Colloque international : Ingénierie rurale, agriculture familiale et agro-industrie » – Novembre 2017

APPEL A COMMUNICATIONS

 

COLLOQUE INTERNATIONAL

 

« Ingénierie Rurale, Agriculture Familiale et Agro-Industrie »

Université Franco-Gabonaise Saint-Exupéry

Université de Rouen Normandie

Université Rennes 2

Institut Africain d’Ingénierie Rurale et de Développement Social

 

(Libreville, 8-10 novembre 2017)

L’agriculture représente une part essentielle de l’économie de plusieurs pays à travers le monde, y compris dans les pays en voie de développement de façon générale. L’Afrique par exemple dispose d’énormes potentialités (terres en disponibilité de cultures diverses, eau et océans, population jeune, femmes et hommes, des techniques culturales inédites, un immense marché), non seulement pour nourrir sa population et atteindre la sécurité alimentaire et nutritionnelle, et nourrir une bonne partie de l’humanité. L’agriculture a un rôle de premier plan à jouer dans les différents programmes de lutte contre la pauvreté.

Ainsi, le discours sur l’agriculture se situe au carrefour des problématiques des sociétés contemporaines. Ces problématiques peuvent être schématisées sous la forme d’un triptyque mettant à contribution la préservation de la nature, l’éradication de la pauvreté et de la famine et l’intervention des technologies comme réponse aux deux premiers enjeux. A cela, l’on peut intégrer la démographie, autre grand enjeu du XXIème siècle.

Aujourd’hui estimée à sept milliards, la population mondiale ne cesse de croitre. Chaque année, il y a quatre-vingt millions d’habitants supplémentaires sur la terre et les prévisions  d’ici 2050 se situent au-delà du seuil de neuf milliards. Si la démographie disions-nous ne constitue pas l’enjeu fondamental des défis du XXIème siècle, la famine et la malnutrition, elles, sont au centre des problématiques des organisations internationales et des gouvernements.

Dans son numéro du 21/04/2015 consacré à la 5e édition de l’Agrobusiness Forum, Le Point Afrique affichait en une : »L’Afrique peut nourrir toute la planète ! » Or s’il est avéré qu’avec ses 60 % de réserves de terres arables, ses ressources suffisantes en eau et sa main-d’œuvre forte, elle peut répondre à la demande mondiale, il n’en demeure pas moins que sur un milliard d’âmes souffrant de malnutrition dans le monde, c’est également en Afrique que l’on retrouve la plus grande part.

Dans les pays du Nord comme dans ceux du Sud, pour résoudre les problèmes de la faim et de la malnutrition, l’agriculture productiviste moderne a eu recours à l’usage d’engrais pour enrichir des sols appauvris par la surexploitation. Une des conséquences de l’agriculture productiviste a été la dévastation et la disparition des forêts. Par ailleurs, pour faire face à une demande croissante de nourriture, certaines grandes firmes ont proposé des OGM, c’est-à-dire des variétés végétales et animales plus résistantes et qui s’adaptent aux contraintes du milieu qui ont entrainé de graves crises sanitaires et alimentaires telles que : la listéria, la vache folle, la dioxine, la grippe aviaire, la fièvre aphteuse et la grippe. Une des réponses à ce processus de destruction et de déstructuration a été la promotion des cultures biologiques, plus respectueuses de la nature, mais la production reste pour l’instant marginale et demeure des produits de luxe pour les personnes et familles en situation de vulnérabilité sociale.

Ainsi, les pays en voie de développement doivent répondre à plusieurs défis, celui de l’autosuffisance alimentaire et son corollaire, la problématique du développement durable, car si l’agro-industrie ne parvient pas à nourrir sept milliards d’habitants, elle pollue toujours plus la planète, en dégradant les sols, les nappes phréatiques, la biodiversité et en rejetant 20 % des émissions de gaz à effet de serre mondiales. Le discours sur le développement de l’agriculture en Afrique se pose in fine comme un discours sur le développement durable.

Dans ce double contexte d’explosion démographique et d’exigences alimentaires immenses dont la conséquence principale est l’accroissement de la pauvreté, plusieurs réflexions sur le développement de l’Agriculture en Afrique et dans le monde sont au cœur des débats scientifiques.

