Archives de catégorie : Actualités

Offre post-doctorat sociologie (18 mois) – l’activité physique dans la prise en charge des addictions

Présentation

Le post-doctorat s’inscrit dans le cadre d’une recherche financée par l’IReSP portant sur la mobilisation des activités physiques dans des centres d’addictologie. Le projet APhyChAddi entend ainsi rendre compte de la manière dont un programme d’Activités Physiques Adaptées (APA) est mis en place sur la durée et réapproprié par les patients, sur le moment du dispositif et à plus long terme.

Alors que les dispositifs mobilisant les activités physiques dans le cadre de la prise en charge des addictions sont peu visibles, cette recherche, combinant ethnographies de cliniques d’addictologie et récits de vie, a vocation à rendre compte de façon multi-située de ces programmes. Dans ce projet , nous explorerons la diversité des vécus des malades face à ce type de dispositif, permettant d’éclairer les combinaisons complexes d’inégalités et de trajectoire de vie, mais aussi la construction du rapport au corps et à l’activité physique. L’enquête devra permettre, en parallèle, de mettre en lumière la trajectoire de ces dispositifs, de leur conception à leur mise en place, et jusqu’à leur pérennisation.

Mission du/de la post-doctorant.e

Les missions principales :

            Réaliser une revue de littérature des travaux relatifs à la mobilisation des activités physiques dans la prise en charge des addictions (comprenant les travaux en langue anglaise et les recherches hors sciences sociales), et assurer une veille bibliographique durant l’ensemble du projet.

            Réaliser des ethnographies de cliniques d’addictologie dans lesquelles les activités physiques sont mobilisées.

            Participer à l’animation scientifique de cette recherche.

Le/la post-doctorant.e contribuera ainsi à réaliser des entretiens avec des patients, des professionnels de santé et des enseignants d’APA, mais aussi des observations au sein de ces cliniques, en collaboration avec le responsable scientifique. Il/elle participera pleinement aux différentes étapes de cette recherche, de la mise en place des outils à la rédaction du rapport de recherche et à la valorisation de celle-ci.

            Coordonner les moyens humains, techniques et financiers nécessaires à la réalisation du projet de recherche.

Le/la post-doctorant.e, en lien avec le responsable scientifique, participera au pilotage du projet de recherche, facilitera le lien entre les différents membres de l’équipe, avec les partenaires (cliniques, etc.), participera à la gestion du budget, à l’organisation des réunions de travail (préparation, rédaction des compte-rendu, etc.).

            Organisation d’évènement scientifique.

Le/la  post-doctorant.e  sera  sollicité.e  pour  participer  à  l’organisation  des  manifestations (journée d’étude, workshop) en lien avec le projet.

Compétences requises

Le/la candidat.e devra être titulaire d’un doctorat en sciences sociales (sociologie, anthropologie, sciences politiques) à la date du 15 décembre 2020, avec une expérience de recherche dans le champ de la santé, et une bonne maîtrise de l’anglais et des méthodes qualitatives.

Ce poste exige une autonomie dans la réalisation de l’enquête avec une capacité à travailler en équipe, ainsi que de bonnes capacités rédactionnelles.

Conditions d’emploi et de rémunération

Le/la post-doctorant.e sera rattaché.e au laboratoire DySoLab (EA 7476) de l’université de Rouen Normandie. Une partie de son terrain de recherche se déroulera dans l’agglomération rouennaise.

La durée du post-doctorat est de 18 mois à plein temps et la prise de poste s’effectuera courant janvier 2021.

Le montant du salaire est calqué sur les grilles de rémunération du CNRS.

Forum-support (FR)

Responsable scientifique du projet : Yannick Le Hénaff

Composition du dossier de candidature :

Pour candidater, veuillez transmettre avant le 30 octobre 2020 les éléments suivants à Yannick Le Hénaff (yannick.le-henaff@univ-rouen.fr). Les auditions auront lieu dans la deuxième 15e de novembre en présentiel ou en distanciel :

  • Lettre de motivation
  • Curriculum vitae
  • Liste de publications
  • Rapport de soutenance de thèse (à défaut : les pré-rapports de thèses pour les candidats qui soutiendront entre le 30 octobre et le 15 décembre)

Offre post-doctorat sociologie (18 mois) – L’ordre négocié de l’alcool au rugby et en escalade

Présentation

Le post-doctorat s’inscrit dans le cadre d’une recherche financée par l’IReSP portant sur l’ordre négocié de l’alcool dans les mondes du rugby et de l’escalade.

Fort d’une première enquête quantitative et qualitative sur les pratiques de consommation d’alcool chez les sportifs, cette recherche a vocation à rendre compte des négociations dont l’alcool fait l’objet dans les mondes du rugby et de l’escalade, à différentes échelles, du local au national. En se basant sur une approche par l’ordre négocié, il s’agit de réfléchir en termes de co-construction, considérant que les normes ne sont jamais imposées unilatéralement, ni constituées une fois pour toutes. Ici, les normes autour de l’alcool apparaissent dans un équilibre particulièrement précaire, où les zones d’ombre sont nombreuses et s’insèrent dans un ensemble d’injonctions contradictoires et de significations multiples. L’enquête porte ainsi tout autant sur les dirigeants et les éducateurs de club que sur les fédérations et les alcooliers et leurs liens complexes.

Mission du/de la post-doctorant.e

Les missions principales :

            Réaliser une revue de littérature des travaux relatifs à la recherche (comprenant les travaux en langue anglaise et les recherches hors sciences sociales), et assurer une veille bibliographique durant l’ensemble du projet,

            Participer à l’animation scientifique de cette recherche

Le/la post-doctorant.e contribuera ainsi à réaliser des entretiens avec des dirigeants (aux différentes échelles, du club au niveau fédéral), des entraîneurs, mais également des responsables et anciens responsables du service communication et relation clientèle de l’industrie alcoolière.  Il/elle participera pleinement aux différentes étapes de cette recherche, de la mise en place des outils à la rédaction du rapport de recherche et à la valorisation de celle-ci.

            Coordonner les moyens humains, techniques et financiers nécessaires à la réalisation du projet de recherche.

Le/la post-doctorant.e participera au pilotage du projet de recherche, facilitera le lien entre les différents membres de l’équipe, avec les partenaires, participera à la gestion du budget, à l’organisation des réunions de travail (préparation, rédaction des compte-rendu, etc.).

            Organisation d’évènement scientifique

Le/la  post-doctorant.e  sera  sollicité.e  pour  participer  à  l’organisation  des  manifestations (journée d’étude, workshop) en lien avec le projet.

Compétences requises

Le/la candidat.e devra être titulaire d’un doctorat en sciences sociales (sociologie, anthropologie, sciences politiques) à la date du 15 décembre 2020, et avoir une bonne maîtrise de l’anglais et des méthodes qualitatives. Ce poste exige une autonomie dans la réalisation de l’enquête avec une capacité à travailler en équipe, ainsi que de bonnes capacités rédactionnelles.

