E. Palomares : soutenance de HDR : 07/12/18 – Urbanités minoritaires. Expériences ordinaires des illégalismes dans les villes postcoloniales (Montreuil, Mamoudzou, Johannesburg).

Urbanités minoritaires. Expériences ordinaires des illégalismes dans les villes postcoloniales (Montreuil, Mamoudzou, Johannesburg)

Le jury est composé de :
Patrice Cohen, Professeur, Université de Rouen Stéphanie Mulot, Professeure, Université Toulouse-Jean Jaurès Catherine Quiminal, Professeure, Université Paris Diderot Anne Raulin, Professeure, Université Paris Nanterre (Rapporteure)Andrea Rea, Professeur, Université Libre de Bruxelles, (Rapporteur) Mahamet Timéra, Professeur, Université Paris Diderot (Garant)


Le mémoire présenté en vue de l’obtention d’une habilitation à diriger des recherches porte sur les urbanités minoritaires, à partir de terrains principalement menés en France (métropolitaine et ultramarine) et en Afrique du Sud. Il comprend un retour réflexif sur mon parcours de formation et de recherche dans les domaines de la sociologie et de l’anthropologie des migrations internationales, des relations ethniques et du racisme et celui de l’anthropologie urbaine. Les différents terrains menés sur les sorties nocturnes dans les villes espagnoles, l’alimentation des jeunes urbains et les migrations villageoises au Bénin ainsi que sur la production institutionnelle de catégories raciales par l’action publique locale en banlieue parisienne ont posé les jalons d’un projet de socio-anthropologie politique des situations minoritaires dans la ville. Ce mémoire compare ensuite les situations postcoloniales contrastées des États-nations français et sudafricains sous l’angle de l’expérience ordinaire que font les migrant·e·s africain·e·s et comorien·ne·s de la « gestion différentielle des illégalismes » à Mamoudzou, chef-lieu du département français de Mayotte, et à Johannesburg, pôle économique et politique majeur d’Afrique du Sud. Ces deux villes d’Afrique australe sont en tout point dissemblables. Elles occupent néanmoins l’une et l’autre une place singulière dans un système migratoire mondialisé, en ce qu’elles constituent un espace de départ vers l’Europe autant que d’installation et de l’entre-deux. Dans les deux cas, en dépit de la diversité de leurs parcours, de leurs nationalités effectives, de la durée de leur présence, de leurs alliances et de leurs ancrages, les populations définies comme des étrangers/gères africain·e·s du continent et comorien·n·es font figure d’indésirables. Au service de cette comparaison, le prisme de la production et de la « gestion différentielle des illégalismes » dans les villes postcoloniales constitue un outil conceptuel intéressant car il permet de penser ensemble les situations de sans-papiers /sans-papières (ainsi que tous les autres statuts migratoires fragiles ou menacés au regard d’un cadre légal de plus en plus restrictif et changeant), les situations des citadin·e·s sans titre d’occupation (ou bien ayant un statut résidentiel incertain, fragile ou menacé par ses voisin·e·s ou par des projets de rénovation), ainsi que les situations des citadin·e·s qui développent des pratiques commerciales illégales (avant, pendant ou après les actions publiques de formalisation). Bien entendu, ces situations peuvent se recouper de diverses façons, à commencer par des amalgames abusifs qui servent des constructions idéologiques légitimant des pratiques violentes à l’égard des citadin·e·s concerné·e·s, sans égards pour leurs droits fondamentaux. En appui sur des recherches collectives, je mets ainsi en perspective la gestion sociale et politique de l’urgence sociale créée par les « décasages » de familles désignées comme « clandestines » par leurs voisin·e·s à Mayotte avec les politiques de formalisation des commerces de rue auxquels sont confronté·e·s des vendeurs/ses de rue étrangers/ères et autochtones dans les deux villes. En attendant d’en être chassé·e·s ou de pouvoir en partir pour rejoindre des villes du premier monde, quelles urbanités minoritaires se développent dans le quartier péricentral de Yeoville à Johannesburg ou bien sur la Place de la République à Mamoudzou ? En restituant l’expérience que font les indésirables de la « gestion différentielle des illégalismes » dans les villes, ainsi que les tactiques et les bricolages qu’ils et elles développent, mes travaux apportent ainsi une contribution originale, par le bas, à l’étude des inégalités complexes et des divisions sociales dans les villes postcoloniales. L’ensemble de ces travaux sur les urbanités minoritaires constituent un agenda de recherches intersectionnelles sur les villes postcoloniales (y compris les anciennes métropoles coloniales) visant à penser les pratiques territoriales de transformation ou de maintien des inégalités racistes, de genre et de classe imbriquées dont je présente les pistes à venir en conclusion. Merci à celles et ceux qui souhaiteraient assister à la soutenance en salle de visioconférence 115 du bâtiment Olympe de Gouges de bien vouloir me le signaler afin de faciliter l’accès aux locaux.


