Dysolab mobilisé

Le laboratoire des Dynamiques Sociales (DySoLab EA 7476) de l’université de Rouen Normandie se déclare mobilisé contre la réforme des retraites et contre la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR).

Pour la retraite, les membres de DySolab dénoncent une rupture du contrat social républicain et du principe de solidarité entre les générations.

Cette réforme est dangereuse car elle n’assure pas la valeur du point qui sera calculée chaque année et soumis aux aléas des crises économiques

Cette réforme est aventuriste car elle va mécaniquement obliger à compenser par des cotisations dans des fonds de pension complémentaires et à jouer ainsi à la roulette financière la retraite

Cette réforme parachève une politique de l’injustice sociale en soutenant le chacun pour soi, chacun ses points

Cette réforme s’articule dans un plan d’ensemble où chaque secteur professionnel est démantelé ; l’ESR avec la loi LPPR

va ainsi reposer sur la généralisation de la précarité des emplois

NON ! cela n’a rien à voir avec la philosophie sociale du Conseil National de la résistance

NON ! cela n’a rien d’universel

NON! à la dilapidation de l’héritage des combats passés

ATTENTION ! DANGER : le monde qu’on nous prépare est celui des incertitudes et des vulnérabilités individuelles

—> En conséquence, DySoLab se déclare mobilisé en suspendant les activités scientifiques (annuler, reporter ou transformer les colloques et journées d’étude, suspendre le travail d’expertise et d’évaluation, organiser des actions dans les différentes instances de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, etc.),

Dysolab assurera uniquement un service minimum de la recherche restreint aux urgences pour les précaires

Les jeunes, le travail et l’engagement

Camille Dupuy a coordonnée avec Sophie Béroud, Marcus Kahmann, Karel Yon. un numéro thématique sur Les jeunes, le travail et l’engagement dans La Revue de l’IRES

Lire plus spécifiquement l’introduction :

et leur article : La difficile prise en charge par les syndicats français de la cause des « jeunes travailleurs »

Résumé : Cet article s’interroge sur la capacité des syndicats français à représenter les jeunes travailleurs et travailleuses. Dans un contexte marqué par un taux de syndicalisation structurellement faible, la proportion de jeunes salariés parmi les syndiqués est plus faible encore. La littérature s’est surtout penchée sur les raisons pour lesquelles les jeunes s’engagent, ou pas, dans les syndicats. Nous proposons ici un autre éclairage centré sur la relation de représentation entre jeunes travailleurs et syndicats. Cette relation est analysée sur trois plans. Au plan statistique, on constate un net décalage entre le profil des jeunes au travail et celui des jeunes syndiqués. Au plan symbolique, on montre que la difficulté des syndicats à parler au nom des jeunes tient aussi au caractère disputé de leur représentation entre différentes causes. Au plan organisationnel, on pointe enfin la confusion de différents registres d’intervention syndicale en direction des jeunes.

Léa Castanon, « Aude Béliard, Des familles bouleversées par la maladie d’Alzheimer. Variations sociales », Lectures [En ligne],

Aude Béliard, Des familles bouleversées par la maladie d’Alzheimer. Variations sociales

Léa CastanonPublication commentée | Texte | Notes | Citation | Rédacteur

Des familles bouleversées par la maladie d'Alzheimer

Aude BeliardDes familles bouleversées par la maladie d’Alzheimer. Variations sociales, Toulouse, Erès, coll. « Pratiques du champ social », 2019, 336 p., ISBN : 978-2-7492-6243-7.InformationsVous pouvez commander cet ouvrage sur le site de notre partenaire DecitreHaut de page

TEXTE INTÉGRAL

PDFSignaler ce document

1Dans son ouvrage, Aude Béliard nous propose de porter un nouveau regard sur la maladie d’Alzheimer. De sa découverte, au début du XXe siècle à aujourd’hui, la catégorie médicale de cette maladie a beaucoup évolué. En passant d’un mal inconnu à une pathologie dont Aude Béliard souligne « le succès » (p. 12), la maladie d’Alzheimer a pris de la place dans les politiques de santé publique mais aussi au sein de la société. Son appropriation par de nouveaux champs disciplinaires, tels que la neurologie dans les années 1980, a redéfini les contours de cette maladie. En outre, dans une société où l’importance est donnée non seulement à la santé du corps mais aussi de plus en plus aux compétences intellectuelles, la maladie d’Alzheimer inquiète et questionne.

2L’ouvrage d’Aude Béliard pose sur cette maladie un regard sociologique alimenté d’une enquête de terrain extrêmement riche. L’auteure a passé quatre années sur trois terrains distincts (une unité de gériatrie aiguë, un service hospitalier spécialisé dans les troubles de la mémoire et une maison de retraite privée) au cours desquelles elle a mené 130 entretiens, consulté des centaines de dossiers médicaux et réalisé des monographies d’entourage. À partir de ces données, Aude Béliard propose de réfléchir la maladie d’Alzheimer comme une expérience sociale car « déterminée par les cadres collectifs, les mots, les manières de penser et de faire qui ont été construites autour de cette maladie dans nos sociétés » (p. 12). En mêlant des apports issus de la sociologie de la famille, de la sociologie des organisations mais aussi de l’anthropologie de la parenté, l’auteure analyse les trajectoires de ces patients ainsi que de leur entourage tout en observant le travail médical notamment lors de leurs consultations avec un médecin. Ainsi, dans un livre nourri du terrain et de la mise en récit de différentes études de cas, les analyses fines de l’auteure mettent en évidence les variations sociales présentes autour de cette maladie. L’ouvrage se fixe comme objectif de comprendre de quelle manière l’expérience de cette maladie peut être différente d’une personne à l’autre, d’une famille à l’autre.

  • 1 Fainzang Sylvie, La relation médecin : informations et mensonges, Paris, Puf, 2006.

3Dans une première partie, l’auteure nous plonge dans la « scène médicale » afin de mettre en avant les variations sociales qui se jouent sur cette dernière. Ses observations se portent sur deux services distincts, l’unité de gériatrie aiguë et le service hospitalier spécialisé dans les troubles de la mémoire. Dans la lignée des travaux de Sylvie Fainzang1 l’auteure met en avant la caractérisation sociale effectuée par les médecins envers les patients et leurs familles, caractérisation fondée sur des critères subjectifs comme le niveau scolaire présumé des patients. Ce phénomène est visible lors des tests de mémoire, qui mobilisent des compétences renvoyant à l’apprentissage scolaire. Les médecins expliquent parfois l’échec à ces tests par l’appartenance sociale des patients. Cette explication sociale est aussi exploitée par certains patients, dans une stratégie de défense contre la violence symbolique que constitue le diagnostic d’Alzheimer. Mais si certains préfèrent invoquer leur manque de connaissances scolaires pour justifier leur échec aux tests, d’autres trouvent préférable d’endosser une pathologie plutôt qu’un déficit de connaissances. Toutefois, le jugement médical ne se porte pas que sur les compétences scolaires réelles ou présumées mais également sur l’état psychologique, la personnalité ou encore l’état des relations familiales des personnes. C’est ainsi une véritable « quête médicale d’indices diagnostiques » (p. 85) qui se met en place.

