Dysolab mobilisé

Le laboratoire des Dynamiques Sociales (DySoLab EA 7476) de l’université de Rouen Normandie se déclare mobilisé contre la réforme des retraites et contre la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR).

Pour la retraite, les membres de DySolab dénoncent une rupture du contrat social républicain et du principe de solidarité entre les générations.

Cette réforme est dangereuse car elle n’assure pas la valeur du point qui sera calculée chaque année et soumis aux aléas des crises économiques

Cette réforme est aventuriste car elle va mécaniquement obliger à compenser par des cotisations dans des fonds de pension complémentaires et à jouer ainsi à la roulette financière la retraite

Cette réforme parachève une politique de l’injustice sociale en soutenant le chacun pour soi, chacun ses points

Cette réforme s’articule dans un plan d’ensemble où chaque secteur professionnel est démantelé ; l’ESR avec la loi LPPR

va ainsi reposer sur la généralisation de la précarité des emplois

NON ! cela n’a rien à voir avec la philosophie sociale du Conseil National de la résistance

NON ! cela n’a rien d’universel

NON! à la dilapidation de l’héritage des combats passés

ATTENTION ! DANGER : le monde qu’on nous prépare est celui des incertitudes et des vulnérabilités individuelles

—> En conséquence, DySoLab se déclare mobilisé en suspendant les activités scientifiques (annuler, reporter ou transformer les colloques et journées d’étude, suspendre le travail d’expertise et d’évaluation, organiser des actions dans les différentes instances de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, etc.),

Dysolab assurera uniquement un service minimum de la recherche restreint aux urgences pour les précaires

Soutenance de thèse : Stéphanie Kellner : Le numérique en médiathèque. Entre mythes et réalités.

Date et lieu :  13 décembre à 14h, salle des thèses, bâtiment Freinet, Place E. Blondel, 76130 Mont Saint-Aignan.


Titre : “Le numérique en médiathèque. Entre mythes et réalités.”

Résumé : Cette thèse est consacrée à l’étude des effets produits par le numérique sur la structure et les pratiques des publics d’une bibliothèque municipale classée. Elle comporte deux objectifs : le premier est de tracer la sociogenèse du développement du numérique en bibliothèque municipale depuis l’informatique en présentant d’une part, l’histoire du développement numérique des bibliothèques et d’autre part, en prenant pour objet d’analyse les discours politiques qui l’accompagnent. Le second objectif est la compréhension de l’articulation entre l’offre et la demande numérique. D’abord, il s’agit d’analyser la construction de l’offre numérique en se demandant ce qu’elle révèle du groupe professionnel des bibliothécaires. Il s’agit ensuite d’observer et d’analyser la structure des publics et de leurs pratiques, ainsi que leurs usages des outils et contenus numériques.

Les membres du jury sont : 

Mme Sophie DEVINEAU Professeure / Université de Rouen Normandie / DYSOLAB Examinatrice de thèse
M. Gérard MAUGER Directeur de recherche / CESSP – CSE – CNRS Rapporteur de thèse
M. Frédéric NEYRAT Professeur / Université de Rouen Normandie / DYSOLAB Directeur de thèse
M. Bruno PÉQUIGNOT Professeur / Paris Descartes / CERLIS Rapporteur de thèse
Mme Cécile RABOT Maître de Conférences /  Université Paris-Nanterre / CESSP – CSE – CNRS Examinatrice de thèse
M. Pascal ROBERT Professeur / Université Lyon 2 / ENSSIB Examinateur de thèse


E. Bethoux et Camille Dupuy : La « clause du grand-père » : une mesure vraiment inédite ?

La « clause du grand-père » : une mesure vraiment inédite ?

Elodie Béthoux, Ecole Normale Supérieure Paris-Saclay – Université Paris-Saclay et Camille Dupuy, Université de Rouen Normandie

Enterrée la « clause du grand-père » ? Cette notion est apparue ces dernières semaines dans le débat français sur la réforme des retraites. Elle renvoie au fait qu’une nouvelle mesure ou disposition en matière de conditions de travail ou d’emploi ne s’applique qu’aux nouveaux entrants sur le marché du travail, rompant de fait avec le principe « à travail égal, salaire égal », et pourrait-on ajouter dans le cas présent « retraite égale ».

Or cette clause a particulièrement divisé la classe politique y compris au sein de la majorité depuis quelques derniers jours. Certains soutiennent son application, d’autres, comme le ministre de l’Action et des comptes publics Gérard Darmanin y sont particulièrement hostiles.

Le Haut-Commissaire aux retraites Jean‑Paul Delevoye s’y est farouchement opposé tout en concédant une transition (moins longue) entre ancien et nouveau régimes. Le président Emmanuel Macron, pour sa part, laisse encore la porte ouverte, envisageant cette solution comme une manière de calmer les mécontents (les salariés en poste) tandis que les salariés visés, qui pourraient se mobiliser, ne sont pas encore arrivés sur le marché du travail.

Particulièrement discutée à propos des entreprises à statut dont les salariés bénéficient de régimes spéciaux (RATP et SNCF notamment), elle conduirait à ce que le « régime universel de retraite » voulu par le gouvernement ne concerne que les salariés embauchés après 2020, et n’entre donc en application que dans la deuxième moitié du XXIe siècle !

C’est par exemple ce qu’a envisagé la CFDT-cheminots, dont l’organisation syndicale est l’une des rares à ne pas être opposée à la réforme.

Une pratique ayant déjà cours en France

Dans le débat français actuel, la paternité de cette disposition a été attribuée à Alain Minc, conseiller spécial de l’Élysée qui en aurait été le « concepteur ».

Le terme renvoie en fait à des pratiques ayant déjà cours en France, et plus encore dans d’autres espaces nationaux, auxquelles nous nous intéressons dans le cadre d’un projet de recherche mené avec des collègues australiens, danois et québécois.

Traduction de l’anglais, « grandfather clause », l’expression tend à s’imposer du fait de son caractère imagé.

Mais d’autres sont employées pour renvoyer à cette reconnaissance, dans les accords collectifs négociés dans les entreprises notamment, d’une différence de traitement entre salariés, fondée sur leur date d’embauche : « clauses de disparités de traitement », « clauses orphelines », « clauses de droits acquis », « clauses d’antériorité » ou encore « two-tier provisions » en anglais qui instaurent des dispositifs de faveur, dont l’étendue est très difficile à mesurer.

En France, des situations de ce type ont pu découler des privatisation des entreprises nationales : à la Poste ou à Orange (ancien France Télécom), et bientôt à la SNCF, cohabitent des fonctionnaires ou salariés « sous statuts » embauchés avant les privatisations et des salariés de droit privé embauchés après, avec des dispositions différentes.

De telles clauses se retrouvent également dans quelques entreprises privées. Un délégué syndical d’une grande société d’électronique française nous explique ainsi que suite à la négociation d’un accord d’entreprise, les salariés occupant un même poste ne bénéficient pas des mêmes grilles salariales selon leur date d’embauche :

« Les gens qui étaient embauchés au 1er janvier 2017 avaient 600 euros de moins à l’embauche avec les mêmes diplômes et le même coefficient (que ceux embauchés le 1er décembre 2016). »

Ce qui se joue alors, c’est bien une différence dans les conditions de travail et d’emploi pour des salariés exerçant la même tâche dans la même entreprise. Ces disparités de traitement s’appliquent aux grilles salariales principalement, mais peuvent aussi concerner les primes, les congés ou les évolutions de carrière.

La question devrait retenir d’autant plus l’attention, en France, alors que la négociation collective d’entreprise a été fortement encouragée par les récentes réformes en matière de droit du travail : la jurisprudence a en effet contribué depuis 2008 à étendre la « présomption de justification » des inégalités de traitement entre salariés, lorsqu’elles figurent dans un accord d’entreprise signé par l’employeur et par les représentants syndicaux. Lorsque ces disparités sont instaurées par la voie de la négociation, elles tendent donc à être considérées comme justifiées, et légales (un arrêt de la Chambre sociale de la Cour de cassation d’avril 2019 est toutefois venu freiner cette extension).

Détour québécois pour penser les inégalités en France

Si ces clauses restent encore peu visibles et peu étudiées en France, elles sont au contraire répandues outre-Atlantique, aux États-Unis historiquement, et de plus en plus au Québec, en dépit d’une législation qui a cherché à les maîtriser.

Dans un contexte de forte décentralisation des relations de travail au niveau des entreprises et établissements, les employeurs sont parvenus à imposer aux syndicats d’accepter des dégradations dans les conditions de travail et d’emploi tout en ne les faisant peser que sur les futurs entrants. La « clause du grand-père » est bien répandue au Québec, conférence de Mélanie Laroche, CRIMT-RS (Université de Montréal).

Ainsi au Québec, on estime qu’environ 14 % des accords collectifs signés dans les entreprises portent de telles dispositions, une situation qui s’observe également dans le secteur public. L’analyse du cas français à l’aune de la situation québécoise interroge alors doublement.

Première question : à qui profite l’inégalité ? Au Québec comme en France, il n’est pas si facile de démêler quel groupe de salariés est le plus avantagé : partir du principe que les anciens sont systématiquement mieux traités que les nouveaux ne fonctionne pas toujours. Par exemple, dans les anciennes entreprises publiques, si les fonctionnaires sont protégés contre les licenciements ils bénéficient en revanche d’une grille salariale souvent moins favorable.

Au Québec, où la pénurie de main-d’œuvre se fait nettement sentir dans plusieurs régions ou secteurs d’activité, la « disparité de traitement » peut être utilisée, à leur avantage, pour attirer ou fidéliser de nouveaux salariés. Le calcul des avantages et désavantages des uns et des autres est donc complexe et multifactoriel.

Rejouer la fracture entre générations ?

Deuxième point, celui du collectif de travail. Comment construire une solidarité, terreau de l’appartenance collective à une entreprise, dans ces conditions de disparité ?

