Table ronde 18 avril 2018 : Quel appui scientifique aux projets agricoles locaux ? et Biomasse et développement durable au Gabon

Animée par :
Jean-Louis LE GOFF, Enseignant-Chercheur au Laboratoire des Dynamiques sociales (DySoLab, Université de Rouen Normandie) ;
Armand LEGAY, Chercheur au Laboratoire des Dynamiques sociales (DySoLab, Université de Rouen Normandie) et intervenant à l’Ecole supérieure d’agriculture et d’agroalimentaire de Rouen (ESITPA devenue La Salle) ;
Roger NGUEMA-OBAME, PIRAL-UFGSE, Président-fondateur de l’Institut Africain d’Ingénierie Rurale et de Développement Social (Université de Rouen), Département de Sociologie (UOB), DySoLab ;
Ignace Mesmin NGOUA NGUEMA, Département de Sociologie (UOB);
Fanie MINDZE ANIDAU et Lidwine ANDAGUI, transformatrices de la citronnelle.

 

 

conférences de Yoshihiko SHIRATOR (prof invité) : Question du nucléaire au Japon // L’enseignement supérieur en France et au Japon : une perspective comparative

Monsieur Yoshihiko SHIRATORI, Professeur de sociologie à la Faculté des lettres et Graduate School of Humanities,de l’Université de Kobe (Japon) donnera deux conférences- débat à l’UFR SHS

 

– la première mardi 3 avril 2018 de 14h à 16H en salle Freinet F106 sur la « Question du nucléaire au Japon » 日本の原発問題

 

– la seconde mercredi 4 avril 2018 de 11h à 13h en salle Freinet F 105 « L’enseignement supérieur en France et au Japon : une perspective comparative » 日本およびフランスにおける高等教育:比較の観点から

 

  • Les conférences seront prononcées en français. Monsieur Shiratori travaille sur l’évolution de l’enseignement supérieur, la question des migrations (ex. les immigrés chinois en France) et la fondation de la sociologie française (Durkheim). Il est aussi traducteur du français au japonais, ayant participé à la traduction des ouvrages de Pierre Ansart, Luc Boltanski et Eve Chiapello, Christopje Charle, Yves Deloye…

Colloque international : Penser la mixité des professions de la prime enfance – 23 mars 2018

L’équipe Mixprim organise un colloque international le 23 mars avec la présence de Tim Rohrmann, Jan Peeters, Eve-Meuret-Campfort, Nicolas Murcier, Jean Plaisir et Joelle Braeunner !

Programme provisoire :

9h30 : Accueil des participants
9h45 : Ouverture du colloque : Sophie Devineau
10h -10h30 : Jan Peeters (directeur d’un centre de recherche en Belgique) : Un équilibre homme-femme dans l’ accueil et l’ éducation des jeunes enfants: de quel professionnalisme a-t’ on besoin?
10h30 -11h Eve-Meuret-Campfort (université de Nantes) : Le syndicalisme dans la petite enfance. Revendications, pratiques syndicales et conflits internes dans un contexte d’engagement non-mixte.
11h30-12h Tim Rohrmann (université d’Innsbruck, Allemagne) : L’entrée des hommes dans le secteur de la petite enfance, chances et défis : un aperçu international
14h- 14h30 Nicolas Murcier ( IRTS, Poitou-Charentes) : Du choix de devenir éducateur de jeunes enfants
14h30- 15h Jean Plaisir (N.Y, USA) : Ces Rares Hommes en Maternelle, Sont-ils des Super Héros ou des Travailleurs Culturels?
15h-15h30 Joelle Braeuner LEGS/Paris-VIII et Réseau québécois en Études féministes (RéQEF) à Montréal : Pratiques pédagogiques transformatrices : quelle réception et quelles résistances ?
15h30 Echanges avec la salle
16h30 Clôture du colloque : Sophie Devineau

 

Les inscriptions sont libres : https://shs-enquetes.univ-rouen.fr/index.php/541982?lang=fr

Séminaire Corps & Beauté : 5 février : Les pratiques esthétiques au défi des frontières