Le/la post-doctorant.e, devra proposer des outils collaboratifs pour permettre aux membres de l’équipe de travailler avec les mêmes documents.

Conditions d’emploi et de rémunération

Le/la post-doctorant.e sera rattaché.e au laboratoire DySoLab (EA 7476) de l’université de Rouen Normandie. Il/elle devra être présent au moins une journée par semaine à Rouen.

La durée du post-doctorat est de 18 mois à plein temps et la prise de poste s’effectuera courant janvier 2021.

Le salaire est calqué sur les grilles de rémunération du CNRS.

Responsable scientifique du projet : Yannick Le Hénaff

Composition du dossier de candidature :

Pour candidater, veuillez transmettre avant le 30 octobre 2020 les éléments suivants à François Féliu (francois.feliu@univ-rouen.fr) et Yannick Le Hénaff (yannick.le-henaff@univ-rouen.fr). Les auditions auront lieu dans la deuxième 15e de novembre en présentiel ou en distanciel:

  • Lettre de motivation
  • Curriculum vitae
  • Liste de publications
  • Rapport de soutenance de thèse (à défaut : les pré-rapports de thèses pour les candidats qui soutiendront entre le 30 octobre et le 15 décembre)

Le sociologue en charlotte : pourquoi et comment observer des autopsies ?

Dans ce second billet relatif aux enjeux méthodologiques soulevés dans sa thèse sur la médecine légale, Romain Juston Morival revient sur les enjeux scientifiques et pratiques soulevées par l’entrée du sociologue en salle d’autopsie. Pourquoi observer des autopsies ? Comment faire, et avec quel degré d’implication ? Une version longue de ce texte est disponible dans l’Annexe 2 de l’ouvrage Médecins légistes. Une enquête sociologique. qui parait le lendemain de la mise en ligne de ce billet, le 30 juin 2020.

À la question « Comment peut-on regarder une autopsie », à laquelle Stefan Timmermans consacre un postscript (Timmermans, 2006), il faudrait sans doute ajouter celle-ci : pourquoi regarder une autopsie ? Quel est le lien entre ces opérations sensibles, techniques, secrètes à la fois du point de vue de l’instruction et du point de vue médical, et une recherche de sociologie sur les médecins légistes ? Ce billet commence par poser les enjeu scientifiques de cette pratique de l’observation en terrain sensible avant de revenir sur les modalités concrètes de sa mise en oeuvre et sur la nécessaire implication du chercheur qu’elle a impliquée. Continuer la lecture

Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

More Posts

Follow Me:
Twitter

2 nouvelles références de Camille Dupuy

Dupuy, C. & Sarfati, F. (2019). « Pour des développeurs, c’est pas énorme ! »: Fabriquer et justifier de moindres rémunérations. Terrains & travaux, 35(2), 113-135. doi:10.3917/tt.035.0113.

Comment fabrique-t-on des règles salariales ? Comment fait-on accepter un niveau de rémunération globalement moindre que pour d’autres fonctions équivalentes dans d’autres entreprises ? Les auteurs de l’article répondent à ces deux questions en mobilisant une enquête par entretiens et observations au sein d’une école de formation aux métiers de l’informatique. L’étude permet de retracer la construction d’une grille salariale, venant distinguer les rémunérations selon le statut (bénévole, stagiaire, CDD, CDI, fondateurs) et selon le niveau de technicité informatique du poste tenu. Des formes plurielles de justification sont ensuite analysées. Trois principes de justification rendent acceptables des salaires plus faibles que dans d’autres entreprises : la vocation, la passion, l’utilité.

Elodie Bethoux, Camille Dupuy. What « unequal treatment » is at work in the French context?. 10th International Labour and Employement Relations Association Regional Congress for the Americas, Jun 2020, Toronto, Canada. ⟨hal-02881362⟩

Adama Traoré, Théo Luhaka… La justice doit-elle craindre les batailles d’experts médicaux ?

Autour de l’affaire Traoré, Romain Juston Morival a publié une Tribune dans Libération et a répondu aux journalistes du Figaro. La place de l’expertise médicale/judiciaire est ainsi discutée !

Romain Juston Morival, Tribune : Adama Traoré, Théo Luhaka… La justice doit-elle craindre les batailles d’experts médicaux ?, Libération, 20 juin 2020

Laura Andrieu (entretien avec R. Juston Morival), Affaire Traoré : qui sont les «médecins experts», au cœur de la machine judiciaire ?, Le figaro, 11 juin 2020.

La tribune de Libération :

Pas moins de sept expertises ont été réalisées dans l’affaire Traoré. Cela questionne le statut de notre médecine légale : ni spécialité médicale, ni rubrique d’expertise judiciaire, elle est tiraillée entre ces deux ordres de référence issus de la science et du droit.

  • Adama Traoré, Théo Luhaka… La justice doit-elle craindre les batailles d’experts médicaux ?

Tribune. Depuis le décès d’Adama Traoré lors de son interpellation le 19 juillet 2016, se sont succédé pas moins de sept expertises médicales. Cela est inhabituel en France où le système judiciaire pénal repose sur le modèle de «l’expert du juge» indépendant vis-à-vis des parties et simple bras droit technique produisant un discours impartial et objectif. Ici, le corps ne parle pas uniquement par la voix de l’expert du juge, mais aussi à travers un ensemble d’expertises privées sollicitées par la famille de la victime. Ces rapports insistent sur les syndromes asphyxiques, reliant le décès à la pression subie par les corps des gendarmes au cours de l’interpellation, et s’opposant à la thèse concurrente selon laquelle cette asphyxie a elle-même des causes infectieuses, correspondant à un état de santé antérieur du jeune homme.

Comment comprendre cette bataille d’experts ?

[la suite ici : https://www.liberation.fr/debats/2020/06/20/adama-traore-theo-luhaka-la-justice-doit-elle-craindre-les-batailles-d-experts-medicaux_1791765]

Regards croisés sur les métiers de l’intervention en santé au travail : quels débouchés pour les étudiant.e.s du parcours “Santé au travail” ?

Introduction : un faux départ et une vraie plongée dans l’actualité

Après un faux-départ du fait de l’annulation de la première date qui tombait en pleine mobilisation contre la réforme des retraites, la journée s’est finalement tenue le mardi 3 mars 2020 à Paris en pleine actualité, cette fois-ci, d’une mobilisation contre la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Cette journée a alors été l’occasion de discuter collectivement des réformes en cours, dont les impacts, tant sur l’avenir des professionnel.le.s du champ académique que sur celui des futurs professionnel.le.s du domaine de la santé au travail, méritaient qu’on s’y arrête.

