Colloque« Les femmes de Normandie dans le Maitron : celles qui y sont et celles qui devraient y être » – 15 novembre

Colloque« Les femmes de Normandie dans le Maitron : celles qui y sont et celles qui devraient y être »15 novembre 2019, 14 h à 17 h 30 Salle des thèses (F106), 1er étage, Bâtiment Freinet, UFR SHS, Place Emile Blondel, 76130 Mont Saint Aignan – Université Rouen NormandieColloque organisé par le Dysolab (URN) et l’Association Maitron Normandie14 H
Accueil
      Sophie Devineau, Directrice du laboratoire Dysolab , Directrice de l’IRIHS, Université Rouen Normandie
      John Barzman, coprésident de l’AMN, professeur d’histoire émérite, Université Le Havre Normandie
14 h 15
      Michèle Salen : comédienne : lecture de la notice sur Lucie Collard
14 h 20
Marguerite Buffard-Flavien, philosophe et résistante
      Christian Langeois, coprésident de l’AMN et
      Sophie Devineau, Professeure de sociologie, directrice de la collection Genre à lire et à penser, PURH
14 h 50
       Michèle Salen : comédienne : lecture de la notice sur Germaine Goujon
14h 55
Pauline Rebour, Julie Siegfried: itinéraires croisés du féminisme, entre Paris et la province
       Claire Saunier Lefoll doctorante à l’université de Lyon2, LAHRHA.
15h 25
       Michèle Salen : comédienne : lecture de la notice sur Villette-Tardier
15 h 30
Libertad Héliot et Danielle Uteman, des années 1950 aux années 1990
      Pierre Miléo docteur en histoire de l’Université Rouen-Normandie.
16 h
Michèle Salen : comédienne : lecture de la notice sur Jean-Pierre Voidies
16 h 05- 16 h 20 pause
16 h20
Femmes résistantes exécutées et civiles massacrées en Normandie : premier bilan d’une enquête
      Annie Pennetier, historienne du MAITRON.
16 h 50
      Michèle Salen : comédienne : lecture de la notice sur Colette Privat
17 h
Clôture
      Christian Langeois, co-président AMN
 ======================
La thématique du colloque « Les Femmes de Normandie dans le Maitron, celles qui y sont et celles qui devraient y être », s’appuyant sur la base de données du Maitron rassemblée à l’Université de Paris I (http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/), étudie combien le mouvement ouvrier comporte de militantes, et combien le mouvement social, au sens le plus large, inclut depuis longtemps la préoccupation de l’égalité des femmes. Quelques profils évoquent des périodes, des courants, des secteurs différents, dans le cadre de la Normandie.

Marguerite Buffard Flavien se rattache au monde de la pensée, de l’éducation, du communisme et de la résistance. Pauline Rebour est une enseignante, syndicaliste et féministe du début du vingtième siècle. Elle a fréquenté une autre figure du mouvement des femmes, Julie Puaux Siegfried, issue du monde du protestantisme, du négoce et de l’action modérée en faveur de l’égalité des femmes. Un contraste illuminant. Libertad Héliot et Danielle Uppman nous amènent aux mouvements des années 1960 à 1990, et aux dilemmes des militantes. Enfin le bilan des civiles exécutées et massacrées de 1940 à 1944 éclaire la participation des femmes à la résistance. La lecture de cinq notices du Maitron (choisies pour leur diversité) nous rappellera l’utilité de l’éclairage biographique et les méthodes utilisées pour constituer nos « fiches Maitron ». Tout cela avec du temps pour la discussion.