Les pratiques esthétiques au défi des frontières

5 février – 14h – salle des thèses – Bat Freinet

Ces dernières années, en Europe, nous avons pu observer l’émergence de différentes manifestations qui ont ouvert la porte aux études prenant pour objet la beauté. L’Interdisciplinary Team, de l’Université d’Oxford (Angleterre), organise depuis 2009 des rencontres interdisciplinaires autour, entre autres thèmes, de la beauté et de la mode. Depuis 2014, le réseau Beauty Demands de l’Université de Birmingham (Angleterre), centre son attention sur les normes, technologies et les routines de beauté avec une approche interdisciplinaire. En 2016, l’Université de Cambridge (Angleterre) a organisé les journées d’étude « Politics of beauty », accueillant un réseau international de chercheur.e.s spécialistes du sujet. La même année, à l’Université de Bayreuth (Allemagne) le colloque « Beauty and the norm » soulevait des questionnements sur la standardisation des pratiques de beauté tandis qu’à l’Université de Strasbourg, à l’occasion du colloque « Corps meurtris, beaux et subversifs», était prévu un axe de recherche centré sur les modifications corporelles à visée esthétique. Enfin, en octobre 2017, l’Université de Paris Créteil et l’EHESS ont organisé les journées d’étude « Grandes et petites mains de la beauté », qui ciblaient les opérateurs de beauté et privilégiaient une entrée par le travail. Cette première séance nous permettra d’expliciter les raisons pour lesquelles nous avons souhaité créer cet espace de réflexion. L’objectif est en particulier de fédérer les chercheur.e.s, jeunes et confirmé.e.s, afin de créer des projets de plus grande ampleur. Avec l’aide de nos invité.e.s nous reviendrons sur l’historique propre à ce champ de recherche en voie de formalisation et nous présenterons un bref « état de l’art » autour des différents terrains et des lignes théoriques qui sont en train de se dessiner. Enfin, avant de présenter l’ensemble des séances du séminaire, nous vous ferons part de nos intérêts de recherche : l’expérience esthétique des individus au prisme du genre (Marion Braizaz), la figure du chirurgien esthétique en France et Mexique (Eva Carpigo) ainsi que les logiques enchevêtrées de classe et de genre sous-jacentes à la pratique des élections de Miss (Camille Couvry). En dernier lieu, nous donnerons la parole à des invité.e.s d’exception, internationaux, afin de mettre en contexte quelques perspectives théoriques qui nous semblent fondamentales. Pour conclure, nous demanderons aux auditeur.trice.s de partager leurs centres d’intérêt et leurs attentes vis-à-vis de ce séminaire.

Avec :

Ruth Holliday est Professeure à l’Université de Leeds (Royaume-Uni) et travaille
sur le corps, la chirurgie esthétique, le tourisme médical international, les
représentations et identités de classe et la formation du goût et des valeurs. Elle a
dirigé un important programme de recherche destiné à comprendre le tourisme
international de la chirurgie esthétique en particulier chez les patients anglais,
chinois et australiens.

Francesco Remotti est Professeur émérite à l’Université de Turin (Italie) en
anthropologie sociale et culturelle. Il s’intéresse principalement à l’identité et aux
modifications corporelles, il interviendra autour des frontières d’humanité
explorées dans les modifications esthétiques, au prisme de la théorie
de l’anthropo-poiesis.

Séminaire « Sciences Sociales et Alcool » : « Approche anthropologique de la nuit » et  » L’alcoolisation nocturne à Lille : pratiques et politiques »

Le Laboratoire Dysolab vous invite au cycle de conférences

« Sciences Sociales et Alcool » :

Véronique Nahoum-Grappe (EHESS, Centre Edgar Morin)

« Approche anthropologique de la nuit »

Collectif Calenda

« L’alcoolisation nocturne à Lille : pratiques et politiques »

Discutant : Thomas Auvergnon (ARS Normandie)

Le lundi 22 janvier 2018 – 14h

F207 – Bâtiment Freinet – UFR SHS

La laboratoire Dysolab Vous invite au séminaire

« Dynamiques sociales contemporaines »

Axe MODERNITE

Le lundi 27 novembre 2017

Mamadou Dramé

Université Cheikh Anta Diop de Dakar

« le Slam, entre tradition et modernité »

 

Le mouvement hip hop a souvent été réduit à une expression musicale liée au rap, à une expression gestuelle, avec le break dance et une expression picturale appelée graffiti ou tags. Depuis quelques années se développe, au Sénégal, et  surtout dans l’espace francophone, en Afrique, un autre type d’expression artistique, le slam.  Dans cette communication, Mamadou Dramé compare deux genres apparentés pour en saisir les nuances mais aussi les ressemblances. Au niveau des formes, des thématiques et des relations avec la société, notamment la prise en  charge des problèmes de la société, tout comme le rôle que l’artiste s’assigne, les ressemblances sont difficiles à nier. Et en toile de fond, la question suivante :  Le rap ne serait–il pas à mi-chemin entre expression moderne et poésie traditionnelle   ?