C’est au fond le fil rouge de ce billet que de restituer cette journée autour de cette question des frontières entre recherche académique et métiers de l’intervention : s’ils diffèrent bien entendu sous de nombreux points (temporalité du travail, finalité, cadre), on ne saurait poser entre les deux des frontières étanches. Cela tombe bien, puisque notre parcours de master est construit sur la même idée d’une articulation heureuse entre recherche académique et interventionnisme diagnostic. Ce billet brosse ainsi un portrait croisé entre recherche et intervention en restituant trois regards sur la journée : celui de ses organisateurs et organisatrices, celui de l’enseignant et responsable pédagogique du parcours et, enfin, celui des étudiant.e.s. Un jeu de regard, plus qu’un compte-rendu en somme (par ailleurs  disponible sur le site du RJCTS), pour nourrir une réflexion collective qui débute depuis peu à Rouen sur la place de la sociologie et des sociologues dans le domaine essentiel de la santé au travail.

Le Réseau Jeunes Chercheurs Travail et Santé – photographie à la fin de la journée

Continuer la lecture

Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

More Posts

Follow Me:
Twitter

Le Master de Sociologie Recherche, Enquêtes, Diagnostics (RED)

Le master de sociologie Recherche, Enquêtes, Diagnostics (RED) de l’Université de Rouen est centré sur la conduite de recherches, la réalisation d’enquêtes et la mise en œuvre de diagnostics sociologiques. Il forme des sociologues professionnels praticiens ou académiques ayant de solides compétences théoriques et pratiques, capables de mener à bien des recherches collectives ou des interventions dans des organisations et des institutions privées ou publiques et ce dans une diversité de champs d’activités (santé, relations humaines, politiques publiques, etc.). Il est adossé au laboratoire de sociologie de l’Université, le DySoLab, et à son équipe.

Continuer la lecture

Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

More Posts

Follow Me:
Twitter

Un parcours « Santé au travail » pour le master de sociologie de l’Université de Rouen-Normandie : principes, déroulé et débouchés

 

Le master « Recherche, Enquête, Diagnostic » (RED) de l’Université de Rouen Normandie est un master de sociologie offrant deux parcours assis sur un solide tronc commun. Ces parcours de M2 ne constituent pas deux formations de sociologie radicalement différentes, mais plutôt des coloriages proposés aux étudiant.e.s pour leur permettre d’ajuster leurs centres d’intérêts et leurs perspectives professionnelles avec une formation davantage spécialisée.   

*          *

*

Sociologues et experts : une formation de sociologie coloriée « santé au travail » 

Le parcours « Santé au travail », comme le parcours « Innovations sociales et égalité », accueillent chacun des étudiant.e.s qui, pour certain.e.s, sont intéressé.e.s par la réalisation d’une thèse de sociologie et une insertion dans le milieu académique, et qui, pour d’autres, s’orientent plutôt vers l’exercice du métier de sociologue comme praticien. Ces orientations, dîtes « Recherche » et « Professionnelle » – ou, mieux, « Praticienne » – sont donc intégrées à chacun des parcours. 

Le parcours « Santé au travail » a été conçu de façon particulièrement ouverte pour accueillir des projets divers, parmi lesquels on trouvera bien sûr des projets ancrés dans le domaine de la santé au travail, mais aussi des projets en lien avec le monde de la santé d’une part, et celui du travail, de la conduite du changement, et des ressources humaines, d’autre part. Cette ouverture s’explique par une volonté scientifique et pédagogique d’offrir une formation généraliste en sociologie qui, depuis les lectures qu’elle offre, les outils qu’elle présente et les concepts qu’elle discute, vise à équiper des futur.e.s professionnel.le.s de la sociologie, académiques comme praticien.ne.s, afin de mettre en œuvre ces savoirs dans des contextes variés.

Le cœur de ce parcours, la santé au travail, est un domaine d’intervention qui connait actuellement un profond renouvellement et qui demande l’acquisition d’une expertise forte pour répondraux nouveaux besoins des organisations en termes de santé de leurs salarié.e.s. On peut citer, par exemple, la conduite de démarches de prévention des risques, ou encore la mise en place d’un plan de Qualité de vie au travail (QVT). Au fond, c’est la capacité du regard sociologique pour accompagner les démarches de prévention et participer à l’amélioration des conditions de travail qui est ici visée.  Continuer la lecture

Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

More Posts

Follow Me:
Twitter

Annulation et report : colloque « Les chercheur.e.s face au(x) terrain(s) : Être mis.es à l’épreuve, éprouver et faire ses preuves »

Bonjour à toutes et à tous,

Nous avons le grand regret de vous annoncer le report du colloque « Les chercheur.e.s face au(x) terrain(s) : Être mis.es à l’épreuve, éprouver et faire ses preuves », en raison de la crise sanitaire actuelle. Nous essayerons de reprogrammer le colloque en début d’année universitaire 2020/2021 (septembre/octobre).

Nous nous tenons à votre disposition si vous avez besoin d’une attestation de ce rapport pour vous faire rembourser des frais de transport ou d’hébergement.
Bon courage à toutes et à tous dans cette nouvelle épreuve,

Au plaisir de pouvoir rapidement échanger avec vous,

Dysolab mobilisé

Le laboratoire des Dynamiques Sociales (DySoLab EA 7476) de l’université de Rouen Normandie se déclare mobilisé contre la réforme des retraites et contre la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR).

Pour la retraite, les membres de DySolab dénoncent une rupture du contrat social républicain et du principe de solidarité entre les générations.

Cette réforme est dangereuse car elle n’assure pas la valeur du point qui sera calculée chaque année et soumis aux aléas des crises économiques

Cette réforme est aventuriste car elle va mécaniquement obliger à compenser par des cotisations dans des fonds de pension complémentaires et à jouer ainsi à la roulette financière la retraite

Cette réforme parachève une politique de l’injustice sociale en soutenant le chacun pour soi, chacun ses points

Cette réforme s’articule dans un plan d’ensemble où chaque secteur professionnel est démantelé ; l’ESR avec la loi LPPR

va ainsi reposer sur la généralisation de la précarité des emplois

NON ! cela n’a rien à voir avec la philosophie sociale du Conseil National de la résistance

NON ! cela n’a rien d’universel

NON! à la dilapidation de l’héritage des combats passés

ATTENTION ! DANGER : le monde qu’on nous prépare est celui des incertitudes et des vulnérabilités individuelles

—> En conséquence, DySoLab se déclare mobilisé en suspendant les activités scientifiques (annuler, reporter ou transformer les colloques et journées d’étude, suspendre le travail d’expertise et d’évaluation, organiser des actions dans les différentes instances de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, etc.),

Dysolab assurera uniquement un service minimum de la recherche restreint aux urgences pour les précaires

Nouvelle date : 13 mars : Soutenance de thèse : Stéphanie Kellner : Le numérique en médiathèque. Entre mythes et réalités.