Certains, sans s’opposer par principe à ces clauses, mettent ainsi en avant le « risque de désunion interne » qu’elles portent.

Dans les entreprises dans lesquelles nous enquêtons, en France, au Québec ou en Australie, s’expriment ainsi des formes de jalousie et de concurrence entre ces groupes de travailleurs aux tâches identiques mais aux conditions différentes, ainsi qu’une difficulté pour ceux déjà en poste à se mobiliser pour ceux qui ne sont pas encore là.

Ces inégalités sont alors régulièrement justifiées par les clichés véhiculés sur une supposée jeune génération de salariés, la « génération Y », dont les aspirations seraient différentes (travailler moins, bouger plus, changer de projet, avoir plusieurs vies professionnelles). Bien que largement déconstruites par les travaux sociologiques, de telles représentations nourrissent l’idée que les jeunes, d’une part, ne méritent plus que l’on se mobilise pour eux et, d’autre part, ne se mobiliseront pas eux-mêmes.

La « clause du grand-père » aurait-elle pu limiter les oppositions ? Rien n’est moins sûr. Alors que les mobilisations étudiantes se préparent dans les universités pour dénoncer la précarité et revendiquer de meilleures conditions de vie et d’études, la réforme des retraites est bien présente à l’esprit, des plus jeunes y compris, dont les organisations se sont jointes aux appels à manifester le 5 décembre.

Elodie Béthoux, Maîtresse de conférences en sociologie, Ecole Normale Supérieure Paris-Saclay – Université Paris-Saclay et Camille Dupuy, Maîtresse de conférences en sociologie, Université de Rouen Normandie

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Camille Couvry : lauréate du Prix de thèse 2019 de la chaire Beauté(s) de l’Université PSL-Université de Paris

Les lauréats du Prix de thèse 2019 de la Chaire de recherche

À partir d’une enquête qualitative portant sur les élections de Miss en France, essentiellement à l’échelle locale, les résultats de ce doctorat mettent en évidence les possibilités d’empowerment par l’utilisation de la beauté pour les jeunes femmes de classes populaires ou petite-bourgeoises qui participent aux élections de Miss. Le cas des élections de Miss atteste d’une situation spécifique : alors que la beauté et les concours ont été dénoncés par les féministes (de la deuxième vague) comme outils opprimant des femmes, ils sont investis comme moyen d’émancipation par les participantes. Le processus d’élection conduit les participantes à prendre appui sur leur beauté et les codes d’une féminité petite-bourgeoise pour s’affirmer, prendre confiance en elles et gagner en pouvoir. Ces dernières possèdent des caractéristiques sociales – de classe, de sexe, d’âge – qui confortent l’hypothèse selon laquelle la beauté et l’engagement dans une pratique d’embellissement leur offrent un moyen potentiel d’empowerment, d’émancipation, voire de mobilité sociale, cependant limitée, dans un contexte où la beauté est effectivement une dimension de l’individu qui confère un avantage. Il s’agit donc de proposer une conceptualisation des dynamiques d’empowerment sous l’angle de la classe, de la beauté et du genre en montrant que celles-ci se déploient d’une manière spécifique dans le contexte des élections de Miss.

Elle présentera ses travaux lors de la conférence inaugurale de la Chaire beauté(s) le 28 novembre 2019 au Collège de France.

son interview sur le site de l’université de Rouen Normandie : http://www.univ-rouen.fr/version-francaise/navigation/prix-de-these-2019-chaire-beaute-s–649319.kjsp?RH=1374833262562

Appel à communication : Le chercheur.e face au(x) terrain(s) : Etre mis.e à l’épreuve, éprouver et faire ses preuves

Le chercheur.e face au(x) terrain(s) :

Etre mis.e à l’épreuve, éprouver et faire ses preuves

Rouen, les 2 et 3 avril 2020

Présentation 

Aujourd’hui, la démarche ethnographique est de plus en plus légitime au sein des sciences sociales. Historiquement incontournable en anthropologie et en ethnologie, le fait de « faire du terrain » devient une preuve de la scientificité de la recherche dans d’autres disciplines, notamment en sociologie, sciences de la gestion, STAPS, sciences de l’éducation… Cette démarche met aussi le chercheur.e face à une pluralité d’épreuves, que nous souhaiterions documenter à l’occasion de ces deux journées.

Notre démarche s’inscrit dans la continuité du colloque « Ethnographies et Engagements »[1] organisé en 2017 par trois unités de recherche de l’Université de Rouen-Normandie (le Cetaps, le Dysolab et le Nimec), qui relevait du cycle de colloques “Ethnographies plurielles” de la Société d’Ethnologie française (SEF). Nous souhaitons aujourd’hui poursuivre ces réflexions en nous concentrant plus précisément sur les pratiques de terrain et leurs places dans le processus de recherche.

Présenté comme un incontournable de la socialisation professionnelle à la recherche en sciences sociales, le terrain se révèle également comme une épreuve pour le chercheur.e dans de multiples dimensions, notamment professionnelles, disciplinaires ou encore personnelles. Plusieurs chercheur.es en sciences sociales ont déjà souligné la question des épreuves au sein de différents terrains, objets de recherches et concepts. Sans être exhaustif.ve.s, nous pouvons citer les ouvrages méthodologiques sur l’observation participante (Peneff, 2009) ou l’observation directe (Arborio et Fournier, 2015) soulignant le terrain comme une épreuve nécessaire dans l’acquisition des savoir-faire et des savoir-être disciplinaires (Beaud et Weber, 1997 ; Becker, 2007). D’autres travaux ont relevé les engagements que peuvent impliquer le terrain dans la vie personnelle et corporelle (Favret-Saada, 1977 ; Wacquant, 2002) ainsi que sur l’entourage du chercheur.e (Cohen, 2002). Enfin, certains travaux montrent également les enjeux de la réflexivité, constitutifs de la position du chercheur.e sur ses terrains (Ghasarian, 2002 ; Althabe et Hernandez, 2004).

Mais alors, si aborder le terrain comme une épreuve n’est pas nouveau, nous avons fait le constat que l’épreuve n’est souvent évoquée que dans ses dimensions éthiques, symboliques ou réflexives. Loin d’envisager le terrain comme une épreuve uniquement fataliste, nous envisageons ce terme avant tout comme une étape aux enjeux multiples. De la mise à l’épreuve relationnelle et académique, à l’éprouvé du terrain dans ses dimensions corporelles et affectives, ce colloque entend mettre en lumière la pluralité des épreuves constitutives de cette étape que représente le terrain au travers de trois grands axes.

Axe 1 : le chercheur.e à l’épreuve des relations d’enquête

Ce premier axe reprend des questions classiques en sciences sociales. Nous nous intéressons ici aux terrains au prisme des relations d’enquête qu’ils impliquent, aux rencontres du chercheur.e avec les enquêté.es mais aussi, parfois, avec des institutions. Une relation d’enquête est, avant tout, une relation sociale, qui peut mettre le chercheur.e à l’épreuve sur le terrain. À ce sujet, nous pouvons notamment nous demander : quels effets d’enquête peuvent se jouer au sein de cette relation ?

Dans un premier temps, nous questionnons cette relation d’enquête au prisme des rapports de pouvoir et de domination qu’elle peut impliquer. Cette domination peut être incarnée par le sociologue face à ses enquêté.es, notamment au travers de l’institution universitaire qu’il représente. D’autre part, il nous semble intéressant de questionner des situations « d’inversion » (Pinçon, Pinçon-Charlot,1991) où le chercheur.e se trouve en position de dominé et subit des enjeux de pouvoir de la part des enquêté.es (Darmon, 2005). Ces rapports peuvent apparaître à tous les moments de l’enquête et, plus spécifiquement, lors de la passation d’entretiens qui représente un face-à-face particulier. Comme le rappelle S. Beaud (1996), l’entretien est « une relation sociale […] entre deux personnes qui se différencient par leurs caractéristiques sociales, scolaires, sexuelles. » Comment peut-on décrire les rapports de pouvoir constitutifs des relations d’enquête ? Il nous semble également intéressant de s’écarter de cette vision en termes de dominé.es/dominant.es et de questionner les différentes formes de négociations qui peuvent être liées aux attentes des enquêté.es et à la perception qu’ils ont de l’enquête et du chercheur.e. Que peut-on dire de la pluralité des négociations en jeu dans les relations d’enquête ?

Dans un deuxième temps, cet axe propose d’interroger le rapport du chercheur.e à son terrain en termes de proximité et d’éloignement. Face à un terrain lointain socialement, géographiquement, quelles épreuves peuvent être rencontrées par le chercheur.e ? Comment faire quand on ne maîtrise pas la langue ou les codes de son terrain ? (Chamboredon et all 1994). À l’inverse, il semble intéressant de questionner les conséquences de la présence du chercheur.e sur un terrain qui lui est proche, voire familier. Quels sont les apports mais également les limites d’une telle proximité ? D’autre part, le terrain peut aussi représenter une épreuve, notamment lorsqu’il conduit à détester son objet d’étude, voire ses enquêté.es (Avanza, 2008), mais certainement encore lorsque le degré de proximité avec ses enquêté.es devient fort. De cette recherche de la « juste distance » (Benza, 1995) peuvent naître des sentiments divergents : trahison, amour, haine… Face à cela, le chercheur.e pourra mettre en place différentes stratégies, différents outils, comme appliquer une forme de « cynisme méthodologique » (De Sardan, 2000) afin de jouer le jeu de ses enquêté.es. Qu’en est-il également quand existent des liens fonctionnels au terrain, dans le cadre de financements CIFRE par exemple, ou quand le chercheur participe à son objet d’étude ? À l’occasion de ce colloque, nous souhaitons mettre en lumière les différentes épreuves constitutives du lien que l’on instaure lors de cette étape qu’est le terrain.

