Hugo Bréant. Retours sur capital(e). Actes de la Recherche en Sciences Sociales

Hugo Bréant. Retours sur capital(e). Actes de la Recherche en Sciences Sociales, Editions du Seuil, 2018, 225 (5), pp.54.

Résumé : Les réinstallations des émigré·e·s dans leur pays d’origine semblent s’accélérer ces dernières années. La nécessité de préparer son retour, de s’appuyer sur des ressources à la fois économiques et scolaires, rendent ce processus particulièrement sélectif. Si cet article souligne les logiques inégalitaires de ces migrations, il démontre avant tout le rôle prégnant du capital social dans ce phénomène. La possession d’un capital social en migration, mais surtout dans le pays d’origine, renforce les propensions au retour et accélère les réinstallations des émigré·e·s. L’article plaide donc pour une approche du capital social en migration qui soit plus attentive à sa dimension socialisatrice. Les émigré·e·s reviennent d’autant plus qu’ils ont été socialisé·e·s, par l’exemple et par la pratique, à la migration de retour par leur entourage familial et amical.

Yannick Le Hénaff, Stéphane Héas. Individuals With the Rare Disease Pemphigus: A Quest for Diagnostic

Yannick Le Hénaff, Stéphane Héas. Individuals With the Rare Disease Pemphigus: A Quest for Diagnostic. Qualitative Health Research, SAGE Publications, 2018

Résumé : This qualitative study conducted in France of “individuals living with a pemphigus” (ILPs; N = 54) highlights the taxing diagnostic trajectory of those suffering from these rare autoimmune diseases. Beyond enduring a diagnostic period that may prove long, during their numerous medical appointments, these individuals internalize the expectations of the medical professionals who are treating them. In some cases, numerous inconclusive medical tests and, at times, a doctor’s condescension may push the patient toward a process of renunciation. This article relates the ILPs’ critiques of the medical work conducted during the trying diagnostic period.

Yannick Le hénaff. “Tout le monde le faisait, personne n’en parlait”. Le travail esthétique des chirurgiens plasticiens controversé.

Yannick Le hénaff. “Tout le monde le faisait, personne n’en parlait”. Le travail esthétique des chirurgiens plasticiens controversé. Sociologie du Travail, Elsevier Masson, 2019

Résumé : Fort d’un corpus comptant près de 80 entretiens, des observations en situation et un travail d’archives, nous analysons l’évolution des conflits de légitimité chez les chirurgiens plasticiens, en nous intéressant particulièrement à la chirurgie et médecine esthétique. Ces deux activités, et la seconde en particulier, sont en effet déconsidérées dans le cadre de l’éthos professionnel des chirurgiens. Il s’agit ainsi de comprendre ces dynamiques de désignation et ces modalités de revalorisation au croisement des conflits inter- et intra-professionnels et des logiques de concurrence individuelle et professionnelle. Dans un premier temps, nous rendons compte des conditions ayant permis la revalorisation de la chirurgie esthétique, à l’intersection des logiques collectives (insertion sur le marché des chirurgiens nouvellement formés) et des carrières de ces professionnels. Si les plus réfractaires à la chirurgie esthétique exercent dans les services où celle-ci est minoritaire voire bannie, l’hypothèse d’une adéquation entre division morale et sociale du travail ne peut ici être retenue. Par la suite, nous nous intéressons à la médecine esthétique, largement dédaignée, et en apparente contradiction avec l’éthos chirurgical. Après avoir identifié ce qui disqualifie ces actes, nous réinscrivons la médecine esthétique et ses évolutions dans leur contexte historique. Puis nous tentons de comprendre comment cette disqualification est négociée à l’aune des changements que connaît actuellement le monde de la chirurgie plastique, qui tendent à donner un espace croissant à ces actes.

