Zoé Haller. Œuvrer en marge du marché de l’art. Marges – Revue d’art contemporain

Zoé Haller. Œuvrer en marge du marché de l’art. Marges – Revue d’art contemporain, Presses universitaires de Vincennes, 2019, pp.80-96. ⟨https://journals.openedition.org/marges/1828⟩. ⟨10.4000/marges.1828⟩. ⟨hal-02169772⟩

À partir d’une enquête réalisée auprès d’artistes et de professionnels de l’art, cet article analyse les conditions du maintien sur la scène artistique contemporaine des artistes non intégrés aux réseaux marchands de l’art. Différentes alternatives s’offrent à eux  : dispositifs de soutien public à la création, initiatives mises en place par les artistes  ; ce texte propose d’en examiner les enjeux et les conséquences sur les conditions de vie et de création des artistes.

Patrice Cohen, Laura Bellenchombre, François Féliu. Jeûner en France: Généalogie d’une pratique contestataire et contestée. Revue des Sciences sociales, Presses Universitaires de Strasbourg, 2019, Dissidences alimentaires, pp.100-109

Patrice Cohen, Laura Bellenchombre, François Féliu. Jeûner en France: Généalogie d’une pratique contestataire et contestée. Revue des Sciences sociales, Presses Universitaires de Strasbourg, 2019, Dissidences alimentaires, pp.100-109

Abstract : Le jeûne comme pratique de santé, de bien-être ou comme espoir thérapeutique, apparaît comme un fait social en France inscrit dans la construction d’un nouveau rapport au corps, à la santé, au traitement des maladies que nombre de promoteurs actuels font remonter au xixe siècle dans le monde occidental. Les processus socio-historiques de l’apparition du jeûne dans les sphères médicales (à partir du xixe siècle) nous permettent d’interpréter des dissidences primordiales et récurrentes au sein d’une lutte de territoire pour la médecine légitime et la science académique. Ces dissidences se reconfigurent, en France, au fil du xxe siècle, autour de la structuration d’espaces sociaux de jeûne au travers de plusieurs courants qui, eux aussi, se positionnent en marge de l’orthodoxie médicale. Enfin à partir du début du xxie siècle nous étudions, à partir d’un tournant médiatique, comment les promoteurs du jeûne influencent, par un travail symbolique, l’acceptabilité sociale, médicale et scientifique du jeûne tout en permettant qu’une « culture de l’espoir » émerge notamment chez les malades.

Camille Dupuy, Marcus Kahmann, Karel Yon. Jeunes et engagements au travail, une génération asyndicale ?. Agora débats/jeunesses

Camille Dupuy, Marcus Kahmann, Karel Yon. Jeunes et engagements au travail, une génération asyndicale ?. Agora débats/jeunesses, L’Harmattan/Presses de Sciences Po, 2019, pp.7-25.

[https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02151949]

 

Résumé : Les jeunes continuent à s’engager, mais, parmi leurs engagements, le syndicalisme et la représentation du personnel sont peu répandus. A partir d’une enquête quantitative et qualitative sur les trajectoires d’engagement et d’apprentissage de l’activité syndicales des jeunes travailleurs, nous rendons compte des facteurs et des processus qui conduisent les jeunes à peu se rapprocher des syndicats. Nous remettons en cause l’idée d’un désamour de la jeune génération envers les organisations syndicales pour montrer au contraire que les jeunes croient encore à l’action collective au travail mais sont pour partie “empêchés” d’y prendre part. Nous montrons alors quelles sont les conditions requises pour qu’un jeune travailleur franchisse le cap en desinnant trois figures type du jeune engagé au travail.

Hugo Bréant. Retours sur capital(e). Actes de la Recherche en Sciences Sociales

Hugo Bréant. Retours sur capital(e). Actes de la Recherche en Sciences Sociales, Editions du Seuil, 2018, 225 (5), pp.54.