Dans la continuité de ces questionnements, l’axe entend aussi s’intéresser aux contextes « marginaux » qui interrogent les limites du chercheur.e face à ses terrains. Confronté.e à des actes illégaux, criminels ou moralement répréhensibles, quelle place peut ou doit prendre le chercheur.e ? Comment fait-il pour accéder aux enquêtés quand l’objet d’étude renvoie à des activités marginales ou déviantes ? (Bourgois, 1992). La question soulevée ici est : jusqu’où aller dans le cadre de la recherche ?

            Enfin, même si le chercheur.e est mis à l’épreuve par sa relation d’enquête, il serait intéressant d’interroger comment la présence du chercheur.e met à l’épreuve le terrain, les enquêté.es ou les institutions. Dans quelle mesure sa présence invite-elle les enquêté.es à une certaine réflexivité ? De quelle manière le terrain lui-même peut être mis à l’épreuve de ces relations d’enquête ?

Axe 2 : Quand le chercheur.e éprouve son terrain : une posture de recherche ?

Nous pouvons aussi questionner l’épreuve à travers la notion d’éprouver. Il s’agit d’étudier non plus la dimension sociale de l’épreuve mais les dimensions tangibles, sensorielles et affectives. En ce sens, l’éprouvé désigne ici le fait de prendre connaissance de l’existence de quelque chose après en avoir fait l’expérience. Plusieurs concepts, notamment en anthropologie, comme celui de « l’embodiment » (Csordas, 2001), permettent de comprendre comment le fait d’éprouver son terrain peut être heuristique. Ainsi, des approches proposent une immersion par corpsdu chercheur.e (Halloy, 2006 ; Ghasarian, 2006) comme outil d’investigation ethnographique. Pour autant, ces approches se situent dans un champ de recherche en devenir (Gélard, 2016) et elles sont rares à mobiliser une méthodologie ethnographique (Pink, 2015) qui abordent les questions tangibles et sensorielles du terrain. Ici, nous pouvons interroger le statut, le rôle de l’expérience sensible, corporelle ou affective dans la compréhension des phénomènes sociaux. En ce sens, il s’agit d’envisager l’éprouvé non seulement comme engageant la subjectivité du chercheur.e, mais surtout comme une pratique de recherche.

Il s’agira par exemple d’interroger les expériences viscérales, corporelles désagréables ou agréables, comme source de connaissance et d’amener à des présentations réflexives. Comment peuvent-elles nous renseigner ou non sur les phénomènes étudiés ? En quoi les sensorialités et les affects lors du terrain peuvent-ils constituer des épreuves ? Que faire de ces épreuves ? D’autre part, nous pouvons aussi nous questionner sur les enjeux de l’éprouvé comme modalité d’accès au terrain. En effet, le chercheur.e peut être invité.e par ses interlocuteurs à manifester « un éprouvé », qui peut s’avérer plus ou moins explicite selon les terrains, ou à apprendre un « régime sensoriel » (Howes, 2006) spécifique. Nous pouvons aussi interroger les enjeux autour de la mise à distance de cet « éprouvé » lors du retour du chercheur de son terrain.

Au niveau méthodologique, cela pose aussi la question du recueil et de la transmission de cet éprouvé. Comment dire l’épreuve quand elle est éprouvée intimement, corporellement ? Comment donner à voir ce type de matériaux à travers l’écriture ou non ? Quelles méthodes et dispositifs discursifs, visuels, audio, théoriques, etc., peuvent-être mobilisés pour recueillir et transmettre cet « éprouvé » ?

Enfin, l’éprouvé, c’est aussi mettre à l’épreuve la qualité d’une personne ou d’une chose à travers une expérience et d’en établir la valeur (selon la définition du CNRTL). Nous rejoignons des questionnements autour de la réflexivité et du statut épistémologique de l’expérimentation lors du travail de terrain. Quelles sont les épreuves affectives, sensorielles, qui viennent bouleverser la recherche quand celle-ci ne relève pas nécessairement d’une démarche ethnographique ?  Que se passe-t-il quand le terrain ne se situe pas dans l’expérimentation mais à travers l’étude de documents (archives, vidéos, textes, journaux) ? Comment l’éprouvé se manifeste-t-il ? Quelles en sont les limites et les apports ?

Axe 3 : Faire ses preuves, le terrain comme épreuve disciplinaire

En s’intéressant aux épreuves vécues durant le travail de terrain, nous ne voulions pas échapper au fait de questionner les raisons mêmes pour lesquelles ce sujet nous interroge. De ce fait, dans cet axe, nous souhaitons apporter une réflexion sur la notion d’épreuve, en la ramenant aux attendus d’une discipline. En quoi le terrain constitue-t-il également une épreuve académique et disciplinaire pour laquelle il faut faire ses preuves ?

Autrefois délégué, le terrain semble désormais constituer une des tâches nobles du travail du chercheur.e. Les ouvrages traitant de la pratique de la sociologie n’abordent désormais que les questions de terrain, comme s’il était devenu le seul outil des sociologues. Mais, par cette mise en avant du terrain, n’y a-t-il pas une occultation de certaines autres tâches ? Dans quelles circonstances le travail de terrain continue-t-il d’être délégué, à l’instar d’un « sale boulot » (Hughes, 1962) ? Le terrain n’a-t-il de la valeur que lorsqu’il est réalisé par une personne « à statut » (Weber, 1991) ? Par cette entrée, nous souhaitons porter une attention à la position qu’occupe le travail de terrain comme tâche professionnelle, dans le cadre de la division du travail de recherche.

D’autre part, concernant le terrain en lui-même, nous souhaitons nous interroger sur les attendus académiques qui lui sont associés. Comment peut-on définir un terrain aujourd’hui ? À partir de quand et jusqu’où peut-on parler de terrain (archives, médias, réseaux sociaux, expériences personnelles) ? Plus encore, qu’est-ce qui caractérise un « bon terrain » ? Est-ce toujours associé à un certain exotisme (Steck, 2012) ? Y a-t-il des terrains disqualifiés ou disqualifiants ? Par ailleurs, nous pouvons aussi nous interroger sur la manière dont nous considérons, en tant que chercheur.e, ce qu’est le terrain. Cette expression, très souvent employée au singulier et régulièrement associée à des adjectifs possessifs (« mon terrain », « tes enquêtés »), nous interroge sur les implications de cette personnification. Dans quelle mesure réifions-nous ces étapes professionnelles ?

Enfin, nous souhaitons également solliciter une réflexion sur le sens même de cette invitation à la réflexivité méthodologique, que nous portons aujourd’hui. Que ce soit dans les colloques, articles ou dans les thèses, l’appel à l’introspection des chercheur.es en sciences sociales semble se multiplier. Les réflexions subjectives sont aujourd’hui les bienvenues, alors qu’elles étaient marginales il y a encore quelques années. Nous pouvons nous demander s’il y a véritablement un changement de paradigme, ou si l’attention portée à la réflexivité n’a pas toujours été sous-jacente aux sciences sociales ? De même, certain.es sociologues interrogent cette augmentation de l’attention portée à la sensibilité du chercheur.e, qui s’adosserait à une certaine « mystification » du terrain, menant in fine à un appauvrissement de la réflexion théorique en dépit d’une mise en avant descriptive des terrains (Copans, 2015). Y a-t-il une injonction à la subjectivation, à la réflexivité, et quels sont les risques d’une telle évolution ?  Cet attendu est-il le même pour tous, ou est-ce seulement l’apanage des jeunes chercheur.es ? Mais aussi, tout l’intime est-il vraiment rendu public ? Où se situe aujourd’hui la frontière entre le dit et le non-dit, en ce qui concerne l’intimité du terrain ? Ainsi, nous valorisons dans cet axe les propositions éclairant les normes et les codes relatifs à cette épreuve singulière.  

Ces axes constituent des pistes de réflexions non exhaustives et toutes propositions dégageant une problématisation en lien avec le sujet de ce colloque seront appréciées. Nous souhaitons ainsi favoriser des réflexions diversifiées, afin de mettre collectivement des mots sur les attendus actuels, implicites ou explicites, formulés aux chercheurs.es en sciences sociales, en ce qui concerne le terrain.

Bibliographie

Althabe Gérard, Hernandez Valeria A., « Implication et Réflexivité en anthropologie », Journal des anthropologues, 2004/3 (n°98-99), p.15-36. URL: https://www.cairn.info/revue-journal-des-anthropologues-2004-3-page-15.htm

Arborio Anne-Marie et Fournier Pierre, L’observation directe, Armand Colin, 2015.

Avanza Martina, « Comment faire de l’ethnographie quand on n’aime pas « ses indigènes ». Une enquête au sein d’un mouvement xénophobe », Les politiques de l’enquête, 2008, p.41-58.

Beaud Stéphane, « L’usage de l’entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour l’entretien ethnographique », Politix, 1996/3 (n° 35), p.226-257.

Beaud Stéphane, Weber Florence, Guide de l’enquête de terrain, La Découverte, 1997, p.328.

Becker, Howard Saul, Les ficelles du métier : comment conduire sa recherche en sciences sociales, La découverte, 2007.

Bensa Alban, « De la relation ethnographique. À la recherche de la juste distance », Enquête, anthropologie, histoire, sociologie, 1995, p.131-140.

Bourgois Philippe, « Une nuit dans une « shooting gallery ». Enquête sur le commerce de la drogue à East Harlem », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, Vol.94,1992.

Chamboredon Hélène, Pavis Fabienne, Surdez Muriel, et Willemez Laurent, « S’imposer aux imposants. À propos de quelques obstacles rencontrés par des sociologues débutants dans la pratique et l’usage de l’entretien », Genèses, 1994/16, pp. 114-132.

Cohen Patrice, « Le chercheur et son double. À propos d’une recherche sur le vécu des jeunes de La Réunion face au Sida » In C. Ghasarian (ed.), De l’ethnographie à l’anthropologie réflexive. Nouveaux terrains, nouvelles pratiques, nouveaux enjeux, coll. U, ed. Armand Colin, Paris, 2002, p. 73-90.