4Dans un seconde temps, Aude Béliard se concentre plus sur le vécu et l’expérience de la maladie par les patients et leurs familles. À travers le prisme des inégalités sociales, l’auteure analyse les différentes manières d’investir cette maladie. Cette partie met notamment en lumière la question des différences genrées, puisque les femmes semblent consulter plus précocement mais être plus facilement renvoyées vers des diagnostics psychologiques que les hommes. Bien qu’analysant les différences sociales au cœur de cette prise en charge, l’auteure souhaite s’écarter d’une analyse « classique » en prenant en compte également l’expérience subjective des patients et de leur position sociale. Le chapitre illustre également les variations selon la classe sociale des patients. Ces variations apparaissent dès les premières phases de la maladie, car le fait même de « s’inquiéter pour sa mémoire est une modalité d’attention à soi qui est loin d’être universelle » (p. 146). Ainsi, les classes supérieures s’inquiètent de la perte de mémoire quand les classes populaires craignent davantage la perte d’autonomie qui peut accompagner la maladie. Au-delà des craintes différenciées en fonction de la position sociale, l’auteure montre que la maladie d’Alzheimer engendre, pour tous, une crainte de déclassement. En analysant la trajectoire des patients, Aude Béliard porte son regard sur le schéma familial qui entoure ce déclassement. Ce schéma influence la quête de diagnostic du patient. Cette prise en compte de la famille et de l’entourage, parfois oubliés dans certaines recherches, élargit encore la compréhension de l’expérience de la maladie d’Alzheimer.

  • 2 Ervin Goffman, stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Les Editions de Minuit, 1975.

5Enfin, dans un troisième temps, l’auteure mobilise une autre forme de données en effectuant des monographies de familles. L’objectif de cette analyse est de comprendre les répercussions de la maladie sur les relations familiales. La chercheuse s’intéresse en particulier à la circulation des informations qui concernent le patient. La gestion de l’information devient en effet un enjeu important dans certaines relations de parenté ; elle apparait même parfois comme une gestion du stigmate2 face à une maladie considérée comme mettant en péril l’autonomie, une valeur importante dans nos sociétés contemporaines. De nouveau, l’auteure met en avant les positions de classe et les rapports de pouvoir que peut créer la prise en charge de la maladie d’Alzheimer, notamment lorsque des décisions doivent être prises pour le patient. Peuvent alors se mettre en place des rapports de genre ou de position sociale entre le patient et son conjoint, ou encore ses enfants. Face à certaines zones d’incertitude créées par la maladie, des logiques de pouvoirs se retrouvent ainsi mêlées aux logiques familiales.

6Cet ouvrage tiré d’une enquête de terrain très dense offre plusieurs clés de compréhension des variations sociales existant autour de la maladie d’Alzheimer. L’utilisation d’études de cas illustre les propos évoqués par l’auteure tout en permettant un accès plus direct au terrain. Cet ouvrage est un exemple de l’intérêt de la sociologie dans la compréhension de faits sociaux tels que la maladie et la démonstration que les variations sociales sont présentes partout dans notre environnement. Liées à de multiples facteurs (classe sociale, genre, position dans l’entourage…), ces variations se répercutent sur la prise en charge de cette maladie. L’ouvrage permet ainsi de saisir les inégalités sociales dans l’accès aux soins, aux informations et, de manière générale, à sa propre santé.Haut de page

NOTES

1 Fainzang Sylvie, La relation médecin : informations et mensonges, Paris, Puf, 2006.

2 Ervin Goffman, stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Les Editions de Minuit, 1975.Haut de page

POUR CITER CET ARTICLE

Référence électronique

Léa Castanon, « Aude Béliard, Des familles bouleversées par la maladie d’Alzheimer. Variations sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 20 décembre 2019, consulté le 20 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39849

Soutenance de thèse : Stéphanie Kellner : Le numérique en médiathèque. Entre mythes et réalités.

Date et lieu :  13 décembre à 14h, salle des thèses, bâtiment Freinet, Place E. Blondel, 76130 Mont Saint-Aignan.


Titre : “Le numérique en médiathèque. Entre mythes et réalités.”

Résumé : Cette thèse est consacrée à l’étude des effets produits par le numérique sur la structure et les pratiques des publics d’une bibliothèque municipale classée. Elle comporte deux objectifs : le premier est de tracer la sociogenèse du développement du numérique en bibliothèque municipale depuis l’informatique en présentant d’une part, l’histoire du développement numérique des bibliothèques et d’autre part, en prenant pour objet d’analyse les discours politiques qui l’accompagnent. Le second objectif est la compréhension de l’articulation entre l’offre et la demande numérique. D’abord, il s’agit d’analyser la construction de l’offre numérique en se demandant ce qu’elle révèle du groupe professionnel des bibliothécaires. Il s’agit ensuite d’observer et d’analyser la structure des publics et de leurs pratiques, ainsi que leurs usages des outils et contenus numériques.

Les membres du jury sont : 

Mme Sophie DEVINEAU Professeure / Université de Rouen Normandie / DYSOLAB Examinatrice de thèse
M. Gérard MAUGER Directeur de recherche / CESSP – CSE – CNRS Rapporteur de thèse
M. Frédéric NEYRAT Professeur / Université de Rouen Normandie / DYSOLAB Directeur de thèse
M. Bruno PÉQUIGNOT Professeur / Paris Descartes / CERLIS Rapporteur de thèse
Mme Cécile RABOT Maître de Conférences /  Université Paris-Nanterre / CESSP – CSE – CNRS Examinatrice de thèse
M. Pascal ROBERT Professeur / Université Lyon 2 / ENSSIB Examinateur de thèse


E. Bethoux et Camille Dupuy : La « clause du grand-père » : une mesure vraiment inédite ?

La « clause du grand-père » : une mesure vraiment inédite ?

Elodie Béthoux, Ecole Normale Supérieure Paris-Saclay – Université Paris-Saclay et Camille Dupuy, Université de Rouen Normandie

Enterrée la « clause du grand-père » ? Cette notion est apparue ces dernières semaines dans le débat français sur la réforme des retraites. Elle renvoie au fait qu’une nouvelle mesure ou disposition en matière de conditions de travail ou d’emploi ne s’applique qu’aux nouveaux entrants sur le marché du travail, rompant de fait avec le principe « à travail égal, salaire égal », et pourrait-on ajouter dans le cas présent « retraite égale ».

Or cette clause a particulièrement divisé la classe politique y compris au sein de la majorité depuis quelques derniers jours. Certains soutiennent son application, d’autres, comme le ministre de l’Action et des comptes publics Gérard Darmanin y sont particulièrement hostiles.

Le Haut-Commissaire aux retraites Jean‑Paul Delevoye s’y est farouchement opposé tout en concédant une transition (moins longue) entre ancien et nouveau régimes. Le président Emmanuel Macron, pour sa part, laisse encore la porte ouverte, envisageant cette solution comme une manière de calmer les mécontents (les salariés en poste) tandis que les salariés visés, qui pourraient se mobiliser, ne sont pas encore arrivés sur le marché du travail.

