Archives de catégorie : Prix / distinctions / médiatisation

Adama Traoré, Théo Luhaka… La justice doit-elle craindre les batailles d’experts médicaux ?

Autour de l’affaire Traoré, Romain Juston Morival a publié une Tribune dans Libération et a répondu aux journalistes du Figaro. La place de l’expertise médicale/judiciaire est ainsi discutée !

Romain Juston Morival, Tribune : Adama Traoré, Théo Luhaka… La justice doit-elle craindre les batailles d’experts médicaux ?, Libération, 20 juin 2020

Laura Andrieu (entretien avec R. Juston Morival), Affaire Traoré : qui sont les «médecins experts», au cœur de la machine judiciaire ?, Le figaro, 11 juin 2020.

La tribune de Libération :

Pas moins de sept expertises ont été réalisées dans l’affaire Traoré. Cela questionne le statut de notre médecine légale : ni spécialité médicale, ni rubrique d’expertise judiciaire, elle est tiraillée entre ces deux ordres de référence issus de la science et du droit.

  • Adama Traoré, Théo Luhaka… La justice doit-elle craindre les batailles d’experts médicaux ?

Tribune. Depuis le décès d’Adama Traoré lors de son interpellation le 19 juillet 2016, se sont succédé pas moins de sept expertises médicales. Cela est inhabituel en France où le système judiciaire pénal repose sur le modèle de «l’expert du juge» indépendant vis-à-vis des parties et simple bras droit technique produisant un discours impartial et objectif. Ici, le corps ne parle pas uniquement par la voix de l’expert du juge, mais aussi à travers un ensemble d’expertises privées sollicitées par la famille de la victime. Ces rapports insistent sur les syndromes asphyxiques, reliant le décès à la pression subie par les corps des gendarmes au cours de l’interpellation, et s’opposant à la thèse concurrente selon laquelle cette asphyxie a elle-même des causes infectieuses, correspondant à un état de santé antérieur du jeune homme.

Comment comprendre cette bataille d’experts ?

[la suite ici : https://www.liberation.fr/debats/2020/06/20/adama-traore-theo-luhaka-la-justice-doit-elle-craindre-les-batailles-d-experts-medicaux_1791765]

E. Bethoux et Camille Dupuy : La « clause du grand-père » : une mesure vraiment inédite ?

La « clause du grand-père » : une mesure vraiment inédite ?

Elodie Béthoux, Ecole Normale Supérieure Paris-Saclay – Université Paris-Saclay et Camille Dupuy, Université de Rouen Normandie

Enterrée la « clause du grand-père » ? Cette notion est apparue ces dernières semaines dans le débat français sur la réforme des retraites. Elle renvoie au fait qu’une nouvelle mesure ou disposition en matière de conditions de travail ou d’emploi ne s’applique qu’aux nouveaux entrants sur le marché du travail, rompant de fait avec le principe « à travail égal, salaire égal », et pourrait-on ajouter dans le cas présent « retraite égale ».

Or cette clause a particulièrement divisé la classe politique y compris au sein de la majorité depuis quelques derniers jours. Certains soutiennent son application, d’autres, comme le ministre de l’Action et des comptes publics Gérard Darmanin y sont particulièrement hostiles.

Le Haut-Commissaire aux retraites Jean‑Paul Delevoye s’y est farouchement opposé tout en concédant une transition (moins longue) entre ancien et nouveau régimes. Le président Emmanuel Macron, pour sa part, laisse encore la porte ouverte, envisageant cette solution comme une manière de calmer les mécontents (les salariés en poste) tandis que les salariés visés, qui pourraient se mobiliser, ne sont pas encore arrivés sur le marché du travail.

Particulièrement discutée à propos des entreprises à statut dont les salariés bénéficient de régimes spéciaux (RATP et SNCF notamment), elle conduirait à ce que le « régime universel de retraite » voulu par le gouvernement ne concerne que les salariés embauchés après 2020, et n’entre donc en application que dans la deuxième moitié du XXIe siècle !

C’est par exemple ce qu’a envisagé la CFDT-cheminots, dont l’organisation syndicale est l’une des rares à ne pas être opposée à la réforme.

Une pratique ayant déjà cours en France

Dans le débat français actuel, la paternité de cette disposition a été attribuée à Alain Minc, conseiller spécial de l’Élysée qui en aurait été le « concepteur ».