Copans Jean, « L’appel de la théorie : le terrain le plus difficile. Des crises d’identité de l’anthropologie », Civilisations, Université libre de Bruxelles, 2015, (n°64), p. 165-175.

Csordas Thomas. Embodiment and experience: the existential ground of culture and self, Cambridge University Press, Coll: Cambridge studies in medical anthropology, 2001[1994].

Darmon Muriel, « Le psychiatre, la sociologue et la boulangère : analyse d’un refus de terrain », Genèses, 2005/1, (no58), p. 98-112. 

De Lagasnerie Geoffroy, Contre le « mythe » du terrain en sociologie : retrouver le sens de la théorie et des problèmes, 2015. Consulté le : https://geoffroydelagasnerie.com/2015/06/24/contre-le-mythe-du-terrain-retrouver-le-sens-de-la-theorie-et-des-problemes/

De Sardan Jean-Pierre Olivier, « Le « je » méthodologique. Implication et explication dans l’enquête de terrain », Revue française de sociologie, 2000, p.417-445.

Favret-Saada Jeanne, Les mots, la mort, les sorts. La sorcellerie dans le Bocage, Bibliothèque des Sciences humaines, Gallimard, Paris, 1977, p. 332.

Gélard Marie-Luce, « L’anthropologie sensorielle en France. Un champ en devenir ? », L’Homme, 2016/1 (N° 217), p. 91-107. URL : https://www.cairn.info/revue-l-homme-2016-1-page-91.htm

Ghasarian Christian, « Réflexions sur les rapports corps/conscience /esprit(s) dans les représentations et pratiques néo-shamaniques », in O. Schmitz (éd.), Les médecines en parallèle : multiplicité des recours aux soins en Occident, Paris, Karthala. Cahiers Artemisia, 2006, p. 137-172.

Ghasarian Christian, De l’ethnographie à l’anthropologie réflexive. Nouveaux terrains, nouvelles pratiques, nouveaux enjeux (Sous la direction de), Armand Colin, Coll. U, Paris, 2008.

Halloy Arnaud, « Un anthropologue en transe. Du corps comme outil d’investigation ethnographique », in PETIT, P. & NORET, J. (eds.), Corps, performance, religion. Études anthropologiques offertes à Philippe Jespers. Paris : PubliBook. 2006, p. 87-115.

Howes David, Sensual Relations. Engaging the Senses in Culture and Social Theory, Ann Arbor: University of Michigan Press, 2003.

Hughes Everett C., « Good people and Dirty Work », Social Problem, 1962/10 (n°1), p. 3-11.

Pinçon Michel, Pinçon-Charlot Monique, « Pratiques d’enquêtes dans l’aristocratie et la grande bourgeoisie : distance sociale et conditions spécifiques de l’entretien semi-directif » Genèses, 1991, p. 120-133.

Peneff Jean, Le goût de l’observation : comprendre et pratiquer l’observation participante en sciences sociales. La Découverte, 2009.

Pink Sarah, Doing sensory ethnography, London: Sage, 2015.

Steck Jean-Fabien, « Être sur le terrain, faire du terrain », Hypothèses, 2012/15 (n°1), p. 75-84.

Tenevic Lena, Weber Florence, « La délégation du travail de terrain en sociologie qualitative », Genèses. Sciences sociales et histoire, 1992/8, p. 132-145.

Wacquant Loïc, Corps et âme : carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur, Agone, 2002.

Modalités de soumission :

Les propositions de communication sont attendues pour le 20 décembre 2019, sous forme d’un résumé de 2 500 signes (hors bibliographie et coordonnées des auteur.e.s) comprenant un descriptif de la démarche adoptée et des données exploitées, ainsi que dans le/les axes dans lesquels s’inscrit la proposition à l’adresse suivante : colloque.epreuve20@univ-rouen.fr

Aucuns frais d’inscription n’est demandé dans le cadre de ce colloque. Toutefois, nous ne pouvons malheureusement pas financer les frais de déplacements des futurs communicants.

Calendrier :

Jusqu’au 20 décembre 2019 – Réception des propositions de communication

Fin janvier 2020 – Réponse aux propositions des participant.e.s.

Mars 2020 – Réception des résumés des communications (environ 5 000 signes)

2 et 3 avril 2020 – Tenue du colloque

Comité d’organisation

Bellenchombre Laura, doctorante en socio-anthropologie, (Dysolab, Université Rouen-Normandie)

Bussi Chloé, doctorante en sociologie, (Dysolab, Université de Rouen-Normandie)

Castanon Léa, doctorante en socio-anthropologie, (Dysolab, Université de Rouen-Normandie)

Dambre Frédérique, doctorante en socio-anthropologie, (Dysolab, Université de Rouen-Normandie)

Féliu François, ingénieur d’étude, (Dysolab, Université de Rouen-Normandie)

Haller Zoé, doctorante en sociologie (DySoLab, Université de Rouen-Normandie)

Mondjo Arnaud, doctorant en socio-anthropologie, (Dysolab, Université de Rouen-Normandie)

Piedagnel Clémence, doctorante en sociologie, (Dysolab, Université Rouen-Normandie)

Comité scientifique

Bessin Marc, directeur de recherche au CNRS

Béraud Céline, directrice d’étude et vice-présidente de l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS)

Cohen Patrice, professeur des universités en anthropologie, (Dysolab, Université de Rouen-Normandie)

Jeantet Aurélie, maîtresse de conférences en sociologie, (CNRS CRESPPA, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

Juston Romain, maître de conférences en sociologie, (Dysolab, Université de Rouen-Normandie)

Lemercier Élise, maîtresse de conférences en sociologie, Dysolab, Université de Rouen-Normandie)

Marche Hélène, maîtresse de conférences en sociologie, (CERReV, Université Caen-Normandie)

Neyrat Frédéric, professeur des universités en sociologie, (Dysolab, Université Rouen-Normandie)


[1]Les actes du colloque sont disponibles en ligne : https://hal-normandie-univ.archives-ouvertes.fr/hal-01885013

Bayeux #6 : La fabrique de jeunes sociologues. Jalons pour une analyse approfondie et référencée d’une semaine à Bayeux

Pour ce dernier billet, les enseignant-es « d’un autre âge » reprennent le pouvoir. A notre tour de faire le bilan de cette semaine riche, stimulante et joyeuse avec les étudiant-es du M1 de sociologie de l’Université de Rouen.

Partir à trois, avec 30 étudiant-es lâché-es dans la ville par groupe de trois à cinq, n’était pas un pari gagné et nous craignions de devoir nous lancer dans une véritable chasse à l’homme géante pour les retrouver. Quelle surprise de les voir au fur et à mesure nous réclamer de venir les observer pendant leurs entretiens, au risque de se prendre un « ça n’allait pas du tout » à la fin ! Ces échanges, prolongés en mode 2.0 par le groupe whatsapp (une appli de vieux), nous ont aussi beaucoup appris sur nos propres méthodes.

Les voir sonner aux portes dans les rues, retourner trois fois au même café pour interroger le propriétaire par morceaux de 10 minutes parce qu’il était trop occupé, accepter un entretien à Caen pour être sûr de l’avoir, se prendre des « râteaux sociologiques » et remonter en selle, nous ont appris la force de la persévérance. On s’est souvent demandé si on aurait pu faire la même chose à leur place (tout en leur disant bien sûr que c’était une évidence qu’ils le fassent). Voir certain-es surmonter leurs inhibitions et se révéler à l’aise dans l’interaction nous invite à les imiter dans nos prochaines pratiques de terrain.

En observant leurs innovations méthodologiques et en les voyant saisir la moindre interaction pour approfondir leur connaissance du sujet, nous avons été amenés à interroger notre propre rapport sacralisé au terrain et à l’entretien.  Ainsi, nous avons sans cesse été tiraillé-es entre le fait de leur transmettre nos méthodes très formalisées tout les invitant à sortir du cadre et à être plus souples. De nombreux échanges avec eux et elles sur les frontières entre entretiens formels et informels, observations formelles et informelles ont bousculé nos propres représentations et savoirs.

Cette semaine a aussi renforcé notre croyance en la richesse du terrain collectif. Les étudiant-es ont vite compris que mener un entretien à plusieurs était plus confortable car il permettait parfois de décrocher ou « rester bloqué » pendant un quart d’heure et de sous-traiter la prise de notes. Mais ils ont aussi pu voir que discuter du terrain matin, midi et soir (on leur a dit plusieurs fois d’arrêter de manger avec leur groupe mais ça a été laborieux …) permettait de faire évoluer leurs problématiques et leurs méthodes. Cela nous a renvoyé à nos expériences collectives, trop souvent réduites à des échanges une fois les données collectées pour savoir qui rédige quelle partie (et qui envoie les mails de relance…), alors que les étudiant-es ont su produire des données et des connaissances ensemble. Ils ont dépassé les tensions internes aux groupes et se sont servis de la complémentarité de leurs différents caractères. Cela nous encourage à oser faire des pas de côté et à faire des recherches avec des « gens » qui n’auraient pas les mêmes trajectoires que nous.

Cette semaine aura été riche en expériences. Grâce à elles et eux, nous avons pu goûter aux joies d’un rendez-vous matinal chez les sœurs bénédictines, d’un atelier de fabrication de berlingots, de discussions informelles en anglais sous la pluie avec des touristes américains, d’un cours de yoga assis dans un ephad, de la rencontre d’un artisan médaillé d’or du pâté de campagne, de prendre un petit-déjeuner chez une famille georgienne, de prendre un cours de broderie ou encore de nous prendre des leçons de poignée de main par une pasteure.

