17 décembre : B. Soudais : L’avortement « criminel » de 1830 à 1940 en SEINE INFÉRIEURE à travers les archives judiciaires


Le laboratoire Dysolab est heureux de vous inviter à la prochaine conférence qui se déroulera le lundi 17 décembre à 14h en salle F207 (2e étage – bâtiment Freinet). Nous aurons le plaisir d’accueillir Benjamin Soudais qui présentera ses recherches intitulées :

 L’avortement « criminel » de 1830 à 1940 en SEINE-INFÉRIEURE à travers les archives judiciaires

Résumé : Au XIXème siècle, l’avortement est inscrit au code pénal comme crime. Les autorités françaises instaurent un contrôle social répressif dans un projet de relance de la natalité. L’interdiction des comportements abortifs s’avère cependant inefficace. Les femmes construisent des stratégies de dissimulation et avortent clandestinement malgré les risques sanitaires majeurs. Les pratiques abortives mêlent croyances traditionnelles et méthodes invasives avec l’avènement de l’injection intra-utérine. Pendant l’entre-deux-guerres, grâce à l’élan hygiéniste de la Belle Époque, l’injection intra-utérine s’introduit dans les pratiques privées et se détache de l’intervention de la « faiseuse d’ange » ou du « professionnel » de santé. La prohibition est un échec malgré les évolutions légales visant à augmenter la répression. Quelques affaires d’avorteurs notoires font scandales au début du XIXème. Les avorteurs sont considérés comme des traitres à la nation et justifient la politique de propagande nataliste face au danger allemand. Les affaires d’avortement mettent en évidence une proportion importante de « filles mères » jugées mais volontiers acquittées. La classe bourgeoise est absente du banc des accusés. L’avortement s’inscrit dans une libéralisation des mœurs et une volonté de libre maternité de plus en plus populaire malgré une répression judiciaire qui est à son paroxysme en 1940.

La condition de détresse, contenue dans la loi Veil de 1975, a été supprimé par le Conseil Constitutionnel en 2014 dans le cadre de la loi d’égalité réelle entre les hommes et les femmes. Un accompagnement médical et sécurisé de l’IVG, à défaut d’en diminuer le nombre, permet d’éviter les drames d’un avortement clandestin. De nos jours, l’avortement non sécurisé est encore fréquent, notamment en Afrique et en Amérique du Sud. Malgré l’inefficacité incontestable de l’interdiction de l’avortement, le débat sur sa légitimité persiste encore en France et en Europe.

Ce travail a été réalisé dans le cadre d’une thèse de médecine générale par l’analyse des archives judiciaires de Cour d’assises et d’appel de Seine Inférieure de 1830 à 1940. L’intervenant est médecin généraliste en secteur urbain dans un cabinet médical à Elbeuf. Il est également chef de clinique des universités (Département de Médecine Générale, UFR Santé, Université Rouen Normandie) chargé de recherche en soins primaires et d’enseignement à la faculté.

Pour approfondir cette thématique vous pouvez consulter le document suivant disponible sur HAL

E. Palomares : soutenance de HDR : 07/12/18 – Urbanités minoritaires. Expériences ordinaires des illégalismes dans les villes postcoloniales (Montreuil, Mamoudzou, Johannesburg).

Urbanités minoritaires. Expériences ordinaires des illégalismes dans les villes postcoloniales (Montreuil, Mamoudzou, Johannesburg)

Le jury est composé de :
Patrice Cohen, Professeur, Université de Rouen Stéphanie Mulot, Professeure, Université Toulouse-Jean Jaurès Catherine Quiminal, Professeure, Université Paris Diderot Anne Raulin, Professeure, Université Paris Nanterre (Rapporteure)Andrea Rea, Professeur, Université Libre de Bruxelles, (Rapporteur) Mahamet Timéra, Professeur, Université Paris Diderot (Garant)


