Archives de catégorie : Les dernières publications

2 nouvelles références de Camille Dupuy

Dupuy, C. & Sarfati, F. (2019). « Pour des développeurs, c’est pas énorme ! »: Fabriquer et justifier de moindres rémunérations. Terrains & travaux, 35(2), 113-135. doi:10.3917/tt.035.0113.

Comment fabrique-t-on des règles salariales ? Comment fait-on accepter un niveau de rémunération globalement moindre que pour d’autres fonctions équivalentes dans d’autres entreprises ? Les auteurs de l’article répondent à ces deux questions en mobilisant une enquête par entretiens et observations au sein d’une école de formation aux métiers de l’informatique. L’étude permet de retracer la construction d’une grille salariale, venant distinguer les rémunérations selon le statut (bénévole, stagiaire, CDD, CDI, fondateurs) et selon le niveau de technicité informatique du poste tenu. Des formes plurielles de justification sont ensuite analysées. Trois principes de justification rendent acceptables des salaires plus faibles que dans d’autres entreprises : la vocation, la passion, l’utilité.

Elodie Bethoux, Camille Dupuy. What « unequal treatment » is at work in the French context?. 10th International Labour and Employement Relations Association Regional Congress for the Americas, Jun 2020, Toronto, Canada. ⟨hal-02881362⟩

Julie Couronné, Camille Dupuy, François Sarfati, Jules Simha. S’engager pour trouver un emploi ? Une logique utilitariste de l’engagement étudiant

Résumé : Les politiques de l’enseignement supérieur encouragent depuis 2017 les étudiantes et les étudiants à s’engager, en valorisant dans les cursus universitaires leurs activités bénévoles. Comment ces engagements s’articulent aux parcours scolaires et professionnels ? Notre enquête sociologique, conduite auprès d’étudiantes et d’étudiants engagés de plusieurs institutions universitaires (universités, grand établissement, réseau d’écoles), montre qu’une partie d’entre eux investit du temps dans des activités extrascolaires de manière à servir leurs parcours scolaire et professionnel. Ils renforcent ainsi les connaissances et les compétences acquises dans l’enseignement supérieur et recherchées sur le marché du travail. Ces comportements s’inscrivent pleinement dans les dynamiques de professionnalisation de l’enseignement supérieur.

https://injep.fr/publication/sengager-pour-trouver-un-emploi/

Catherine Palmer, Yannick Le Hénaff, Bonnet Christophe, François Féliu. Drinking Stories Among Climbers and Older Athletes in France and Australia.

Catherine Palmer, Yannick Le Hénaff, Bonnet Christophe, François Féliu. Drinking Stories Among Climbers and Older Athletes in France and Australia. International Journal of the Sociology of Leisure, 2020, ⟨10.1007/s41978-020-00058-z⟩. ⟨hal-02571993⟩

Despite stories about drinking being the focus of the research with young people, holiday makers, stag tour participants and college fraternities, stories of drinking among sportspeople have not featured significantly in the scholarship, even though alcohol consumption is a central feature in many aspects of sporting cultures and communities. Drawing on qualitative interviews with climbers in France and older athletes in Australia, the paper explores the ways in which drinking stories operate to confer accomplishment of a physical task (such as climbing) and to demarcate belonging to a membership group. In a departure from the literature on drinking stories in contemporary societies, these are not the themes of drinking to excess, transgression or vulgarity that are found in drinking stories by other social groups. When analysed together, however, they offer insights into the meanings ascribed to the social exchanges in drinking and offer important reminders of the consequences for drinking behaviours in sport. That similar themes of drinking stories were found in different sporting and geographical settings alerts us to the importance of drinking talk in sport; its absence in the scholarship highlighting the need to better understand the diversity of drinking in contemporary social life.