Les étudiant-es nous ont aussi donné des leçons d’imagination sociologique lors d’intenses brainstorming collectifs pour la rédaction de ces billets, en allant puiser chez France Gall, Walt Disney ou encore dans des séries dont nous n’avons jamais entendu parler. En les voyant, nous avons solennellement décidé de renoncer définitivement aux titres « la fabrique de… », « de quoi … est-il le nom », « … comme analyseur de…. » et d’aller dorénavant puiser dans les chansons de Jul ou de Lorenzo (on a étendu notre culture musicale cette semaine…). La série Games of thrones, découverte grâce à la fameuse tapisserie, nous servira aussi d’inspiration.

Finalement, cette semaine aura été placée sous le signe de la bienveillance et de la solidarité. Les uns acceptant les couvre-feux et les autres ne se moquant pas de leurs pyjamas respectifs (et pourtant…). L’une d’elle a dit mardi soir « c’est une histoire d’amour avec la socio », il semblerait que ce stage soit aussi le début d’une chouette histoire d’amitiés !

Hugo Bréant, Marion Charpenel et François Féliu PS : Les étudiant-es, si vous lisez cela, dégonflez le melon et attendez de voir vos notes !

Bayeux #5 : Scriptease. La retranscription, une mise à nu des données

Pourquoi retranscrire ?

A la fin de cette aventure, est venu le temps de la désillusion, ah non pardon, de la retranscription. La retranscription depuis la L1 est toujours une étape que l’on souhaite retarder voire éviter, mais malheureusement on est obligé de prendre nos responsabilités. On ne retranscrit pas pour rien, en effet il y a plusieurs raisons de retranscrire. La retranscription est un des supports fondamentaux de notre analyse. Et oui, chers enquêté-es, ce n’est pas qu’on en a marre d’entendre vos voix, mais côté pratique l’écrit n’a pas d’égal.

La retranscription permet d’avoir une meilleure visualisation des points d’analyse que l’on souhaite soulever grâce aux nombreux surlignages, notations, gribouillis que l’on peut y ajouter. Ça paraît peut-être un peu banal dit comme cela, mais la retranscription est inscrite dans le code du chercheur-e. Sans retranscription, il n’y a pas de preuves de ce que l’on avance, si bien que l’on pourrait presque raconter tout et n’importe quoi. Or comme on nous le répète, la preuve est le garant de la scientificité de la sociologie. #MadameDevineau

Au-delà d’être un outil d’analyse ou encore une preuve, la retranscription est également un outil réflexif pour le chercheur. Même si c’est parfois douloureux d’entendre notre propre voix et nos ratés d’entretien, il peut être constructif de remuer le couteau dans la plaie. C’est en repérant nos erreurs que l’on apprend, comme par exemple se rendre compte du caractère inadapté d’une question ou d’une remarque. On saura pour la prochaine qu’il faut parfois se contenir, ou du moins savoir rester objectif car la façon dont on pose la question, oriente la réponse de l’enquêté-e. Cela nous permet donc de nous rendre compte de nos points faibles dans l’interaction, mais aussi il peut nous rassurer sur d’autres points (vocabulaire, fluidité de la parole, neutralité [la neutralité mériterait un billet entier. Que dis-je ! Une encyclopédie!]…). Autrement dit, la retranscription permet de nous faire évoluer sur le chemin du métier de sociologue.

La restranscription s’inscrit donc dans une démarche globale, enrichie par différents types de matériaux. Mais il reste un point :  une fois qu’on a posé les raisons des visées pratiques de la retranscription, reste à savoir à qui s’adresse-t-elle : pour le chercheur et sa science ? Ou pour qu’elle soit mangée par notre chien la veille d’un rendu de dossier ?

Là encore, la retranscription a ses raisons.

Pour les chercheur-es : l’objectif global de toutes et tous est d’enrichir la science par nos différentes recherches et nos divers centres d’intérêts, au moyen des propos des enquêté-es. Il est primordial que nous, chercheurs et chercheuses, transmettions nos découvertes construites au cours de nos différents parcours.

Pour soi : comme nous l’avons dit plus haut, la retranscription est un outil qui permet un retour réflexif sur notre pratique sociologique. De plus, quand nous serons des sociologues archaïques, il est possible que nous souhaiterions nous replonger dans nos premiers entretiens, en souvenir de l’insouciance des premières années en tant que jeunes sociologues 2.0.

Mais la sociologie, dans son but ultime, cherche à rendre compte des réalités sociales en tentant de les expliquer. Mais à qui d’autre voudrait-elle s’adresser ? A celles et ceux qui souhaitent en apprendre davantage sur la société sans en rester à leurs préjugés. Ainsi, les lecteurs sont aussi bien des interlocuteurs dans la compréhension de notre environnement social. De plus, selon nos terrains et selon nos enquêté-es, certain-es parmi ces derniers souhaitent contrôler leur parole et nous demandent de leur transmettre les détails de retranscription (en fichier audio ou à l’écrit).

Le compte-rendu d’entretien

Lorsque l’enquête s’inscrit dans une période très courte, comme ici à Bayeux, nous, sociologues, sommes confronté-es à un flot de paroles et d’informations important et continu. Ainsi pour traiter ces données accumulées, le temps nous oblige bien souvent à trouver des ruses pour réaliser un travail sociologique digne de ce nom et dans les délais imposés. Notre petit secret : le compte rendu d’entretien.

Qu’il se fasse à partir de notre super carnet de terrain et de ses notes ou d’un enregistrement audio, il peut se présenter comme un vrai gagne temps. En effet, on ne garde que le meilleur par le biais de résumés tout en respectant les propos et les idées de nos enquêtés.

Ainsi, c’est spontanément, qu’émergent des discussions animées entre les enquêteurs d’un même groupe de recherche, une fois l’entretien terminé. A chaud, cela permet d’exprimer les ressentis, les idées récurrentes et d’identifier les thématiques transversales. Ce fut le cas par exemple, à l’Office de Tourisme où après avoir interrogé le directeur, deux binômes d’un même groupe ont pu comparer la fréquentation touristique à l’échelle départementale et communale.

Parfois l’enregistrement n’est pas possible ou pas nécessaire, selon l’informalité ou la sensibilité du sujet. Le compte rendu devient alors indispensable voire crucial. Il permet de garder une trace en rassemblant tous les éléments possibles. Ainsi, nous, étudiant-es 2.0, laissons nos doigts cavaler sur le clavier afin de restituer les paroles entendues. Cependant vous pouvez toujours être un peu vieux jeu et courir au premier café (ou PMU) du coin et coucher vos notes sur le papier.

Le compte rendu peut également se trouver sous d’autre forme que celui d’un roman de cent pages. Ici, l’avantage du numérique c’est la création d’un tableau enrichi tout au long de la semaine par des petites phrases, reprenant les propos des enquêtés et classées par thèmes. Cela permet de donner une lecture transversale de nos données dans le but de fournir les prémices d’une analyse. On vous l’avoue, cette technique séduit parfois les plus feignants. Cependant, il peut être impossible d’échapper à la méthode de retranscription intégrale.

Les méthodes

Tout d’abord, il n’existe pas de méthode type pour retranscrire. C’est un travail d’équipe, peut-être la tâche la plus fastidieuse, donc on se partage le travail pour rendre la chose plus fun. L’approche est différente d’un groupe à l’autre, tout le monde ne fonctionne pas de la même façon comme chacun a pu le constater durant ce séjour.

Ainsi ceux qui retranscrivent n’étaient pas nécessairement présents durant les entretiens tandis que d’autre groupes préfèrent retranscrire les entretiens auxquels ils ont assistés.

Le fait d’avoir une trace de l’entretien n’incite pas à retranscrire dans l’immédiat contrairement aux entretiens informels où noter permet de ne pas oublier certains détails. En effet lors d’une prise de contact, une simple visite dans le but d’obtenir un rendez-vous s’est transformée en entretien informel, le travail de terrain c’est aussi savoir s’adapter.

La retranscription demande certaines conditions, il faut un espace calme, du temps et de la concentration. Pour cela attrapez vos écouteurs, évadez-vous, revivez un moment riche en émotions rempli de « euuuhh » « baaahhh » « huuuuuum » ou une bise bien baveuse de grand-mère.

Chaque élément n’est pas à négliger. Tout est bon à prendre même la promenade du clébard. Les bruits annexes et interruptions s’inscrivent dans l’entretien, ce qui peut provoquer une difficulté lors de la retranscription. Chaque enquêté étant différent aucune retranscription se ressemble voilà pourquoi il est important de ne pas modifier l’orthographe ou les fautes de français. Le fait de réécouter l’entretien lors de la retranscription cela peut nous permettre de nous imaginer de nouveau, on se revoit avec l’enquêté-e en train de discuter autour d’un café ou après une posture de yoga.

Pour conclure, retranscrire, n’est qu’une autre façon d’écouter.

Les étudiant-es du M1 de sociologie de l’université de Rouen

Bayeux #4 : Quand le regard ne dit pas tout mais qu’il veut dire beaucoup

L’enquête n’est pas qu’une question d’entretien. Lorsque la parole ne suffit pas, d’autres sens se mettent en éveil. Les corps deviennent des outils dédiés à l’observation sociologique.

Avant d’entrer en scène, tout sociologue qui se respecte se doit de tâter le terrain. Ainsi c’est par une phase exploratoire que des questionnements peuvent émerger. Ce fut le cas, en arrivant à la piscine pour réaliser notre observation, nous avons été surpris de trouver une machine à café au bord du bassin. L’observation nous a permis de voir que beaucoup d’interactions se jouaient autours de cet endroit convivial. Nous avons finalement intégré cette nouvelle problématique dans notre grille d’entretien. Par cela, de nouvelles questions ont trouvé leur pertinence auprès du coach.

Par ailleurs, nous avons complété nos recueils par des observations afin d’enrichir nos travaux sur la construction de l’image de la ville de Bayeux. C’est en observant, notamment, les devantures des magasins du centre-ville que nous avons pu compléter les données jusqu’alors collectées lors de nos entretiens. En effet, les vitrines mettent en avant le 75e anniversaire du Débarquement de Normandie (D-Day) et célèbrent une amitié entre l’Angleterre, la France, le Canada et les Etats-Unis.  