Date et lieu :  13 mars à 14h, salle des thèses, bâtiment Freinet, Place E. Blondel, 76130 Mont Saint-Aignan.


Titre : « Le numérique en médiathèque. Entre mythes et réalités. »

Résumé : Cette thèse est consacrée à l’étude des effets produits par le numérique sur la structure et les pratiques des publics d’une bibliothèque municipale classée. Elle comporte deux objectifs : le premier est de tracer la sociogenèse du développement du numérique en bibliothèque municipale depuis l’informatique en présentant d’une part, l’histoire du développement numérique des bibliothèques et d’autre part, en prenant pour objet d’analyse les discours politiques qui l’accompagnent. Le second objectif est la compréhension de l’articulation entre l’offre et la demande numérique. D’abord, il s’agit d’analyser la construction de l’offre numérique en se demandant ce qu’elle révèle du groupe professionnel des bibliothécaires. Il s’agit ensuite d’observer et d’analyser la structure des publics et de leurs pratiques, ainsi que leurs usages des outils et contenus numériques.

Les membres du jury sont : 

Mme Sophie DEVINEAU Professeure / Université de Rouen Normandie / DYSOLAB Examinatrice de thèse
M. Gérard MAUGER Directeur de recherche / CESSP – CSE – CNRS Rapporteur de thèse
M. Frédéric NEYRAT Professeur / Université de Rouen Normandie / DYSOLAB Directeur de thèse
M. Bruno PÉQUIGNOT Professeur / Paris Descartes / CERLIS Rapporteur de thèse
Mme Cécile RABOT Maître de Conférences /  Université Paris-Nanterre / CESSP – CSE – CNRS Examinatrice de thèse
M. Pascal ROBERT Professeur / Université Lyon 2 / ENSSIB Examinateur de thèse


E. Bethoux et Camille Dupuy : La « clause du grand-père » : une mesure vraiment inédite ?

La « clause du grand-père » : une mesure vraiment inédite ?

Elodie Béthoux, Ecole Normale Supérieure Paris-Saclay – Université Paris-Saclay et Camille Dupuy, Université de Rouen Normandie

Enterrée la « clause du grand-père » ? Cette notion est apparue ces dernières semaines dans le débat français sur la réforme des retraites. Elle renvoie au fait qu’une nouvelle mesure ou disposition en matière de conditions de travail ou d’emploi ne s’applique qu’aux nouveaux entrants sur le marché du travail, rompant de fait avec le principe « à travail égal, salaire égal », et pourrait-on ajouter dans le cas présent « retraite égale ».

Or cette clause a particulièrement divisé la classe politique y compris au sein de la majorité depuis quelques derniers jours. Certains soutiennent son application, d’autres, comme le ministre de l’Action et des comptes publics Gérard Darmanin y sont particulièrement hostiles.

Le Haut-Commissaire aux retraites Jean‑Paul Delevoye s’y est farouchement opposé tout en concédant une transition (moins longue) entre ancien et nouveau régimes. Le président Emmanuel Macron, pour sa part, laisse encore la porte ouverte, envisageant cette solution comme une manière de calmer les mécontents (les salariés en poste) tandis que les salariés visés, qui pourraient se mobiliser, ne sont pas encore arrivés sur le marché du travail.

Particulièrement discutée à propos des entreprises à statut dont les salariés bénéficient de régimes spéciaux (RATP et SNCF notamment), elle conduirait à ce que le « régime universel de retraite » voulu par le gouvernement ne concerne que les salariés embauchés après 2020, et n’entre donc en application que dans la deuxième moitié du XXIe siècle !

C’est par exemple ce qu’a envisagé la CFDT-cheminots, dont l’organisation syndicale est l’une des rares à ne pas être opposée à la réforme.

Une pratique ayant déjà cours en France

Dans le débat français actuel, la paternité de cette disposition a été attribuée à Alain Minc, conseiller spécial de l’Élysée qui en aurait été le « concepteur ».

Le terme renvoie en fait à des pratiques ayant déjà cours en France, et plus encore dans d’autres espaces nationaux, auxquelles nous nous intéressons dans le cadre d’un projet de recherche mené avec des collègues australiens, danois et québécois.

Traduction de l’anglais, « grandfather clause », l’expression tend à s’imposer du fait de son caractère imagé.

Mais d’autres sont employées pour renvoyer à cette reconnaissance, dans les accords collectifs négociés dans les entreprises notamment, d’une différence de traitement entre salariés, fondée sur leur date d’embauche : « clauses de disparités de traitement », « clauses orphelines », « clauses de droits acquis », « clauses d’antériorité » ou encore « two-tier provisions » en anglais qui instaurent des dispositifs de faveur, dont l’étendue est très difficile à mesurer.

En France, des situations de ce type ont pu découler des privatisation des entreprises nationales : à la Poste ou à Orange (ancien France Télécom), et bientôt à la SNCF, cohabitent des fonctionnaires ou salariés « sous statuts » embauchés avant les privatisations et des salariés de droit privé embauchés après, avec des dispositions différentes.

De telles clauses se retrouvent également dans quelques entreprises privées. Un délégué syndical d’une grande société d’électronique française nous explique ainsi que suite à la négociation d’un accord d’entreprise, les salariés occupant un même poste ne bénéficient pas des mêmes grilles salariales selon leur date d’embauche :

« Les gens qui étaient embauchés au 1er janvier 2017 avaient 600 euros de moins à l’embauche avec les mêmes diplômes et le même coefficient (que ceux embauchés le 1er décembre 2016). »

Ce qui se joue alors, c’est bien une différence dans les conditions de travail et d’emploi pour des salariés exerçant la même tâche dans la même entreprise. Ces disparités de traitement s’appliquent aux grilles salariales principalement, mais peuvent aussi concerner les primes, les congés ou les évolutions de carrière.

La question devrait retenir d’autant plus l’attention, en France, alors que la négociation collective d’entreprise a été fortement encouragée par les récentes réformes en matière de droit du travail : la jurisprudence a en effet contribué depuis 2008 à étendre la « présomption de justification » des inégalités de traitement entre salariés, lorsqu’elles figurent dans un accord d’entreprise signé par l’employeur et par les représentants syndicaux. Lorsque ces disparités sont instaurées par la voie de la négociation, elles tendent donc à être considérées comme justifiées, et légales (un arrêt de la Chambre sociale de la Cour de cassation d’avril 2019 est toutefois venu freiner cette extension).

Détour québécois pour penser les inégalités en France

Si ces clauses restent encore peu visibles et peu étudiées en France, elles sont au contraire répandues outre-Atlantique, aux États-Unis historiquement, et de plus en plus au Québec, en dépit d’une législation qui a cherché à les maîtriser.

Dans un contexte de forte décentralisation des relations de travail au niveau des entreprises et établissements, les employeurs sont parvenus à imposer aux syndicats d’accepter des dégradations dans les conditions de travail et d’emploi tout en ne les faisant peser que sur les futurs entrants. La « clause du grand-père » est bien répandue au Québec, conférence de Mélanie Laroche, CRIMT-RS (Université de Montréal).