Voir http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article217458), contact à normandie@maitron.org

conférence de Dysolab : présentation du projet RIN JUPITER – 4 novembre à 14h (bâtiment Freinet)

Ce qu’on fait c’est pour le bien du village”. Gilets jaunes et maillots jaunes à Mayotte. Layla Baamara, post doctorante (Dysolab)

Prévention de la récidive et “déradicalisation” : repenser les dispositifs socio-judiciaires à l’aune des parcours biographiques de désengagement. Xavier de Larminat, MCF en science politique à l’université de Rouen (CUREJ)

17 décembre : B. Soudais : L’avortement “criminel” de 1830 à 1940 en SEINE INFÉRIEURE à travers les archives judiciaires


Le laboratoire Dysolab est heureux de vous inviter à la prochaine conférence qui se déroulera le lundi 17 décembre à 14h en salle F207 (2e étage – bâtiment Freinet). Nous aurons le plaisir d’accueillir Benjamin Soudais qui présentera ses recherches intitulées :

 L’avortement “criminel” de 1830 à 1940 en SEINE-INFÉRIEURE à travers les archives judiciaires

Résumé : Au XIXème siècle, l’avortement est inscrit au code pénal comme crime. Les autorités françaises instaurent un contrôle social répressif dans un projet de relance de la natalité. L’interdiction des comportements abortifs s’avère cependant inefficace. Les femmes construisent des stratégies de dissimulation et avortent clandestinement malgré les risques sanitaires majeurs. Les pratiques abortives mêlent croyances traditionnelles et méthodes invasives avec l’avènement de l’injection intra-utérine. Pendant l’entre-deux-guerres, grâce à l’élan hygiéniste de la Belle Époque, l’injection intra-utérine s’introduit dans les pratiques privées et se détache de l’intervention de la « faiseuse d’ange » ou du « professionnel » de santé. La prohibition est un échec malgré les évolutions légales visant à augmenter la répression. Quelques affaires d’avorteurs notoires font scandales au début du XIXème. Les avorteurs sont considérés comme des traitres à la nation et justifient la politique de propagande nataliste face au danger allemand. Les affaires d’avortement mettent en évidence une proportion importante de « filles mères » jugées mais volontiers acquittées. La classe bourgeoise est absente du banc des accusés. L’avortement s’inscrit dans une libéralisation des mœurs et une volonté de libre maternité de plus en plus populaire malgré une répression judiciaire qui est à son paroxysme en 1940.

La condition de détresse, contenue dans la loi Veil de 1975, a été supprimé par le Conseil Constitutionnel en 2014 dans le cadre de la loi d’égalité réelle entre les hommes et les femmes. Un accompagnement médical et sécurisé de l’IVG, à défaut d’en diminuer le nombre, permet d’éviter les drames d’un avortement clandestin. De nos jours, l’avortement non sécurisé est encore fréquent, notamment en Afrique et en Amérique du Sud. Malgré l’inefficacité incontestable de l’interdiction de l’avortement, le débat sur sa légitimité persiste encore en France et en Europe.

Ce travail a été réalisé dans le cadre d’une thèse de médecine générale par l’analyse des archives judiciaires de Cour d’assises et d’appel de Seine Inférieure de 1830 à 1940. L’intervenant est médecin généraliste en secteur urbain dans un cabinet médical à Elbeuf. Il est également chef de clinique des universités (Département de Médecine Générale, UFR Santé, Université Rouen Normandie) chargé de recherche en soins primaires et d’enseignement à la faculté.

Pour approfondir cette thématique vous pouvez consulter le document suivant disponible sur HAL

Séminaire Corps et beauté : 19 novembre : Poils et cheveux, supports esthétiques cruciaux

Poils et cheveux, supports esthétiques cruciaux

19 novembre 2018 – F107, salle des thèses – Bâtiment FreinetPlace Emile Blondel – 76130 Mont-Saint-Aignan
Université de Rouen Normandie