L’observation donne chair à l’entretien. Elle complète la parole, illustre, et clarifie l’abstraction que crée ces propos. Pour s’appuyer sur un exemple, c’est en observant une démonstration de dentelle que nous avons pu nous rendre compte de l’automatisme des gestes techniques et de la rapidité de l’exécution qui nous ont parues impressionnants. Ainsi nous avons pu mesurer l’ampleur de la concentration, nécessaire à cette pratique et dont les enquêtés nous avaient fait part. Lors d’une rencontre avec un sculpteur de pierre, l’entretien s’est transformé en observation puisqu’il nous a expliqué son travail en désignant sur la cathédrale, d’un geste de la main, les différentes parties de l’architecture et ceci dans le but d’illustrer une journée type sur le chantier en cours.

L’observation peut s’avérer être également un outil de négociation ou d’accès au terrain comme cela a été le cas lors de notre participation à un cours d’équilibre dans une résidence de personnes âgées.  A notre arrivée l’éducateur nous a intégrés à l’activité sans faire de distinction avec les participants. Cela nous a donc permis de créer un lien et d’instaurer une relation de confiance avec ces derniers. Dans les sourires et les regards partagés, le dialogue s’en est vu facilité. Suite à cela nous avons réussi à obtenir plusieurs entretiens de par la proximité créée.  

A travers ses exemples, l’observation apparait comme un atout essentiel dans la boîte à outils sociologique mais encore faut-il en connaitre les règles d’utilisation…

Le périmètre fluide de l’observation

Aujourd’hui il pleut. Du coup, c’est le bon moment pour faire une observation. On s’est dit qu’on n’allait pas attendre le retour du soleil, on n’est pas fous : nous sommes à Bayeux, pas à Nice ! On enfile un ciré jaune, direction le terrain ! S’offrent à nous deux types d’observation, qui se distinguent par le travail réalisé par l’enquêteur-ice en amont. Nous proposons d’appeler « observation formelle », celle où l’on se rend dans un lieu pour lequel nous avons préparé une grille au préalable. Par exemple, un de nos groupes a préparé une grille d’observation pour se rendre au marché et observer quel public s’y rendait. Il existe aussi ce que nous appelons des « observations informelles », imprévues, qui nous tombent dessus. Par exemple, en attendant un entretien avec une élue municipale, nous nous sommes rendus compte qu’elle avait mis en scène son entrée en arrivant par une porte dérobée.

Une question se pose donc : quand commence et quand s’arrête une observation ?

L’observation débute en général lorsque l’on se rend sur le terrain, c’est-à-dire un lieu identifié comme appartenant à notre thème : par exemple quand nous avons été observer le cours de prévention des chutes dans un EPHAD, ce n’est pas parce que nous voulions savoir à quoi ressemblait une chute de personnes âgées, mais bien parce que nous voulions interroger les frontières entre sport et activité physique chez les seniors.

Une observation peut aussi débuter quand on ne s’y attend pas : elle démarre au moment où l’on donne du sens à un espace social, à un mouvement. On ne peut donner ce sens que parce que nos observations font écho à des données antérieures.

Parfois, c’est l’enquêté-e qui provoque l’observation. Il ou elle va orienter les données produites quand certains éléments lui paraissent pertinents : le luthier, par exemple, illustre son travail en montrant ses outils.

Dans certains cas, une observation ne suffit pas et requiert une participation de l’enquêteur-ice : maîtriser les positions du lotus et de l’arbre sont d’une grande aide lors d’une observation de méditation transcendantale. Les sociologues érudits, comme les auteur-es de ce billet, savent parfaitement reconnaître ce genre de situations.

Il peut arriver qu’on participe sans en avoir l’air (certains font très bien semblant). En effet lors d’une observation dans une confiserie, nous n’avons pas participé directement à la fabrication des bonbons, mais en observant la démonstration, nous étions des participantes impliquées dans le processus de transmission des savoirs et des compétences au cœur de notre problématique.

De manière générale, une observation est plus facile lorsqu’on a un rôle dans l’interaction : déambuler en tant que client-es dans un marché pour acheter un pain au chocolat peut vous donner une contenance et faciliter les échanges. Les boulistes, au contraire, focalisés sur le cochonnet, semblaient dérangés par notre présence. Il aurait peut-être été préférable de leur proposer une partie de pétanque, au risque de prendre une Fanny.

Quand considérer qu’une observation est finie ? Le sociologue peut adopter deux postures : la première est de considérer que l’observation est terminée quand nous n’avons plus rien à noter à son propos (ou quand notre carnet est trempé) ; la seconde est de dire qu’elle ne finit jamais vraiment car certaines images ou situations vues quelques jours auparavant peuvent venir faire sens dans notre esprit plus tard, à la lumière d’autres matériaux. Par ailleurs, on peut se demander si l’observation s’arrête quand on commence à parler ou si les échanges font également partie de l’observation ? De la même façon, n’y a-t-il pas de l’observation dans l’entretien puisque nous nous servons aussi de nos yeux dans ce type d’échange ? Nous avons compris cela lorsqu’une enquêtée adopte une posture fermée indiquant sa gêne lorsque nous avons posé une question qui la met mal à l’aise (il suffit de regarder la série Lie to Me).

Pour terminer, nous dirons que l’observation n’est qu’une façon de voir les choses.

Des outils pour l’observation ?

La grille d’observation ? Il faut qu’on vous avoue quelque chose… des fois, on n’en fait pas. Mais attention, c’est pas forcément que de la flemme, il y a plusieurs raisons. Enfin plusieurs, non pas vraiment, il y en aurait trois selon nous. Dans un premier temps, si on construit une grille d’observation, on risque de restreindre son champ d’observation, et ainsi, passer à côté de choses qui sont pour autant pertinentes. Dans un second temps, si on a choisi un sujet que l’on ne maîtrise pas forcément, il est impossible de faire une grille efficace. Dans ce cas, autant réaliser une observation libre (c’est-à-dire sans grille d’observation). Enfin, (dans un troisième temps) dans des situations où le temps nous est compté, la grille n’est pas prioritaire face à la douche du matin et à la demi-heure de dodo supplémentaire (les retranscriptions aussi, soyons sérieux). Il faut aussi qu’on vous fasse une seconde confession, comme pour l’entretien, la grille d’observation doit être désacralisée, elle n’est pas obligatoirement sous la forme physique, elle peut très bien exister mentalement, dans les grandes lignes. Mais on se demande encore s’il est vraiment possible d’arriver sur place et de décider à ce moment-là des éléments à placer dans cette grille mentale.  Nous n’avons pas de réponse ferme à ce sujet, puisque chacun de nous a une perception différente de l’utilité de la grille d’observation. Dans tous les cas (avec ou sans grille), il faut savoir justifier ce choix et l’articuler avec le reste de l’enquête.

On a pu remarquer que la situation était très différente seul ou en groupe, en effet, lors d’un travail collectif avec plusieurs cerveaux, il y a différentes façons de réfléchir aux choses à observer ce qui permet une complémentarité. Un des éléments notables concerne la prise de notes, lors d’un travail à plusieurs il est plus aisé de se définir des rôles à l’avance : l’un peut se dédier à la prise de notes, tandis que le ou les autres pourront pleinement se consacrer à l’observation. Dans le cas d’un travail seul, les différentes casquettes peuvent être difficiles à porter et une restitution ultérieure semble plus judicieuse. Un outil supplémentaire peut être le schéma. En effet, illustrer au moyen d’un plan une situation rencontrée pourra permettre une meilleure visualisation au moment du compte-rendu d’observation. La photographie, au même titre, permet d’exprimer de manière précise le cas rencontré. 

En tant qu’étudiants 2.0, nos portables peuvent nous apporter une aide précieuse dans le cas où des membres du groupe observent sur le terrain et transmettent à celles et ceux qui sont resté-es au chaud les dernières informations récoltées. Le compte-rendu, l’analyse et l’assimilation d’informations sont en effet grandement accélérés.  Dans le cas où le travail est individuel, il semble préférable de tenter de repérer des points récurrents dans l’ensemble des observations afin d’en tirer des conclusions. Si on peut passer du coq à l’âne (parce qu’on est fatigués de cette semaine, les transitions nous échappent, excusez-nous), il ne faut pas oublier que le sociologue peut aborder une même observation sous différents angles. Le groupe qui travaille sur le commerce a par exemple observé un marché hier matin, en regardant à la fois la disposition des stands, les profils des exposants et des clients, ou encore les interactions avec les commerces du centre-ville. Enfin, les notes d’observations nous permettent d’apporter une véritable expertise sociologique. Cette dernière peut  être enrichie grâce aux analyses recueillies lors de nos autres méthodes d’enquête, tels que les entretiens. Croiser les données est primordial lorsque nous faisons une enquête : si on  s’appuie seulement sur un matériau, les conséquences peuvent être fatales (enfin pas fatales, mais disons que vous allez galérer à valider votre année et à prouver votre légitimité en sociologie, et ça, c’est pas fun du tout du tout). Même si, au cours de notre cursus, nos professeurs nous ont d’abord enseigné la méthode des observations, avant d’évoquer les entretiens et les questionnaires, beaucoup de groupes n’ont pas privilégié cette méthode depuis le début de la semaine. Mais, en faisant le bilan de nos terrains, nous avons compris que les observations finalement réalisées avaient complété et enrichi notre enquête.