Ainsi au Québec, on estime qu’environ 14 % des accords collectifs signés dans les entreprises portent de telles dispositions, une situation qui s’observe également dans le secteur public. L’analyse du cas français à l’aune de la situation québécoise interroge alors doublement.

Première question : à qui profite l’inégalité ? Au Québec comme en France, il n’est pas si facile de démêler quel groupe de salariés est le plus avantagé : partir du principe que les anciens sont systématiquement mieux traités que les nouveaux ne fonctionne pas toujours. Par exemple, dans les anciennes entreprises publiques, si les fonctionnaires sont protégés contre les licenciements ils bénéficient en revanche d’une grille salariale souvent moins favorable.

Au Québec, où la pénurie de main-d’œuvre se fait nettement sentir dans plusieurs régions ou secteurs d’activité, la « disparité de traitement » peut être utilisée, à leur avantage, pour attirer ou fidéliser de nouveaux salariés. Le calcul des avantages et désavantages des uns et des autres est donc complexe et multifactoriel.

Rejouer la fracture entre générations ?

Deuxième point, celui du collectif de travail. Comment construire une solidarité, terreau de l’appartenance collective à une entreprise, dans ces conditions de disparité ?

Certains, sans s’opposer par principe à ces clauses, mettent ainsi en avant le « risque de désunion interne » qu’elles portent.

Dans les entreprises dans lesquelles nous enquêtons, en France, au Québec ou en Australie, s’expriment ainsi des formes de jalousie et de concurrence entre ces groupes de travailleurs aux tâches identiques mais aux conditions différentes, ainsi qu’une difficulté pour ceux déjà en poste à se mobiliser pour ceux qui ne sont pas encore là.

Ces inégalités sont alors régulièrement justifiées par les clichés véhiculés sur une supposée jeune génération de salariés, la « génération Y », dont les aspirations seraient différentes (travailler moins, bouger plus, changer de projet, avoir plusieurs vies professionnelles). Bien que largement déconstruites par les travaux sociologiques, de telles représentations nourrissent l’idée que les jeunes, d’une part, ne méritent plus que l’on se mobilise pour eux et, d’autre part, ne se mobiliseront pas eux-mêmes.

La « clause du grand-père » aurait-elle pu limiter les oppositions ? Rien n’est moins sûr. Alors que les mobilisations étudiantes se préparent dans les universités pour dénoncer la précarité et revendiquer de meilleures conditions de vie et d’études, la réforme des retraites est bien présente à l’esprit, des plus jeunes y compris, dont les organisations se sont jointes aux appels à manifester le 5 décembre.

Elodie Béthoux, Maîtresse de conférences en sociologie, Ecole Normale Supérieure Paris-Saclay – Université Paris-Saclay et Camille Dupuy, Maîtresse de conférences en sociologie, Université de Rouen Normandie

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Camille Couvry : lauréate du Prix de thèse 2019 de la chaire Beauté(s) de l’Université PSL-Université de Paris

Les lauréats du Prix de thèse 2019 de la Chaire de recherche

À partir d’une enquête qualitative portant sur les élections de Miss en France, essentiellement à l’échelle locale, les résultats de ce doctorat mettent en évidence les possibilités d’empowerment par l’utilisation de la beauté pour les jeunes femmes de classes populaires ou petite-bourgeoises qui participent aux élections de Miss. Le cas des élections de Miss atteste d’une situation spécifique : alors que la beauté et les concours ont été dénoncés par les féministes (de la deuxième vague) comme outils opprimant des femmes, ils sont investis comme moyen d’émancipation par les participantes. Le processus d’élection conduit les participantes à prendre appui sur leur beauté et les codes d’une féminité petite-bourgeoise pour s’affirmer, prendre confiance en elles et gagner en pouvoir. Ces dernières possèdent des caractéristiques sociales – de classe, de sexe, d’âge – qui confortent l’hypothèse selon laquelle la beauté et l’engagement dans une pratique d’embellissement leur offrent un moyen potentiel d’empowerment, d’émancipation, voire de mobilité sociale, cependant limitée, dans un contexte où la beauté est effectivement une dimension de l’individu qui confère un avantage. Il s’agit donc de proposer une conceptualisation des dynamiques d’empowerment sous l’angle de la classe, de la beauté et du genre en montrant que celles-ci se déploient d’une manière spécifique dans le contexte des élections de Miss.

Elle présentera ses travaux lors de la conférence inaugurale de la Chaire beauté(s) le 28 novembre 2019 au Collège de France.

son interview sur le site de l’université de Rouen Normandie : http://www.univ-rouen.fr/version-francaise/navigation/prix-de-these-2019-chaire-beaute-s–649319.kjsp?RH=1374833262562

Appel à communication : Le chercheur.e face au(x) terrain(s) : Etre mis.e à l’épreuve, éprouver et faire ses preuves

Le chercheur.e face au(x) terrain(s) :

Etre mis.e à l’épreuve, éprouver et faire ses preuves

Rouen, les 2 et 3 avril 2020

Présentation 

Aujourd’hui, la démarche ethnographique est de plus en plus légitime au sein des sciences sociales. Historiquement incontournable en anthropologie et en ethnologie, le fait de « faire du terrain » devient une preuve de la scientificité de la recherche dans d’autres disciplines, notamment en sociologie, sciences de la gestion, STAPS, sciences de l’éducation… Cette démarche met aussi le chercheur.e face à une pluralité d’épreuves, que nous souhaiterions documenter à l’occasion de ces deux journées.

Notre démarche s’inscrit dans la continuité du colloque « Ethnographies et Engagements »[1] organisé en 2017 par trois unités de recherche de l’Université de Rouen-Normandie (le Cetaps, le Dysolab et le Nimec), qui relevait du cycle de colloques « Ethnographies plurielles » de la Société d’Ethnologie française (SEF). Nous souhaitons aujourd’hui poursuivre ces réflexions en nous concentrant plus précisément sur les pratiques de terrain et leurs places dans le processus de recherche.

Présenté comme un incontournable de la socialisation professionnelle à la recherche en sciences sociales, le terrain se révèle également comme une épreuve pour le chercheur.e dans de multiples dimensions, notamment professionnelles, disciplinaires ou encore personnelles. Plusieurs chercheur.es en sciences sociales ont déjà souligné la question des épreuves au sein de différents terrains, objets de recherches et concepts. Sans être exhaustif.ve.s, nous pouvons citer les ouvrages méthodologiques sur l’observation participante (Peneff, 2009) ou l’observation directe (Arborio et Fournier, 2015) soulignant le terrain comme une épreuve nécessaire dans l’acquisition des savoir-faire et des savoir-être disciplinaires (Beaud et Weber, 1997 ; Becker, 2007). D’autres travaux ont relevé les engagements que peuvent impliquer le terrain dans la vie personnelle et corporelle (Favret-Saada, 1977 ; Wacquant, 2002) ainsi que sur l’entourage du chercheur.e (Cohen, 2002). Enfin, certains travaux montrent également les enjeux de la réflexivité, constitutifs de la position du chercheur.e sur ses terrains (Ghasarian, 2002 ; Althabe et Hernandez, 2004).