Particulièrement discutée à propos des entreprises à statut dont les salariés bénéficient de régimes spéciaux (RATP et SNCF notamment), elle conduirait à ce que le « régime universel de retraite » voulu par le gouvernement ne concerne que les salariés embauchés après 2020, et n’entre donc en application que dans la deuxième moitié du XXIe siècle !

C’est par exemple ce qu’a envisagé la CFDT-cheminots, dont l’organisation syndicale est l’une des rares à ne pas être opposée à la réforme.

Une pratique ayant déjà cours en France

Dans le débat français actuel, la paternité de cette disposition a été attribuée à Alain Minc, conseiller spécial de l’Élysée qui en aurait été le « concepteur ».

Le terme renvoie en fait à des pratiques ayant déjà cours en France, et plus encore dans d’autres espaces nationaux, auxquelles nous nous intéressons dans le cadre d’un projet de recherche mené avec des collègues australiens, danois et québécois.

Traduction de l’anglais, « grandfather clause », l’expression tend à s’imposer du fait de son caractère imagé.

Mais d’autres sont employées pour renvoyer à cette reconnaissance, dans les accords collectifs négociés dans les entreprises notamment, d’une différence de traitement entre salariés, fondée sur leur date d’embauche : « clauses de disparités de traitement », « clauses orphelines », « clauses de droits acquis », « clauses d’antériorité » ou encore « two-tier provisions » en anglais qui instaurent des dispositifs de faveur, dont l’étendue est très difficile à mesurer.

En France, des situations de ce type ont pu découler des privatisation des entreprises nationales : à la Poste ou à Orange (ancien France Télécom), et bientôt à la SNCF, cohabitent des fonctionnaires ou salariés « sous statuts » embauchés avant les privatisations et des salariés de droit privé embauchés après, avec des dispositions différentes.

De telles clauses se retrouvent également dans quelques entreprises privées. Un délégué syndical d’une grande société d’électronique française nous explique ainsi que suite à la négociation d’un accord d’entreprise, les salariés occupant un même poste ne bénéficient pas des mêmes grilles salariales selon leur date d’embauche :

« Les gens qui étaient embauchés au 1er janvier 2017 avaient 600 euros de moins à l’embauche avec les mêmes diplômes et le même coefficient (que ceux embauchés le 1er décembre 2016). »

Ce qui se joue alors, c’est bien une différence dans les conditions de travail et d’emploi pour des salariés exerçant la même tâche dans la même entreprise. Ces disparités de traitement s’appliquent aux grilles salariales principalement, mais peuvent aussi concerner les primes, les congés ou les évolutions de carrière.

La question devrait retenir d’autant plus l’attention, en France, alors que la négociation collective d’entreprise a été fortement encouragée par les récentes réformes en matière de droit du travail : la jurisprudence a en effet contribué depuis 2008 à étendre la « présomption de justification » des inégalités de traitement entre salariés, lorsqu’elles figurent dans un accord d’entreprise signé par l’employeur et par les représentants syndicaux. Lorsque ces disparités sont instaurées par la voie de la négociation, elles tendent donc à être considérées comme justifiées, et légales (un arrêt de la Chambre sociale de la Cour de cassation d’avril 2019 est toutefois venu freiner cette extension).

Détour québécois pour penser les inégalités en France

Si ces clauses restent encore peu visibles et peu étudiées en France, elles sont au contraire répandues outre-Atlantique, aux États-Unis historiquement, et de plus en plus au Québec, en dépit d’une législation qui a cherché à les maîtriser.

Dans un contexte de forte décentralisation des relations de travail au niveau des entreprises et établissements, les employeurs sont parvenus à imposer aux syndicats d’accepter des dégradations dans les conditions de travail et d’emploi tout en ne les faisant peser que sur les futurs entrants. La « clause du grand-père » est bien répandue au Québec, conférence de Mélanie Laroche, CRIMT-RS (Université de Montréal).

Ainsi au Québec, on estime qu’environ 14 % des accords collectifs signés dans les entreprises portent de telles dispositions, une situation qui s’observe également dans le secteur public. L’analyse du cas français à l’aune de la situation québécoise interroge alors doublement.

Première question : à qui profite l’inégalité ? Au Québec comme en France, il n’est pas si facile de démêler quel groupe de salariés est le plus avantagé : partir du principe que les anciens sont systématiquement mieux traités que les nouveaux ne fonctionne pas toujours. Par exemple, dans les anciennes entreprises publiques, si les fonctionnaires sont protégés contre les licenciements ils bénéficient en revanche d’une grille salariale souvent moins favorable.

Au Québec, où la pénurie de main-d’œuvre se fait nettement sentir dans plusieurs régions ou secteurs d’activité, la « disparité de traitement » peut être utilisée, à leur avantage, pour attirer ou fidéliser de nouveaux salariés. Le calcul des avantages et désavantages des uns et des autres est donc complexe et multifactoriel.

Rejouer la fracture entre générations ?

Deuxième point, celui du collectif de travail. Comment construire une solidarité, terreau de l’appartenance collective à une entreprise, dans ces conditions de disparité ?

Certains, sans s’opposer par principe à ces clauses, mettent ainsi en avant le « risque de désunion interne » qu’elles portent.

Dans les entreprises dans lesquelles nous enquêtons, en France, au Québec ou en Australie, s’expriment ainsi des formes de jalousie et de concurrence entre ces groupes de travailleurs aux tâches identiques mais aux conditions différentes, ainsi qu’une difficulté pour ceux déjà en poste à se mobiliser pour ceux qui ne sont pas encore là.

Ces inégalités sont alors régulièrement justifiées par les clichés véhiculés sur une supposée jeune génération de salariés, la « génération Y », dont les aspirations seraient différentes (travailler moins, bouger plus, changer de projet, avoir plusieurs vies professionnelles). Bien que largement déconstruites par les travaux sociologiques, de telles représentations nourrissent l’idée que les jeunes, d’une part, ne méritent plus que l’on se mobilise pour eux et, d’autre part, ne se mobiliseront pas eux-mêmes.

La « clause du grand-père » aurait-elle pu limiter les oppositions ? Rien n’est moins sûr. Alors que les mobilisations étudiantes se préparent dans les universités pour dénoncer la précarité et revendiquer de meilleures conditions de vie et d’études, la réforme des retraites est bien présente à l’esprit, des plus jeunes y compris, dont les organisations se sont jointes aux appels à manifester le 5 décembre.