Le mémoire présenté en vue de l’obtention d’une habilitation à diriger des recherches porte sur les urbanités minoritaires, à partir de terrains principalement menés en France (métropolitaine et ultramarine) et en Afrique du Sud. Il comprend un retour réflexif sur mon parcours de formation et de recherche dans les domaines de la sociologie et de l’anthropologie des migrations internationales, des relations ethniques et du racisme et celui de l’anthropologie urbaine. Les différents terrains menés sur les sorties nocturnes dans les villes espagnoles, l’alimentation des jeunes urbains et les migrations villageoises au Bénin ainsi que sur la production institutionnelle de catégories raciales par l’action publique locale en banlieue parisienne ont posé les jalons d’un projet de socio-anthropologie politique des situations minoritaires dans la ville. Ce mémoire compare ensuite les situations postcoloniales contrastées des États-nations français et sudafricains sous l’angle de l’expérience ordinaire que font les migrant·e·s africain·e·s et comorien·ne·s de la « gestion différentielle des illégalismes » à Mamoudzou, chef-lieu du département français de Mayotte, et à Johannesburg, pôle économique et politique majeur d’Afrique du Sud. Ces deux villes d’Afrique australe sont en tout point dissemblables. Elles occupent néanmoins l’une et l’autre une place singulière dans un système migratoire mondialisé, en ce qu’elles constituent un espace de départ vers l’Europe autant que d’installation et de l’entre-deux. Dans les deux cas, en dépit de la diversité de leurs parcours, de leurs nationalités effectives, de la durée de leur présence, de leurs alliances et de leurs ancrages, les populations définies comme des étrangers/gères africain·e·s du continent et comorien·n·es font figure d’indésirables. Au service de cette comparaison, le prisme de la production et de la « gestion différentielle des illégalismes » dans les villes postcoloniales constitue un outil conceptuel intéressant car il permet de penser ensemble les situations de sans-papiers /sans-papières (ainsi que tous les autres statuts migratoires fragiles ou menacés au regard d’un cadre légal de plus en plus restrictif et changeant), les situations des citadin·e·s sans titre d’occupation (ou bien ayant un statut résidentiel incertain, fragile ou menacé par ses voisin·e·s ou par des projets de rénovation), ainsi que les situations des citadin·e·s qui développent des pratiques commerciales illégales (avant, pendant ou après les actions publiques de formalisation). Bien entendu, ces situations peuvent se recouper de diverses façons, à commencer par des amalgames abusifs qui servent des constructions idéologiques légitimant des pratiques violentes à l’égard des citadin·e·s concerné·e·s, sans égards pour leurs droits fondamentaux. En appui sur des recherches collectives, je mets ainsi en perspective la gestion sociale et politique de l’urgence sociale créée par les « décasages » de familles désignées comme « clandestines » par leurs voisin·e·s à Mayotte avec les politiques de formalisation des commerces de rue auxquels sont confronté·e·s des vendeurs/ses de rue étrangers/ères et autochtones dans les deux villes. En attendant d’en être chassé·e·s ou de pouvoir en partir pour rejoindre des villes du premier monde, quelles urbanités minoritaires se développent dans le quartier péricentral de Yeoville à Johannesburg ou bien sur la Place de la République à Mamoudzou ? En restituant l’expérience que font les indésirables de la « gestion différentielle des illégalismes » dans les villes, ainsi que les tactiques et les bricolages qu’ils et elles développent, mes travaux apportent ainsi une contribution originale, par le bas, à l’étude des inégalités complexes et des divisions sociales dans les villes postcoloniales. L’ensemble de ces travaux sur les urbanités minoritaires constituent un agenda de recherches intersectionnelles sur les villes postcoloniales (y compris les anciennes métropoles coloniales) visant à penser les pratiques territoriales de transformation ou de maintien des inégalités racistes, de genre et de classe imbriquées dont je présente les pistes à venir en conclusion. Merci à celles et ceux qui souhaiteraient assister à la soutenance en salle de visioconférence 115 du bâtiment Olympe de Gouges de bien vouloir me le signaler afin de faciliter l’accès aux locaux.


					

Fasting and weight-loss restrictive diet practices among 2,700 cancer survivors: results from the NutriNet-Santé cohort.