Les étudiant-es de M1

Bayeux #3 : Un 1er rendez-vous qui restera dans les mémoires : comment compiler les données

Enregistrer

Maintenant que nous avons obtenu notre premier rendez-vous, il faut que tout soit parfait, sans pour autant se mettre la pression. On choisit un lieu calme, intime mais pas trop (un café), toxique mais pas trop (loin de Lubrizol), pas trop formel (on évite les bureaux), et dans lequel nous nous sentons plutôt à l’aise et en sécurité. On choisit un horaire ni trop tôt ni trop tard (loin du lever et des repas)… C’est le jour J, finalement on y va, le café n’est pas ouvert, il est très tôt, mais on se lance et on improvise ! On se présente, et pour éviter la gêne au moment de trouver un banc accessible, on explique un peu notre sujet de recherche, sans spoiler la suite à nos enquêté-es. Et là c’est le moment de poser la fameuse question : « est-ce que ça vous dérange si on vous enregistre ? ». À ce moment-là, trois scénarios possibles. Dans le meilleur des cas, c’est d’accord et l’entretien se concrétise. Dans le pire des cas, c’est un N.O.N. catégorique. On ne se décourage pas, on a toujours notre confident avec nous, notre carnet de notes. Heureusement, ça n’arrive pas tout le temps. Parfois, on sent la personne hésitante, et ce n’est ni oui, ni non. Il faut alors rassurer l’enquêté-e, en mettant en avant nos principes de sociologues : rester anonyme, ne pas diffuser sur les réseaux sociaux, utiliser l’entretien dans le cadre universitaire, etc.

Par moments, selon notre instinct, ça ne nous parait pas toujours essentiel ou évident de poser la fameuse question. Différents facteurs peuvent jouer en notre défaveur : quand le contexte est trop inadapté à un entretien (l’humidité d’une piscine, le bruit de la circulation, le son des cloches), quand l’échange sera plus difficile à retranscrire (dans un entretien avec cinq joueurs de pétanque absorbés par leur partie ou avec un couple de commerçant-es continuant à servir leurs client-es), quand les thèmes abordés sont très sensibles ou trop intimes (dans le cas de migrant-es en situation de précarité, d’une femme évoquant son passé difficile ou d’un ancien sportif parlant de sa dépression), quand on a peur de modifier ou de restreindre la parole qui avait commencé à émerger et à se libérer dans le début de la discussion spontanée. En effet, un magnétophone peut paraitre au début impressionnant, intimidant ou trop formel, alors que les enquêté-es l’oublient très rapidement.

Au final, qu’il y ait un enregistrement ou pas, l’entretien parfait c’est quand on s’adapte à la situation et que l’enquêteur-e et l’enquêté-e ressortent convaincu-es que l’échange a été constructif, surtout si les sociologues repartent avec un café, des bonbons ou du saucisson en cadeau.

Prendre des notes

Une question qui s’est posée à nous aujourd’hui est celle de la prise de note lors des entretiens. Est-il toujours nécessaire de prendre des notes dans cette situation ?

Par exemple, ce matin nous avons été accueillis par une mère de famille géorgienne. Cette dernière nous a invité-es à partager son petit-déjeuner et donc une certaine intimité. Dans cette situation, il nous a paru délicat de lui imposer le carnet de notes, au risque de créer une situation de malaise et de rompre la convivialité. Suivre la conversation en la regardant dans les yeux permettait de rééquilibrer la relation et de maintenir une situation de bienveillance. Dans le cadre d’une interaction où la prise de notes est plus légitime, comme lors d’un de nos entretiens avec un charcutier-traiteur, il nous a paru particulièrement important de décider en amont de la répartition des rôles : deux jeunes sociologues faisaient face à l’enquêté, ce qui leur permettait de se donner des coups de pieds sous la table afin d’éviter de se couper la parole (ou pire, de s’entretuer), tandis que la troisième personne était légèrement en retrait afin de se concentrer sur la prise de notes sans perturber l’échange.

En tant que sociologues 2.0, nous avons utilisé nos smartphones, cela permet d’envoyer directement la prise de notes aux autres membres du groupe pendant la réalisation d’une cartographie des commerces par exemple. Lors d’une observation d’un marché, nous avons privilégié l’usage du téléphone afin d’éviter de se faire remarquer. Cependant, les plus orthodoxes d’entre nous privilégient l’usage du carnet et ce pour plusieurs raisons : à la piscine, les pratiquant-es du cours d’aquagym ayant les yeux rivés sur nous, nous n’avons pas osé passer pour des adolescentes scotchées sur nos téléphones. De manière générale, le téléphone paraît moins adapté pour un entretien formel. Toutefois nos enseignant-es d’un autre âge étaient effaré-es de nous voir les yeux rivés sur nos écrans lors de la réception à l’Hôtel du Doyen, illustrant par cela un certain écart générationnel : « Non mais allô quoi, t’es sociologue t’as pas de carnet ? ». Au PMU, deux groupes d’enquêté-es ont eu deux approches différentes : un groupe, dans l’intention de se fondre dans la masse, a choisi de prendre des notes discrètes sur son téléphone, tandis que l’autre se sentant identifié comme étranger s’est senti plus à l’aise en sortant un carnet. Les habitués étaient tellement sobres que c’est passé crème.

Nous avons pu utiliser la prise de notes pour différents objectifs. Pendant l’entretien avec la propriétaire d’un magasin de chaussures pour enfants, l’un des nôtres notait les mots-clés afin de rebondir pour ne pas perdre le fil. Nous avons pu aussi nous en servir dans le but de faciliter les comptes-rendus après les entretiens. Et même en tant que jeunes à la pointe de la technologie, nous ne sommes pas à l’abri d’un téléphone déchargé, surtout quand il n’y a qu’une seule prise par chambre !

Tenir un carnet de terrain

Nos enseignant-es-chercheur-es, surtout les anthropologues, nous ont déjà tous parlé de l’existence d’un vieux carnet de terrain poussiéreux trainant au fond d’un sac. Ce carnet devrait être tenu, quotidiennement, le soir, à la lumière d’une chandelle, pour y consigner nos pensées, réflexions et schématiser ou dessiner nos observations ou encore y inscrire « tout et n’importe quoi »… Le carnet de terrain est-il indispensable ? sous quelle forme ? et suivons-nous réellement ces conseils ? Indispensable O.U.I mais pas forcément sous cette forme archaïque !

Première utilité : pourquoi pas s’en servir comme un carnet de contact ? Il nous permet de se rappeler des noms des enquêté-es, de leur coordonnées, ainsi même quand nous nous prenons un râteau sociologique nous pouvons le consigner (et ainsi s’en rappeler) et savoir rebondir sur d’autres plans B. Mais il ne se résume pas à cela. Certains d’entre nous ont essentiellement rédigé des comptes-rendus d’entretiens et d’observations alors que d’autres l’utilisent aussi pour renseigner leurs ressentis par rapports aux interactions. Malgré tous ces avantages, nous ne l’avons pas tous tenu de la même manière et aux mêmes moments. Des groupes l’ont commencé dès les premières recherches bibliographiques afin de se souvenir des mots clés utilisés pour trouver des lectures scientifiques alors que d’autres, plus attachés au concept de « terrain », l’ont débuté qu’une fois les pieds à Bayeux.

Au-delà de notre expérience bajocasse nous sommes convaincus, à l’heure actuelle, que le carnet de terrain peut devenir notre petit journal intime, mais sans trop en dévoiler… car nos professeur-es nous demandent toujours cette partie réflexive. Le carnet de recherche nous permet ainsi de faire évoluer notre identité de sociologue en nous mettant dans une posture d’apprentissage. La lecture de nos carnets de terrain nous montre l’évolution ou le fossé entre ce qu’on imaginait sur le sujet et la réalité de l’enquête. Le groupe travaillant sur le dialogue inter-religieux a constaté que leurs enquêté-es n’étaient pas aussi austères que ce qu’ils avaient écrit le premier jour. Pour nous il est un levier pour aller au-delà de nos prénotions et être le témoin du chemin parcouru quand nos professeur-es nous demandent, à un moment ou un autre, de se révéler.

Cette mise à nu est différente selon le support utilisé et le contexte de la recherche. Le travail collectif de Bayeux nous a poussés à nous tourner vers un carnet de terrain 2.0. Le 2.0 se décline sous différentes modalités cher-es professeur-es : 1) le drive ou un espace partagé en ligne où nous avons tous pu écrire sur le même document et centraliser les informations entre les membres du groupe ; 2) un groupe whatsapp, en temps réel, nous a permis de nous tenir informé de l’évolution de nos enquêtes même quand nous avons dû nous séparer pour plus d’efficacité. Cela nous a aussi donné l’opportunité de partager nos photos et vidéos rapidement.

En conclusion le carnet de recherche, multifonction et à personnaliser, est notre second cerveau !

Les étudiant-es de M1

Bayeux #2 : Refus d’entretien : Comment gérer un râteau sociologique ?

Après de multiples refus d’entretiens lors de nos prises de contact par mail ou par téléphone, nous avons décidé de nous lancer et d’aller à la rencontre des Bayeusains, des Bajocasses et des touristes. Nous avons été surpris de voir combien les refus sont moins nombreux et les interactions plus simples de vive voix. Notre première hypothèse pour expliquer cette différence est la difficulté plus grande à refuser des demandes sympathiques en face à face. De plus, les enquêté-es très occupé-es (comme les artisans, les élu-es, les commerçant-es) sont parfois réticents à fixer un rendez-vous à l’avance mais répondent positivement s’ils sont disponibles au moment où nous allons à leur rencontre. Ce type de situations implique d’être prêt-es pour un entretien dans la foulée de la prise de contact si une fenêtre d’opportunité se présente, et même si les conditions d’entretien ne sont pas idéales. Ainsi un de nos groupes a réalisé un entretien debout dans une boutique qui devait durer une vingtaine de minutes et qui a finalement duré une heure. Parfois, quand les éléments se déchainent contre nous (et oui il pleut beaucoup à Bayeux), des portes s’ouvrent : ainsi en s’abritant de la pluie dans un foyer, nous avons pu négocier des rendez-vous jusqu’alors déclinés. Même si franchir le pas de la prise de contact directe peut être difficile et intimidant, les résultats sont à la hauteur et nous ont apporté une satisfaction personnelle.