Résumé : Les réinstallations des émigré·e·s dans leur pays d’origine semblent s’accélérer ces dernières années. La nécessité de préparer son retour, de s’appuyer sur des ressources à la fois économiques et scolaires, rendent ce processus particulièrement sélectif. Si cet article souligne les logiques inégalitaires de ces migrations, il démontre avant tout le rôle prégnant du capital social dans ce phénomène. La possession d’un capital social en migration, mais surtout dans le pays d’origine, renforce les propensions au retour et accélère les réinstallations des émigré·e·s. L’article plaide donc pour une approche du capital social en migration qui soit plus attentive à sa dimension socialisatrice. Les émigré·e·s reviennent d’autant plus qu’ils ont été socialisé·e·s, par l’exemple et par la pratique, à la migration de retour par leur entourage familial et amical.

Yannick Le Hénaff, Stéphane Héas. Individuals With the Rare Disease Pemphigus: A Quest for Diagnostic

Yannick Le Hénaff, Stéphane Héas. Individuals With the Rare Disease Pemphigus: A Quest for Diagnostic. Qualitative Health Research, SAGE Publications, 2018

Résumé : This qualitative study conducted in France of “individuals living with a pemphigus” (ILPs; N = 54) highlights the taxing diagnostic trajectory of those suffering from these rare autoimmune diseases. Beyond enduring a diagnostic period that may prove long, during their numerous medical appointments, these individuals internalize the expectations of the medical professionals who are treating them. In some cases, numerous inconclusive medical tests and, at times, a doctor’s condescension may push the patient toward a process of renunciation. This article relates the ILPs’ critiques of the medical work conducted during the trying diagnostic period.

Yannick Le hénaff. “Tout le monde le faisait, personne n’en parlait”. Le travail esthétique des chirurgiens plasticiens controversé.

Yannick Le hénaff. “Tout le monde le faisait, personne n’en parlait”. Le travail esthétique des chirurgiens plasticiens controversé. Sociologie du Travail, Elsevier Masson, 2019

Résumé : Fort d’un corpus comptant près de 80 entretiens, des observations en situation et un travail d’archives, nous analysons l’évolution des conflits de légitimité chez les chirurgiens plasticiens, en nous intéressant particulièrement à la chirurgie et médecine esthétique. Ces deux activités, et la seconde en particulier, sont en effet déconsidérées dans le cadre de l’éthos professionnel des chirurgiens. Il s’agit ainsi de comprendre ces dynamiques de désignation et ces modalités de revalorisation au croisement des conflits inter- et intra-professionnels et des logiques de concurrence individuelle et professionnelle. Dans un premier temps, nous rendons compte des conditions ayant permis la revalorisation de la chirurgie esthétique, à l’intersection des logiques collectives (insertion sur le marché des chirurgiens nouvellement formés) et des carrières de ces professionnels. Si les plus réfractaires à la chirurgie esthétique exercent dans les services où celle-ci est minoritaire voire bannie, l’hypothèse d’une adéquation entre division morale et sociale du travail ne peut ici être retenue. Par la suite, nous nous intéressons à la médecine esthétique, largement dédaignée, et en apparente contradiction avec l’éthos chirurgical. Après avoir identifié ce qui disqualifie ces actes, nous réinscrivons la médecine esthétique et ses évolutions dans leur contexte historique. Puis nous tentons de comprendre comment cette disqualification est négociée à l’aune des changements que connaît actuellement le monde de la chirurgie plastique, qui tendent à donner un espace croissant à ces actes.

Fasting and weight-loss restrictive diet practices among 2,700 cancer survivors: results from the NutriNet-Santé cohort.

Dans le cadre du groupe de travail sur le jeûne, régimes restrictifs et cancer : revue systématique des données scientifiques et analyse socio-anthropologique sur la place du jeûne en France un nouvel article a été publié :

Fassier, P. et al., « Fasting and weight-loss restrictive diet practices among 2,700 cancer survivors: results from the NutriNet-Santé cohort », International Journal of Cancer, décembre 2018, vol. 143, n° 11, pp. 2687‑2697.

