Les nouveaux membres de Dysolab (septembre 2019)

Chez les membres titulaires :

Romain Juston Morival, MCF en sociologie : Sociologie du travail ; Sociologie de la santé au travail ; Sociologie du droit et de la justice ; Sociologie des sciences ; Sociologie des professions

Chez les doctorants :

Ariane Mosheni Sadjadi : projet de recherche : Transformation sociale et participation politique : les formes émergentes de politie dans dans les démocraties post-industrielle (sous la direction de Michalis Lianos)

Chez les temporaires (ATER)

Zoé Haller : doctorante en sociologie et membre du laboratoire Dysolab, à l’Université de Rouen. Sa thèse porte sur l’accès aux responsabilités des femmes dans les syndicats enseignants de la FSU et sur la prise en charge des questions féministe par les institutions syndicales. Ses recherches portent également sur les parcours artistiques et sur les institutions culturelles.

Léa Palet : Dans cette recherche doctorale, je m’intéresse au processus de construction sociale de la « valeur professionnelle » des enseignant.e.s du secondaire en France. A partir d’une approche multi-méthodes (analyse socio-historique des textes réglementaires qui encadrent le métier enseignant, observation participante d’un an au cabinet du ministre de l’Éducation nationale (2013-2014), ethnographie de plusieurs mois dans un établissement scolaire, entretiens semi-directifs et exploitation d’un questionnaire renseigné par près de 1 400 professeur.e.s), j’étudie la façon dont la professionnalité enseignante se recompose, au prisme des évolutions institutionnelles des années 2010, ainsi que l’impact de ces recompositions sur les trajectoires de carrière, les relations professionnelles et les conditions de travail. En m’appuyant sur les apports de la sociologie du travail, de l’éducation et de l’action publique, je cherche à savoir comment se construisent les carrières enseignantes et ce qu’elles révèlent sur la façon dont le métier enseignant, comme tout travail, est encadré par l’institution de l’Éducation nationale

Emiline Fourment : doctorante en sociologie politique comparée à Sciences Po Paris (Centre d’Etudes Européennes) sous la direction de Florence Haegel. Elle est l’auteure d’un mémoire de master sur les rapports de genre et le militantisme féministe dans la gauche libertaire de Göttingen (Allemagne). Ses domaines de recherche comprennent l’étude des mouvements sociaux, la sociologie des idées, les études de genre, ainsi que les méthodologies qualitatives. Sa thèse traite des usages et réappropriations des théories féministes dans les milieux féministes libertaires de Berlin et Montréal. Elle appréhende les théories non pas comme des corpus de textes figés, mais comme des systèmes vivants d’idées, sujets à des réappropriations successives opérées par une multiplicité d’acteurs, dans des contextes différents. La thèse propose une sociologie des théories qui prend en compte la socialisation politique des féministes libertaires étudiées, leurs interactions avec d’autres acteurs (pour la plupart militants) ainsi que leurs interactions internes, entre féministes libertaires. Elle montre comment les théories féministes matérialistes, déconstructivistes et intersectionelles peuvent jouer un rôle structurant, aux côtés d’autres variables, pour l’organisation du militantisme d’une part, et être hybridées ou transformées dans la pratique, d’autre part. La dernière partie du travail est plus précisément consacrée à la lutte féministe libertaire contre des violences sexuelles qui ont lieu au sein des milieux libertaires. Les controverses provoquées par l’action féministe permettent d’observer en détail la façon dont des théories féministes peuvent être stratégiquement mobilisées pour orienter et justifier l’action politique.

Calendrier prévisionnel septembre-décembre 2019

Les dates et lieux peuvent encore changer

lundi 9/09/19 : conseil de labo

lundi 16/09/19 : AG + présentation de Romain Juston, nouvel EC

lundi 7/10/19 : Séminaire DySolab : invité Thomas Denise du CERREV – thématique  dynamiques de genre, de carrière et de professionnalisation dans les services de soins les plus techniques (réanimation / soins-intensifs)

lundi 21/10 : Accueil des doctorant.e.s de DySoLab avec présentation aux EC du nouveau livret doctoral

lundi 4/11/19 : Séminaire DySoLab : présentation du programme JUPITER


lundi 2/12/19 : Séminaire DySoLab : présentation du programme ARTEMIS

Zoé Haller. Œuvrer en marge du marché de l’art. Marges – Revue d’art contemporain

Zoé Haller. Œuvrer en marge du marché de l’art. Marges – Revue d’art contemporain, Presses universitaires de Vincennes, 2019, pp.80-96. ⟨https://journals.openedition.org/marges/1828⟩. ⟨10.4000/marges.1828⟩. ⟨hal-02169772⟩

À partir d’une enquête réalisée auprès d’artistes et de professionnels de l’art, cet article analyse les conditions du maintien sur la scène artistique contemporaine des artistes non intégrés aux réseaux marchands de l’art. Différentes alternatives s’offrent à eux  : dispositifs de soutien public à la création, initiatives mises en place par les artistes  ; ce texte propose d’en examiner les enjeux et les conséquences sur les conditions de vie et de création des artistes.