					

soutenance de thèse : E. Mevel : « Porter la cause et être soi : le devoir identitaire de la diaspora palestinienne en France »

J’ai le plaisir de vous annoncer ma soutenance de thèse, qui aura lieu le jeudi 11 octobre à 10h. La thèse s’intitule « Porter la cause et être soi: le devoir identitaire de la diaspora palestinienne en France » (résumé ci-dessous). La soutenance aura lieu dans la salle des Thèse, Bâtiment Freinet, UFR SHS, Université de Rouen.
La soutenance sera suivie d’un pot, auquel vous êtes chaleureusement invités.
Le jury est composé de: Michalis Lianos (Directeur de thèse) Stéphane Dufoix (rapporteur) Michel Wieviorka (rapporteur) Peter Burgess (Président du jury) Anna Triandafyllidou (Examinatrice) Christophe Daum (Examinateur)
Bien cordialement,
Ellie Mevel

RÉSUMÉ

À partir d’un travail de terrain mené auprès de la diaspora palestinienne en France et de l’analyse de la base de données MAROB (Minorities at Risk Organizational Behavior) de l’Université de Maryland, cette thèse s’intéresse à la pluralité des engagements des Palestiniens en France vis-à-vis de leur pays d’origine. Leur devoir identitaire semble absolu et l’ombre de la trahison guette leur moindre écart. Les résultats indiquent que le rapport à l’engagement – et plus généralement à l’identité – des Palestiniens en France ne résulte pas uniquement d’un processus de socialisation ou d’une appartenance historique et contemporaine. En effet, les engagements à distance sont aussi façonnés par les représentations et les attentes normatives émanant de la société d’accueil. Par ailleurs, l’engagement à distance s’émancipe bien souvent de toutes enclaves institutionnelles pour se réaliser et prendre forme à un niveau plus maitrisé par les individus. La coexistence d’une diversité d’engagements traduit la capacité des membres de la diaspora à trouver des voies d’expression et d’action qui permettent aux exilés de conjuguer leur engagement avec la poursuite de leurs projets personnels. Loin d’être vecteur de conflits, la diversité des engagements vis-à-vis du pays d’origine se réalise au sein d’une pluralité pacifique.

MOTS CLÉS

Diaspora, engagement, identité, Palestiniens, conflit, pluralité.

ABSTRACT

The thesis is based on fieldwork conducted with the Palestinian diaspora in France and on the analysis of the “Minorities at Risk Organizational Behavior” (MAROB) database compiled at the University of Maryland. We focus on the plurality of Palestinians’ commitments towards their home country. Their absolute duty to keep their identity is overseen by their constant concern not to betray the Palestinian cause. Our results indicate that both the commitment of the Palestinians living in France and their identity more broadly, do not solely originate in a direct socialization process or in historical and cultural belonging. Their commitment from afar is also shaped by the normative representations and expectations deriving from the host society. Furthermore, commitment from afar often emancipates itself from institutional boundaries and materializes at a more individualistic level. A diverse spectrum of engagement with the Palestinian cause shows that diaspora members find ways of expression and action allowing them to combine their commitments with the pursuit of their personal aspirations. That diversity, far from leading to conflict, gives way to peaceful plurality.