Nutrition is often used by cancer survivors as a lever to take charge of their own health. However, some dietary behaviors are not currently recommended for patients without medical supervision. Our study aimed at evaluating weight-loss restrictive diets and fasting practices among cancer survivors of the NutriNet-Santé cohort, as well as related socio-demographic and lifestyle factors. In October 2016, 2,741 cancer survivors had completed a specific questionnaire about their practices. Fasting and non-fasting patients (respectively dieting and non-dieting) were compared using logistic regression models. Analyses were weighted according to the age, gender, and cancer location distribution of French cancer cases. 13.8% had already practiced weight-loss restrictive diet as their diagnosis. They were more likely to be women, professionally active, overweight/obese, to use dietary supplements and to have breast cancer (all p < 0.05). 6.0% had already fasted, 3.5% as their diagnosis. They were more likely to be younger, with higher educational level, higher incomes, professionally active, to have a healthy weight, and to use dietary supplements (all p < 0.05). Fasting was associated with the opinion that such practice could improve cancer prognosis (p < 0.0001). Patients who received nutritional information from health care professionals were less likely to practice fasting or weight-loss restrictive diet (0.42[0.27-0.66], p < 0.0001 and 0.49[0.38-0.64], p < 0.0001 respectively). Our study provided original results suggesting that weight-loss restrictive diets are widely practiced by cancer survivors. Fasting was less common in our study though non negligible. Sources of nutritional information received as cancer diagnosis seemed to be a key determinant of these practices.

8e Congrès International des Recherches féministes dans la Francophonie : Réalités, luttes, utopies

5 chercheur.e.s du laboratoires seront présent.e.s lors du 8e Congrès International des Recherches féministes dans la Francophonie : “Réalités, luttes, utopies” qui se déroule fin aout 2018. Un “colloque” est coordonné par S. Devineau sur la question de “la Mixité dans les métiers de la prime enfance” :

Charpenel, M., « Les groupes d’entraide à l’allaitement maternel, espaces de renforcement des normes ou lieux de contestation de l’ordre social genré ? »,  8e Congrès International des Recherches féministes dans la Francophonie : Réalités, luttes, utopies, Nanterre, CIRFF, Paris 10, 27-28 aout, 2018. Résumé : À partir de l’étude d’un forum de soutien à l’allaitement maternel sur le web, cette communication propose d’interroger les processus de politisation à l’oeuvre dans les groupes d’entraide. En portant attention à la fois aux savoirs sur l’allaitement construits et mobilisés dans ces groupes, ainsi qu’aux normes de parentalité qui s’y expriment, j’essaierai de répondre aux interrogations suivantes : les groupes d’entraide à l’allaitement maternel parviennent-ils paradoxalement à faire d’une identité politique construite sur un rôle genré, soumis à de nombreux devoirs, le support d’un processus de subjectivation et de critique de l’ordre social ? Ou sont-ils au contraire le lieu de renforcement des normes, via notamment un processus  d’universalisation des savoirs issus de l’expérience.

 

Devineau, S., Feliu, F. et Valentin, S., « Les expériences personnelles et professionnelles des rares hommes exerçant à l’école maternelle et en crèche », 8e Congrès International des Recherches féministes dans la Francophonie : Réalités, luttes, utopies, Nanterre, CIRFF, Paris 10, 27-28 aout, 2018. Résumé : L’arrivée d’hommes dans des collectifs de travail constitués sur la base d’une activité féminine produit une mise en lumière de l’activité de travail jusqu’ici invisibilisée. Sera ainsi observé ce que redéfinissent les hommes dans le travail en crèche et en maternelle. A travers plusieurs enquêtes, le propos sera centré sur une mise en perspective des mécanismes sociaux de la qualification d’emplois féminins à travers une naturalisation des gestes de travail dédiés au soin des jeunes enfants.

Haller, Z., « La prise de parole dans les espaces militants : la démocratie à l’épreuve du genre », 8e Congrès International des Recherches féministes dans la Francophonie : Réalités, luttes, utopies, Nanterre, CIRFF, Paris 10, 27-28 aout, 2018. Résumé : Cette communication portera sur la dimension genrée de la prise de parole en situation d’assemblée dans les milieux syndicaux. J’appuierai mes propos sur une enquête réalisée auprès de quatre syndicats de la FSU : le SNUIPP, le SNES, le SNUEP et le SNEP. J’étudierai la répartition de la parole entre les femmes et les hommes, en termes quantitatif et qualitatif, ainsi que l’attention accordée à leurs propos et leurs liens avec un éventuel fonctionnement genré des structures syndicales.