Y. Van Praet « Transmettre et être en quête du  » ‘ilm  » : ethnographie des modalités de transmission des savoirs islamiques dans l’agglomération rouennaise. » – 14 mars à 14h

Mr Van Praet Younes Johan

soutiendra publiquement sa dissertation pour l’obtention du titre de Docteur en Sciences Politiques et sociales

« Transmettre et être en quête du « ’ilm » : ethnographie des modalités de transmission des savoirs islamiques dans l’agglomération rouennaise »

Soutenance à 14h en F105 (bâtiment Freinet – UFR SHS – Université de Rouen Normandie – campus de MSA)

Résumé 
Dans cette thèse, j’ai cherché à comprendre comment, à l’échelle d’une agglomération de province, la structuration d’une aspiration collective à transmettre l’islam en vient-elle à générer des offres et expériences différenciées du « ‘ilm » entendu comme l’ensemble des pratiques et discours en lien avec la transmission des savoirs islamiques. Ce travail vise à contribuer à la question de la transmission de l’islam en France par le biais d’une observation empirique des structures et pratiques d’enseignement confessionnel de l’islam dispensé aux adultes au sein de l’agglomération rouennaise. L’enquête, de type ethnographique, a été menée de 2013 à 2018 de façon participative, ce qui permet de mieux rendre compte des expériences et trajectoires des acteurs de la transmission. Pour cela j’ai circonscrit le terrain à l’agglomération rouennaise située en Normandie. Ce choix vient à contre-pied de la prévalence souvent accordée aux structures les plus visibles ayant une portée nationale. J’ai réalisé des entretiens par récit de vie auprès de plus d’une vingtaine d’enseignant-e-s et d’apprenant-e-s, ainsi que des entretiens semi-directifs auprès de responsables d’associations et de lieux de culte. Toutefois la majeure partie des données est avant tout constituée d’observations d’enseignements et de situations informelles au quotidien.

Membres du jury 
Professeur Mahamet Timera (Paris-Diderot 7), Rapporteur
Professeur Sabrina Mervin (CNRS, Césor), Rapporteur
Professeur Patrice Cohen (Université de Rouen Normandie), Co-promoteur
Professeur Brigitte Maréchal (Université Catholique de Louvain), Co-promoteur
Professeur Élise Palomares (Université de Rouen Normandie), Co-promoteur
Professeur Silvia Mostaccio (Université Catholique de Louvain), Présidente de séance
Professeur Simona Tersigni (Université Paris-Nanterre), Examinatrice
Professeur Haoues Seniguer (Sciences PO Lyon), Examinateur

Une politique expérientielle – Les gilets jaunes en tant que « peuple » – entretien avec Michalis Lianos

Une politique expérientielle – Les gilets jaunes en tant que « peuple » Entretien avec le sociologue Michalis Lianos – paru dans lundimatin#170, le 17 décembre 2018

Depuis le début du mouvement des gilets jaunes le sociologue Michalis Lianos s’est rendu aux abords des Champs Élysées afin de recueillir et d’étudier les paroles de très nombreux manifestants. Dans cet entretien, il nous livre les premiers résultats de son enquête, une radiographie encore brute de la manière dont les gilets jaunes se perçoivent, pensent leur action et s’inscrivent dans la « société ». Loin de la sociologie de comptoir des plateaux télé, M. Lianos livre ici une analyse extrêmement fine et complexe d’un mouvement que le pouvoir ne parvient toujours pas à saisir.

lire la suite ici : https://lundi.am/Une-politique-experientielle-Les-gilets-jaunes-en-tant-que-peuple

17 décembre : B. Soudais : L’avortement « criminel » de 1830 à 1940 en SEINE INFÉRIEURE à travers les archives judiciaires


Le laboratoire Dysolab est heureux de vous inviter à la prochaine conférence qui se déroulera le lundi 17 décembre à 14h en salle F207 (2e étage – bâtiment Freinet). Nous aurons le plaisir d’accueillir Benjamin Soudais qui présentera ses recherches intitulées :

 L’avortement « criminel » de 1830 à 1940 en SEINE-INFÉRIEURE à travers les archives judiciaires

Résumé : Au XIXème siècle, l’avortement est inscrit au code pénal comme crime. Les autorités françaises instaurent un contrôle social répressif dans un projet de relance de la natalité. L’interdiction des comportements abortifs s’avère cependant inefficace. Les femmes construisent des stratégies de dissimulation et avortent clandestinement malgré les risques sanitaires majeurs. Les pratiques abortives mêlent croyances traditionnelles et méthodes invasives avec l’avènement de l’injection intra-utérine. Pendant l’entre-deux-guerres, grâce à l’élan hygiéniste de la Belle Époque, l’injection intra-utérine s’introduit dans les pratiques privées et se détache de l’intervention de la « faiseuse d’ange » ou du « professionnel » de santé. La prohibition est un échec malgré les évolutions légales visant à augmenter la répression. Quelques affaires d’avorteurs notoires font scandales au début du XIXème. Les avorteurs sont considérés comme des traitres à la nation et justifient la politique de propagande nataliste face au danger allemand. Les affaires d’avortement mettent en évidence une proportion importante de « filles mères » jugées mais volontiers acquittées. La classe bourgeoise est absente du banc des accusés. L’avortement s’inscrit dans une libéralisation des mœurs et une volonté de libre maternité de plus en plus populaire malgré une répression judiciaire qui est à son paroxysme en 1940.