Mais alors, si aborder le terrain comme une épreuve n’est pas nouveau, nous avons fait le constat que l’épreuve n’est souvent évoquée que dans ses dimensions éthiques, symboliques ou réflexives. Loin d’envisager le terrain comme une épreuve uniquement fataliste, nous envisageons ce terme avant tout comme une étape aux enjeux multiples. De la mise à l’épreuve relationnelle et académique, à l’éprouvé du terrain dans ses dimensions corporelles et affectives, ce colloque entend mettre en lumière la pluralité des épreuves constitutives de cette étape que représente le terrain au travers de trois grands axes.

Axe 1 : le chercheur.e à l’épreuve des relations d’enquête

Ce premier axe reprend des questions classiques en sciences sociales. Nous nous intéressons ici aux terrains au prisme des relations d’enquête qu’ils impliquent, aux rencontres du chercheur.e avec les enquêté.es mais aussi, parfois, avec des institutions. Une relation d’enquête est, avant tout, une relation sociale, qui peut mettre le chercheur.e à l’épreuve sur le terrain. À ce sujet, nous pouvons notamment nous demander : quels effets d’enquête peuvent se jouer au sein de cette relation ?

Dans un premier temps, nous questionnons cette relation d’enquête au prisme des rapports de pouvoir et de domination qu’elle peut impliquer. Cette domination peut être incarnée par le sociologue face à ses enquêté.es, notamment au travers de l’institution universitaire qu’il représente. D’autre part, il nous semble intéressant de questionner des situations « d’inversion » (Pinçon, Pinçon-Charlot,1991) où le chercheur.e se trouve en position de dominé et subit des enjeux de pouvoir de la part des enquêté.es (Darmon, 2005). Ces rapports peuvent apparaître à tous les moments de l’enquête et, plus spécifiquement, lors de la passation d’entretiens qui représente un face-à-face particulier. Comme le rappelle S. Beaud (1996), l’entretien est « une relation sociale […] entre deux personnes qui se différencient par leurs caractéristiques sociales, scolaires, sexuelles. » Comment peut-on décrire les rapports de pouvoir constitutifs des relations d’enquête ? Il nous semble également intéressant de s’écarter de cette vision en termes de dominé.es/dominant.es et de questionner les différentes formes de négociations qui peuvent être liées aux attentes des enquêté.es et à la perception qu’ils ont de l’enquête et du chercheur.e. Que peut-on dire de la pluralité des négociations en jeu dans les relations d’enquête ?

Dans un deuxième temps, cet axe propose d’interroger le rapport du chercheur.e à son terrain en termes de proximité et d’éloignement. Face à un terrain lointain socialement, géographiquement, quelles épreuves peuvent être rencontrées par le chercheur.e ? Comment faire quand on ne maîtrise pas la langue ou les codes de son terrain ? (Chamboredon et all 1994). À l’inverse, il semble intéressant de questionner les conséquences de la présence du chercheur.e sur un terrain qui lui est proche, voire familier. Quels sont les apports mais également les limites d’une telle proximité ? D’autre part, le terrain peut aussi représenter une épreuve, notamment lorsqu’il conduit à détester son objet d’étude, voire ses enquêté.es (Avanza, 2008), mais certainement encore lorsque le degré de proximité avec ses enquêté.es devient fort. De cette recherche de la « juste distance » (Benza, 1995) peuvent naître des sentiments divergents : trahison, amour, haine… Face à cela, le chercheur.e pourra mettre en place différentes stratégies, différents outils, comme appliquer une forme de « cynisme méthodologique » (De Sardan, 2000) afin de jouer le jeu de ses enquêté.es. Qu’en est-il également quand existent des liens fonctionnels au terrain, dans le cadre de financements CIFRE par exemple, ou quand le chercheur participe à son objet d’étude ? À l’occasion de ce colloque, nous souhaitons mettre en lumière les différentes épreuves constitutives du lien que l’on instaure lors de cette étape qu’est le terrain.

Dans la continuité de ces questionnements, l’axe entend aussi s’intéresser aux contextes « marginaux » qui interrogent les limites du chercheur.e face à ses terrains. Confronté.e à des actes illégaux, criminels ou moralement répréhensibles, quelle place peut ou doit prendre le chercheur.e ? Comment fait-il pour accéder aux enquêtés quand l’objet d’étude renvoie à des activités marginales ou déviantes ? (Bourgois, 1992). La question soulevée ici est : jusqu’où aller dans le cadre de la recherche ?

            Enfin, même si le chercheur.e est mis à l’épreuve par sa relation d’enquête, il serait intéressant d’interroger comment la présence du chercheur.e met à l’épreuve le terrain, les enquêté.es ou les institutions. Dans quelle mesure sa présence invite-elle les enquêté.es à une certaine réflexivité ? De quelle manière le terrain lui-même peut être mis à l’épreuve de ces relations d’enquête ?

Axe 2 : Quand le chercheur.e éprouve son terrain : une posture de recherche ?

Nous pouvons aussi questionner l’épreuve à travers la notion d’éprouver. Il s’agit d’étudier non plus la dimension sociale de l’épreuve mais les dimensions tangibles, sensorielles et affectives. En ce sens, l’éprouvé désigne ici le fait de prendre connaissance de l’existence de quelque chose après en avoir fait l’expérience. Plusieurs concepts, notamment en anthropologie, comme celui de « l’embodiment » (Csordas, 2001), permettent de comprendre comment le fait d’éprouver son terrain peut être heuristique. Ainsi, des approches proposent une immersion par corpsdu chercheur.e (Halloy, 2006 ; Ghasarian, 2006) comme outil d’investigation ethnographique. Pour autant, ces approches se situent dans un champ de recherche en devenir (Gélard, 2016) et elles sont rares à mobiliser une méthodologie ethnographique (Pink, 2015) qui abordent les questions tangibles et sensorielles du terrain. Ici, nous pouvons interroger le statut, le rôle de l’expérience sensible, corporelle ou affective dans la compréhension des phénomènes sociaux. En ce sens, il s’agit d’envisager l’éprouvé non seulement comme engageant la subjectivité du chercheur.e, mais surtout comme une pratique de recherche.