 

Animé par Myriam Odile Blin

 

À 14h

Salle F 207 Bâtiment Freinet

UFR SHS

Mixité dans la Prime enfance – 11 décembre 2017

L’équipe du projet MIXPRIM est heureux de vous inviter au colloque qui se déroulera le 11 décembre 2017 à la Mdu.

Mixité dans les métiers de la prime enfance

 

L’inscription est libre mais obligatoire (dans la limite des salles disponibles) :

https://shs-enquetes.univ-rouen.fr/index.php/541982?lang=fr

 

Programme de recherche MIXPRIM DySoLab-IRIHS-Région Normandie
Salle des conférences Maison de l’Université
Programme du déroulement de la journée :

9h30 : Accueil des participants
10h : Ouverture du colloque : Sophie Devineau
10h15-10h30 : Zeineb Touati « Affichage et représentations des métiers de la petite enfance dans les médias”
10h30-10h45 Anne Schneider « Les représentations garçons-filles dans la catégorisation des métiers à travers les albums de littérature de jeunesse pour les petits (2-8 ans) en France : de la bonne intention aux tensions genrées »
10h45-11h15 Carole Daverne-Bailly « Les représentations de ces métiers pour les familles »
11h15-11h30 Pause
11h30-11h45 Christine Fontanini « Les représentations de ces métiers chez les collégien-ne-s et les lycéenne-s »
11h45-12h15 Discussion — Echanges
12h15-14h Pause déjeuner
14h-14h15 Esaï Makoundou, Aurélia Confais « Les représentations de ces métiers chez les étudiants »
14h15-15h Sophie Devineau, François Féliu, Sandrine Valentin « Les expériences personnelles et professionnelles des rares hommes exerçant à l’école maternelle et en crèche ».
15h-15h30 Discussion — Echanges — Témoignages de professionnels*
16h Clôture du colloque Sophie Devineau

 

 

Lundi 23 octobre : Conférence de Nikolas Rose : « THE SOCIAL SCIENCES IN A BIOLOGICAL AGE »

Le laboratoire Dysolab est heureux d evous inviter à la conférence de Nikolas Rose qui se déroulera le lundi 23 octobre.

Le titre de sa conférence : “THE SOCIAL SCIENCES IN A BIOLOGICAL AGE”

Elle aura lieu à la Maison de l’université à partir de 14h. La conférence sera donnée en anglais mais un « sous-titrage » est prévu et une traduction sera assurée pour permettre le dialogue avec la salle.

Cette conférence sera la première d’un cycle intitulé « Annual social science lecture ».

Séminaire : Lundi 22 mai 2017 : Mixité dans les métiers de la prime enfance

Séminaire

Lundi 22 mai 2017

Grande salle de réunion de l’IRIHS

14h

ouvert aux doctorants et étudiants de master

Programme de recherche MIXPRIM du GRR Haute Normandie

Mixité dans les métiers de la prime enfance, Grand Réseau de Recherche Culture et Société

9h30-12h : Point sur le programme MIXPRIM

Réunion restreinte au groupe de recherche

– Echanges sur l’état d’avancement des études : Zeineb Touati UMR IDEE Le Havre Normandie Université ; François Féliu DySoLab Rouen Normandie Université ; Anne Sneider LASLAR  Caen Normandie Université ; Carole Daverne CIRNEF Rouen Normandie Université

– Questions pratiques et programme des rencontres suivantes

Pause Repas à la MDU

14h-16h : Séminaire ouvert aux doctorants et étudiants de master

Présentation de travaux

– Sophie Devineau, « Le travail dans les métiers de la petite enfance », DySoLab Université de Rouen Normandie

Christine Fontanini ,les représentations liées au genre, des élèves de 3ème et terminales ES, S, ST2S et des étudiants en licence 3 en sciences de l’éducation sur les métiers de la petite enfance :  un frein à la parité  dans ce secteur professionnel ?”, LISEC Université de Lorraine

– Esai Makoundou, « Les représentations des métiers de la prime enfance chez les étudiants », OVE Université de Rouen Normandie

Le séminaire du Laboratoire DySoLab reçoit le 15 mai (14-16H, F207) Claude Didry qui présentera son ouvrage L’institution du travail (http://ladispute.atheles.org/economietravail/linstitutiondutravail)dont la portée générale pourra je l’espère vous intéresser.

Dans cet ouvrage, il dresse une histoire du salariat pour dépasser la vision d’un travailleur subordonné et montrer en quoi le salariat est aussi le support d’un collectif.