Elodie Béthoux, Maîtresse de conférences en sociologie, Ecole Normale Supérieure Paris-Saclay – Université Paris-Saclay et Camille Dupuy, Maîtresse de conférences en sociologie, Université de Rouen Normandie

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Devineau S., « Militante de l’école : les combats d’une maîtresse-héroïne Profession et contre-culture iconographique »,

Devineau S., « Militante de l’école : les combats d’une maîtresse-héroïne Profession et contre-culture iconographique »,in S. Devineau, N. Hedjerassi, (dir.), Genre, images et représentations dans les sphères de l’éducation, de la formation et du travail, PURH. 70-90 – hal-02285940

Résumé : Dans la mise en scène iconographique du travail féminin, l’enseignante est une figure classique dans le sens où elle est inscrite dans les représentations sociales de longue date (Zancarini-Fournel, 2005, Rogers, 2002, Rogers & Thébaud, 2010). Et si l’imaginaire a longtemps tourné autour du personnage du maître d’école dépeint par Marcel Pagnol, la profession (aujourd’hui féminisée à plus de 80%) est représentée et se représente par des modèles féminins. Dans l’univers des médias où enseigner est un métier qui s’incarne dans des images de femmes souvent stéréotypées et sexistes, l’étude s’intéresse spécifiquement aux choix éditoriaux de la revue syndicale du SNUipp (Syndicat national unitaire des instituteurs professeurs des écoles et Pegc) visant une représentation de la professeure des écoles, syndiquée, militante d’une ambition éducative progressiste. Les contre-stéréotypes de genre sont analysés à travers la collection de dessins humoristiques du dessinateur Brizemur publiés au cours des treize dernières années. On peut ainsi relever comment le monde du travail enseignant se fait revendication de la fierté émancipatrice d’un métier hautement technique que l’on accomplit à travers une pensée critique.

Colloque« Les femmes de Normandie dans le Maitron : celles qui y sont et celles qui devraient y être » – 15 novembre

Colloque« Les femmes de Normandie dans le Maitron : celles qui y sont et celles qui devraient y être »15 novembre 2019, 14 h à 17 h 30 Salle des thèses (F106), 1er étage, Bâtiment Freinet, UFR SHS, Place Emile Blondel, 76130 Mont Saint Aignan – Université Rouen NormandieColloque organisé par le Dysolab (URN) et l’Association Maitron Normandie14 H
Accueil
      Sophie Devineau, Directrice du laboratoire Dysolab , Directrice de l’IRIHS, Université Rouen Normandie
      John Barzman, coprésident de l’AMN, professeur d’histoire émérite, Université Le Havre Normandie
14 h 15
      Michèle Salen : comédienne : lecture de la notice sur Lucie Collard
14 h 20
Marguerite Buffard-Flavien, philosophe et résistante
      Christian Langeois, coprésident de l’AMN et
      Sophie Devineau, Professeure de sociologie, directrice de la collection Genre à lire et à penser, PURH
14 h 50
       Michèle Salen : comédienne : lecture de la notice sur Germaine Goujon
14h 55
Pauline Rebour, Julie Siegfried: itinéraires croisés du féminisme, entre Paris et la province
       Claire Saunier Lefoll doctorante à l’université de Lyon2, LAHRHA.
15h 25
       Michèle Salen : comédienne : lecture de la notice sur Villette-Tardier
15 h 30
Libertad Héliot et Danielle Uteman, des années 1950 aux années 1990
      Pierre Miléo docteur en histoire de l’Université Rouen-Normandie.
16 h
Michèle Salen : comédienne : lecture de la notice sur Jean-Pierre Voidies
16 h 05- 16 h 20 pause
16 h20
Femmes résistantes exécutées et civiles massacrées en Normandie : premier bilan d’une enquête
      Annie Pennetier, historienne du MAITRON.
16 h 50
      Michèle Salen : comédienne : lecture de la notice sur Colette Privat
17 h
Clôture
      Christian Langeois, co-président AMN
 ======================
La thématique du colloque « Les Femmes de Normandie dans le Maitron, celles qui y sont et celles qui devraient y être », s’appuyant sur la base de données du Maitron rassemblée à l’Université de Paris I (http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/), étudie combien le mouvement ouvrier comporte de militantes, et combien le mouvement social, au sens le plus large, inclut depuis longtemps la préoccupation de l’égalité des femmes. Quelques profils évoquent des périodes, des courants, des secteurs différents, dans le cadre de la Normandie.

Marguerite Buffard Flavien se rattache au monde de la pensée, de l’éducation, du communisme et de la résistance. Pauline Rebour est une enseignante, syndicaliste et féministe du début du vingtième siècle. Elle a fréquenté une autre figure du mouvement des femmes, Julie Puaux Siegfried, issue du monde du protestantisme, du négoce et de l’action modérée en faveur de l’égalité des femmes. Un contraste illuminant. Libertad Héliot et Danielle Uppman nous amènent aux mouvements des années 1960 à 1990, et aux dilemmes des militantes. Enfin le bilan des civiles exécutées et massacrées de 1940 à 1944 éclaire la participation des femmes à la résistance. La lecture de cinq notices du Maitron (choisies pour leur diversité) nous rappellera l’utilité de l’éclairage biographique et les méthodes utilisées pour constituer nos « fiches Maitron ». Tout cela avec du temps pour la discussion.

Voir http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article217458), contact à normandie@maitron.org

Camille Couvry : lauréate du Prix de thèse 2019 de la chaire Beauté(s) de l’Université PSL-Université de Paris

Les lauréats du Prix de thèse 2019 de la Chaire de recherche

À partir d’une enquête qualitative portant sur les élections de Miss en France, essentiellement à l’échelle locale, les résultats de ce doctorat mettent en évidence les possibilités d’empowerment par l’utilisation de la beauté pour les jeunes femmes de classes populaires ou petite-bourgeoises qui participent aux élections de Miss. Le cas des élections de Miss atteste d’une situation spécifique : alors que la beauté et les concours ont été dénoncés par les féministes (de la deuxième vague) comme outils opprimant des femmes, ils sont investis comme moyen d’émancipation par les participantes. Le processus d’élection conduit les participantes à prendre appui sur leur beauté et les codes d’une féminité petite-bourgeoise pour s’affirmer, prendre confiance en elles et gagner en pouvoir. Ces dernières possèdent des caractéristiques sociales – de classe, de sexe, d’âge – qui confortent l’hypothèse selon laquelle la beauté et l’engagement dans une pratique d’embellissement leur offrent un moyen potentiel d’empowerment, d’émancipation, voire de mobilité sociale, cependant limitée, dans un contexte où la beauté est effectivement une dimension de l’individu qui confère un avantage. Il s’agit donc de proposer une conceptualisation des dynamiques d’empowerment sous l’angle de la classe, de la beauté et du genre en montrant que celles-ci se déploient d’une manière spécifique dans le contexte des élections de Miss.

Elle présentera ses travaux lors de la conférence inaugurale de la Chaire beauté(s) le 28 novembre 2019 au Collège de France.

son interview sur le site de l’université de Rouen Normandie : http://www.univ-rouen.fr/version-francaise/navigation/prix-de-these-2019-chaire-beaute-s–649319.kjsp?RH=1374833262562

Appel à communication : Le chercheur.e face au(x) terrain(s) : Etre mis.e à l’épreuve, éprouver et faire ses preuves

Le chercheur.e face au(x) terrain(s) :

Etre mis.e à l’épreuve, éprouver et faire ses preuves

Rouen, les 2 et 3 avril 2020

Présentation 

Aujourd’hui, la démarche ethnographique est de plus en plus légitime au sein des sciences sociales. Historiquement incontournable en anthropologie et en ethnologie, le fait de « faire du terrain » devient une preuve de la scientificité de la recherche dans d’autres disciplines, notamment en sociologie, sciences de la gestion, STAPS, sciences de l’éducation… Cette démarche met aussi le chercheur.e face à une pluralité d’épreuves, que nous souhaiterions documenter à l’occasion de ces deux journées.

