapports sociaux en même temps que se modifient la stratification et la mobilité sociale. Toutefois, les déterminants de la reproduction n’affectent jamais totalement les structures et les normes, c’est pourquoi au cœur même des situations d’inertie apparente, sont recherchées systématiquement les lignes dialectiques de changements. Ainsi, le phénomène inégalitaire bien que massif se trouve constamment mis en cause par des événements de rupture. La dynamique sociale est envisagée comme l’interrogation des contradictions propres à notre actualité : entre public et privé, formes de pouvoirs et diversités des contestations, justice sociale et emprise du marché. La perspective tend à mettre l’accent sur le caractère multidimensionnel des approches afin de saisir au mieux les articulations dynamiques entre institutions, action publique et trajectoires biographiques. Le séminaire Dynamiques Sociales Contemporaines a nourri cette réflexion en appui des projets scientifiques.

 

Normes

Dès lors qu’elle est envisagée de façon large, la notion de normes structure les travaux d’un certain nombre de chercheurs de DySoLab. Elle permet bien sûr de penser les formes renouvelées du contrôle social. Les normes sont aussi celles que se donnent les individus dans leurs conduites de vie, leurs rapports au corps et à leur santé. Les recompositions entre public et privé engendrent des transformations dans le travail, notamment du point de vue du rôle des assurances santé. La norme permet également de penser les rapports au politique. On peut enfin également utiliser la notion de norme à l’intersection des champs de la formation et du travail/emploi. La norme du diplôme (une certification particulière délivrée par ou au nom de l’Etat) est aujourd’hui remise en cause. La formation des cadres, les négociations collectives en constituent des observatoires éclairants. Les recherches menées dans l’équipe se sont déployées dans les programmes Santé, Travail et Modernité  (cf. pages des programmes de recherche)

 

inégalités 

L’observation de la société en ses différents points que sont la santé, le travail, l’éducation, la ville, les relations inter-ethniques, les rapports de genre, les actions et politiques publiques mobilise le concept d’inégalités sociales dans le sens où les rapports sociaux de classe, de sexe et de racisation sont au cœur des analyses mettant à jour les processus inégalitaires. Afin d’en comprendre les mécanismes à travers notamment l’étude de dispositifs de politique publique, c’est toute une doxa sociale qui est ainsi décryptée permettant de contrer des idées fausses, des simplismes dont la portée peut se révéler dangereuse pour la stabilité et la cohésion des sociétés.

Interroger les institutions constitue un domaine de réflexion sans doute plus que jamais nécessaire, tant les transformations des frontières entre logiques privées et logiques publiques se sont érodées dans les politiques publiques. Les institutions de santé, d’éducation et du travail sont, de ce point de vue, emblématiques des tensions qui s’exercent du côté des professionnels comme des usagers. L’égalité d’accès aux biens et services d’intérêt général, la parité professionnelle sont deux principes autour desquels se nouent des enjeux de justice sociale très fortement revendiqués en même temps que très sérieusement ébranlés par les nouvelles modalités d’un fonctionnement concurrentiel. Dans cette perspective, devient centrale la question du rôle de l’action publique, des marchés et des politiques dans les transformations institutionnelles. Une attention particulière a été portée au suivi de la jeunesse en danger. Les institutions peuvent être comprises comme le lieu et l’enjeu de tensions entre des logiques de pouvoir et des stratégies de résistances – des intentions de justice sociale et des impératifs concurrentiels – des objectifs disciplinaires et des vocations protectionnistes. L’approfondissement de la notion d’institution est travaillé dans le RT 40 (Institutions) de l’AFS dont une chercheuse est membre, ainsi qu’à travers un ouvrage en cours sur l’ère de la symétrie dans les institutions. Les recherches multidimensionnelles et l’intersectionalité constituent ici des ancrages théorique et méthodologique importants. Les recherches ont été menées dans les programmes Études de Genre et Relations inter-ethniques-Action et Politique publiques  (cf. pages des programmes de recherche)

 

 

Méthodologies

L’engagement méthodologique a évolué dans le sens d’un élargissement et d’une systématisation des articulations entre approches qualitatives et quantitatives incluant les parcours biographiques à travers une attention aux niveaux macro, meso et micro des observations. Par ailleurs, l’équipe souhaite intégrer l’actualité de la société numérique de manière à mieux répondre aux besoins en compétences pour la recherche et pour la formation des masters. Un poste de MCF dédié est prévu pour la campagne d’emplois 2021. Dans ce sens, le recours aux biographies recherche l’articulation entre plusieurs méthodologies puisque s’y trouvent ainsi incarnées les déterminations repérées dans l’analyse quantitative autant que les aspects émergents et plus atypiques. En effet, les biographies offrent un matériau très riche pour saisir la manière dont opèrent concrètement et à travers une série de petits faits les rapports de pouvoirs ou les rapports sociaux de classe, de sexe et de racisation. Le parti pris de la pluralité des approches inclut également l’analyse socio-historique qui permet précisément de jauger les dynamiques sur le plus long terme et de réfléchir à l’articulation des temporalités. De sorte que la mise en perspective des transformations sociales peut être comprise à la fois dans son épaisseur historique et anthropologique comme dans ses effets structurant les parcours individuels.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search