Dans le cadre du groupe de travail sur le jeûne, régimes restrictifs et cancer : revue systématique des données scientifiques et analyse socio-anthropologique sur la place du jeûne en France un nouvel article a été publié :

Fassier, P. et al., « Fasting and weight-loss restrictive diet practices among 2,700 cancer survivors: results from the NutriNet-Santé cohort », International Journal of Cancer, décembre 2018, vol. 143, n° 11, pp. 2687‑2697.

Nutrition is often used by cancer survivors as a lever to take charge of their own health. However, some dietary behaviors are not currently recommended for patients without medical supervision. Our study aimed at evaluating weight-loss restrictive diets and fasting practices among cancer survivors of the NutriNet-Santé cohort, as well as related socio-demographic and lifestyle factors. In October 2016, 2,741 cancer survivors had completed a specific questionnaire about their practices. Fasting and non-fasting patients (respectively dieting and non-dieting) were compared using logistic regression models. Analyses were weighted according to the age, gender, and cancer location distribution of French cancer cases. 13.8% had already practiced weight-loss restrictive diet as their diagnosis. They were more likely to be women, professionally active, overweight/obese, to use dietary supplements and to have breast cancer (all p < 0.05). 6.0% had already fasted, 3.5% as their diagnosis. They were more likely to be younger, with higher educational level, higher incomes, professionally active, to have a healthy weight, and to use dietary supplements (all p < 0.05). Fasting was associated with the opinion that such practice could improve cancer prognosis (p < 0.0001). Patients who received nutritional information from health care professionals were less likely to practice fasting or weight-loss restrictive diet (0.42[0.27-0.66], p < 0.0001 and 0.49[0.38-0.64], p < 0.0001 respectively). Our study provided original results suggesting that weight-loss restrictive diets are widely practiced by cancer survivors. Fasting was less common in our study though non negligible. Sources of nutritional information received as cancer diagnosis seemed to be a key determinant of these practices.

Séminaire Corps et beauté : 19 novembre : Poils et cheveux, supports esthétiques cruciaux

Poils et cheveux, supports esthétiques cruciaux

19 novembre 2018 – F107, salle des thèses – Bâtiment FreinetPlace Emile Blondel – 76130 Mont-Saint-Aignan
Université de Rouen Normandie

14h – 16h

Les poils et les cheveux constituent une partie du corps visible qui a fait l’objet des plus anciens traitements et agencements. La quasi-totalité des cultures a recours à des techniques « traditionnelles » ou « modernes », d’épilation ou de coiffure avec une finalité esthétique. Ces agencements de beauté ne concernent pas uniquement des enjeux liés à la séduction, on compte aussi des usages sociaux rituels, artisanaux, voire magiques des poils et des cheveux, comme a pu le rappeler l’exposition « Cheveux chéris » organisée par le musée du Quai Branly en 2012-2013. L’agencement des poils et des cheveux constitue donc une question d’esthétique, d’hygiène, de sexualité, de séduction mais renvoie également à des enjeux moraux et à l’organisation de la vie sociale. Tout au long du XXème siècle, les mouvances sociales ou musicales ont fait des coiffures particulières leur étendard (Black Power, punk, hippie, hip-hop, etc.). Au XXIème siècle, après les hommes « métrosexuels » à la tendance épilatoire et imberbe, la mode des barbes longues et soignées « hipster », a contribué à revitaliser toute une économie endormie, et la tradition des coiffeurs « barbiers » a pu reprendre haleine dans un grand nombre de réalités urbaines contemporaines. En même temps, sur les réseaux sociaux, nous voyons apparaître des photographies d’aisselles, de pubis ou de jambes féminines poilus, faisant polémique et suscitant souvent une sorte de malaise ou encore des moqueries, voire des insultes. Autour des poils naissent donc des initiatives qui fédèrent des féminismes « corporelles » (les collectif « La Barbe » et « Ma Colère », etc.). Support de modes, de cultures et de sous-cultures, et suivant leur agencement, expression de conformisme ou d’anticonformisme, les cheveux et les poils font donc encore et toujours scandale, à l’instar de la barbe de la chanteuse autrichienne Conchita Wurst, devenue emblème de la subversion des codes traditionnels de la binarité des genres. Dans quelle mesure ces éléments corporels, constituent-ils des supports esthétiques mais aussi politiques, sociaux et sensoriels ? Qu’est-ce que la pilosité révèle-t-elle de nos sociétés ? L’axe retenu pour cette séance consistera à discuter l’ensemble des enjeux soulevés par le poil et le cheveu dans le cadre de la question raciale et de la construction sociale des couleurs de la beauté.