La condition de détresse, contenue dans la loi Veil de 1975, a été supprimé par le Conseil Constitutionnel en 2014 dans le cadre de la loi d’égalité réelle entre les hommes et les femmes. Un accompagnement médical et sécurisé de l’IVG, à défaut d’en diminuer le nombre, permet d’éviter les drames d’un avortement clandestin. De nos jours, l’avortement non sécurisé est encore fréquent, notamment en Afrique et en Amérique du Sud. Malgré l’inefficacité incontestable de l’interdiction de l’avortement, le débat sur sa légitimité persiste encore en France et en Europe.

Ce travail a été réalisé dans le cadre d’une thèse de médecine générale par l’analyse des archives judiciaires de Cour d’assises et d’appel de Seine Inférieure de 1830 à 1940. L’intervenant est médecin généraliste en secteur urbain dans un cabinet médical à Elbeuf. Il est également chef de clinique des universités (Département de Médecine Générale, UFR Santé, Université Rouen Normandie) chargé de recherche en soins primaires et d’enseignement à la faculté.

Pour approfondir cette thématique vous pouvez consulter le document suivant disponible sur HAL

E. Palomares : soutenance de HDR : 07/12/18 – Urbanités minoritaires. Expériences ordinaires des illégalismes dans les villes postcoloniales (Montreuil, Mamoudzou, Johannesburg).

Urbanités minoritaires. Expériences ordinaires des illégalismes dans les villes postcoloniales (Montreuil, Mamoudzou, Johannesburg)

Le jury est composé de :
Patrice Cohen, Professeur, Université de Rouen Stéphanie Mulot, Professeure, Université Toulouse-Jean Jaurès Catherine Quiminal, Professeure, Université Paris Diderot Anne Raulin, Professeure, Université Paris Nanterre (Rapporteure)Andrea Rea, Professeur, Université Libre de Bruxelles, (Rapporteur) Mahamet Timéra, Professeur, Université Paris Diderot (Garant)