Le terme renvoie en fait à des pratiques ayant déjà cours en France, et plus encore dans d’autres espaces nationaux, auxquelles nous nous intéressons dans le cadre d’un projet de recherche mené avec des collègues australiens, danois et québécois.

Traduction de l’anglais, « grandfather clause », l’expression tend à s’imposer du fait de son caractère imagé.

Mais d’autres sont employées pour renvoyer à cette reconnaissance, dans les accords collectifs négociés dans les entreprises notamment, d’une différence de traitement entre salariés, fondée sur leur date d’embauche : « clauses de disparités de traitement », « clauses orphelines », « clauses de droits acquis », « clauses d’antériorité » ou encore « two-tier provisions » en anglais qui instaurent des dispositifs de faveur, dont l’étendue est très difficile à mesurer.

En France, des situations de ce type ont pu découler des privatisation des entreprises nationales : à la Poste ou à Orange (ancien France Télécom), et bientôt à la SNCF, cohabitent des fonctionnaires ou salariés « sous statuts » embauchés avant les privatisations et des salariés de droit privé embauchés après, avec des dispositions différentes.

De telles clauses se retrouvent également dans quelques entreprises privées. Un délégué syndical d’une grande société d’électronique française nous explique ainsi que suite à la négociation d’un accord d’entreprise, les salariés occupant un même poste ne bénéficient pas des mêmes grilles salariales selon leur date d’embauche :

« Les gens qui étaient embauchés au 1er janvier 2017 avaient 600 euros de moins à l’embauche avec les mêmes diplômes et le même coefficient (que ceux embauchés le 1er décembre 2016). »

Ce qui se joue alors, c’est bien une différence dans les conditions de travail et d’emploi pour des salariés exerçant la même tâche dans la même entreprise. Ces disparités de traitement s’appliquent aux grilles salariales principalement, mais peuvent aussi concerner les primes, les congés ou les évolutions de carrière.

La question devrait retenir d’autant plus l’attention, en France, alors que la négociation collective d’entreprise a été fortement encouragée par les récentes réformes en matière de droit du travail : la jurisprudence a en effet contribué depuis 2008 à étendre la « présomption de justification » des inégalités de traitement entre salariés, lorsqu’elles figurent dans un accord d’entreprise signé par l’employeur et par les représentants syndicaux. Lorsque ces disparités sont instaurées par la voie de la négociation, elles tendent donc à être considérées comme justifiées, et légales (un arrêt de la Chambre sociale de la Cour de cassation d’avril 2019 est toutefois venu freiner cette extension).

Détour québécois pour penser les inégalités en France

Si ces clauses restent encore peu visibles et peu étudiées en France, elles sont au contraire répandues outre-Atlantique, aux États-Unis historiquement, et de plus en plus au Québec, en dépit d’une législation qui a cherché à les maîtriser.

Dans un contexte de forte décentralisation des relations de travail au niveau des entreprises et établissements, les employeurs sont parvenus à imposer aux syndicats d’accepter des dégradations dans les conditions de travail et d’emploi tout en ne les faisant peser que sur les futurs entrants. La « clause du grand-père » est bien répandue au Québec, conférence de Mélanie Laroche, CRIMT-RS (Université de Montréal).

Ainsi au Québec, on estime qu’environ 14 % des accords collectifs signés dans les entreprises portent de telles dispositions, une situation qui s’observe également dans le secteur public. L’analyse du cas français à l’aune de la situation québécoise interroge alors doublement.

Première question : à qui profite l’inégalité ? Au Québec comme en France, il n’est pas si facile de démêler quel groupe de salariés est le plus avantagé : partir du principe que les anciens sont systématiquement mieux traités que les nouveaux ne fonctionne pas toujours. Par exemple, dans les anciennes entreprises publiques, si les fonctionnaires sont protégés contre les licenciements ils bénéficient en revanche d’une grille salariale souvent moins favorable.

Au Québec, où la pénurie de main-d’œuvre se fait nettement sentir dans plusieurs régions ou secteurs d’activité, la « disparité de traitement » peut être utilisée, à leur avantage, pour attirer ou fidéliser de nouveaux salariés. Le calcul des avantages et désavantages des uns et des autres est donc complexe et multifactoriel.

Rejouer la fracture entre générations ?

Deuxième point, celui du collectif de travail. Comment construire une solidarité, terreau de l’appartenance collective à une entreprise, dans ces conditions de disparité ?