Notre démarche s’inscrit dans la continuité du colloque « Ethnographies et Engagements »[1] organisé en 2017 par trois unités de recherche de l’Université de Rouen-Normandie (le Cetaps, le Dysolab et le Nimec), qui relevait du cycle de colloques “Ethnographies plurielles” de la Société d’Ethnologie française (SEF). Nous souhaitons aujourd’hui poursuivre ces réflexions en nous concentrant plus précisément sur les pratiques de terrain et leurs places dans le processus de recherche.

Présenté comme un incontournable de la socialisation professionnelle à la recherche en sciences sociales, le terrain se révèle également comme une épreuve pour le chercheur.e dans de multiples dimensions, notamment professionnelles, disciplinaires ou encore personnelles. Plusieurs chercheur.es en sciences sociales ont déjà souligné la question des épreuves au sein de différents terrains, objets de recherches et concepts. Sans être exhaustif.ve.s, nous pouvons citer les ouvrages méthodologiques sur l’observation participante (Peneff, 2009) ou l’observation directe (Arborio et Fournier, 2015) soulignant le terrain comme une épreuve nécessaire dans l’acquisition des savoir-faire et des savoir-être disciplinaires (Beaud et Weber, 1997 ; Becker, 2007). D’autres travaux ont relevé les engagements que peuvent impliquer le terrain dans la vie personnelle et corporelle (Favret-Saada, 1977 ; Wacquant, 2002) ainsi que sur l’entourage du chercheur.e (Cohen, 2002). Enfin, certains travaux montrent également les enjeux de la réflexivité, constitutifs de la position du chercheur.e sur ses terrains (Ghasarian, 2002 ; Althabe et Hernandez, 2004).

Mais alors, si aborder le terrain comme une épreuve n’est pas nouveau, nous avons fait le constat que l’épreuve n’est souvent évoquée que dans ses dimensions éthiques, symboliques ou réflexives. Loin d’envisager le terrain comme une épreuve uniquement fataliste, nous envisageons ce terme avant tout comme une étape aux enjeux multiples. De la mise à l’épreuve relationnelle et académique, à l’éprouvé du terrain dans ses dimensions corporelles et affectives, ce colloque entend mettre en lumière la pluralité des épreuves constitutives de cette étape que représente le terrain au travers de trois grands axes.

Axe 1 : le chercheur.e à l’épreuve des relations d’enquête

Ce premier axe reprend des questions classiques en sciences sociales. Nous nous intéressons ici aux terrains au prisme des relations d’enquête qu’ils impliquent, aux rencontres du chercheur.e avec les enquêté.es mais aussi, parfois, avec des institutions. Une relation d’enquête est, avant tout, une relation sociale, qui peut mettre le chercheur.e à l’épreuve sur le terrain. À ce sujet, nous pouvons notamment nous demander : quels effets d’enquête peuvent se jouer au sein de cette relation ?

Dans un premier temps, nous questionnons cette relation d’enquête au prisme des rapports de pouvoir et de domination qu’elle peut impliquer. Cette domination peut être incarnée par le sociologue face à ses enquêté.es, notamment au travers de l’institution universitaire qu’il représente. D’autre part, il nous semble intéressant de questionner des situations « d’inversion » (Pinçon, Pinçon-Charlot,1991) où le chercheur.e se trouve en position de dominé et subit des enjeux de pouvoir de la part des enquêté.es (Darmon, 2005). Ces rapports peuvent apparaître à tous les moments de l’enquête et, plus spécifiquement, lors de la passation d’entretiens qui représente un face-à-face particulier. Comme le rappelle S. Beaud (1996), l’entretien est « une relation sociale […] entre deux personnes qui se différencient par leurs caractéristiques sociales, scolaires, sexuelles. » Comment peut-on décrire les rapports de pouvoir constitutifs des relations d’enquête ? Il nous semble également intéressant de s’écarter de cette vision en termes de dominé.es/dominant.es et de questionner les différentes formes de négociations qui peuvent être liées aux attentes des enquêté.es et à la perception qu’ils ont de l’enquête et du chercheur.e. Que peut-on dire de la pluralité des négociations en jeu dans les relations d’enquête ?

Dans un deuxième temps, cet axe propose d’interroger le rapport du chercheur.e à son terrain en termes de proximité et d’éloignement. Face à un terrain lointain socialement, géographiquement, quelles épreuves peuvent être rencontrées par le chercheur.e ? Comment faire quand on ne maîtrise pas la langue ou les codes de son terrain ? (Chamboredon et all 1994). À l’inverse, il semble intéressant de questionner les conséquences de la présence du chercheur.e sur un terrain qui lui est proche, voire familier. Quels sont les apports mais également les limites d’une telle proximité ? D’autre part, le terrain peut aussi représenter une épreuve, notamment lorsqu’il conduit à détester son objet d’étude, voire ses enquêté.es (Avanza, 2008), mais certainement encore lorsque le degré de proximité avec ses enquêté.es devient fort. De cette recherche de la « juste distance » (Benza, 1995) peuvent naître des sentiments divergents : trahison, amour, haine… Face à cela, le chercheur.e pourra mettre en place différentes stratégies, différents outils, comme appliquer une forme de « cynisme méthodologique » (De Sardan, 2000) afin de jouer le jeu de ses enquêté.es. Qu’en est-il également quand existent des liens fonctionnels au terrain, dans le cadre de financements CIFRE par exemple, ou quand le chercheur participe à son objet d’étude ? À l’occasion de ce colloque, nous souhaitons mettre en lumière les différentes épreuves constitutives du lien que l’on instaure lors de cette étape qu’est le terrain.

Dans la continuité de ces questionnements, l’axe entend aussi s’intéresser aux contextes « marginaux » qui interrogent les limites du chercheur.e face à ses terrains. Confronté.e à des actes illégaux, criminels ou moralement répréhensibles, quelle place peut ou doit prendre le chercheur.e ? Comment fait-il pour accéder aux enquêtés quand l’objet d’étude renvoie à des activités marginales ou déviantes ? (Bourgois, 1992). La question soulevée ici est : jusqu’où aller dans le cadre de la recherche ?

            Enfin, même si le chercheur.e est mis à l’épreuve par sa relation d’enquête, il serait intéressant d’interroger comment la présence du chercheur.e met à l’épreuve le terrain, les enquêté.es ou les institutions. Dans quelle mesure sa présence invite-elle les enquêté.es à une certaine réflexivité ? De quelle manière le terrain lui-même peut être mis à l’épreuve de ces relations d’enquête ?