Conférencières :

Éliane Gladys Eock Laïfa, Docteure en Anthropologie sociale et culturelle, chercheuse associée à l’Université de Strasbourg, Laboratoire DynamE. Son intervention a pour thème les traitements sociaux du cheveu en lien avec les identités cumulatives qu’assume un individu en situation minoritaire (France) et en situation majoritaire (Cameroun). Les traitement pileux sont analysés au prisme de la socialisation et de l’intégration de l’individu. Dans le cadre de cette conférence, Eock Eliane présentera particulièrement le « mouvement » nappy qui prône un retour aux cheveux naturels.

Isabelle Mananga Ossey, Fondatrice et porte-parole de l’ONG Label Beauté Noire, une association qui milite, depuis 17 ans, pour des cosmétiques de qualité pour les peaux noires, pour la prévention du défrisage des cheveux afros et une référence dans la lutte contre le blanchiment de la peau. ONG Label Beauté Noire est également lanceuse d’alerte et a été reconnue d’utilité publique en 2008.

Modératrice : Marion Braizaz

Pour s’inscrire, c’est ici : https://www.facebook.com/events/744606775874173/

Plus d’information : par ici : https://corpsbeaute.hypotheses.org/

MArisé, l’ISlam à MAyotte et La Réunion. SÉcularisme, normes et pratiques – 5 novembre – Uni Rouen

Nous avons le plaisir de vous inviter au prochain séminaire Dysolab portant sur la recherche MArisé, l’ISlam à MAyotte et La Réunion. SÉcularisme, normes et pratiques, le lundi 5 novembre de 9h30 à 17h, salle des thèses, UFR SHS de l’Université de Rouen.

Le projet Marisé étudie les pratiques, les modalités de la transmission de l’islam ainsi que les multiples façons dont l’Etat français intervient dans le domaine religieux à Mayotte et à La Réunion. S’inscrivant dans le cadre d’un grand programme de recherche français intitulé « Islam et société » financé par le du Bureau Central des Cultes et le Comité interministériel de prévention de la délinquance pour la période 2017-2019, ce projet réunit 12 chercheurs et chercheuses métropolitains, mahorais et réunionnais. Ce séminaire à mi-parcours du projet Marisé vise ainsi à mettre en dialogue les premiers résultats de cette recherche avec ceux d’autres chercheur·e·s afin de discuter de ses orientations et de jeter les bases d’une démarche comparative entre ces deux territoires ultramarins.


soutenance de thèse : E. Mevel : « Porter la cause et être soi : le devoir identitaire de la diaspora palestinienne en France »

J’ai le plaisir de vous annoncer ma soutenance de thèse, qui aura lieu le jeudi 11 octobre à 10h. La thèse s’intitule « Porter la cause et être soi: le devoir identitaire de la diaspora palestinienne en France » (résumé ci-dessous). La soutenance aura lieu dans la salle des Thèse, Bâtiment Freinet, UFR SHS, Université de Rouen.
La soutenance sera suivie d’un pot, auquel vous êtes chaleureusement invités.
Le jury est composé de: Michalis Lianos (Directeur de thèse) Stéphane Dufoix (rapporteur) Michel Wieviorka (rapporteur) Peter Burgess (Président du jury) Anna Triandafyllidou (Examinatrice) Christophe Daum (Examinateur)
Bien cordialement,
Ellie Mevel