L’on peut citer à titre d’exemple, Le Rapport sur le développement dans le monde 2008 de la Banque mondiale, intitulé L’agriculture au service du développement. « Investir dans l’agriculture est une des stratégies les plus importantes et les plus efficaces pour promouvoir la croissance économique et réduire la pauvreté dans les zones rurales (et au-delà) où sont concentrés la majorité des habitants pauvres de la planète.  La croissance du Produit intérieur brut (PIB) agricole s’est avérée au moins deux fois plus efficace pour réduire la pauvreté que la croissance des autres secteurs ».

Faisant écho à la Banque Mondiale, plus récemment en 2013, à l’occasion des dix ans du Programme Détaillé de Développement de l’Agriculture Africaine (PDDAA), l’UA et le NEPAD, par ailleurs porteurs du programme publiaient un rapport intitulé Les agricultures africaines. Transformations et perspectives. Ce programme présenté comme le moteur de la révolution agricole du continent préconise l’augmentation des investissements agricoles, le développement de l’entreprenariat et des investissements dans les filières agro-alimentaires, l’amélioration des marchés agricoles nationaux et régionaux, la promotion collective de la sécurité alimentaire et les progrès dans la gestion durable des ressources naturelles.

Les gouvernements des Etats des pays en voie de développement s’inscrivent donc en faveur du développement du secteur agricole dans l’optique d’augmenter la part de l’agriculture dans leur PIB. Les accords de partenariats économiques(APE) que le Cameroun a récemment ratifié, du fait de son avance agroindustrielle sur les autres pays de la sous-région, qui à raison, posent entre autres conditionnalités, un équilibre dans les termes d’échanges, démontrent à suffisance, l’intérêt de nos Etats pour l’agriculture.

Le Gabon par exemple dont les importations alimentaires se chiffrent à plus de deux cents milliards de Franc CFA en 2015, s’est doté d’une politique d’accompagnement des microprojets avec notamment la création de coopératives agricoles et le renforcement du secteur de commercialisation et de conditionnement. Ce programme doit contribuer à terme au développement d’une agriculture industrielle dans le pays pour accroître la contribution de l’agriculture à son PIB estimée à ce jour à 5%. Cependant la mise en exploitation des 15,2 millions d’hectares de terres arables disponibles au Gabon, doit parallèlement être en phase avec la préservation du cadre naturel et de la biodiversité, également essentielle dans le but de diversifier les sources de croissance et de développement durable : http://www.gaboninvest.org/les-secteurs-cles/agriculture/les-ambitions-pour-le-developpement-de-l-agriculture

L’agriculture familiale et l’entreprise agro-industrielle sont deux modèles qui ne s’opposent pas mais qui sont confrontés à l’ingénierie. Quelle est la capacité de ces deux modèles d’innover en utilisant l’ingénierie et les inventions scientifiques des laboratoires de recherche. Ces deux modèles doivent être étudiés durant le colloque. Le colloque pourrait être orienté vers une réflexion globale sur l’importance, l’intérêt et les limites de ces deux modèles. Mais certains obstacles tels que l’accaparement des terres peuvent se poser. Celles-ci sont appropriées par de grands groupes et les bourgeoisies locales.  L’accaparement foncier en Afrique n’est pas seulement le fait des grandes sociétés arabes, européennes ou chinoises, il est aussi le fait de grandes bourgeoisies africaines pour faire des spéculations, notamment dans les périphéries des grandes villes : on achète des terres, on n’en fait pas grand-chose et on fait augmenter les prix. Cet accaparement à des effets à long terme, ce sont des terres prises aux paysans dans un contexte de pénurie de terres, notamment autour des grandes villes des zones densément peuplées des villes des pays en voie de développement.

L’objectif de ce colloque est donc de susciter une réflexion transversale et transdisciplinaire autour des enjeux liés au développement d’une agriculture industrielle en Afrique. Après un état des lieux, les différentes contributions (ateliers parallèles, conférences, tables rondes) viseront à analyser les déterminants de cette agro-industrie en devenir, aussi bien au niveau des chercheurs, des organisations internationales, des gouvernements, des multinationales, des agroindustriels que des petits exploitants agricoles.