Le second enjeu identifié aujourd’hui est la présentation de soi et de notre étude aux futur-es enquêté-es. Ce moment est crucial car nous avons pris conscience qu’il pouvait fermer des terrains ou au contraire en ouvrir. Par exemple, auprès des commerçant-es, évoquer notre intérêt pour le statut d’indépendant donnait lieu à davantage de réponses positives que d’évoquer les politiques municipales en lien avec le commerce. La difficulté réside dans le fait d’être à la fois clair et précis sans trop en dévoiler. Ainsi, une brodeuse à qui nous avions présenté notre problématique centrée sur la transmission des compétences et des savoirs considérait ne pas entrer dans le champ de notre étude, alors qu’elle a le label de maitre artisan décerné aux professionnel-les formant des stagiaires. Le choix des termes peut être important : parler de « conflits » dans le cadre d’une enquête sur les relations interreligieuses peut susciter des refus d’entretiens que le terme « dialogue » permet d’éviter. Lors d’une demande d’entretien dans un lieu de culte, face à un refus, nous avons entamé une discussion informelle sur le travail au quotidien d’une bénévole dans la paroisse. Notre intérêt pour sa fonction a permis de débloquer l’interaction et d’obtenir des renseignements sur les questions qui nous intéressaient, ainsi que d’avoir des rendez-vous.

Lors de ces interactions aujourd’hui, nous avons pris conscience du fait que l’entretien s’inscrit dans des rapports sociaux et que nous devons être attentif-ves à notre positionnement et à celui de nos enquêté-es. Selon la personne à qui l’on s’adresse, il est plus efficace de se présenter en tant qu’étudiant-es à l’université de Rouen, étudiant-es en sociologie, jeunes sociologues ou chercheurs. L’un permet de renforcer la légitimité de nos questions et l’autre de susciter la bonne volonté d’enquêté-es qui veulent aider des étudiant-es. La fille d’un enquêté a ainsi accepté de répondre à nos questions à la place de son père souffrant, mais était gênée de ne pas pouvoir davantage nous venir en aide. Parfois, les personnes à qui nous pensions en premier lieu n’ont pas été celles qui nous ont apporté le plus de données. Ainsi, la recherche du contact avec les directeur-ices des associations s’est avérée parfois moins fructueuse que les échanges avec des militant-es.s Avoir conscience de sa place dans l’interaction peut aussi passer par des choix vestimentaires. Ainsi, pour aller observer un cours de méditation, nous avons eu à enfiler une tenue adaptée, qui nous a permis de pratiquer en observant.

Enfin, certains refus peuvent apporter du sens et s’analyser. Lors d’une demande d’entretien dans un club de sport, un conflit interne nous a été avancé comme justification du refus. Cet échange nous a permis de mieux comprendre les relations intergénérationnelles à l’œuvre dans cette structure. Cette journée nous a enseigné qu’une des principales qualités des sociologues est la persévérance et qu’il faut « y aller au culot ».

Les étudiant-es de M1

Bayeux #1 : L’entrée sur le terrain

Après trois séances de préparation, les étudiant-es du Master de Sociologie de l’université de Rouen-Normandie sont arrivés aujourd’hui à Bayeux pour ce stage de terrain. Une réception a été organisée en leur honneur à l’Hôtel du Doyen et M.Tanquerel, premier adjoint au maire chargé du sport, des loisirs et de la jeunesse, leur a présenté la ville et ses enjeux. Les différents groupes ont exposé leurs thématiques d’enquête : les pratiques sportives des personnes âgées, l’accueil des réfugiés, l’artisanat à Bayeux, le tourisme religieux, les commerces indépendants, le dialogue interreligieux et l’image touristique de la ville de Bayeux. Ce moment a permis de prendre des premiers contacts avec des anciennes élues et des membres du Conseil des Sages. Des premières données ont également été recueillies dans le cadre de discussions informelles avec les personnes présentes. Les étudiant-es ont été confronté-es aux premières interrogations méthodologiques : comment présenter son sujet d’étude sans orienter les données ? quelle durée d’entretien annoncer pour s’assurer un échange de qualité sans effrayer le ou la futur-e enquêté-e ?

Les étudiant-es ont pris ensuite leurs marques dans la ville et repéré les principaux lieux de leurs terrains. Certains groupes ont réalisé leurs premiers entretiens pendant que les autres obtenaient des rendez-vous pour les jours suivants.

La pluie torrentielle nous a permis d’échanger sur les outils méthodologiques qui seront mobilisés pendant la semaine : grille d’entretien, observations, programmation du travail. La question de la prise de notes sous des litres d’eau n’a pas été résolue… Néanmoins, il est possible qu’elle se pose à nouveau au cours de la semaine et que nous puissions travailler à sa résolution. 

Les étudiant-es ont fait preuve d’un sens de l’observation très affuté pour identifier les inégalités dans la distribution des pizzas lors du diner, nous espérons qu’ils mettront ces compétences au profit de leur recherche ! 

Après le diner, les groupes ont travaillé à la préparation des entretiens du lendemain et retranscrit certaines données collectées dans la journée. Toute la promotion est impliquée et motivée, cela promet de belles enquêtes. Nous publierons chaque jour un billet rédigé collectivement sur un enjeu méthodologique soulevé pendant la journée.

A demain !

Hugo Bréant, Marion Charpenel et François Féliu

conférence de Dysolab : présentation du projet RIN JUPITER – 4 novembre à 14h (bâtiment Freinet)

Ce qu’on fait c’est pour le bien du village”. Gilets jaunes et maillots jaunes à Mayotte. Layla Baamara, post doctorante (Dysolab)

Prévention de la récidive et “déradicalisation” : repenser les dispositifs socio-judiciaires à l’aune des parcours biographiques de désengagement. Xavier de Larminat, MCF en science politique à l’université de Rouen (CUREJ)

Les nouveaux membres de Dysolab (septembre 2019)

Chez les membres titulaires :

Romain Juston Morival, MCF en sociologie : Sociologie du travail ; Sociologie de la santé au travail ; Sociologie du droit et de la justice ; Sociologie des sciences ; Sociologie des professions

Chez les doctorants :

Ariane Mosheni Sadjadi : projet de recherche : Transformation sociale et participation politique : les formes émergentes de politie dans dans les démocraties post-industrielle (sous la direction de Michalis Lianos)

Chez les temporaires (ATER)

Zoé Haller : doctorante en sociologie et membre du laboratoire Dysolab, à l’Université de Rouen. Sa thèse porte sur l’accès aux responsabilités des femmes dans les syndicats enseignants de la FSU et sur la prise en charge des questions féministe par les institutions syndicales. Ses recherches portent également sur les parcours artistiques et sur les institutions culturelles.

Léa Palet : Dans cette recherche doctorale, je m’intéresse au processus de construction sociale de la « valeur professionnelle » des enseignant.e.s du secondaire en France. A partir d’une approche multi-méthodes (analyse socio-historique des textes réglementaires qui encadrent le métier enseignant, observation participante d’un an au cabinet du ministre de l’Éducation nationale (2013-2014), ethnographie de plusieurs mois dans un établissement scolaire, entretiens semi-directifs et exploitation d’un questionnaire renseigné par près de 1 400 professeur.e.s), j’étudie la façon dont la professionnalité enseignante se recompose, au prisme des évolutions institutionnelles des années 2010, ainsi que l’impact de ces recompositions sur les trajectoires de carrière, les relations professionnelles et les conditions de travail. En m’appuyant sur les apports de la sociologie du travail, de l’éducation et de l’action publique, je cherche à savoir comment se construisent les carrières enseignantes et ce qu’elles révèlent sur la façon dont le métier enseignant, comme tout travail, est encadré par l’institution de l’Éducation nationale

Emiline Fourment : doctorante en sociologie politique comparée à Sciences Po Paris (Centre d’Etudes Européennes) sous la direction de Florence Haegel. Elle est l’auteure d’un mémoire de master sur les rapports de genre et le militantisme féministe dans la gauche libertaire de Göttingen (Allemagne). Ses domaines de recherche comprennent l’étude des mouvements sociaux, la sociologie des idées, les études de genre, ainsi que les méthodologies qualitatives. Sa thèse traite des usages et réappropriations des théories féministes dans les milieux féministes libertaires de Berlin et Montréal. Elle appréhende les théories non pas comme des corpus de textes figés, mais comme des systèmes vivants d’idées, sujets à des réappropriations successives opérées par une multiplicité d’acteurs, dans des contextes différents. La thèse propose une sociologie des théories qui prend en compte la socialisation politique des féministes libertaires étudiées, leurs interactions avec d’autres acteurs (pour la plupart militants) ainsi que leurs interactions internes, entre féministes libertaires. Elle montre comment les théories féministes matérialistes, déconstructivistes et intersectionelles peuvent jouer un rôle structurant, aux côtés d’autres variables, pour l’organisation du militantisme d’une part, et être hybridées ou transformées dans la pratique, d’autre part. La dernière partie du travail est plus précisément consacrée à la lutte féministe libertaire contre des violences sexuelles qui ont lieu au sein des milieux libertaires. Les controverses provoquées par l’action féministe permettent d’observer en détail la façon dont des théories féministes peuvent être stratégiquement mobilisées pour orienter et justifier l’action politique.

Calendrier prévisionnel septembre-décembre 2019

Les dates et lieux peuvent encore changer

lundi 9/09/19 : conseil de labo

lundi 16/09/19 : AG + présentation de Romain Juston, nouvel EC

lundi 7/10/19 : Séminaire DySolab : invité Thomas Denise du CERREV – thématique  dynamiques de genre, de carrière et de professionnalisation dans les services de soins les plus techniques (réanimation / soins-intensifs)

lundi 21/10 : Accueil des doctorant.e.s de DySoLab avec présentation aux EC du nouveau livret doctoral

lundi 4/11/19 : Séminaire DySoLab : présentation du programme JUPITER


lundi 16/12/19 : Séminaire DySoLab : présentation du programme ARTEMIS