Le mémoire présenté en vue de l’obtention d’une habilitation à diriger des recherches porte sur les urbanités minoritaires, à partir de terrains principalement menés en France (métropolitaine et ultramarine) et en Afrique du Sud. Il comprend un retour réflexif sur mon parcours de formation et de recherche dans les domaines de la sociologie et de l’anthropologie des migrations internationales, des relations ethniques et du racisme et celui de l’anthropologie urbaine. Les différents terrains menés sur les sorties nocturnes dans les villes espagnoles, l’alimentation des jeunes urbains et les migrations villageoises au Bénin ainsi que sur la production institutionnelle de catégories raciales par l’action publique locale en banlieue parisienne ont posé les jalons d’un projet de socio-anthropologie politique des situations minoritaires dans la ville. Ce mémoire compare ensuite les situations postcoloniales contrastées des États-nations français et sudafricains sous l’angle de l’expérience ordinaire que font les migrant·e·s africain·e·s et comorien·ne·s de la « gestion différentielle des illégalismes » à Mamoudzou, chef-lieu du département français de Mayotte, et à Johannesburg, pôle économique et politique majeur d’Afrique du Sud. Ces deux villes d’Afrique australe sont en tout point dissemblables. Elles occupent néanmoins l’une et l’autre une place singulière dans un système migratoire mondialisé, en ce qu’elles constituent un espace de départ vers l’Europe autant que d’installation et de l’entre-deux. Dans les deux cas, en dépit de la diversité de leurs parcours, de leurs nationalités effectives, de la durée de leur présence, de leurs alliances et de leurs ancrages, les populations définies comme des étrangers/gères africain·e·s du continent et comorien·n·es font figure d’indésirables. Au service de cette comparaison, le prisme de la production et de la « gestion différentielle des illégalismes » dans les villes postcoloniales constitue un outil conceptuel intéressant car il permet de penser ensemble les situations de sans-papiers /sans-papières (ainsi que tous les autres statuts migratoires fragiles ou menacés au regard d’un cadre légal de plus en plus restrictif et changeant), les situations des citadin·e·s sans titre d’occupation (ou bien ayant un statut résidentiel incertain, fragile ou menacé par ses voisin·e·s ou par des projets de rénovation), ainsi que les situations des citadin·e·s qui développent des pratiques commerciales illégales (avant, pendant ou après les actions publiques de formalisation). Bien entendu, ces situations peuvent se recouper de diverses façons, à commencer par des amalgames abusifs qui servent des constructions idéologiques légitimant des pratiques violentes à l’égard des citadin·e·s concerné·e·s, sans égards pour leurs droits fondamentaux. En appui sur des recherches collectives, je mets ainsi en perspective la gestion sociale et politique de l’urgence sociale créée par les « décasages » de familles désignées comme « clandestines » par leurs voisin·e·s à Mayotte avec les politiques de formalisation des commerces de rue auxquels sont confronté·e·s des vendeurs/ses de rue étrangers/ères et autochtones dans les deux villes. En attendant d’en être chassé·e·s ou de pouvoir en partir pour rejoindre des villes du premier monde, quelles urbanités minoritaires se développent dans le quartier péricentral de Yeoville à Johannesburg ou bien sur la Place de la République à Mamoudzou ? En restituant l’expérience que font les indésirables de la « gestion différentielle des illégalismes » dans les villes, ainsi que les tactiques et les bricolages qu’ils et elles développent, mes travaux apportent ainsi une contribution originale, par le bas, à l’étude des inégalités complexes et des divisions sociales dans les villes postcoloniales. L’ensemble de ces travaux sur les urbanités minoritaires constituent un agenda de recherches intersectionnelles sur les villes postcoloniales (y compris les anciennes métropoles coloniales) visant à penser les pratiques territoriales de transformation ou de maintien des inégalités racistes, de genre et de classe imbriquées dont je présente les pistes à venir en conclusion. Merci à celles et ceux qui souhaiteraient assister à la soutenance en salle de visioconférence 115 du bâtiment Olympe de Gouges de bien vouloir me le signaler afin de faciliter l’accès aux locaux.


					

Fasting and weight-loss restrictive diet practices among 2,700 cancer survivors: results from the NutriNet-Santé cohort.

Dans le cadre du groupe de travail sur le jeûne, régimes restrictifs et cancer : revue systématique des données scientifiques et analyse socio-anthropologique sur la place du jeûne en France un nouvel article a été publié :

Fassier, P. et al., « Fasting and weight-loss restrictive diet practices among 2,700 cancer survivors: results from the NutriNet-Santé cohort », International Journal of Cancer, décembre 2018, vol. 143, n° 11, pp. 2687‑2697.

Nutrition is often used by cancer survivors as a lever to take charge of their own health. However, some dietary behaviors are not currently recommended for patients without medical supervision. Our study aimed at evaluating weight-loss restrictive diets and fasting practices among cancer survivors of the NutriNet-Santé cohort, as well as related socio-demographic and lifestyle factors. In October 2016, 2,741 cancer survivors had completed a specific questionnaire about their practices. Fasting and non-fasting patients (respectively dieting and non-dieting) were compared using logistic regression models. Analyses were weighted according to the age, gender, and cancer location distribution of French cancer cases. 13.8% had already practiced weight-loss restrictive diet as their diagnosis. They were more likely to be women, professionally active, overweight/obese, to use dietary supplements and to have breast cancer (all p < 0.05). 6.0% had already fasted, 3.5% as their diagnosis. They were more likely to be younger, with higher educational level, higher incomes, professionally active, to have a healthy weight, and to use dietary supplements (all p < 0.05). Fasting was associated with the opinion that such practice could improve cancer prognosis (p < 0.0001). Patients who received nutritional information from health care professionals were less likely to practice fasting or weight-loss restrictive diet (0.42[0.27-0.66], p < 0.0001 and 0.49[0.38-0.64], p < 0.0001 respectively). Our study provided original results suggesting that weight-loss restrictive diets are widely practiced by cancer survivors. Fasting was less common in our study though non negligible. Sources of nutritional information received as cancer diagnosis seemed to be a key determinant of these practices.