 

Conférence inaugurale

« Agriculture paysanne, exploitation familiale, agro-industrie et développement »

Michel LESOURD, Professeur des Université Émérite, Géographe, Université de Rouen

 

Thèmes des communications

Gouvernance locale et développement agricole

Comment les collectivités locales accompagnent les petits exploitants, dans quelle  perspective ? (action collective ou autre ?) Quels seraient les obstacles à la réalisation de ce partenariat (moyens financiers, infrastructures, matériel, accès à l’eau, crédits, foncier) ?

 

Recherche scientifique et technologique et activités paysannes

Comment le monde de la recherche accompagne-t-il les paysans pour un développement optimal ?

 

Agro-industrie et production paysanne       

Quels types de rapports existent-ils entre l’agro-industrie et les petits producteurs ? Identification et évaluation des politiques mises en œuvre par la puissance publique pour favoriser ou renforcer, un partenariat crédible, fort et durables entre producteurs locaux et agro-industriels, entre producteurs et grandes surfaces. En somme, comment concilier la demande et l’exigence de l’agro-industrie avec l’activité paysanne ?

 

Qualité, sécurité alimentaire et normalisation

Quels sont les dispositifs et les dispositions mis en œuvre par les Etats pour s’assurer du niveau de qualité des produits des petits producteurs et paysans ? Quels sont les divers éléments du processus de contrôle du système de production (qualité du processus) ? Comment démocratiser le processus de normalisation, de contrôle et de qualité pour garantir la sécurité des consommateurs ?

 

Imputation sociale de la science : utilitarisme ou pragmatisme ?

Au regard des débats suscités par la dimension pragmatique de la science et les réserves du MAUSS[1] quant au développement d’une science pragmatique conforme à ses ambitions originelles, les institutions universitaires et de recherche peuvent-elles « perdre leur âme » en s’engageant dans une telle mission ?

 

Evolution des systèmes de production et de commercialisation

Comment évoluent les techniques culturales en milieu rural. Adopte-t-on de nouveaux modes de production ou sommes-nous face à de modèles mixtes. La puissance publique maîtrise-t-elle tous les circuits de commercialisation ?

 

Innovation et accompagnement de la paysannerie : forme, enjeux et structuration.

Un système de collaboration entre les experts, les universitaires et les paysans (qui maîtrisent mieux leur environnement à condition que les conditions socioculturelles soient connues) serait-il salutaire pour le désenclavement de la paysannerie ? Le développement d’un modèle d’analyse croisant les facteurs sociaux, politiques, spatiaux et environnementaux en vue d’explorer les possibilités de développement rural en lien avec la ville pourrait s’avérer fécond.

 

Agriculture, Agroforesterie, Environnement et Développement Durable

Les techniques d’exploitation et de production prennent-elles en compte les enjeux du développement durable : éviter l’épuisement des ressources naturelles, répondre aux besoins actuels tout en préservant la terre pour les générations futures ; favoriser une agriculture responsable et écologique, raisonnée. En somme, comment les deux modèles que sont l’agriculture familiale et l’agro-industrie gèrent-ils l’environnement et la ressource ? Comment intégrer la forêt dans un système de production agropastoral ?

Cet atelier thématique permettra d’analyser les techniques de production des populations rurales d’Afrique et envisager la possibilité de les articuler avec les techniques modernes.

 

Parcs nationaux, aires protées et contraintes environnementales

Le problème de la cohabitation entre faune sauvage et l’homme se pose partout en Afrique où vit le pachyderme. Comme le note Bas Huijbregts, ce problème se pose le plus là où il y a des aires protégées à proximité des villages et il en résulte parfois des conflits entre les populations et les responsables de l’administration. L’une des incidences de ces dispositions est l’incompatibilité entre les activités agricoles et les parcs et aires protégées. C’est un risque pour les populations car les animaux vont occuper le terrain et détruire les productions. La promotion d’un rapport société-environnement est-elle possible pour valoriser des savoirs et savoir-faire paysans et transformer leurs cultures en produits qualité bio et en les labellisant grâce à certains dispositifs d’accompagnement ? Autrement dit, comment protéger le monde sauvage tout en reconnaissant à l’Homme le droit de se défendre et de défendre sa production ? Les débats porteront sur la pertinence de l’étendue des aires protégées dans un contexte d’accroissement considérable des populations malgré l’exode rural.