14h – 16h

Les poils et les cheveux constituent une partie du corps visible qui a fait l’objet des plus anciens traitements et agencements. La quasi-totalité des cultures a recours à des techniques « traditionnelles » ou « modernes », d’épilation ou de coiffure avec une finalité esthétique. Ces agencements de beauté ne concernent pas uniquement des enjeux liés à la séduction, on compte aussi des usages sociaux rituels, artisanaux, voire magiques des poils et des cheveux, comme a pu le rappeler l’exposition « Cheveux chéris » organisée par le musée du Quai Branly en 2012-2013. L’agencement des poils et des cheveux constitue donc une question d’esthétique, d’hygiène, de sexualité, de séduction mais renvoie également à des enjeux moraux et à l’organisation de la vie sociale. Tout au long du XXème siècle, les mouvances sociales ou musicales ont fait des coiffures particulières leur étendard (Black Power, punk, hippie, hip-hop, etc.). Au XXIème siècle, après les hommes « métrosexuels » à la tendance épilatoire et imberbe, la mode des barbes longues et soignées « hipster », a contribué à revitaliser toute une économie endormie, et la tradition des coiffeurs « barbiers » a pu reprendre haleine dans un grand nombre de réalités urbaines contemporaines. En même temps, sur les réseaux sociaux, nous voyons apparaître des photographies d’aisselles, de pubis ou de jambes féminines poilus, faisant polémique et suscitant souvent une sorte de malaise ou encore des moqueries, voire des insultes. Autour des poils naissent donc des initiatives qui fédèrent des féminismes « corporelles » (les collectif « La Barbe » et « Ma Colère », etc.). Support de modes, de cultures et de sous-cultures, et suivant leur agencement, expression de conformisme ou d’anticonformisme, les cheveux et les poils font donc encore et toujours scandale, à l’instar de la barbe de la chanteuse autrichienne Conchita Wurst, devenue emblème de la subversion des codes traditionnels de la binarité des genres. Dans quelle mesure ces éléments corporels, constituent-ils des supports esthétiques mais aussi politiques, sociaux et sensoriels ? Qu’est-ce que la pilosité révèle-t-elle de nos sociétés ? L’axe retenu pour cette séance consistera à discuter l’ensemble des enjeux soulevés par le poil et le cheveu dans le cadre de la question raciale et de la construction sociale des couleurs de la beauté.

Conférencières :

Éliane Gladys Eock Laïfa, Docteure en Anthropologie sociale et culturelle, chercheuse associée à l’Université de Strasbourg, Laboratoire DynamE. Son intervention a pour thème les traitements sociaux du cheveu en lien avec les identités cumulatives qu’assume un individu en situation minoritaire (France) et en situation majoritaire (Cameroun). Les traitement pileux sont analysés au prisme de la socialisation et de l’intégration de l’individu. Dans le cadre de cette conférence, Eock Eliane présentera particulièrement le « mouvement » nappy qui prône un retour aux cheveux naturels.

Isabelle Mananga Ossey, Fondatrice et porte-parole de l’ONG Label Beauté Noire, une association qui milite, depuis 17 ans, pour des cosmétiques de qualité pour les peaux noires, pour la prévention du défrisage des cheveux afros et une référence dans la lutte contre le blanchiment de la peau. ONG Label Beauté Noire est également lanceuse d’alerte et a été reconnue d’utilité publique en 2008.

Modératrice : Marion Braizaz

Pour s’inscrire, c’est ici : https://www.facebook.com/events/744606775874173/

Plus d’information : par ici : https://corpsbeaute.hypotheses.org/

MArisé, l’ISlam à MAyotte et La Réunion. SÉcularisme, normes et pratiques – 5 novembre – Uni Rouen

Nous avons le plaisir de vous inviter au prochain séminaire Dysolab portant sur la recherche MArisé, l’ISlam à MAyotte et La Réunion. SÉcularisme, normes et pratiques, le lundi 5 novembre de 9h30 à 17h, salle des thèses, UFR SHS de l’Université de Rouen.