KEY WORDS

Diaspora, commitment, identity, Palestinian, conflict, plurality.

Michael Mann « Have wars and violence declined through human history »

Conférence : Lundi 24 septembre 2018

Maison de l’Université – Université de Rouen – Campus de Mont Saint Aignan

14h – Grand Amphithéâtre

Cette conférence se tiendra dans le cadre de « Rouen Annual Social Science Lecture » – « Conférence annuelle de Rouen en sciences sociales ». Après avoir invité Nikolas Rose (2018) et Marco Verweij (2016) nous sommes heureux de vous d’accueillir :

Michael Mann

« Have wars and violence declined through human history »

Résumé : For over one 150 years liberal optimism has dominated theories of war and violence. It has been repeatedly argued that war and violence either are declining or will shortly decline. There have been exceptions, especially in Germany and more generally in the first half of the 20th century, but there has been a recent revival of such optimism, especially in the work of Azar Gat, John Mueller, Joshua Goldstein, and Steven Pinker who all perceive a long-term decline in war and violence through history, speeding up in the post-1945 period. Critiquing Pinker’s statistics on war fatalities, I show that the overall pattern is not a decline in war, but substantial variation between periods and places. War has not declined and current trends are slightly in the opposite direction. The conventional view is that civil wars in the global South have largely replaced inter-state wars in the North, but this is misleading since there is major involvement in most civil wars by outside powers, including those of the North. There is more support for their view that homicide has declined in the long-term, at least in the North of the world (with the U.S. lagging somewhat). This is reinforced by technological improvements in long-distance weaponry and the two transf

ormations have shifted war, especially in the North, from being “ferocious” to “callous” in character. This renders war less visible and less central to Northern culture, which has the deceptive appearance of being rather pacific. Viewed from the South the view has been bleaker both in the colonial period and today. Globally war and violence are not declining, but they are being transformed.

 

Historiens, anthropologues, politistes, géographes, sociologues, philosophes et économistes sont fascinés par la puissance analytique et la capacité synthétique de ses travaux qui sont traduits dans plus de dix langues et comprennent aussi « Fascists » et « The Dark Side of Democracy: Explaining Ethnic Cleansing ».

 

S’il est dommage que les travaux de M. Mann  – hormis « L’Empire incohérent » – ne sont pas traduits en français, l’opportunité d’échanger avec lui en français et en anglais sera d’autant plus précieuse.

 

 

Aminata Diop – 13 septembre – Genre, migration, stratégies d’acquisition de pouvoir et espace personnel : les expériences de femmes ouest-africaines à Rouen

Genre, migration, stratégies d’acquisition de pouvoir et espace personnel : les expériences de femmes ouest-africaines à Rouen

Soutenance le 13 septembre à 14h, Grande salle de l’IRIHS

Cette thèse s’intéresse aux parcours de femmes ouest-africaines à Rouen issues de plusieurs pays (Côte d’Ivoire, Guinée Conakry, Mali, Mauritanie, Nigéria, Sénégal). Elle vise à comprendre leurs vécus, leurs histoires, leurs conditions d’immigration et d’intégration dans la société d’accueil. Elle se propose de déconstruire les stéréotypes produits sur les migrantes dans l’histoire, longtemps considérées comme victimes aux droits bafoués. Cette thèse donne à voir les situations d’oppressions multiples et croisées (genre, ethnie, classe) vécues par ces femmes dans le temps et l’espace, à partir de leurs expériences concrètes. Le contexte migratoire leur permet de modifier et réorganiser les rapports sociaux de sexes et de sélectionner les pratiques culturelles de leurs communautés d’origine. Cette recherche se propose d’analyser le processus d’autonomisation et d’émancipation des femmes ouest-africaines à partir de leurs stratégies d’acquisition de pouvoir (travail, associations, réseaux professionnels, technologie, transports). Dans le contexte de mondialisation, les migrantes se positionnent comme actrices du développement économique, parties prenantes du changement social de leur continent. Le choix d’une méthode qualitative, de l’observation prolongée dans le temps du quotidien des femmes et de leurs interactions avec les hommes favorise une immersion dans leur espace personnel.