 

Coopératives Agropastorales et Responsabilité Sociale

Quelles sont les incidences sociales du partenariat avec les agro-industries dans les zones d’exploitation, de production et de transformation. Dans quelle mesure des modèles de production reposant sur l’expertise des paysans locaux complétée par des savoirs scientifiques   constituent-t-ils  une   évolution   des   modèles   productifs   mais   également  des régimes   d’échanges  –  privilégiant   la   concertation  entre   acteurs,  l’autonomie,  la déconcentration des pouvoirs. En un mot a-t-on affaire à un nouveau système de citoyenneté productive ou à la reproduction d’un modèle de domination ?

 

 

Genre et production agropastorale

La question du genre est importante parce que le rôle que jouent les femmes est primordial pour le développement local. Elles n’ont pas le même calendrier que les hommes et la répartition des activités n’est pas la même. Aujourd’hui, les grandes villes vivent de l’approvisionnement des produits des femmes. Elles sont dans toutes les filières et ont fait de la simple agriculture vivrière, une agriculture vivrière commerciale. Elles jouent un rôle essentiel car c’est elles qui cultivent, produisent, vendent, créent des filières. C’est par les femmes que l’on a de la valeur ajoutée sur les produits agricoles bruts. C’est elles qui transforment les produits agricoles en produits cosmétiques, en boissons, etc.

 

L’agriculture familiale : entre mobilité et pluriactivité

En Afrique, le modèle qui émerge pose le problème de l’extension des activités agricoles : c’est-à-dire la pluriactivité et la mobilité. Le nombre d’exploitations africaines en pluriactivité, c’est-à-dire les activités qui permettent de compléter les revenus agricoles, est en augmentation. C’est un des axes forts de l’agriculture dans beaucoup de régions du monde où le modèle de mobilité et de pluriactivité des membres de la famille dans le modèle de l’agriculture familiale est devenu dominant. Les 95% de la production africaine proviennent de l’agriculture familiale, c’est la vraie production qui nourrit les villes.

 

Agriculture et innovations

Dans le contexte d’accroissement de la population, de modification des habitudes alimentaires, de changements climatiques, de préoccupations environnementales et d’augmentation de prix de certains produits, l’agriculture est un enjeu capital. Afin d’améliorer les conditions de vie, les agriculteurs se sont tournés vers des méthodes culturales modernes grâce notamment à l’avènement des technologies de l’information et de la communication (TIC) et de l’agriculture de précision. Peut alors se poser la question des effets et incidences de l’usage des nouvelles technologies sur l’activité professionnelle et conditions de vie et de travail.

 

« Cosmétopée », pharmacopée, et agriculture à haute valeur ajoutée

Comment envisager le développement d’un partenariat entre l’agriculture paysanne et familiale et les industries pharmaceutiques, cosmétiques, les nouvelles technologies, la biotechnologie. La valeur ajoutée peut-elle être bénéfique aux populations. Il s’agit en outre de montrer l’usage traditionnel des plantes en cosmétique, en pharmacopée, dans le secteur de la pharmacie pour la préservation et la valorisation du patrimoine naturel et culturel des populations.

 

Coordination générale

Raymond MAYER, (Professeur en Anthropologie, Université Saint-Exupéry), Roger NGUEMA-OBAME, (Maître-Assistant en Sociologie, Université Omar Bongo, Université de Rouen, Université Saint-Exupéry) Diadié DIAW, (Maître de conférences en Economie, Université Rennes 2), Amandine Loyal LARE-DONDARINI, (Economiste, CERDI, Université d’Auvergne), Privat LASME, (Biochimiste, Docteur en Technologie des aliments, Ingénieur Qualité Valorisation, ESA, Supagro, Chercheur chez Nestlé).