Axe 2 : Quand le chercheur.e éprouve son terrain : une posture de recherche ?

Nous pouvons aussi questionner l’épreuve à travers la notion d’éprouver. Il s’agit d’étudier non plus la dimension sociale de l’épreuve mais les dimensions tangibles, sensorielles et affectives. En ce sens, l’éprouvé désigne ici le fait de prendre connaissance de l’existence de quelque chose après en avoir fait l’expérience. Plusieurs concepts, notamment en anthropologie, comme celui de « l’embodiment » (Csordas, 2001), permettent de comprendre comment le fait d’éprouver son terrain peut être heuristique. Ainsi, des approches proposent une immersion par corpsdu chercheur.e (Halloy, 2006 ; Ghasarian, 2006) comme outil d’investigation ethnographique. Pour autant, ces approches se situent dans un champ de recherche en devenir (Gélard, 2016) et elles sont rares à mobiliser une méthodologie ethnographique (Pink, 2015) qui abordent les questions tangibles et sensorielles du terrain. Ici, nous pouvons interroger le statut, le rôle de l’expérience sensible, corporelle ou affective dans la compréhension des phénomènes sociaux. En ce sens, il s’agit d’envisager l’éprouvé non seulement comme engageant la subjectivité du chercheur.e, mais surtout comme une pratique de recherche.

Il s’agira par exemple d’interroger les expériences viscérales, corporelles désagréables ou agréables, comme source de connaissance et d’amener à des présentations réflexives. Comment peuvent-elles nous renseigner ou non sur les phénomènes étudiés ? En quoi les sensorialités et les affects lors du terrain peuvent-ils constituer des épreuves ? Que faire de ces épreuves ? D’autre part, nous pouvons aussi nous questionner sur les enjeux de l’éprouvé comme modalité d’accès au terrain. En effet, le chercheur.e peut être invité.e par ses interlocuteurs à manifester « un éprouvé », qui peut s’avérer plus ou moins explicite selon les terrains, ou à apprendre un « régime sensoriel » (Howes, 2006) spécifique. Nous pouvons aussi interroger les enjeux autour de la mise à distance de cet « éprouvé » lors du retour du chercheur de son terrain.

Au niveau méthodologique, cela pose aussi la question du recueil et de la transmission de cet éprouvé. Comment dire l’épreuve quand elle est éprouvée intimement, corporellement ? Comment donner à voir ce type de matériaux à travers l’écriture ou non ? Quelles méthodes et dispositifs discursifs, visuels, audio, théoriques, etc., peuvent-être mobilisés pour recueillir et transmettre cet « éprouvé » ?

Enfin, l’éprouvé, c’est aussi mettre à l’épreuve la qualité d’une personne ou d’une chose à travers une expérience et d’en établir la valeur (selon la définition du CNRTL). Nous rejoignons des questionnements autour de la réflexivité et du statut épistémologique de l’expérimentation lors du travail de terrain. Quelles sont les épreuves affectives, sensorielles, qui viennent bouleverser la recherche quand celle-ci ne relève pas nécessairement d’une démarche ethnographique ?  Que se passe-t-il quand le terrain ne se situe pas dans l’expérimentation mais à travers l’étude de documents (archives, vidéos, textes, journaux) ? Comment l’éprouvé se manifeste-t-il ? Quelles en sont les limites et les apports ?

Axe 3 : Faire ses preuves, le terrain comme épreuve disciplinaire

En s’intéressant aux épreuves vécues durant le travail de terrain, nous ne voulions pas échapper au fait de questionner les raisons mêmes pour lesquelles ce sujet nous interroge. De ce fait, dans cet axe, nous souhaitons apporter une réflexion sur la notion d’épreuve, en la ramenant aux attendus d’une discipline. En quoi le terrain constitue-t-il également une épreuve académique et disciplinaire pour laquelle il faut faire ses preuves ?

Autrefois délégué, le terrain semble désormais constituer une des tâches nobles du travail du chercheur.e. Les ouvrages traitant de la pratique de la sociologie n’abordent désormais que les questions de terrain, comme s’il était devenu le seul outil des sociologues. Mais, par cette mise en avant du terrain, n’y a-t-il pas une occultation de certaines autres tâches ? Dans quelles circonstances le travail de terrain continue-t-il d’être délégué, à l’instar d’un « sale boulot » (Hughes, 1962) ? Le terrain n’a-t-il de la valeur que lorsqu’il est réalisé par une personne « à statut » (Weber, 1991) ? Par cette entrée, nous souhaitons porter une attention à la position qu’occupe le travail de terrain comme tâche professionnelle, dans le cadre de la division du travail de recherche.

D’autre part, concernant le terrain en lui-même, nous souhaitons nous interroger sur les attendus académiques qui lui sont associés. Comment peut-on définir un terrain aujourd’hui ? À partir de quand et jusqu’où peut-on parler de terrain (archives, médias, réseaux sociaux, expériences personnelles) ? Plus encore, qu’est-ce qui caractérise un « bon terrain » ? Est-ce toujours associé à un certain exotisme (Steck, 2012) ? Y a-t-il des terrains disqualifiés ou disqualifiants ? Par ailleurs, nous pouvons aussi nous interroger sur la manière dont nous considérons, en tant que chercheur.e, ce qu’est le terrain. Cette expression, très souvent employée au singulier et régulièrement associée à des adjectifs possessifs (« mon terrain », « tes enquêtés »), nous interroge sur les implications de cette personnification. Dans quelle mesure réifions-nous ces étapes professionnelles ?

Enfin, nous souhaitons également solliciter une réflexion sur le sens même de cette invitation à la réflexivité méthodologique, que nous portons aujourd’hui. Que ce soit dans les colloques, articles ou dans les thèses, l’appel à l’introspection des chercheur.es en sciences sociales semble se multiplier. Les réflexions subjectives sont aujourd’hui les bienvenues, alors qu’elles étaient marginales il y a encore quelques années. Nous pouvons nous demander s’il y a véritablement un changement de paradigme, ou si l’attention portée à la réflexivité n’a pas toujours été sous-jacente aux sciences sociales ? De même, certain.es sociologues interrogent cette augmentation de l’attention portée à la sensibilité du chercheur.e, qui s’adosserait à une certaine « mystification » du terrain, menant in fine à un appauvrissement de la réflexion théorique en dépit d’une mise en avant descriptive des terrains (Copans, 2015). Y a-t-il une injonction à la subjectivation, à la réflexivité, et quels sont les risques d’une telle évolution ?  Cet attendu est-il le même pour tous, ou est-ce seulement l’apanage des jeunes chercheur.es ? Mais aussi, tout l’intime est-il vraiment rendu public ? Où se situe aujourd’hui la frontière entre le dit et le non-dit, en ce qui concerne l’intimité du terrain ? Ainsi, nous valorisons dans cet axe les propositions éclairant les normes et les codes relatifs à cette épreuve singulière.  

Ces axes constituent des pistes de réflexions non exhaustives et toutes propositions dégageant une problématisation en lien avec le sujet de ce colloque seront appréciées. Nous souhaitons ainsi favoriser des réflexions diversifiées, afin de mettre collectivement des mots sur les attendus actuels, implicites ou explicites, formulés aux chercheurs.es en sciences sociales, en ce qui concerne le terrain.