Le projet Marisé étudie les pratiques, les modalités de la transmission de l’islam ainsi que les multiples façons dont l’Etat français intervient dans le domaine religieux à Mayotte et à La Réunion. S’inscrivant dans le cadre d’un grand programme de recherche français intitulé « Islam et société » financé par le du Bureau Central des Cultes et le Comité interministériel de prévention de la délinquance pour la période 2017-2019, ce projet réunit 12 chercheurs et chercheuses métropolitains, mahorais et réunionnais. Ce séminaire à mi-parcours du projet Marisé vise ainsi à mettre en dialogue les premiers résultats de cette recherche avec ceux d’autres chercheur·e·s afin de discuter de ses orientations et de jeter les bases d’une démarche comparative entre ces deux territoires ultramarins.


Michael Mann “Have wars and violence declined through human history”

Conférence : Lundi 24 septembre 2018

Maison de l’Université – Université de Rouen – Campus de Mont Saint Aignan

14h – Grand Amphithéâtre

Cette conférence se tiendra dans le cadre de “Rouen Annual Social Science Lecture” – “Conférence annuelle de Rouen en sciences sociales”. Après avoir invité Nikolas Rose (2018) et Marco Verweij (2016) nous sommes heureux de vous d’accueillir :

Michael Mann

“Have wars and violence declined through human history”

Résumé : For over one 150 years liberal optimism has dominated theories of war and violence. It has been repeatedly argued that war and violence either are declining or will shortly decline. There have been exceptions, especially in Germany and more generally in the first half of the 20th century, but there has been a recent revival of such optimism, especially in the work of Azar Gat, John Mueller, Joshua Goldstein, and Steven Pinker who all perceive a long-term decline in war and violence through history, speeding up in the post-1945 period. Critiquing Pinker’s statistics on war fatalities, I show that the overall pattern is not a decline in war, but substantial variation between periods and places. War has not declined and current trends are slightly in the opposite direction. The conventional view is that civil wars in the global South have largely replaced inter-state wars in the North, but this is misleading since there is major involvement in most civil wars by outside powers, including those of the North. There is more support for their view that homicide has declined in the long-term, at least in the North of the world (with the U.S. lagging somewhat). This is reinforced by technological improvements in long-distance weaponry and the two transf

ormations have shifted war, especially in the North, from being “ferocious” to “callous” in character. This renders war less visible and less central to Northern culture, which has the deceptive appearance of being rather pacific. Viewed from the South the view has been bleaker both in the colonial period and today. Globally war and violence are not declining, but they are being transformed.

 

Historiens, anthropologues, politistes, géographes, sociologues, philosophes et économistes sont fascinés par la puissance analytique et la capacité synthétique de ses travaux qui sont traduits dans plus de dix langues et comprennent aussi “Fascists” et “The Dark Side of Democracy: Explaining Ethnic Cleansing”.

 

S’il est dommage que les travaux de M. Mann  – hormis “L’Empire incohérent” – ne sont pas traduits en français, l’opportunité d’échanger avec lui en français et en anglais sera d’autant plus précieuse.

 

 

Soutenance de thèse « Mahorais à La Réunion : entre dynamiques de migration, stratégies d’adaptation et recompositions identitaires dans le quartier de La Chaumière »

Mezzapesa Melanie a soutenue sa thèse de doctorat en sociologie intitulée : « Mahorais à La Réunion : entre dynamiques de migration, stratégies d’adaptation et recompositions identitaires dans le quartier de La Chaumière » Le jeudi 17 mai 2018 à 14h

Le jury est composé de:

Mme Jacqueline ANDOCHE, Maîtresse de Conférences, Université de La Réunion, Co-encadrante de thèse

M. Bernard CHERUBINI, Maître de Conférences HDR, Université de Bordeaux, Rapporteur

M. Patrice COHEN, Professeur des Universités, Université de Rouen Normandie, Directeur de thèse

M. Christian GHASARIAN, Professeur, Université de Neuchâtel, Examinateur

Mme Deirdre MEINTEL, Professeure, Université de Montréal, Rapporteuse

Mme Élise PALOMARES, Maîtresse de Conférences, Université de Rouen Normandie, Examinatrice