RÉSUMÉ

À partir d’un travail de terrain mené auprès de la diaspora palestinienne en France et de l’analyse de la base de données MAROB (Minorities at Risk Organizational Behavior) de l’Université de Maryland, cette thèse s’intéresse à la pluralité des engagements des Palestiniens en France vis-à-vis de leur pays d’origine. Leur devoir identitaire semble absolu et l’ombre de la trahison guette leur moindre écart. Les résultats indiquent que le rapport à l’engagement – et plus généralement à l’identité – des Palestiniens en France ne résulte pas uniquement d’un processus de socialisation ou d’une appartenance historique et contemporaine. En effet, les engagements à distance sont aussi façonnés par les représentations et les attentes normatives émanant de la société d’accueil. Par ailleurs, l’engagement à distance s’émancipe bien souvent de toutes enclaves institutionnelles pour se réaliser et prendre forme à un niveau plus maitrisé par les individus. La coexistence d’une diversité d’engagements traduit la capacité des membres de la diaspora à trouver des voies d’expression et d’action qui permettent aux exilés de conjuguer leur engagement avec la poursuite de leurs projets personnels. Loin d’être vecteur de conflits, la diversité des engagements vis-à-vis du pays d’origine se réalise au sein d’une pluralité pacifique.

MOTS CLÉS

Diaspora, engagement, identité, Palestiniens, conflit, pluralité.

ABSTRACT

The thesis is based on fieldwork conducted with the Palestinian diaspora in France and on the analysis of the “Minorities at Risk Organizational Behavior” (MAROB) database compiled at the University of Maryland. We focus on the plurality of Palestinians’ commitments towards their home country. Their absolute duty to keep their identity is overseen by their constant concern not to betray the Palestinian cause. Our results indicate that both the commitment of the Palestinians living in France and their identity more broadly, do not solely originate in a direct socialization process or in historical and cultural belonging. Their commitment from afar is also shaped by the normative representations and expectations deriving from the host society. Furthermore, commitment from afar often emancipates itself from institutional boundaries and materializes at a more individualistic level. A diverse spectrum of engagement with the Palestinian cause shows that diaspora members find ways of expression and action allowing them to combine their commitments with the pursuit of their personal aspirations. That diversity, far from leading to conflict, gives way to peaceful plurality.

KEY WORDS

Diaspora, commitment, identity, Palestinian, conflict, plurality.

Michael Mann « Have wars and violence declined through human history »

Conférence : Lundi 24 septembre 2018

Maison de l’Université – Université de Rouen – Campus de Mont Saint Aignan

14h – Grand Amphithéâtre

Cette conférence se tiendra dans le cadre de « Rouen Annual Social Science Lecture » – « Conférence annuelle de Rouen en sciences sociales ». Après avoir invité Nikolas Rose (2018) et Marco Verweij (2016) nous sommes heureux de vous d’accueillir :

Michael Mann

« Have wars and violence declined through human history »

Résumé : For over one 150 years liberal optimism has dominated theories of war and violence. It has been repeatedly argued that war and violence either are declining or will shortly decline. There have been exceptions, especially in Germany and more generally in the first half of the 20th century, but there has been a recent revival of such optimism, especially in the work of Azar Gat, John Mueller, Joshua Goldstein, and Steven Pinker who all perceive a long-term decline in war and violence through history, speeding up in the post-1945 period. Critiquing Pinker’s statistics on war fatalities, I show that the overall pattern is not a decline in war, but substantial variation between periods and places. War has not declined and current trends are slightly in the opposite direction. The conventional view is that civil wars in the global South have largely replaced inter-state wars in the North, but this is misleading since there is major involvement in most civil wars by outside powers, including those of the North. There is more support for their view that homicide has declined in the long-term, at least in the North of the world (with the U.S. lagging somewhat). This is reinforced by technological improvements in long-distance weaponry and the two transf

ormations have shifted war, especially in the North, from being “ferocious” to “callous” in character. This renders war less visible and less central to Northern culture, which has the deceptive appearance of being rather pacific. Viewed from the South the view has been bleaker both in the colonial period and today. Globally war and violence are not declining, but they are being transformed.

 

Historiens, anthropologues, politistes, géographes, sociologues, philosophes et économistes sont fascinés par la puissance analytique et la capacité synthétique de ses travaux qui sont traduits dans plus de dix langues et comprennent aussi « Fascists » et « The Dark Side of Democracy: Explaining Ethnic Cleansing ».

 

S’il est dommage que les travaux de M. Mann  – hormis « L’Empire incohérent » – ne sont pas traduits en français, l’opportunité d’échanger avec lui en français et en anglais sera d’autant plus précieuse.