Georges Jourdam. AU CROISEMENT DU TRAVAIL ET DU POLITIQUE : L’EMPLOI SALARIÉ : Le cas français : mutations et transformations

Georges Jourdam. AU CROISEMENT DU TRAVAIL ET DU POLITIQUE : L’EMPLOI SALARIÉ : Le cas français : mutations et transformations. L’Harmattan, 2020, 978-2-343-19812-5. ⟨hal-02567308⟩

L’objet de cet ouvrage est de constituer une suite d’états des lieux des différentes facettes de l’emploi rencontrées en France de la Révolution à nos jours. L’originalité du texte est basée sur le lien constant entre le présent et le passé. Pour accentuer cette double temporalité, le choix a été fait d’insérer dans l’évolution chronologique de l’emploi salarié trois phases contemporaines de la présidence Macron. L’ouvrage donne un certain nombre d’informations sur l’encadrement du travail salarié et ses évolutions en lien avec la politique et le politique. Il met en avant que toute modification du cadre du travail salarié est à chaque fois le précipité d’un rapport de force constant entre des intérêts divergents.

Le travail des universitaires sous tension : les femmes maîtresses de conférences

SOPHIE DEVINEAU, PROFESSEURE DE SOCIOLOGIE, ROUEN, TRAVAILLER AU FUTUR, MARS 2020 avec la collaboration de Camille CouvryFrançois Féliu et Anaïs Renard[2]

Reprise de l’article : Devineau S., and Couvry C., Féliu F., Renard A. (2018), Working in Higher Education in France Today: A Specific Challenge for Women. International Journal of Higher Education, 7(3):209-220. doi: https://doi.org/10.5430/ijhe.v7n3p209

à lire en français : https://travailleraufutur.fr/le-travail-des-universitaires-sous-tension-les-femmes-maitresses-de-conferences/

Delphine Brochard, Marion Charpenel, Sophie Pochic., Pay equity through collective bargaining: when voluntary state feminism meets selective business practice

Delphine Brochard, Marion Charpenel, Sophie Pochic. Pay equity through collective bargaining: when voluntary state feminism meets selective business practice. French Politics, Palgrave Macmillan, 2020, ⟨10.1057/s41253-020-00110-0⟩. ⟨hal-02493250⟩

Abstract : The article traces the story of equal pay policy formation from the early 1980s to the present, from agenda-setting to policy adoption through to implementation, evaluation and outcomes. Until 2010, equal pay policy was implemented through collective bargaining at company and sector levels within a legal framework that failed to establish penalties for non-compliance. Persistent mobilization of feminist actors inside and outside of government contributed to breaking with this symbolic policy. A financial penalty for non-compliant companies was established. The article shows that the strengthening of the existing framework was not sufficient to counter the reluctance of companies to make a solid commitment to closing the gender pay gap, and the outcome appears to be a clear case of “gender accommodation” in GEPP terms. However, recent feminist mobilization around more effective implementation on equal pay suggests that the struggle for more authoritative equal pay policies in the firm is still on the policy agenda.

Les jeunes, le travail et l’engagement

Camille Dupuy a coordonnée avec Sophie Béroud, Marcus Kahmann, Karel Yon. un numéro thématique sur Les jeunes, le travail et l’engagement dans La Revue de l’IRES

Lire plus spécifiquement l’introduction :

et leur article : La difficile prise en charge par les syndicats français de la cause des « jeunes travailleurs »

Résumé : Cet article s’interroge sur la capacité des syndicats français à représenter les jeunes travailleurs et travailleuses. Dans un contexte marqué par un taux de syndicalisation structurellement faible, la proportion de jeunes salariés parmi les syndiqués est plus faible encore. La littérature s’est surtout penchée sur les raisons pour lesquelles les jeunes s’engagent, ou pas, dans les syndicats. Nous proposons ici un autre éclairage centré sur la relation de représentation entre jeunes travailleurs et syndicats. Cette relation est analysée sur trois plans. Au plan statistique, on constate un net décalage entre le profil des jeunes au travail et celui des jeunes syndiqués. Au plan symbolique, on montre que la difficulté des syndicats à parler au nom des jeunes tient aussi au caractère disputé de leur représentation entre différentes causes. Au plan organisationnel, on pointe enfin la confusion de différents registres d’intervention syndicale en direction des jeunes.