Certains, sans s’opposer par principe à ces clauses, mettent ainsi en avant le « risque de désunion interne » qu’elles portent.

Dans les entreprises dans lesquelles nous enquêtons, en France, au Québec ou en Australie, s’expriment ainsi des formes de jalousie et de concurrence entre ces groupes de travailleurs aux tâches identiques mais aux conditions différentes, ainsi qu’une difficulté pour ceux déjà en poste à se mobiliser pour ceux qui ne sont pas encore là.

Ces inégalités sont alors régulièrement justifiées par les clichés véhiculés sur une supposée jeune génération de salariés, la « génération Y », dont les aspirations seraient différentes (travailler moins, bouger plus, changer de projet, avoir plusieurs vies professionnelles). Bien que largement déconstruites par les travaux sociologiques, de telles représentations nourrissent l’idée que les jeunes, d’une part, ne méritent plus que l’on se mobilise pour eux et, d’autre part, ne se mobiliseront pas eux-mêmes.

La « clause du grand-père » aurait-elle pu limiter les oppositions ? Rien n’est moins sûr. Alors que les mobilisations étudiantes se préparent dans les universités pour dénoncer la précarité et revendiquer de meilleures conditions de vie et d’études, la réforme des retraites est bien présente à l’esprit, des plus jeunes y compris, dont les organisations se sont jointes aux appels à manifester le 5 décembre.

Elodie Béthoux, Maîtresse de conférences en sociologie, Ecole Normale Supérieure Paris-Saclay – Université Paris-Saclay et Camille Dupuy, Maîtresse de conférences en sociologie, Université de Rouen Normandie

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Camille Couvry : lauréate du Prix de thèse 2019 de la chaire Beauté(s) de l’Université PSL-Université de Paris

Les lauréats du Prix de thèse 2019 de la Chaire de recherche

À partir d’une enquête qualitative portant sur les élections de Miss en France, essentiellement à l’échelle locale, les résultats de ce doctorat mettent en évidence les possibilités d’empowerment par l’utilisation de la beauté pour les jeunes femmes de classes populaires ou petite-bourgeoises qui participent aux élections de Miss. Le cas des élections de Miss atteste d’une situation spécifique : alors que la beauté et les concours ont été dénoncés par les féministes (de la deuxième vague) comme outils opprimant des femmes, ils sont investis comme moyen d’émancipation par les participantes. Le processus d’élection conduit les participantes à prendre appui sur leur beauté et les codes d’une féminité petite-bourgeoise pour s’affirmer, prendre confiance en elles et gagner en pouvoir. Ces dernières possèdent des caractéristiques sociales – de classe, de sexe, d’âge – qui confortent l’hypothèse selon laquelle la beauté et l’engagement dans une pratique d’embellissement leur offrent un moyen potentiel d’empowerment, d’émancipation, voire de mobilité sociale, cependant limitée, dans un contexte où la beauté est effectivement une dimension de l’individu qui confère un avantage. Il s’agit donc de proposer une conceptualisation des dynamiques d’empowerment sous l’angle de la classe, de la beauté et du genre en montrant que celles-ci se déploient d’une manière spécifique dans le contexte des élections de Miss.

Elle présentera ses travaux lors de la conférence inaugurale de la Chaire beauté(s) le 28 novembre 2019 au Collège de France.

son interview sur le site de l’université de Rouen Normandie : http://www.univ-rouen.fr/version-francaise/navigation/prix-de-these-2019-chaire-beaute-s–649319.kjsp?RH=1374833262562

Une politique expérientielle – Les gilets jaunes en tant que « peuple » – entretien avec Michalis Lianos

Une politique expérientielle – Les gilets jaunes en tant que « peuple » Entretien avec le sociologue Michalis Lianos – paru dans lundimatin#170, le 17 décembre 2018

Depuis le début du mouvement des gilets jaunes le sociologue Michalis Lianos s’est rendu aux abords des Champs Élysées afin de recueillir et d’étudier les paroles de très nombreux manifestants. Dans cet entretien, il nous livre les premiers résultats de son enquête, une radiographie encore brute de la manière dont les gilets jaunes se perçoivent, pensent leur action et s’inscrivent dans la « société ». Loin de la sociologie de comptoir des plateaux télé, M. Lianos livre ici une analyse extrêmement fine et complexe d’un mouvement que le pouvoir ne parvient toujours pas à saisir.