 

 

C. Harrison-Marchand : “Ethics: The Business Case – Corporate Social Responsibility Meets Electronics Manufacturing” – 17 Octobre –

C. Harrison-Marchand : “Ethics: The Business Case – Corporate Social Responsibility Meets Electronics Manufacturing” –

Soutenance le 17 Octobre -salle des thèses (bâtiment Freinet) à 14h

The aim of this research is to analyze how and why corporate social responsibility (CSR) policy has become structurally integrated in the institutions which comprise the electronics manufacturing sector, and to examine its role and effects upon globalization through its international supply chains. Firstly, through the analytical tools of cultural theory and against the background of risk society in late modernity, CSR is investigated and revealed as a defensive institutional response to reputational risk and legitimacy. Secondly, cultural theory allows us to analyze CSR in the sector as a socio-dynamic process resulting in the pressure on companies to broaden their organizational culture by increasing their affinity for egalitarian values. Several sectorial effects of this are analyzed: the role that CSR activity has in competitive practices through isomorphism, how ethical ranking systems enhance the homogeneity of CSR activity, and the impact of consumers’ CSR responsiveness. After considering the integration of CSR in a corporate institution, then its effects upon the sectorial environment, I consider the impact that CSR can have on globalization and development. Thus, the third dimension of this work is CSR’s initiation of impact along supply chains where most unethical abuses occur. This invites a re-evaluation of the processes of globalization and their effects upon development. Through the work of Amartya Sen, Jean Tirole and others, the impact of CSR in electronics supply chains is critically evaluated indicating how structural intervention in developing societies could be envisaged. The fieldwork for this empirical investigation consisted of visits to industrial plants in China and interviews with management and workers; interviews with executives of multinational corporations, CSR auditors and consultants, and activists of international trade union associations; participation in several sector-wide stakeholder meetings; and the analyses of industry documents, reports, diverse forms of media coverage, and documentaries.

 

L’objectif de cette recherche est d’analyser pourquoi et comment les institutions qui composent le secteur de l’industrie électronique ont structurellement intégré une politique de responsabilité sociale des entreprises (RSE). Ensuite, d’examiner le rôle et les effets de cette évolution sur la mondialisation par le biais des chaînes d’approvisionnement internationales du secteur. Dans une première étape, via la théorie culturelle, et dans le contexte de la société du risque et de la modernité récente, la RSE se révèle une réponse institutionnelle défensive face aux risques de réputation et aux atteintes probables à la légitimité. Ensuite, la théorie culturelle nous permet d’analyser la RSE dans le secteur choisi en tant que processus socio-dynamique exerçant une pression sur les entreprises pour élargir leur culture organisationnelle tout en les orientant plus vers des valeurs égalitaires. Plusieurs effets sectoriels de ce processus sont analysés : le rôle de l’activité RSE dans les pratiques concurrentielles à travers l’isomorphisme, la façon dont les systèmes de classement éthique améliorent l’homogénéité de l’activité RSE, et l’impact de la réactivité des consommateurs en matière de RSE. Après avoir exploré l’intégration de la RSE dans une organisation, puis ses effets sur l’environnement sectoriel, on se focalise sur l’impact que la RSE peut avoir sur la mondialisation et le développement. Ainsi, le troisième volet de cette étude s’intéresse à l’impact que la RSE peut avoir en pénétrant les chaînes d’approvisionnement les plus intensément liées aux abus éthiques. Cela invite à réévaluer les processus de mondialisation, et leurs effets sur le développement. Grâce aux travaux d’Amartya Sen, Jean Tirole et d’autres, l’impact de la RSE sur les chaînes d’approvisionnement en électronique est évalué de manière critique en montrant comment une intervention structurelle dans les sociétés en développement pourrait être envisagée. Le travail de terrain pour cette enquête empirique a consisté en des visites d’usines en Chine et des entretiens avec la direction et les employés ; aussi, en des entretiens avec des cadres de multinationales, des contrôleurs et consultants en RSE et des militants d’associations syndicales internationales. Ce travail est complété par la participation à plusieurs réunions des parties prenantes du secteur et par l’analyse de documents produits par ces parties ; aussi, par de rapports, et des diverses formes de couverture médiatique, y compris de documentaires.