Il s’agira par exemple d’interroger les expériences viscérales, corporelles désagréables ou agréables, comme source de connaissance et d’amener à des présentations réflexives. Comment peuvent-elles nous renseigner ou non sur les phénomènes étudiés ? En quoi les sensorialités et les affects lors du terrain peuvent-ils constituer des épreuves ? Que faire de ces épreuves ? D’autre part, nous pouvons aussi nous questionner sur les enjeux de l’éprouvé comme modalité d’accès au terrain. En effet, le chercheur.e peut être invité.e par ses interlocuteurs à manifester « un éprouvé », qui peut s’avérer plus ou moins explicite selon les terrains, ou à apprendre un « régime sensoriel » (Howes, 2006) spécifique. Nous pouvons aussi interroger les enjeux autour de la mise à distance de cet « éprouvé » lors du retour du chercheur de son terrain.

Au niveau méthodologique, cela pose aussi la question du recueil et de la transmission de cet éprouvé. Comment dire l’épreuve quand elle est éprouvée intimement, corporellement ? Comment donner à voir ce type de matériaux à travers l’écriture ou non ? Quelles méthodes et dispositifs discursifs, visuels, audio, théoriques, etc., peuvent-être mobilisés pour recueillir et transmettre cet « éprouvé » ?

Enfin, l’éprouvé, c’est aussi mettre à l’épreuve la qualité d’une personne ou d’une chose à travers une expérience et d’en établir la valeur (selon la définition du CNRTL). Nous rejoignons des questionnements autour de la réflexivité et du statut épistémologique de l’expérimentation lors du travail de terrain. Quelles sont les épreuves affectives, sensorielles, qui viennent bouleverser la recherche quand celle-ci ne relève pas nécessairement d’une démarche ethnographique ?  Que se passe-t-il quand le terrain ne se situe pas dans l’expérimentation mais à travers l’étude de documents (archives, vidéos, textes, journaux) ? Comment l’éprouvé se manifeste-t-il ? Quelles en sont les limites et les apports ?

Axe 3 : Faire ses preuves, le terrain comme épreuve disciplinaire

En s’intéressant aux épreuves vécues durant le travail de terrain, nous ne voulions pas échapper au fait de questionner les raisons mêmes pour lesquelles ce sujet nous interroge. De ce fait, dans cet axe, nous souhaitons apporter une réflexion sur la notion d’épreuve, en la ramenant aux attendus d’une discipline. En quoi le terrain constitue-t-il également une épreuve académique et disciplinaire pour laquelle il faut faire ses preuves ?

Autrefois délégué, le terrain semble désormais constituer une des tâches nobles du travail du chercheur.e. Les ouvrages traitant de la pratique de la sociologie n’abordent désormais que les questions de terrain, comme s’il était devenu le seul outil des sociologues. Mais, par cette mise en avant du terrain, n’y a-t-il pas une occultation de certaines autres tâches ? Dans quelles circonstances le travail de terrain continue-t-il d’être délégué, à l’instar d’un « sale boulot » (Hughes, 1962) ? Le terrain n’a-t-il de la valeur que lorsqu’il est réalisé par une personne « à statut » (Weber, 1991) ? Par cette entrée, nous souhaitons porter une attention à la position qu’occupe le travail de terrain comme tâche professionnelle, dans le cadre de la division du travail de recherche.

D’autre part, concernant le terrain en lui-même, nous souhaitons nous interroger sur les attendus académiques qui lui sont associés. Comment peut-on définir un terrain aujourd’hui ? À partir de quand et jusqu’où peut-on parler de terrain (archives, médias, réseaux sociaux, expériences personnelles) ? Plus encore, qu’est-ce qui caractérise un « bon terrain » ? Est-ce toujours associé à un certain exotisme (Steck, 2012) ? Y a-t-il des terrains disqualifiés ou disqualifiants ? Par ailleurs, nous pouvons aussi nous interroger sur la manière dont nous considérons, en tant que chercheur.e, ce qu’est le terrain. Cette expression, très souvent employée au singulier et régulièrement associée à des adjectifs possessifs (« mon terrain », « tes enquêtés »), nous interroge sur les implications de cette personnification. Dans quelle mesure réifions-nous ces étapes professionnelles ?

Enfin, nous souhaitons également solliciter une réflexion sur le sens même de cette invitation à la réflexivité méthodologique, que nous portons aujourd’hui. Que ce soit dans les colloques, articles ou dans les thèses, l’appel à l’introspection des chercheur.es en sciences sociales semble se multiplier. Les réflexions subjectives sont aujourd’hui les bienvenues, alors qu’elles étaient marginales il y a encore quelques années. Nous pouvons nous demander s’il y a véritablement un changement de paradigme, ou si l’attention portée à la réflexivité n’a pas toujours été sous-jacente aux sciences sociales ? De même, certain.es sociologues interrogent cette augmentation de l’attention portée à la sensibilité du chercheur.e, qui s’adosserait à une certaine « mystification » du terrain, menant in fine à un appauvrissement de la réflexion théorique en dépit d’une mise en avant descriptive des terrains (Copans, 2015). Y a-t-il une injonction à la subjectivation, à la réflexivité, et quels sont les risques d’une telle évolution ?  Cet attendu est-il le même pour tous, ou est-ce seulement l’apanage des jeunes chercheur.es ? Mais aussi, tout l’intime est-il vraiment rendu public ? Où se situe aujourd’hui la frontière entre le dit et le non-dit, en ce qui concerne l’intimité du terrain ? Ainsi, nous valorisons dans cet axe les propositions éclairant les normes et les codes relatifs à cette épreuve singulière.  

Ces axes constituent des pistes de réflexions non exhaustives et toutes propositions dégageant une problématisation en lien avec le sujet de ce colloque seront appréciées. Nous souhaitons ainsi favoriser des réflexions diversifiées, afin de mettre collectivement des mots sur les attendus actuels, implicites ou explicites, formulés aux chercheurs.es en sciences sociales, en ce qui concerne le terrain.

Bibliographie

Althabe Gérard, Hernandez Valeria A., « Implication et Réflexivité en anthropologie », Journal des anthropologues, 2004/3 (n°98-99), p.15-36. URL: https://www.cairn.info/revue-journal-des-anthropologues-2004-3-page-15.htm

Arborio Anne-Marie et Fournier Pierre, L’observation directe, Armand Colin, 2015.

Avanza Martina, « Comment faire de l’ethnographie quand on n’aime pas « ses indigènes ». Une enquête au sein d’un mouvement xénophobe », Les politiques de l’enquête, 2008, p.41-58.

Beaud Stéphane, « L’usage de l’entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour l’entretien ethnographique », Politix, 1996/3 (n° 35), p.226-257.

Beaud Stéphane, Weber Florence, Guide de l’enquête de terrain, La Découverte, 1997, p.328.

Becker, Howard Saul, Les ficelles du métier : comment conduire sa recherche en sciences sociales, La découverte, 2007.

Bensa Alban, « De la relation ethnographique. À la recherche de la juste distance », Enquête, anthropologie, histoire, sociologie, 1995, p.131-140.