lire la suite ici : https://lundi.am/Une-politique-experientielle-Les-gilets-jaunes-en-tant-que-peuple

Camille Dupuy dans ActuEl-CE « Les jeunes n’éprouvent pas de défiance à l’égard des syndicats »

« Les jeunes n’éprouvent pas de défiance à l’égard des syndicats » (12/10/2017) : http://www.actuel-ce.fr/content/les-jeunes-neprouvent-pas-de-defiance-legard-des-syndicats

Les jeunes seraient-ils des individualistes rétifs à tout engagement dans un mandat syndical ou de représentation du personnel ? Pas du tout, répond la sociologue Camille Dupuy. Si les moins de 35 ans sont encore moins syndiqués que les autres salariés, c’est surtout parce qu’ils restent longtemps soumis à des statuts précaires. Interview.

Camille Dupuy est maîtresse de conférences en sociologie à l’université de Rouen et membre du Dysolab, laboratoire des dynamiques sociales contemporaines. L’équipe de recherches dont elle fait partie a enquêté sur les jeunes et le syndicalisme aujourd’hui, et va bientôt publier ses conclusions au sein l’IRES (institut de recherches économiques et sociales). Ce travail va au rebours des idées reçues concernant le rapport des jeunes au monde syndical et à la représentation du personnel. Interview.

Violaine Girard : invitée de Médiapart le 18 juin 2017 : Géographie électorale : leçons et idées reçues

Violaine Girard a été invitée sur le plateau de Médiapart le 18 juin dernier pour commenter les résultats des élections législatives et parler de la parution de son ouvrage « Le vote FN au village« .

https://youtu.be/wCM6JoGngmE

 

Le FN pavillonaire est-il vraiment si populaire ? – Emission : la suite dans les idées (France culture)

« Le FN pavillonaire est-il vraiment si populaire ? (invitée : Violaine Girard) ». La suite dans les idées, 27 mai 2017. https://www.franceculture.fr/emissions/la-suite-dans-les-idees/le-fn-pavillonnaire-est-il-vraiment-si-populaire.
Contrairement à ce que laissent entendre certains raccourcis, les électeurs périurbains du Front national ne sont pas particulièrement victimes de déclassement et de la crise économique. C’est ce que montre l’importante enquête de la sociologue Violaine Girard.
Macron des Villes contre Le Pen des champs : le cliché s’est progressivement installé au cœur des commentaires de la récente élection présidentielle. Il n’est pas tout à fait faux, ni tout à fait nouveau, s’agissant au moins du Front National dont on nous explique depuis une quinzaine d’années qu’il fleurirait désormais surtout dans les territoires périurbains où se concentrerait une population blanche reléguée, déclassée, particulièrement victime de la crise économique et sociale et dont le vote traduirait une colère face à l’abandon et au mépris qu’elle ressentirait, sans parler de l’insécurité culturelle qui la tétaniserait… Mais qu’en est-il réellement ? Le propre des sciences sociales face à ce type de description largement spéculative c’est d’aller y voir au plus près, de mener l’enquête. Précisément ce qu’a fait depuis une quinzaine d’années Violaine Girard dans l’un de ces territoires péri-urbains où elle a découvert une réalité sensiblement différente du cliché et même à bien des égards aux antipodes.

Prix du 26e concours de l’OVE « La vie étudiante vue par les étudiants » : Yong Li

Le chercheur associé, Yong Li, docteur en sociologie (soutenance le 16 juin 2016) a reçu le 1er prix (ex aequo) lors du 26e concours de l’OVE « La vie étudiante vue par les étudiants ».

Ce prix récompense sa recherche doctorale intitulée : Condamnés à réussir. Insertion professionnelle des diplômés chinois en France et nouvelles dynamiques migratoires et identitaires.

 

 

Prix de recherche en alcoologie

Le prix de recherche en alcoologie, décernée par la FRA, récompense un chercheur en sciences biomédicales, un chercheur en sciences humaines et sociales et un jeune chercheur pour leurs travaux de recherche en alcoologie : cette année Yannick Le Henaff a obtenu le prix du jeune chercheur.

Le prix lui a été décerné pour son article : « Apprendre à « gérer » sa consommation : une approche biographique de l’alcoolisation chez les étudiants ».