 

G. Neveu : 19 septembre : Surveiller et ficher. La veille sur l’ordre national de l’entre-deux-guerres à travers les archives de renseignement politique de la Seine-Inférieure (76)

Surveiller et ficher. La veille sur l’ordre national de l’entre-deux-guerres à travers les archives de renseignement politique de la Seine-Inférieure (76)

soutenance : 19 septembre : salle des thèses (bat Freinet) – 14h

 Résumé

La prolifération contemporaine des techniques de surveillance dans le quotidien des individus tend à affirmer l’idée répandue que la nécessité institutionnelle de cumuler du savoir sur les populations serait un phénomène contemporain. Prénotion pouvant être rapidement déconstruite par le recours à l’étude historique, le travail mené lors de cette thèse dans les fonds préfectoraux des Archives Départementales de la Seine-Maritime, complété par la consultation du « fonds de Moscou » a permis d’inscrire cette recherche au sein d’une étape constructiviste de l’analyse des sociétés de surveillance. Le corpus constitué majoritairement des fichiers de la police spéciale durant l’entre-deux-guerres permet d’interroger l’interdépendance entre la notion foucaldienne d’espace de sécurité et celle d’espace public, ou plutôt d’espaces publics. Résultat d’une forme de gouvernement de l’opinion, la veille proactive des espaces publics se développant en marge de l’espace public bourgeois était une nécessité afin de maintenir l’ordre républicain en cas de conflits entre ces espaces – comme ce fut le cas entre les militants des ligues d’extrême droite et de ceux qui se sont ralliés derrière la bannière de l’antifascisme.

Un autre des aspects principaux de cette démarche est la régulation d’une parole publique issue du prolétariat, instrumentalisée par les acteurs principaux des institutions communistes et syndicales. Des individus suivis en fonction de leur influence sur les masses, de leurs actes, discours et propagandes dont la résultante en termes de jugement policier se fait en fonction de la préservation de la communauté nationale, par la désignation d’un ennemi de l’intérieur, étranger au sein du corps social et susceptible de propager une parole illégitime au sein de la population.

Mots clés :

Surveillance, espaces publics, entre-deux-guerres, socio-histoire, dispositif de sécurité, archives policières, menace, altérité politique.

Aminata Diop – 13 septembre – Genre, migration, stratégies d’acquisition de pouvoir et espace personnel : les expériences de femmes ouest-africaines à Rouen

Genre, migration, stratégies d’acquisition de pouvoir et espace personnel : les expériences de femmes ouest-africaines à Rouen

Soutenance le 13 septembre à 14h, Grande salle de l’IRIHS

Cette thèse s’intéresse aux parcours de femmes ouest-africaines à Rouen issues de plusieurs pays (Côte d’Ivoire, Guinée Conakry, Mali, Mauritanie, Nigéria, Sénégal). Elle vise à comprendre leurs vécus, leurs histoires, leurs conditions d’immigration et d’intégration dans la société d’accueil. Elle se propose de déconstruire les stéréotypes produits sur les migrantes dans l’histoire, longtemps considérées comme victimes aux droits bafoués. Cette thèse donne à voir les situations d’oppressions multiples et croisées (genre, ethnie, classe) vécues par ces femmes dans le temps et l’espace, à partir de leurs expériences concrètes. Le contexte migratoire leur permet de modifier et réorganiser les rapports sociaux de sexes et de sélectionner les pratiques culturelles de leurs communautés d’origine. Cette recherche se propose d’analyser le processus d’autonomisation et d’émancipation des femmes ouest-africaines à partir de leurs stratégies d’acquisition de pouvoir (travail, associations, réseaux professionnels, technologie, transports). Dans le contexte de mondialisation, les migrantes se positionnent comme actrices du développement économique, parties prenantes du changement social de leur continent. Le choix d’une méthode qualitative, de l’observation prolongée dans le temps du quotidien des femmes et de leurs interactions avec les hommes favorise une immersion dans leur espace personnel.