Léa Castanon, « Aude Béliard, Des familles bouleversées par la maladie d’Alzheimer. Variations sociales », Lectures [En ligne],

Aude Béliard, Des familles bouleversées par la maladie d’Alzheimer. Variations sociales

Léa CastanonPublication commentée | Texte | Notes | Citation | Rédacteur

Des familles bouleversées par la maladie d'Alzheimer

Aude BeliardDes familles bouleversées par la maladie d’Alzheimer. Variations sociales, Toulouse, Erès, coll. « Pratiques du champ social », 2019, 336 p., ISBN : 978-2-7492-6243-7.InformationsVous pouvez commander cet ouvrage sur le site de notre partenaire DecitreHaut de page

TEXTE INTÉGRAL

PDFSignaler ce document

1Dans son ouvrage, Aude Béliard nous propose de porter un nouveau regard sur la maladie d’Alzheimer. De sa découverte, au début du XXe siècle à aujourd’hui, la catégorie médicale de cette maladie a beaucoup évolué. En passant d’un mal inconnu à une pathologie dont Aude Béliard souligne « le succès » (p. 12), la maladie d’Alzheimer a pris de la place dans les politiques de santé publique mais aussi au sein de la société. Son appropriation par de nouveaux champs disciplinaires, tels que la neurologie dans les années 1980, a redéfini les contours de cette maladie. En outre, dans une société où l’importance est donnée non seulement à la santé du corps mais aussi de plus en plus aux compétences intellectuelles, la maladie d’Alzheimer inquiète et questionne.

2L’ouvrage d’Aude Béliard pose sur cette maladie un regard sociologique alimenté d’une enquête de terrain extrêmement riche. L’auteure a passé quatre années sur trois terrains distincts (une unité de gériatrie aiguë, un service hospitalier spécialisé dans les troubles de la mémoire et une maison de retraite privée) au cours desquelles elle a mené 130 entretiens, consulté des centaines de dossiers médicaux et réalisé des monographies d’entourage. À partir de ces données, Aude Béliard propose de réfléchir la maladie d’Alzheimer comme une expérience sociale car « déterminée par les cadres collectifs, les mots, les manières de penser et de faire qui ont été construites autour de cette maladie dans nos sociétés » (p. 12). En mêlant des apports issus de la sociologie de la famille, de la sociologie des organisations mais aussi de l’anthropologie de la parenté, l’auteure analyse les trajectoires de ces patients ainsi que de leur entourage tout en observant le travail médical notamment lors de leurs consultations avec un médecin. Ainsi, dans un livre nourri du terrain et de la mise en récit de différentes études de cas, les analyses fines de l’auteure mettent en évidence les variations sociales présentes autour de cette maladie. L’ouvrage se fixe comme objectif de comprendre de quelle manière l’expérience de cette maladie peut être différente d’une personne à l’autre, d’une famille à l’autre.

  • 1 Fainzang Sylvie, La relation médecin : informations et mensonges, Paris, Puf, 2006.

3Dans une première partie, l’auteure nous plonge dans la « scène médicale » afin de mettre en avant les variations sociales qui se jouent sur cette dernière. Ses observations se portent sur deux services distincts, l’unité de gériatrie aiguë et le service hospitalier spécialisé dans les troubles de la mémoire. Dans la lignée des travaux de Sylvie Fainzang1 l’auteure met en avant la caractérisation sociale effectuée par les médecins envers les patients et leurs familles, caractérisation fondée sur des critères subjectifs comme le niveau scolaire présumé des patients. Ce phénomène est visible lors des tests de mémoire, qui mobilisent des compétences renvoyant à l’apprentissage scolaire. Les médecins expliquent parfois l’échec à ces tests par l’appartenance sociale des patients. Cette explication sociale est aussi exploitée par certains patients, dans une stratégie de défense contre la violence symbolique que constitue le diagnostic d’Alzheimer. Mais si certains préfèrent invoquer leur manque de connaissances scolaires pour justifier leur échec aux tests, d’autres trouvent préférable d’endosser une pathologie plutôt qu’un déficit de connaissances. Toutefois, le jugement médical ne se porte pas que sur les compétences scolaires réelles ou présumées mais également sur l’état psychologique, la personnalité ou encore l’état des relations familiales des personnes. C’est ainsi une véritable « quête médicale d’indices diagnostiques » (p. 85) qui se met en place.