Résumé :

Fondée sur une ethnographie de longue durée à La Chaumière, cette thèse souhaite prendre pour objet l’analyse de la migration mahoraise dans les processus de constructions identitaires propres à La Réunion. Les migrants mahorais deviennent alors un enjeu et un objet des politiques locales qui questionnent leur place au sein de la société réunionnaise. À partir d’une imprégnation quotidienne, l’analyse d’un territoire délimité – La Chaumière – permet de comprendre à l’échelle départementale les modalités de migration, les stratégies d’adaptation et l’émergence de nouvelles territorialités des populations en provenance de Mayotte et des Comores en contexte réunionnais.

En effet, ce choix d’analyser un groupe dans un cadre territorial bien délimité, dans une ville où la politique locale tend à la mise en valeur de sa diversité ethnico-religieuse, permet ainsi d’évaluer les différentes modalités de construction des projets migratoires et d’implantation de ces familles françaises originaires de Mayotte. Venue du dernier département français, la majorité de sa population est musulmane, de tradition bantoue, et émigre massivement vers La Réunion depuis les années 2000. Les modalités de migration et les stratégies d’adaptation sont complexes, et interpellent la cohabitation culturelle et cultuelle réunionnaise. Un multiculturalisme constamment réinterrogé par les différentes problématiques d’habitat et de chômage, l’augmentation des conflits et des discours racistes, et par les réflexions sur l’identité réunionnaise.

Mots-clefs : La Réunion – Migration mahoraise – Territoire – Ethnicité – Réseaux.

Table ronde 18 avril 2018 : Quel appui scientifique aux projets agricoles locaux ? et Biomasse et développement durable au Gabon

Animée par :
Jean-Louis LE GOFF, Enseignant-Chercheur au Laboratoire des Dynamiques sociales (DySoLab, Université de Rouen Normandie) ;
Armand LEGAY, Chercheur au Laboratoire des Dynamiques sociales (DySoLab, Université de Rouen Normandie) et intervenant à l’Ecole supérieure d’agriculture et d’agroalimentaire de Rouen (ESITPA devenue La Salle) ;
Roger NGUEMA-OBAME, PIRAL-UFGSE, Président-fondateur de l’Institut Africain d’Ingénierie Rurale et de Développement Social (Université de Rouen), Département de Sociologie (UOB), DySoLab ;
Ignace Mesmin NGOUA NGUEMA, Département de Sociologie (UOB);
Fanie MINDZE ANIDAU et Lidwine ANDAGUI, transformatrices de la citronnelle.

 

 

conférences de Yoshihiko SHIRATOR (prof invité) : Question du nucléaire au Japon // L’enseignement supérieur en France et au Japon : une perspective comparative

Monsieur Yoshihiko SHIRATORI, Professeur de sociologie à la Faculté des lettres et Graduate School of Humanities,de l’Université de Kobe (Japon) donnera deux conférences- débat à l’UFR SHS

 

– la première mardi 3 avril 2018 de 14h à 16H en salle Freinet F106 sur la « Question du nucléaire au Japon » 日本の原発問題

 

– la seconde mercredi 4 avril 2018 de 11h à 13h en salle Freinet F 105 « L’enseignement supérieur en France et au Japon : une perspective comparative » 日本およびフランスにおける高等教育:比較の観点から

 

  • Les conférences seront prononcées en français. Monsieur Shiratori travaille sur l’évolution de l’enseignement supérieur, la question des migrations (ex. les immigrés chinois en France) et la fondation de la sociologie française (Durkheim). Il est aussi traducteur du français au japonais, ayant participé à la traduction des ouvrages de Pierre Ansart, Luc Boltanski et Eve Chiapello, Christopje Charle, Yves Deloye…