Dysolab à l’ISA de Toronto : 15-20 juillet

Six sociologues de Dysolab seront à l’ISA à Toronto en juillet 2018 !

Cohen P., Bellenchombre L., Féliu F., French Configurations of the Promotion and Practices of Fasting: Emerging Tools of Reflexivity and Ongoing Blurring Boundaries between Conventional and Unconventional Medicine

Devineau S., Couvry C., Féliu F., Women As Teachers and Researchers : Which Strategies to Stay in the Race ?

Carpier G., Cohen P., ‘Integrative Health’ As a Political Project: Institutional Arrangements Towards CAM at the Federal Level in the U.S.

 

Bidois, A. et Rozay, A.-S. (éds.), Osons la technique. Patrimoine scientifique et technique en Normandie, Rouen, Editions point de vues, 2018,

Bidois, A. et Rozay, A.-S. (éds.), Osons la technique. Patrimoine scientifique et technique en Normandie, Rouen, Editions point de vues, 2018

 

28 portraits d’instruments scientifiques et techniques commentés par des historiens, des sociologues, des physiciens, des collectionneurs ou encore des conservateurs.

À l’occasion de son dixième anniversaire, le réseau Résitech vous invite à découvrir quelques pièces du patrimoine scientifique et technique en Normandie.

Condro, M., Girard, V., & Palomares, E. (2018). How to Identify and Select Citizens Entitled to Social Housing in a Postcolonial Situation? Administrative Agents Dealing with Changing Bureaucratic Norms in a French Overseas Administrative Department.

Condro, M., Girard, V., & Palomares, E. (2018). How to Identify and Select Citizens Entitled to Social Housing in a Postcolonial Situation? Administrative Agents Dealing with Changing Bureaucratic Norms in a French Overseas Administrative Department. In L. Barrault-Stella & P.-E. Weill (Éd.), Creating Target Publics for Welfare Policies: A Comparative and Multi-level Approach (p. 177‑198). Springer International Publishing.
Consulté à l’adresse //www.springer.com/in/book/9783319895956

Table ronde 18 avril 2018 : Quel appui scientifique aux projets agricoles locaux ? et Biomasse et développement durable au Gabon

Animée par :
Jean-Louis LE GOFF, Enseignant-Chercheur au Laboratoire des Dynamiques sociales (DySoLab, Université de Rouen Normandie) ;
Armand LEGAY, Chercheur au Laboratoire des Dynamiques sociales (DySoLab, Université de Rouen Normandie) et intervenant à l’Ecole supérieure d’agriculture et d’agroalimentaire de Rouen (ESITPA devenue La Salle) ;
Roger NGUEMA-OBAME, PIRAL-UFGSE, Président-fondateur de l’Institut Africain d’Ingénierie Rurale et de Développement Social (Université de Rouen), Département de Sociologie (UOB), DySoLab ;
Ignace Mesmin NGOUA NGUEMA, Département de Sociologie (UOB);
Fanie MINDZE ANIDAU et Lidwine ANDAGUI, transformatrices de la citronnelle.

 

 

conférences de Yoshihiko SHIRATOR (prof invité) : Question du nucléaire au Japon // L’enseignement supérieur en France et au Japon : une perspective comparative

Monsieur Yoshihiko SHIRATORI, Professeur de sociologie à la Faculté des lettres et Graduate School of Humanities,de l’Université de Kobe (Japon) donnera deux conférences- débat à l’UFR SHS

 

– la première mardi 3 avril 2018 de 14h à 16H en salle Freinet F106 sur la « Question du nucléaire au Japon » 日本の原発問題

 