4Dans un seconde temps, Aude Béliard se concentre plus sur le vécu et l’expérience de la maladie par les patients et leurs familles. À travers le prisme des inégalités sociales, l’auteure analyse les différentes manières d’investir cette maladie. Cette partie met notamment en lumière la question des différences genrées, puisque les femmes semblent consulter plus précocement mais être plus facilement renvoyées vers des diagnostics psychologiques que les hommes. Bien qu’analysant les différences sociales au cœur de cette prise en charge, l’auteure souhaite s’écarter d’une analyse « classique » en prenant en compte également l’expérience subjective des patients et de leur position sociale. Le chapitre illustre également les variations selon la classe sociale des patients. Ces variations apparaissent dès les premières phases de la maladie, car le fait même de « s’inquiéter pour sa mémoire est une modalité d’attention à soi qui est loin d’être universelle » (p. 146). Ainsi, les classes supérieures s’inquiètent de la perte de mémoire quand les classes populaires craignent davantage la perte d’autonomie qui peut accompagner la maladie. Au-delà des craintes différenciées en fonction de la position sociale, l’auteure montre que la maladie d’Alzheimer engendre, pour tous, une crainte de déclassement. En analysant la trajectoire des patients, Aude Béliard porte son regard sur le schéma familial qui entoure ce déclassement. Ce schéma influence la quête de diagnostic du patient. Cette prise en compte de la famille et de l’entourage, parfois oubliés dans certaines recherches, élargit encore la compréhension de l’expérience de la maladie d’Alzheimer.

  • 2 Ervin Goffman, stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Les Editions de Minuit, 1975.

5Enfin, dans un troisième temps, l’auteure mobilise une autre forme de données en effectuant des monographies de familles. L’objectif de cette analyse est de comprendre les répercussions de la maladie sur les relations familiales. La chercheuse s’intéresse en particulier à la circulation des informations qui concernent le patient. La gestion de l’information devient en effet un enjeu important dans certaines relations de parenté ; elle apparait même parfois comme une gestion du stigmate2 face à une maladie considérée comme mettant en péril l’autonomie, une valeur importante dans nos sociétés contemporaines. De nouveau, l’auteure met en avant les positions de classe et les rapports de pouvoir que peut créer la prise en charge de la maladie d’Alzheimer, notamment lorsque des décisions doivent être prises pour le patient. Peuvent alors se mettre en place des rapports de genre ou de position sociale entre le patient et son conjoint, ou encore ses enfants. Face à certaines zones d’incertitude créées par la maladie, des logiques de pouvoirs se retrouvent ainsi mêlées aux logiques familiales.

6Cet ouvrage tiré d’une enquête de terrain très dense offre plusieurs clés de compréhension des variations sociales existant autour de la maladie d’Alzheimer. L’utilisation d’études de cas illustre les propos évoqués par l’auteure tout en permettant un accès plus direct au terrain. Cet ouvrage est un exemple de l’intérêt de la sociologie dans la compréhension de faits sociaux tels que la maladie et la démonstration que les variations sociales sont présentes partout dans notre environnement. Liées à de multiples facteurs (classe sociale, genre, position dans l’entourage…), ces variations se répercutent sur la prise en charge de cette maladie. L’ouvrage permet ainsi de saisir les inégalités sociales dans l’accès aux soins, aux informations et, de manière générale, à sa propre santé.Haut de page

NOTES

1 Fainzang Sylvie, La relation médecin : informations et mensonges, Paris, Puf, 2006.

2 Ervin Goffman, stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Les Editions de Minuit, 1975.Haut de page

POUR CITER CET ARTICLE

Référence électronique

Léa Castanon, « Aude Béliard, Des familles bouleversées par la maladie d’Alzheimer. Variations sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 20 décembre 2019, consulté le 20 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39849