Bibliographie

Althabe Gérard, Hernandez Valeria A., « Implication et Réflexivité en anthropologie », Journal des anthropologues, 2004/3 (n°98-99), p.15-36. URL: https://www.cairn.info/revue-journal-des-anthropologues-2004-3-page-15.htm

Arborio Anne-Marie et Fournier Pierre, L’observation directe, Armand Colin, 2015.

Avanza Martina, « Comment faire de l’ethnographie quand on n’aime pas « ses indigènes ». Une enquête au sein d’un mouvement xénophobe », Les politiques de l’enquête, 2008, p.41-58.

Beaud Stéphane, « L’usage de l’entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour l’entretien ethnographique », Politix, 1996/3 (n° 35), p.226-257.

Beaud Stéphane, Weber Florence, Guide de l’enquête de terrain, La Découverte, 1997, p.328.

Becker, Howard Saul, Les ficelles du métier : comment conduire sa recherche en sciences sociales, La découverte, 2007.

Bensa Alban, « De la relation ethnographique. À la recherche de la juste distance », Enquête, anthropologie, histoire, sociologie, 1995, p.131-140.

Bourgois Philippe, « Une nuit dans une « shooting gallery ». Enquête sur le commerce de la drogue à East Harlem », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, Vol.94,1992.

Chamboredon Hélène, Pavis Fabienne, Surdez Muriel, et Willemez Laurent, « S’imposer aux imposants. À propos de quelques obstacles rencontrés par des sociologues débutants dans la pratique et l’usage de l’entretien », Genèses, 1994/16, pp. 114-132.

Cohen Patrice, « Le chercheur et son double. À propos d’une recherche sur le vécu des jeunes de La Réunion face au Sida » In C. Ghasarian (ed.), De l’ethnographie à l’anthropologie réflexive. Nouveaux terrains, nouvelles pratiques, nouveaux enjeux, coll. U, ed. Armand Colin, Paris, 2002, p. 73-90.

Copans Jean, « L’appel de la théorie : le terrain le plus difficile. Des crises d’identité de l’anthropologie », Civilisations, Université libre de Bruxelles, 2015, (n°64), p. 165-175.

Csordas Thomas. Embodiment and experience: the existential ground of culture and self, Cambridge University Press, Coll: Cambridge studies in medical anthropology, 2001[1994].

Darmon Muriel, « Le psychiatre, la sociologue et la boulangère : analyse d’un refus de terrain », Genèses, 2005/1, (no58), p. 98-112. 

De Lagasnerie Geoffroy, Contre le « mythe » du terrain en sociologie : retrouver le sens de la théorie et des problèmes, 2015. Consulté le : https://geoffroydelagasnerie.com/2015/06/24/contre-le-mythe-du-terrain-retrouver-le-sens-de-la-theorie-et-des-problemes/

De Sardan Jean-Pierre Olivier, « Le « je » méthodologique. Implication et explication dans l’enquête de terrain », Revue française de sociologie, 2000, p.417-445.

Favret-Saada Jeanne, Les mots, la mort, les sorts. La sorcellerie dans le Bocage, Bibliothèque des Sciences humaines, Gallimard, Paris, 1977, p. 332.

Gélard Marie-Luce, « L’anthropologie sensorielle en France. Un champ en devenir ? », L’Homme, 2016/1 (N° 217), p. 91-107. URL : https://www.cairn.info/revue-l-homme-2016-1-page-91.htm

Ghasarian Christian, « Réflexions sur les rapports corps/conscience /esprit(s) dans les représentations et pratiques néo-shamaniques », in O. Schmitz (éd.), Les médecines en parallèle : multiplicité des recours aux soins en Occident, Paris, Karthala. Cahiers Artemisia, 2006, p. 137-172.

Ghasarian Christian, De l’ethnographie à l’anthropologie réflexive. Nouveaux terrains, nouvelles pratiques, nouveaux enjeux (Sous la direction de), Armand Colin, Coll. U, Paris, 2008.

Halloy Arnaud, « Un anthropologue en transe. Du corps comme outil d’investigation ethnographique », in PETIT, P. & NORET, J. (eds.), Corps, performance, religion. Études anthropologiques offertes à Philippe Jespers. Paris : PubliBook. 2006, p. 87-115.

Howes David, Sensual Relations. Engaging the Senses in Culture and Social Theory, Ann Arbor: University of Michigan Press, 2003.

Hughes Everett C., « Good people and Dirty Work », Social Problem, 1962/10 (n°1), p. 3-11.

Pinçon Michel, Pinçon-Charlot Monique, « Pratiques d’enquêtes dans l’aristocratie et la grande bourgeoisie : distance sociale et conditions spécifiques de l’entretien semi-directif » Genèses, 1991, p. 120-133.

Peneff Jean, Le goût de l’observation : comprendre et pratiquer l’observation participante en sciences sociales. La Découverte, 2009.

Pink Sarah, Doing sensory ethnography, London: Sage, 2015.

Steck Jean-Fabien, « Être sur le terrain, faire du terrain », Hypothèses, 2012/15 (n°1), p. 75-84.

Tenevic Lena, Weber Florence, « La délégation du travail de terrain en sociologie qualitative », Genèses. Sciences sociales et histoire, 1992/8, p. 132-145.

Wacquant Loïc, Corps et âme : carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur, Agone, 2002.

Modalités de soumission :

Les propositions de communication sont attendues pour le 20 décembre 2019, sous forme d’un résumé de 2 500 signes (hors bibliographie et coordonnées des auteur.e.s) comprenant un descriptif de la démarche adoptée et des données exploitées, ainsi que dans le/les axes dans lesquels s’inscrit la proposition à l’adresse suivante : colloque.epreuve20@univ-rouen.fr

Aucuns frais d’inscription n’est demandé dans le cadre de ce colloque. Toutefois, nous ne pouvons malheureusement pas financer les frais de déplacements des futurs communicants.

Calendrier :

Jusqu’au 20 décembre 2019 – Réception des propositions de communication

Fin janvier 2020 – Réponse aux propositions des participant.e.s.

