Lundi 23 octobre : Conférence de Nikolas Rose : « THE SOCIAL SCIENCES IN A BIOLOGICAL AGE »

Le laboratoire Dysolab est heureux d evous inviter à la conférence de Nikolas Rose qui se déroulera le lundi 23 octobre.

Le titre de sa conférence : “THE SOCIAL SCIENCES IN A BIOLOGICAL AGE”

Elle aura lieu à la Maison de l’université à partir de 14h. La conférence sera donnée en anglais mais un « sous-titrage » est prévu et une traduction sera assurée pour permettre le dialogue avec la salle.

Cette conférence sera la première d’un cycle intitulé « Annual social science lecture ».

Séminaire : Lundi 22 mai 2017 : Mixité dans les métiers de la prime enfance

Séminaire

Lundi 22 mai 2017

Grande salle de réunion de l’IRIHS

14h

ouvert aux doctorants et étudiants de master

Programme de recherche MIXPRIM du GRR Haute Normandie

Mixité dans les métiers de la prime enfance, Grand Réseau de Recherche Culture et Société

9h30-12h : Point sur le programme MIXPRIM

Réunion restreinte au groupe de recherche

– Echanges sur l’état d’avancement des études : Zeineb Touati UMR IDEE Le Havre Normandie Université ; François Féliu DySoLab Rouen Normandie Université ; Anne Sneider LASLAR  Caen Normandie Université ; Carole Daverne CIRNEF Rouen Normandie Université

– Questions pratiques et programme des rencontres suivantes

Pause Repas à la MDU

14h-16h : Séminaire ouvert aux doctorants et étudiants de master

Présentation de travaux

– Sophie Devineau, « Le travail dans les métiers de la petite enfance », DySoLab Université de Rouen Normandie

Christine Fontanini ,les représentations liées au genre, des élèves de 3ème et terminales ES, S, ST2S et des étudiants en licence 3 en sciences de l’éducation sur les métiers de la petite enfance :  un frein à la parité  dans ce secteur professionnel ?”, LISEC Université de Lorraine

– Esai Makoundou, « Les représentations des métiers de la prime enfance chez les étudiants », OVE Université de Rouen Normandie

Le séminaire du Laboratoire DySoLab reçoit le 15 mai (14-16H, F207) Claude Didry qui présentera son ouvrage L’institution du travail (http://ladispute.atheles.org/economietravail/linstitutiondutravail)dont la portée générale pourra je l’espère vous intéresser.

Dans cet ouvrage, il dresse une histoire du salariat pour dépasser la vision d’un travailleur subordonné et montrer en quoi le salariat est aussi le support d’un collectif.

Cet ouvrage permet d’éclairer de manière très intéressante les débats qui agitent la France sur les réformes du Code du travail ainsi que le changement de paradigme que constitue la loi travail qui conduit à une déstabilisation du salariat. Il est également d’un grand secours pour penser nos capacités à nous mobiliser collectivement.

D’une « médecine complémentaire » vers l’émergence d’une « médecine intégrative » en France et aux Etats-Unis. Regards croisés sur deux terrains en cours : lundi 12 juin 2017

« Atelier santé »
12 juin 2017 à 14h (salle F207)

D’une « médecine complémentaire » vers l’émergence d’une « médecine intégrative » en France et aux Etats-Unis. Regards croisés sur deux terrains en cours.

Geoffroy Carpier (1) et Frédérique Dambre (2)
(1) Doctorant en socio-anthropologie, DySoLab / EA7476, Université de Rouen – Normandie Université
sous la direction de Patrice Cohen, Financement : INCa (2015-2018)
(2) Doctorante en sociologie, CLERSE /UMR 8019, Université de Lille 1 – Sciences et Technologies,
sous la direction de Séverine Mathieu, Financement : Conseil Régional Nord Pas-de-Calais, Université Lille 1 (2014-2017)

Depuis le milieu des années 1990 aux Etats-Unis et bien plus récemment en France, un nouvel espace de la santé émerge et se construit autour d’interactions particulières entre la médecine officielle et d’autres approches thérapeutiques dont la forme la plus avancée serait la médecine intégrative ou « integrative medicine ». Les multiples acteurs de ce projet négocieraient différents modèles d’intégration des soins non-conventionnels pris au sein de contextes sociaux, politiques et historiques spécifiques. Ce projet de la médecine intégrative permet de questionner les façons selon lesquelles différents acteurs individuels et institutionnels co-construisent les enjeux de complémentarité de ces soins en tant que politiques de santé publique, politiques de recherche et pratiques cliniques, notamment dans le cadre des maladies chroniques.
A partir d’approches qualitatives et dans une perspective comparatiste, Geoffroy Carpier et Frédérique Dambre et se proposent d’analyser ces dynamiques d’émergence et de construction en prenant pour terrain d’une part la France et d’autre part les Etats-Unis.
Pour la France, Frédérique Dambre, présentera comment l’apparition de « Médecines Complémentaires et Alternatives » (MAC) dans les établissements de soins s’est faite au travers de la prise en charge de la douleur et des soins de supports, à côté des « soins conventionnels » ou « soins spécifiques ». L’offre de MAC est propre à chaque établissement et dépend de la volonté des équipes en place, notamment du chef de pôle ou de service. La mobilisation de MAC par les patients, mais aussi par les professionnels de santé fait l’objet d’une attention particulière de la part des tutelles (Etat, Académie Nationale de Médecine, Ordre des médecins), allant du rejet par crainte de dérive sectaire au souhait d’avoir plus d’éléments quant à leur efficacité réelle. Depuis une dizaines d’années, des professionnels de santé, chercheurs et techniciens se mobilisent pour amener les MAC au cœur des discours scientifiques. Ils s’organisent notamment pour les faire entrer dans le cadre de l’Evidence-Based Medicine (EBM). Frédérique cherche ainsi à comprendre comment les professionnels de santé se structurent et s’organisent afin de communiquer sur ces pratiques « non-conventionnelles » et d’en mesurer leur efficacité. Ce faisant, ils concourent à leur reconnaissance légitime.
Pour les Etats-Unis, Geoffroy Carpier montrera comment l’Etat met en place une institutionnalisation originale des soins non-conventionnels, notamment dans le cadre du cancer, par la création de deux entités fédérales chargées de la recherche médicale sur ces soins : le National Center for Complementary & Integrative Health (NCCIH) et l’Office of Cancer Complementary & Alternative Medicine (OCCAM) au National Cancer Institute (NCI). En 2008, est reconnue pour la toute première fois comme spécialité médicale l’« integrative medicine ». Geoffroy montrera que cet espace social mixte des recherches sur les ‘Complementary & Alternative Medicine’ (CAM) a suivi des évolutions majeures depuis la fin des années 1990, évolutions au sein desquelles le projet de l’« integrative medicine » prend activement part afin de négocier la place particulière que cette nouvelle spécialité médicale assigne à ces soins, d’un modèle de complémentarité vers un modèle intégratif qui reste encore à définir pour les acteurs.