Devineau S., « Militante de l’école : les combats d’une maîtresse-héroïne Profession et contre-culture iconographique »,

Devineau S., « Militante de l’école : les combats d’une maîtresse-héroïne Profession et contre-culture iconographique »,in S. Devineau, N. Hedjerassi, (dir.), Genre, images et représentations dans les sphères de l’éducation, de la formation et du travail, PURH. 70-90 – hal-02285940

Résumé : Dans la mise en scène iconographique du travail féminin, l’enseignante est une figure classique dans le sens où elle est inscrite dans les représentations sociales de longue date (Zancarini-Fournel, 2005, Rogers, 2002, Rogers & Thébaud, 2010). Et si l’imaginaire a longtemps tourné autour du personnage du maître d’école dépeint par Marcel Pagnol, la profession (aujourd’hui féminisée à plus de 80%) est représentée et se représente par des modèles féminins. Dans l’univers des médias où enseigner est un métier qui s’incarne dans des images de femmes souvent stéréotypées et sexistes, l’étude s’intéresse spécifiquement aux choix éditoriaux de la revue syndicale du SNUipp (Syndicat national unitaire des instituteurs professeurs des écoles et Pegc) visant une représentation de la professeure des écoles, syndiquée, militante d’une ambition éducative progressiste. Les contre-stéréotypes de genre sont analysés à travers la collection de dessins humoristiques du dessinateur Brizemur publiés au cours des treize dernières années. On peut ainsi relever comment le monde du travail enseignant se fait revendication de la fierté émancipatrice d’un métier hautement technique que l’on accomplit à travers une pensée critique.

Sophie Devineau : Early Childhood Care in France: Impediments to the Professionalization of a Little-Institutionalized Feminine Occupation. Open Journal of Social Sciences

Sophie Devineau : Early Childhood Care in France: Impediments to the Professionalization of a Little-Institutionalized Feminine Occupation. Open Journal of Social Sciences, 7, 343-357. doi: 10.4236/jss.2019.710029.

In the early-childhood care sector, the occupation of home-based childcare providers is especially subject to the familialist paradigm that assigns women from modest backgrounds with little formal education to this almost exclusively feminine line of work. This study focuses more specifically on home-based childcare providers working in rural and suburban areas, spaces that are marked by isolation and a lack of interlocutors. There are many limitations to the occupation’s professionalization model (Aballéa, 2005; Alberola, 2009). After providing an overview of the institutional norm of nursery school as it contrasts with the informal situation of home-based childcare, analysis shifts to three obstacles to expressing demand for training that are indices of low professionalization: the place and space of work, little social and familial arrangements, and work skills. Finally, in counterpoint, the article explores the role of the employment contract with parents in formalizing a feminine occupation that is still seen as a customary familial service (Dupraz, 2008).

Camille Couvry, Marion Braizaz. Optimiser sa beauté, s’approprier esthétiquement son corps : succès et échecs au sein des élections de Miss

Camille Couvry, Marion Braizaz. Optimiser sa beauté, s’approprier esthétiquement son corps : succès et échecs au sein des élections de Miss. Ethnologie française, Presses Universitaires de France, 2019, L’optimisation de soi, 4 (176), pp.687-700


Résumé : Certaines personnes, dans toutes les catégories sociales, d’âge et de sexe, prêtent un sens positif, en termes de bien-être, aux pratiques esthétiques qu’elles mettent en œuvre. À partir d’une enquête qualitative conduite dans un espace où l’optimisation esthétique est instituée et est au cœur des activités, les élections de Miss en France, cet article vise à expliciter dans quelle mesure les pratiques de beauté constituent des techniques exemplaires de l’optimisation du bien-être, et plus largement de soi. Après avoir développé les modalités de l’optimisation esthétique dans les élections de Miss, nous nous intéresserons à deux sens du bien-être – subjectif et interactionnel – associés à l’optimisation esthétique de soi. Ensuite, nous mettrons en évidence les situations dans lesquelles la gestion de l’apparence se heurte à certaines limites, voire échoue à être vectrice de satisfaction ; l’optimisation de soi par l’esthétique restant, dans de nombreuses configurations sociales, une entreprise stigmatisante.