Bourgois Philippe, « Une nuit dans une « shooting gallery ». Enquête sur le commerce de la drogue à East Harlem », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, Vol.94,1992.

Chamboredon Hélène, Pavis Fabienne, Surdez Muriel, et Willemez Laurent, « S’imposer aux imposants. À propos de quelques obstacles rencontrés par des sociologues débutants dans la pratique et l’usage de l’entretien », Genèses, 1994/16, pp. 114-132.

Cohen Patrice, « Le chercheur et son double. À propos d’une recherche sur le vécu des jeunes de La Réunion face au Sida » In C. Ghasarian (ed.), De l’ethnographie à l’anthropologie réflexive. Nouveaux terrains, nouvelles pratiques, nouveaux enjeux, coll. U, ed. Armand Colin, Paris, 2002, p. 73-90.

Copans Jean, « L’appel de la théorie : le terrain le plus difficile. Des crises d’identité de l’anthropologie », Civilisations, Université libre de Bruxelles, 2015, (n°64), p. 165-175.

Csordas Thomas. Embodiment and experience: the existential ground of culture and self, Cambridge University Press, Coll: Cambridge studies in medical anthropology, 2001[1994].

Darmon Muriel, « Le psychiatre, la sociologue et la boulangère : analyse d’un refus de terrain », Genèses, 2005/1, (no58), p. 98-112. 

De Lagasnerie Geoffroy, Contre le « mythe » du terrain en sociologie : retrouver le sens de la théorie et des problèmes, 2015. Consulté le : https://geoffroydelagasnerie.com/2015/06/24/contre-le-mythe-du-terrain-retrouver-le-sens-de-la-theorie-et-des-problemes/

De Sardan Jean-Pierre Olivier, « Le « je » méthodologique. Implication et explication dans l’enquête de terrain », Revue française de sociologie, 2000, p.417-445.

Favret-Saada Jeanne, Les mots, la mort, les sorts. La sorcellerie dans le Bocage, Bibliothèque des Sciences humaines, Gallimard, Paris, 1977, p. 332.

Gélard Marie-Luce, « L’anthropologie sensorielle en France. Un champ en devenir ? », L’Homme, 2016/1 (N° 217), p. 91-107. URL : https://www.cairn.info/revue-l-homme-2016-1-page-91.htm

Ghasarian Christian, « Réflexions sur les rapports corps/conscience /esprit(s) dans les représentations et pratiques néo-shamaniques », in O. Schmitz (éd.), Les médecines en parallèle : multiplicité des recours aux soins en Occident, Paris, Karthala. Cahiers Artemisia, 2006, p. 137-172.

Ghasarian Christian, De l’ethnographie à l’anthropologie réflexive. Nouveaux terrains, nouvelles pratiques, nouveaux enjeux (Sous la direction de), Armand Colin, Coll. U, Paris, 2008.

Halloy Arnaud, « Un anthropologue en transe. Du corps comme outil d’investigation ethnographique », in PETIT, P. & NORET, J. (eds.), Corps, performance, religion. Études anthropologiques offertes à Philippe Jespers. Paris : PubliBook. 2006, p. 87-115.

Howes David, Sensual Relations. Engaging the Senses in Culture and Social Theory, Ann Arbor: University of Michigan Press, 2003.

Hughes Everett C., « Good people and Dirty Work », Social Problem, 1962/10 (n°1), p. 3-11.

Pinçon Michel, Pinçon-Charlot Monique, « Pratiques d’enquêtes dans l’aristocratie et la grande bourgeoisie : distance sociale et conditions spécifiques de l’entretien semi-directif » Genèses, 1991, p. 120-133.

Peneff Jean, Le goût de l’observation : comprendre et pratiquer l’observation participante en sciences sociales. La Découverte, 2009.

Pink Sarah, Doing sensory ethnography, London: Sage, 2015.

Steck Jean-Fabien, « Être sur le terrain, faire du terrain », Hypothèses, 2012/15 (n°1), p. 75-84.

Tenevic Lena, Weber Florence, « La délégation du travail de terrain en sociologie qualitative », Genèses. Sciences sociales et histoire, 1992/8, p. 132-145.

Wacquant Loïc, Corps et âme : carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur, Agone, 2002.

Modalités de soumission :

Les propositions de communication sont attendues pour le 20 décembre 2019, sous forme d’un résumé de 2 500 signes (hors bibliographie et coordonnées des auteur.e.s) comprenant un descriptif de la démarche adoptée et des données exploitées, ainsi que dans le/les axes dans lesquels s’inscrit la proposition à l’adresse suivante : colloque.epreuve20@univ-rouen.fr

Aucuns frais d’inscription n’est demandé dans le cadre de ce colloque. Toutefois, nous ne pouvons malheureusement pas financer les frais de déplacements des futurs communicants.

Calendrier :

Jusqu’au 20 décembre 2019 – Réception des propositions de communication

Fin janvier 2020 – Réponse aux propositions des participant.e.s.

Mars 2020 – Réception des résumés des communications (environ 5 000 signes)

2 et 3 avril 2020 – Tenue du colloque

Comité d’organisation

Bellenchombre Laura, doctorante en socio-anthropologie, (Dysolab, Université Rouen-Normandie)

Bussi Chloé, doctorante en sociologie, (Dysolab, Université de Rouen-Normandie)

Castanon Léa, doctorante en socio-anthropologie, (Dysolab, Université de Rouen-Normandie)

Dambre Frédérique, doctorante en socio-anthropologie, (Dysolab, Université de Rouen-Normandie)

Féliu François, ingénieur d’étude, (Dysolab, Université de Rouen-Normandie)

Haller Zoé, doctorante en sociologie (DySoLab, Université de Rouen-Normandie)

Mondjo Arnaud, doctorant en socio-anthropologie, (Dysolab, Université de Rouen-Normandie)

Piedagnel Clémence, doctorante en sociologie, (Dysolab, Université Rouen-Normandie)

Comité scientifique

Bessin Marc, directeur de recherche au CNRS

Béraud Céline, directrice d’étude et vice-présidente de l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS)

Cohen Patrice, professeur des universités en anthropologie, (Dysolab, Université de Rouen-Normandie)

Jeantet Aurélie, maîtresse de conférences en sociologie, (CNRS CRESPPA, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

Juston Romain, maître de conférences en sociologie, (Dysolab, Université de Rouen-Normandie)

Lemercier Élise, maîtresse de conférences en sociologie, Dysolab, Université de Rouen-Normandie)

Marche Hélène, maîtresse de conférences en sociologie, (CERReV, Université Caen-Normandie)

Neyrat Frédéric, professeur des universités en sociologie, (Dysolab, Université Rouen-Normandie)


[1]Les actes du colloque sont disponibles en ligne : https://hal-normandie-univ.archives-ouvertes.fr/hal-01885013