Haller, Z., « Renouvellement générationnel au sein de structures syndicales : quelles conséquences sur la prise en charge des questions féministes ? », 8e Congrès International des Recherches féministes dans la Francophonie : Réalités, luttes, utopies, Nanterre, CIRFF, Paris 10, 27-28 aout, 2018. Résumé : À partir d’une enquête auprès de quatre syndicats enseignants de la FSU (Fédération Syndicale Unitaire), cette communication propose d’étudier les conséquences du renouvellement générationnel sur la prise en charge des questions féministes par les structures syndicales.Actuellement, les fondatrices des différentes structures féministes de la FSU, qui disposent pour certaines d’un large réseau au sein du monde associatif, atteignent l’âge de la retraite et quittent progressivement les  responsabilités qu’elles occupaient. Elles peinent à recruter des militant·e·s pour les remplacer et faire perdurer ces structures féministes au sein des organisations syndicales. En effet, malgré les discours volontaristes des directions syndicales, la cause des femmes occupe une place marginale dans leur agenda revendicatif. En outre, les luttes féministes, notamment lorsqu’elles concernent la place des femmes au sein même des structures syndicales, font régulièrement l’objet de réactions de rejet, principalement de la part des plus jeunes militant·e·s aux yeux de qui le féminisme passe aujourd’hui comme obsolète. De quelle place et de quelle influence les structures féministes bénéficient-elles aujourd’hui au sein de la FSU et de ses syndicats, et quel nouveau mode de recrutement et de fonctionnement ce contexte de désyndicalisation et de défiance à l’égard du féminisme a-t-il imposé ?

Couvry, C., « Thibaut Muzergues, La quadrature des classes. Comment de nouvelles classes sociales bouleversent les systèmes de partis en Occident », Lectures, juin 2018,

Couvry, C., « Thibaut Muzergues, La quadrature des classes. Comment de nouvelles classes sociales bouleversent les systèmes de partis en Occident », Lectures, juin 2018, [En ligne]. <http://journals.openedition.org/lectures/25174>. (Consulté le 2 juillet 2018).
En France, les résultats du premier tour des élections présidentielles de 2017 ont été serrés entre les quatre premiers candidats et ont montré que le clivage binaire entre gauche et droite n’était plus aussi saillant que par le passé. Considérant que cette situation relève d’une transformation profonde des systèmes politiques en Occident, Thibault Muzergues défend la thèse selon laquelle quatre catégories différentes d’électeurs sont actuellement influentes et redéfinissent le système politique en un jeu quadripartite. Les quatre « classes sociales » identifiées par l’auteur ne sont pas nécessairement antagonistes et se distinguent en ce sens d’une acception marxienne du terme. Quel est leur profil sociologique ? Comment ces nouvelles classes redéfinissent-elle l’offre politique et interagissent-elles par le jeu des coalitions ? Portant un regard croisé sur les situations sociologiques et politiques dans différents pays de l’Union européenne et d’Amérique du Nord, cet ouvrage propose de faire la lumière sur les reconfigurations de l’électorat et des coalitions dans le monde occidental tout en identifiant quelques stratégies gagnantes et scénarios possibles pour les prochaines élections.
[…]

Devineau, S. et al., « Working in Higher Education in France Today: A Specific Challenge for Women »

Devineau, S. et al., « Working in Higher Education in France Today: A Specific Challenge for Women », International Journal of Higher Education, juin 2018, vol. 7, n° 3, p. 209.

Abstract

By 2017, French higher education had undergone a dramatic restructuration following the Bologna process twenty years earlier which impact all the European universities (Rüegg, 2010), and the implementation of the French LRU in 2007 (Stavrou, 2017). Some studies examined this new model’s effect on university academics through international or european comparative approaches (Musselin, 2008 ; Tiechler, Höhle, 2013). A decade after the French LRU, our particular focus concerns the activity of women with children like in others organizations (Bercot, 2014). The associate professors have to overcome in a very competitive context where the time management is a real challenge as the 3 coordinators at different levels in the faculty point it out. At first, an extensive survey (1409 returned questionnaires) shows that women are significantly more concern than men by these contraints. Then, in a qualitative approach, some 28 biographical interviews identify the different strategies women find.