Parution : S. Devineau et N. Hedjerassi (dir.) Genre, images et représentations dans les sphères de l’éducation, de la formation et du travail, PURH

А̀ DÉCOUVRIR ! 📕 Genre, images et représentations dans les sphères de l'éducation, de la formation et du travailUn…

Publiée par PURH – Presses universitaires de Rouen et du Havre sur Vendredi 18 octobre 2019

Zoé Haller. Œuvrer en marge du marché de l’art. Marges – Revue d’art contemporain

Zoé Haller. Œuvrer en marge du marché de l’art. Marges – Revue d’art contemporain, Presses universitaires de Vincennes, 2019, pp.80-96. ⟨https://journals.openedition.org/marges/1828⟩. ⟨10.4000/marges.1828⟩. ⟨hal-02169772⟩

À partir d’une enquête réalisée auprès d’artistes et de professionnels de l’art, cet article analyse les conditions du maintien sur la scène artistique contemporaine des artistes non intégrés aux réseaux marchands de l’art. Différentes alternatives s’offrent à eux  : dispositifs de soutien public à la création, initiatives mises en place par les artistes  ; ce texte propose d’en examiner les enjeux et les conséquences sur les conditions de vie et de création des artistes.

Patrice Cohen, Laura Bellenchombre, François Féliu. Jeûner en France: Généalogie d’une pratique contestataire et contestée. Revue des Sciences sociales, Presses Universitaires de Strasbourg, 2019, Dissidences alimentaires, pp.100-109

Patrice Cohen, Laura Bellenchombre, François Féliu. Jeûner en France: Généalogie d’une pratique contestataire et contestée. Revue des Sciences sociales, Presses Universitaires de Strasbourg, 2019, Dissidences alimentaires, pp.100-109

Abstract : Le jeûne comme pratique de santé, de bien-être ou comme espoir thérapeutique, apparaît comme un fait social en France inscrit dans la construction d’un nouveau rapport au corps, à la santé, au traitement des maladies que nombre de promoteurs actuels font remonter au xixe siècle dans le monde occidental. Les processus socio-historiques de l’apparition du jeûne dans les sphères médicales (à partir du xixe siècle) nous permettent d’interpréter des dissidences primordiales et récurrentes au sein d’une lutte de territoire pour la médecine légitime et la science académique. Ces dissidences se reconfigurent, en France, au fil du xxe siècle, autour de la structuration d’espaces sociaux de jeûne au travers de plusieurs courants qui, eux aussi, se positionnent en marge de l’orthodoxie médicale. Enfin à partir du début du xxie siècle nous étudions, à partir d’un tournant médiatique, comment les promoteurs du jeûne influencent, par un travail symbolique, l’acceptabilité sociale, médicale et scientifique du jeûne tout en permettant qu’une « culture de l’espoir » émerge notamment chez les malades.

Camille Dupuy, Marcus Kahmann, Karel Yon. Jeunes et engagements au travail, une génération asyndicale ?. Agora débats/jeunesses

Camille Dupuy, Marcus Kahmann, Karel Yon. Jeunes et engagements au travail, une génération asyndicale ?. Agora débats/jeunesses, L’Harmattan/Presses de Sciences Po, 2019, pp.7-25.

[https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02151949]

 

Résumé : Les jeunes continuent à s’engager, mais, parmi leurs engagements, le syndicalisme et la représentation du personnel sont peu répandus. A partir d’une enquête quantitative et qualitative sur les trajectoires d’engagement et d’apprentissage de l’activité syndicales des jeunes travailleurs, nous rendons compte des facteurs et des processus qui conduisent les jeunes à peu se rapprocher des syndicats. Nous remettons en cause l’idée d’un désamour de la jeune génération envers les organisations syndicales pour montrer au contraire que les jeunes croient encore à l’action collective au travail mais sont pour partie « empêchés » d’y prendre part. Nous montrons alors quelles sont les conditions requises pour qu’un jeune travailleur franchisse le cap en desinnant trois figures type du jeune engagé au travail.