Patrice Cohen, Laura Bellenchombre, François Féliu. Jeûner en France: Généalogie d’une pratique contestataire et contestée. Revue des Sciences sociales, Presses Universitaires de Strasbourg, 2019, Dissidences alimentaires, pp.100-109

Patrice Cohen, Laura Bellenchombre, François Féliu. Jeûner en France: Généalogie d’une pratique contestataire et contestée. Revue des Sciences sociales, Presses Universitaires de Strasbourg, 2019, Dissidences alimentaires, pp.100-109

Abstract : Le jeûne comme pratique de santé, de bien-être ou comme espoir thérapeutique, apparaît comme un fait social en France inscrit dans la construction d’un nouveau rapport au corps, à la santé, au traitement des maladies que nombre de promoteurs actuels font remonter au xixe siècle dans le monde occidental. Les processus socio-historiques de l’apparition du jeûne dans les sphères médicales (à partir du xixe siècle) nous permettent d’interpréter des dissidences primordiales et récurrentes au sein d’une lutte de territoire pour la médecine légitime et la science académique. Ces dissidences se reconfigurent, en France, au fil du xxe siècle, autour de la structuration d’espaces sociaux de jeûne au travers de plusieurs courants qui, eux aussi, se positionnent en marge de l’orthodoxie médicale. Enfin à partir du début du xxie siècle nous étudions, à partir d’un tournant médiatique, comment les promoteurs du jeûne influencent, par un travail symbolique, l’acceptabilité sociale, médicale et scientifique du jeûne tout en permettant qu’une « culture de l’espoir » émerge notamment chez les malades.

Camille Dupuy, Marcus Kahmann, Karel Yon. Jeunes et engagements au travail, une génération asyndicale ?. Agora débats/jeunesses

Camille Dupuy, Marcus Kahmann, Karel Yon. Jeunes et engagements au travail, une génération asyndicale ?. Agora débats/jeunesses, L’Harmattan/Presses de Sciences Po, 2019, pp.7-25.

[https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02151949]

 

Résumé : Les jeunes continuent à s’engager, mais, parmi leurs engagements, le syndicalisme et la représentation du personnel sont peu répandus. A partir d’une enquête quantitative et qualitative sur les trajectoires d’engagement et d’apprentissage de l’activité syndicales des jeunes travailleurs, nous rendons compte des facteurs et des processus qui conduisent les jeunes à peu se rapprocher des syndicats. Nous remettons en cause l’idée d’un désamour de la jeune génération envers les organisations syndicales pour montrer au contraire que les jeunes croient encore à l’action collective au travail mais sont pour partie “empêchés” d’y prendre part. Nous montrons alors quelles sont les conditions requises pour qu’un jeune travailleur franchisse le cap en desinnant trois figures type du jeune engagé au travail.

Hugo Bréant. Retours sur capital(e). Actes de la Recherche en Sciences Sociales

Hugo Bréant. Retours sur capital(e). Actes de la Recherche en Sciences Sociales, Editions du Seuil, 2018, 225 (5), pp.54.

Résumé : Les réinstallations des émigré·e·s dans leur pays d’origine semblent s’accélérer ces dernières années. La nécessité de préparer son retour, de s’appuyer sur des ressources à la fois économiques et scolaires, rendent ce processus particulièrement sélectif. Si cet article souligne les logiques inégalitaires de ces migrations, il démontre avant tout le rôle prégnant du capital social dans ce phénomène. La possession d’un capital social en migration, mais surtout dans le pays d’origine, renforce les propensions au retour et accélère les réinstallations des émigré·e·s. L’article plaide donc pour une approche du capital social en migration qui soit plus attentive à sa dimension socialisatrice. Les émigré·e·s reviennent d’autant plus qu’ils ont été socialisé·e·s, par l’exemple et par la pratique, à la migration de retour par leur entourage familial et amical.

Yannick Le Hénaff, Stéphane Héas. Individuals With the Rare Disease Pemphigus: A Quest for Diagnostic

Yannick Le Hénaff, Stéphane Héas. Individuals With the Rare Disease Pemphigus: A Quest for Diagnostic. Qualitative Health Research, SAGE Publications, 2018

Résumé : This qualitative study conducted in France of “individuals living with a pemphigus” (ILPs; N = 54) highlights the taxing diagnostic trajectory of those suffering from these rare autoimmune diseases. Beyond enduring a diagnostic period that may prove long, during their numerous medical appointments, these individuals internalize the expectations of the medical professionals who are treating them. In some cases, numerous inconclusive medical tests and, at times, a doctor’s condescension may push the patient toward a process of renunciation. This article relates the ILPs’ critiques of the medical work conducted during the trying diagnostic period.