Mars 2020 – Réception des résumés des communications (environ 5 000 signes)

2 et 3 avril 2020 – Tenue du colloque

Comité d’organisation

Bellenchombre Laura, doctorante en socio-anthropologie, (Dysolab, Université Rouen-Normandie)

Bussi Chloé, doctorante en sociologie, (Dysolab, Université de Rouen-Normandie)

Castanon Léa, doctorante en socio-anthropologie, (Dysolab, Université de Rouen-Normandie)

Dambre Frédérique, doctorante en socio-anthropologie, (Dysolab, Université de Rouen-Normandie)

Féliu François, ingénieur d’étude, (Dysolab, Université de Rouen-Normandie)

Haller Zoé, doctorante en sociologie (DySoLab, Université de Rouen-Normandie)

Mondjo Arnaud, doctorant en socio-anthropologie, (Dysolab, Université de Rouen-Normandie)

Piedagnel Clémence, doctorante en sociologie, (Dysolab, Université Rouen-Normandie)

Comité scientifique

Bessin Marc, directeur de recherche au CNRS

Béraud Céline, directrice d’étude et vice-présidente de l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS)

Cohen Patrice, professeur des universités en anthropologie, (Dysolab, Université de Rouen-Normandie)

Jeantet Aurélie, maîtresse de conférences en sociologie, (CNRS CRESPPA, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

Juston Romain, maître de conférences en sociologie, (Dysolab, Université de Rouen-Normandie)

Lemercier Élise, maîtresse de conférences en sociologie, Dysolab, Université de Rouen-Normandie)

Marche Hélène, maîtresse de conférences en sociologie, (CERReV, Université Caen-Normandie)

Neyrat Frédéric, professeur des universités en sociologie, (Dysolab, Université Rouen-Normandie)


[1]Les actes du colloque sont disponibles en ligne : https://hal-normandie-univ.archives-ouvertes.fr/hal-01885013

Sophie Devineau : Early Childhood Care in France: Impediments to the Professionalization of a Little-Institutionalized Feminine Occupation. Open Journal of Social Sciences

Sophie Devineau : Early Childhood Care in France: Impediments to the Professionalization of a Little-Institutionalized Feminine Occupation. Open Journal of Social Sciences, 7, 343-357. doi: 10.4236/jss.2019.710029.

In the early-childhood care sector, the occupation of home-based childcare providers is especially subject to the familialist paradigm that assigns women from modest backgrounds with little formal education to this almost exclusively feminine line of work. This study focuses more specifically on home-based childcare providers working in rural and suburban areas, spaces that are marked by isolation and a lack of interlocutors. There are many limitations to the occupation’s professionalization model (Aballéa, 2005; Alberola, 2009). After providing an overview of the institutional norm of nursery school as it contrasts with the informal situation of home-based childcare, analysis shifts to three obstacles to expressing demand for training that are indices of low professionalization: the place and space of work, little social and familial arrangements, and work skills. Finally, in counterpoint, the article explores the role of the employment contract with parents in formalizing a feminine occupation that is still seen as a customary familial service (Dupraz, 2008).

Bayeux #6 : La fabrique de jeunes sociologues. Jalons pour une analyse approfondie et référencée d’une semaine à Bayeux

Pour ce dernier billet, les enseignant-es « d’un autre âge » reprennent le pouvoir. A notre tour de faire le bilan de cette semaine riche, stimulante et joyeuse avec les étudiant-es du M1 de sociologie de l’Université de Rouen.

Partir à trois, avec 30 étudiant-es lâché-es dans la ville par groupe de trois à cinq, n’était pas un pari gagné et nous craignions de devoir nous lancer dans une véritable chasse à l’homme géante pour les retrouver. Quelle surprise de les voir au fur et à mesure nous réclamer de venir les observer pendant leurs entretiens, au risque de se prendre un « ça n’allait pas du tout » à la fin ! Ces échanges, prolongés en mode 2.0 par le groupe whatsapp (une appli de vieux), nous ont aussi beaucoup appris sur nos propres méthodes.

Les voir sonner aux portes dans les rues, retourner trois fois au même café pour interroger le propriétaire par morceaux de 10 minutes parce qu’il était trop occupé, accepter un entretien à Caen pour être sûr de l’avoir, se prendre des « râteaux sociologiques » et remonter en selle, nous ont appris la force de la persévérance. On s’est souvent demandé si on aurait pu faire la même chose à leur place (tout en leur disant bien sûr que c’était une évidence qu’ils le fassent). Voir certain-es surmonter leurs inhibitions et se révéler à l’aise dans l’interaction nous invite à les imiter dans nos prochaines pratiques de terrain.

En observant leurs innovations méthodologiques et en les voyant saisir la moindre interaction pour approfondir leur connaissance du sujet, nous avons été amenés à interroger notre propre rapport sacralisé au terrain et à l’entretien.  Ainsi, nous avons sans cesse été tiraillé-es entre le fait de leur transmettre nos méthodes très formalisées tout les invitant à sortir du cadre et à être plus souples. De nombreux échanges avec eux et elles sur les frontières entre entretiens formels et informels, observations formelles et informelles ont bousculé nos propres représentations et savoirs.

Cette semaine a aussi renforcé notre croyance en la richesse du terrain collectif. Les étudiant-es ont vite compris que mener un entretien à plusieurs était plus confortable car il permettait parfois de décrocher ou « rester bloqué » pendant un quart d’heure et de sous-traiter la prise de notes. Mais ils ont aussi pu voir que discuter du terrain matin, midi et soir (on leur a dit plusieurs fois d’arrêter de manger avec leur groupe mais ça a été laborieux …) permettait de faire évoluer leurs problématiques et leurs méthodes. Cela nous a renvoyé à nos expériences collectives, trop souvent réduites à des échanges une fois les données collectées pour savoir qui rédige quelle partie (et qui envoie les mails de relance…), alors que les étudiant-es ont su produire des données et des connaissances ensemble. Ils ont dépassé les tensions internes aux groupes et se sont servis de la complémentarité de leurs différents caractères. Cela nous encourage à oser faire des pas de côté et à faire des recherches avec des « gens » qui n’auraient pas les mêmes trajectoires que nous.

Cette semaine aura été riche en expériences. Grâce à elles et eux, nous avons pu goûter aux joies d’un rendez-vous matinal chez les sœurs bénédictines, d’un atelier de fabrication de berlingots, de discussions informelles en anglais sous la pluie avec des touristes américains, d’un cours de yoga assis dans un ephad, de la rencontre d’un artisan médaillé d’or du pâté de campagne, de prendre un petit-déjeuner chez une famille georgienne, de prendre un cours de broderie ou encore de nous prendre des leçons de poignée de main par une pasteure.

Les étudiant-es nous ont aussi donné des leçons d’imagination sociologique lors d’intenses brainstorming collectifs pour la rédaction de ces billets, en allant puiser chez France Gall, Walt Disney ou encore dans des séries dont nous n’avons jamais entendu parler. En les voyant, nous avons solennellement décidé de renoncer définitivement aux titres « la fabrique de… », « de quoi … est-il le nom », « … comme analyseur de…. » et d’aller dorénavant puiser dans les chansons de Jul ou de Lorenzo (on a étendu notre culture musicale cette semaine…). La série Games of thrones, découverte grâce à la fameuse tapisserie, nous servira aussi d’inspiration.

Finalement, cette semaine aura été placée sous le signe de la bienveillance et de la solidarité. Les uns acceptant les couvre-feux et les autres ne se moquant pas de leurs pyjamas respectifs (et pourtant…). L’une d’elle a dit mardi soir « c’est une histoire d’amour avec la socio », il semblerait que ce stage soit aussi le début d’une chouette histoire d’amitiés !

Hugo Bréant, Marion Charpenel et François Féliu PS : Les étudiant-es, si vous lisez cela, dégonflez le melon et attendez de voir vos notes !