– la seconde mercredi 4 avril 2018 de 11h à 13h en salle Freinet F 105 « L’enseignement supérieur en France et au Japon : une perspective comparative » 日本およびフランスにおける高等教育:比較の観点から

 

  • Les conférences seront prononcées en français. Monsieur Shiratori travaille sur l’évolution de l’enseignement supérieur, la question des migrations (ex. les immigrés chinois en France) et la fondation de la sociologie française (Durkheim). Il est aussi traducteur du français au japonais, ayant participé à la traduction des ouvrages de Pierre Ansart, Luc Boltanski et Eve Chiapello, Christopje Charle, Yves Deloye…

Jeunes et mouvement syndical : trajectoires d’engagements et stratégies organisationnelles

Vous pouvez consulter la synthèse du rapport :
Béroud, S., Chartier, F., Dupuy, C., Kahman, M., & Karel, Y. (2017). Jeunes et mouvement syndical : trajectoires d’engagements et stratégies organisationnelles (p. 316). CGT.

Colloque international : Penser la mixité des professions de la prime enfance – 23 mars 2018

L’équipe Mixprim organise un colloque international le 23 mars avec la présence de Tim Rohrmann, Jan Peeters, Eve-Meuret-Campfort, Nicolas Murcier, Jean Plaisir et Joelle Braeunner !

Programme provisoire :

9h30 : Accueil des participants
9h45 : Ouverture du colloque : Sophie Devineau
10h -10h30 : Jan Peeters (directeur d’un centre de recherche en Belgique) : Un équilibre homme-femme dans l’ accueil et l’ éducation des jeunes enfants: de quel professionnalisme a-t’ on besoin?
10h30 -11h Eve-Meuret-Campfort (université de Nantes) : Le syndicalisme dans la petite enfance. Revendications, pratiques syndicales et conflits internes dans un contexte d’engagement non-mixte.
11h30-12h Tim Rohrmann (université d’Innsbruck, Allemagne) : L’entrée des hommes dans le secteur de la petite enfance, chances et défis : un aperçu international
14h- 14h30 Nicolas Murcier ( IRTS, Poitou-Charentes) : Du choix de devenir éducateur de jeunes enfants
14h30- 15h Jean Plaisir (N.Y, USA) : Ces Rares Hommes en Maternelle, Sont-ils des Super Héros ou des Travailleurs Culturels?
15h-15h30 Joelle Braeuner LEGS/Paris-VIII et Réseau québécois en Études féministes (RéQEF) à Montréal : Pratiques pédagogiques transformatrices : quelle réception et quelles résistances ?
15h30 Echanges avec la salle
16h30 Clôture du colloque : Sophie Devineau

 

Les inscriptions sont libres : https://shs-enquetes.univ-rouen.fr/index.php/541982?lang=fr

Séminaire Corps & Beauté : 5 février : Les pratiques esthétiques au défi des frontières