Yannick Le hénaff. “Tout le monde le faisait, personne n’en parlait”. Le travail esthétique des chirurgiens plasticiens controversé.

Yannick Le hénaff. “Tout le monde le faisait, personne n’en parlait”. Le travail esthétique des chirurgiens plasticiens controversé. Sociologie du Travail, Elsevier Masson, 2019

Résumé : Fort d’un corpus comptant près de 80 entretiens, des observations en situation et un travail d’archives, nous analysons l’évolution des conflits de légitimité chez les chirurgiens plasticiens, en nous intéressant particulièrement à la chirurgie et médecine esthétique. Ces deux activités, et la seconde en particulier, sont en effet déconsidérées dans le cadre de l’éthos professionnel des chirurgiens. Il s’agit ainsi de comprendre ces dynamiques de désignation et ces modalités de revalorisation au croisement des conflits inter- et intra-professionnels et des logiques de concurrence individuelle et professionnelle. Dans un premier temps, nous rendons compte des conditions ayant permis la revalorisation de la chirurgie esthétique, à l’intersection des logiques collectives (insertion sur le marché des chirurgiens nouvellement formés) et des carrières de ces professionnels. Si les plus réfractaires à la chirurgie esthétique exercent dans les services où celle-ci est minoritaire voire bannie, l’hypothèse d’une adéquation entre division morale et sociale du travail ne peut ici être retenue. Par la suite, nous nous intéressons à la médecine esthétique, largement dédaignée, et en apparente contradiction avec l’éthos chirurgical. Après avoir identifié ce qui disqualifie ces actes, nous réinscrivons la médecine esthétique et ses évolutions dans leur contexte historique. Puis nous tentons de comprendre comment cette disqualification est négociée à l’aune des changements que connaît actuellement le monde de la chirurgie plastique, qui tendent à donner un espace croissant à ces actes.

Y. Van Praet “Transmettre et être en quête du ” ‘ilm ” : ethnographie des modalités de transmission des savoirs islamiques dans l’agglomération rouennaise.” – 14 mars à 14h

Mr Van Praet Younes Johan

soutiendra publiquement sa dissertation pour l’obtention du titre de Docteur en Sciences Politiques et sociales

« Transmettre et être en quête du « ’ilm » : ethnographie des modalités de transmission des savoirs islamiques dans l’agglomération rouennaise »

Soutenance à 14h en F105 (bâtiment Freinet – UFR SHS – Université de Rouen Normandie – campus de MSA)

Résumé 
Dans cette thèse, j’ai cherché à comprendre comment, à l’échelle d’une agglomération de province, la structuration d’une aspiration collective à transmettre l’islam en vient-elle à générer des offres et expériences différenciées du « ‘ilm » entendu comme l’ensemble des pratiques et discours en lien avec la transmission des savoirs islamiques. Ce travail vise à contribuer à la question de la transmission de l’islam en France par le biais d’une observation empirique des structures et pratiques d’enseignement confessionnel de l’islam dispensé aux adultes au sein de l’agglomération rouennaise. L’enquête, de type ethnographique, a été menée de 2013 à 2018 de façon participative, ce qui permet de mieux rendre compte des expériences et trajectoires des acteurs de la transmission. Pour cela j’ai circonscrit le terrain à l’agglomération rouennaise située en Normandie. Ce choix vient à contre-pied de la prévalence souvent accordée aux structures les plus visibles ayant une portée nationale. J’ai réalisé des entretiens par récit de vie auprès de plus d’une vingtaine d’enseignant-e-s et d’apprenant-e-s, ainsi que des entretiens semi-directifs auprès de responsables d’associations et de lieux de culte. Toutefois la majeure partie des données est avant tout constituée d’observations d’enseignements et de situations informelles au quotidien.

Membres du jury 
Professeur Mahamet Timera (Paris-Diderot 7), Rapporteur
Professeur Sabrina Mervin (CNRS, Césor), Rapporteur
Professeur Patrice Cohen (Université de Rouen Normandie), Co-promoteur
Professeur Brigitte Maréchal (Université Catholique de Louvain), Co-promoteur
Professeur Élise Palomares (Université de Rouen Normandie), Co-promoteur
Professeur Silvia Mostaccio (Université Catholique de Louvain), Présidente de séance
Professeur Simona Tersigni (Université Paris-Nanterre), Examinatrice
Professeur Haoues Seniguer (Sciences PO Lyon), Examinateur