Cet ouvrage permet d’éclairer de manière très intéressante les débats qui agitent la France sur les réformes du Code du travail ainsi que le changement de paradigme que constitue la loi travail qui conduit à une déstabilisation du salariat. Il est également d’un grand secours pour penser nos capacités à nous mobiliser collectivement.

D’une « médecine complémentaire » vers l’émergence d’une « médecine intégrative » en France et aux Etats-Unis. Regards croisés sur deux terrains en cours : lundi 12 juin 2017

« Atelier santé »
12 juin 2017 à 14h (salle F207)

D’une « médecine complémentaire » vers l’émergence d’une « médecine intégrative » en France et aux Etats-Unis. Regards croisés sur deux terrains en cours.

Geoffroy Carpier (1) et Frédérique Dambre (2)
(1) Doctorant en socio-anthropologie, DySoLab / EA7476, Université de Rouen – Normandie Université
sous la direction de Patrice Cohen, Financement : INCa (2015-2018)
(2) Doctorante en sociologie, CLERSE /UMR 8019, Université de Lille 1 – Sciences et Technologies,
sous la direction de Séverine Mathieu, Financement : Conseil Régional Nord Pas-de-Calais, Université Lille 1 (2014-2017)

Depuis le milieu des années 1990 aux Etats-Unis et bien plus récemment en France, un nouvel espace de la santé émerge et se construit autour d’interactions particulières entre la médecine officielle et d’autres approches thérapeutiques dont la forme la plus avancée serait la médecine intégrative ou « integrative medicine ». Les multiples acteurs de ce projet négocieraient différents modèles d’intégration des soins non-conventionnels pris au sein de contextes sociaux, politiques et historiques spécifiques. Ce projet de la médecine intégrative permet de questionner les façons selon lesquelles différents acteurs individuels et institutionnels co-construisent les enjeux de complémentarité de ces soins en tant que politiques de santé publique, politiques de recherche et pratiques cliniques, notamment dans le cadre des maladies chroniques.
A partir d’approches qualitatives et dans une perspective comparatiste, Geoffroy Carpier et Frédérique Dambre et se proposent d’analyser ces dynamiques d’émergence et de construction en prenant pour terrain d’une part la France et d’autre part les Etats-Unis.
Pour la France, Frédérique Dambre, présentera comment l’apparition de « Médecines Complémentaires et Alternatives » (MAC) dans les établissements de soins s’est faite au travers de la prise en charge de la douleur et des soins de supports, à côté des « soins conventionnels » ou « soins spécifiques ». L’offre de MAC est propre à chaque établissement et dépend de la volonté des équipes en place, notamment du chef de pôle ou de service. La mobilisation de MAC par les patients, mais aussi par les professionnels de santé fait l’objet d’une attention particulière de la part des tutelles (Etat, Académie Nationale de Médecine, Ordre des médecins), allant du rejet par crainte de dérive sectaire au souhait d’avoir plus d’éléments quant à leur efficacité réelle. Depuis une dizaines d’années, des professionnels de santé, chercheurs et techniciens se mobilisent pour amener les MAC au cœur des discours scientifiques. Ils s’organisent notamment pour les faire entrer dans le cadre de l’Evidence-Based Medicine (EBM). Frédérique cherche ainsi à comprendre comment les professionnels de santé se structurent et s’organisent afin de communiquer sur ces pratiques « non-conventionnelles » et d’en mesurer leur efficacité. Ce faisant, ils concourent à leur reconnaissance légitime.
Pour les Etats-Unis, Geoffroy Carpier montrera comment l’Etat met en place une institutionnalisation originale des soins non-conventionnels, notamment dans le cadre du cancer, par la création de deux entités fédérales chargées de la recherche médicale sur ces soins : le National Center for Complementary & Integrative Health (NCCIH) et l’Office of Cancer Complementary & Alternative Medicine (OCCAM) au National Cancer Institute (NCI). En 2008, est reconnue pour la toute première fois comme spécialité médicale l’« integrative medicine ». Geoffroy montrera que cet espace social mixte des recherches sur les ‘Complementary & Alternative Medicine’ (CAM) a suivi des évolutions majeures depuis la fin des années 1990, évolutions au sein desquelles le projet de l’« integrative medicine » prend activement part afin de négocier la place particulière que cette nouvelle spécialité médicale assigne à ces soins, d’un modèle de complémentarité vers un modèle intégratif qui reste encore à définir pour les acteurs.