Les pratiques esthétiques au défi des frontières

5 février – 14h – salle des thèses – Bat Freinet

Ces dernières années, en Europe, nous avons pu observer l’émergence de différentes manifestations qui ont ouvert la porte aux études prenant pour objet la beauté. L’Interdisciplinary Team, de l’Université d’Oxford (Angleterre), organise depuis 2009 des rencontres interdisciplinaires autour, entre autres thèmes, de la beauté et de la mode. Depuis 2014, le réseau Beauty Demands de l’Université de Birmingham (Angleterre), centre son attention sur les normes, technologies et les routines de beauté avec une approche interdisciplinaire. En 2016, l’Université de Cambridge (Angleterre) a organisé les journées d’étude « Politics of beauty », accueillant un réseau international de chercheur.e.s spécialistes du sujet. La même année, à l’Université de Bayreuth (Allemagne) le colloque « Beauty and the norm » soulevait des questionnements sur la standardisation des pratiques de beauté tandis qu’à l’Université de Strasbourg, à l’occasion du colloque « Corps meurtris, beaux et subversifs», était prévu un axe de recherche centré sur les modifications corporelles à visée esthétique. Enfin, en octobre 2017, l’Université de Paris Créteil et l’EHESS ont organisé les journées d’étude « Grandes et petites mains de la beauté », qui ciblaient les opérateurs de beauté et privilégiaient une entrée par le travail. Cette première séance nous permettra d’expliciter les raisons pour lesquelles nous avons souhaité créer cet espace de réflexion. L’objectif est en particulier de fédérer les chercheur.e.s, jeunes et confirmé.e.s, afin de créer des projets de plus grande ampleur. Avec l’aide de nos invité.e.s nous reviendrons sur l’historique propre à ce champ de recherche en voie de formalisation et nous présenterons un bref « état de l’art » autour des différents terrains et des lignes théoriques qui sont en train de se dessiner. Enfin, avant de présenter l’ensemble des séances du séminaire, nous vous ferons part de nos intérêts de recherche : l’expérience esthétique des individus au prisme du genre (Marion Braizaz), la figure du chirurgien esthétique en France et Mexique (Eva Carpigo) ainsi que les logiques enchevêtrées de classe et de genre sous-jacentes à la pratique des élections de Miss (Camille Couvry). En dernier lieu, nous donnerons la parole à des invité.e.s d’exception, internationaux, afin de mettre en contexte quelques perspectives théoriques qui nous semblent fondamentales. Pour conclure, nous demanderons aux auditeur.trice.s de partager leurs centres d’intérêt et leurs attentes vis-à-vis de ce séminaire.

Avec :

Ruth Holliday est Professeure à l’Université de Leeds (Royaume-Uni) et travaille
sur le corps, la chirurgie esthétique, le tourisme médical international, les
représentations et identités de classe et la formation du goût et des valeurs. Elle a
dirigé un important programme de recherche destiné à comprendre le tourisme
international de la chirurgie esthétique en particulier chez les patients anglais,
chinois et australiens.

Francesco Remotti est Professeur émérite à l’Université de Turin (Italie) en
anthropologie sociale et culturelle. Il s’intéresse principalement à l’identité et aux
modifications corporelles, il interviendra autour des frontières d’humanité
explorées dans les modifications esthétiques, au prisme de la théorie
de l’anthropo-poiesis.

Séminaire « Sciences Sociales et Alcool » : « Approche anthropologique de la nuit » et  » L’alcoolisation nocturne à Lille : pratiques et politiques »

Le Laboratoire Dysolab vous invite au cycle de conférences

« Sciences Sociales et Alcool » :

Véronique Nahoum-Grappe (EHESS, Centre Edgar Morin)

« Approche anthropologique de la nuit »

Collectif Calenda

« L’alcoolisation nocturne à Lille : pratiques et politiques »

Discutant : Thomas Auvergnon (ARS Normandie)

Le lundi 22 janvier 2018 – 14h

F207 – Bâtiment Freinet – UFR SHS

Myriam Odile Blin : Terrasses et kalachnikovs

, « Terrasses et kalachnikovs », REFSICOM [en ligne], L’identité dans tous ses états : 2. Catégories symboliques et enjeux sociaux, mis en ligne le 16 novembre 2017, consulté le 10 January 2018. URL: http://www.refsicom.org/364

Résumé : Cet article tente de saisir les positionnements idéologiques de la jeune génération visée par les attentats de novembre 2015, à Paris, à partir de la polémique créée sur les réseaux sociaux par le hashtag « je suis en terrasse ». Cette polémique est le symptôme d’une crise identitaire que le triple piège instauré par la montée sécuritaire, l’islamophobie et le regain nationaliste a engendrée. Un sous bassement politique conséquent semble manquer à cette riposte. Le mise en perspective avec un autre attentat en Côte d’Ivoire quelques mois plus tard montre la difficulté du microcosme qui fréquente les terrasses de café, à Paris, et s’exprime avec ce hashtag, à envisager le contexte global et politique plus vaste qui a engendré les attentats. La légèreté du hashtag considéré ne révèle-t-elle pas une certaine vacuité face aux enjeux contemporains du monde ?