 

Comité scientifique

Michel LESOURD, (Géographe, UMR-IDEES, Université de Rouen Normandie), Raymond MAYER, (Anthropologue, PIRAL, Université Saint-Exupéry), Jean-Pierre DOZON (Anthropologue, IRD, EHESS-IMAF, MSH), Jean-Louis LE GOFF, (Sociologue, DySoLab, Université de Rouen Normandie), Jean-Luc ANSEL (Docteur en Chimie-Cosmétopée, Président-fondateur et Directeur général de la Cosmetic Valley, Président de France Clusters), Pascal GLEMAIN (Economiste-gestion, Directeur du LiRIS, Université de Rennes 2), Fidèle-Pierre NZE-NGUEMA, (Sociologie, Labsoc, Université Omar Bongo), Cédric TROADEC (Agro Campus Ouest, Agreenium), Patrick MOUGUIAMA-DAOUDA, (Linguiste, LCC, Université Omar Bongo), Roger NGUEMA-OBAME, (Sociologue, PIRAL-UFGSE, DySoLab, Université Omar Bongo, Université de Rouen), Diadié DIAW, (Economiste,  LiRIS, Université Rennes 2), Thierno BAH (MC en Sciences de Gestion, IAE Rouen), Privat LASME (Biochimiste en Technologie des aliments, Ingénieur Qualité Valorisation, ESA, Chercheur chez Nestlé), Liliane RIOUX (Psychologue de l’environnement, LAPPS, Université Paris Nanterre La Défense), Ulrike SCHUERKENS (Sociologue et Anthropologue sociale, LiRIS, Université Rennes 2), Amandine Loyal LARE-DONDARINI, (Economiste, CERDI-CNRS, Université d’Auvergne), Sophie ABOUGHE ANGONE (Biologiste cellulaire, IPHAMETRA, CENAREST), Maroufath LAMIDI (Phytochimiste, pharmacognosie et Pharmacologue, IPHAMETRA, CENAREST), Martial Pépin MAKANGA BALA, (Géographe, CERGEP, Université Omar Bongo), Félix ADJE (Chimiste Analytique, INP-HB), Juste BOUSSIENGUET (Biologiste, PIRAL), Christian Noël OBIANG N’NANG (Historien, CREAH, Université Omar Bongo), Paulin KIALLO (Anthropologue, IRSH, CENAREST), Fabrice NFOULE MBA (Historien, IRSH, CENAREST), Yonnelle Déa MOUKOUMBI (Agronome-sélection amélioration végétale, IRAF, CENAREST) ), Naelle Sandra NANDA (Psychologue de l’environnement, LAPPS, Université Paris Nanterre La Défense).

 

Comité d’organisation

Armand LEGAY, (Sociologue, DySoLab,), Adiela BOUSSOUGOU KASSA, (Sociologue, PIRAL, CAK-IAIRDS), Kanel ENGANDJA NGOULOU (Politologue, IRSH, PIRAL), Edmond Gervais PEINDI (Psychologue, PIRAL), Jean Delors  BIYOGHE Bi NTOUGOU (Politologue, IRSH et PNUD), Linda Joëlle BADJINA EGOMBENGANI (Anthropologue, IRSH), Francisco SUMBO (PIRAL, UFGSE), François FELIU (Ingénieur de laboratoire, DySoLa), Yong LI (Sociologue, DySoLa), Philippe NKOMA NTCHEMANDJI (Anthropologue, PIRAL), Kaé AMO (Anthropologue, EHESS-IMAF).

 

Comité technique

Pascal POMMAREL (Agronome, Directeur de l’IGAD), Jean-Luc ANSEL (Docteur en Chimie-Cosmétopée, Président-fondateur et Directeur général de la Cosmetic Valley, Président de France Clusters), Sébastien KOUMBA, (Agronome, IGAD), Marc NTCHORERE BOUKINDA (Biochimiste, DGCC, Directeur du Laboratoire Contrôle Qualité), Martine MBIE (CAK), Marc ETOUGHE  (Ingénieur en Génie Rural, IGAD), Julien GRAND (Ingénieur en Agriculture, CER France),  Clotilde ABESSOLE MEYE, (Agronome, IRAF), Clotaire MOUCKEGNI-SIKA (Ingénieur en économie forestière, Conservateur du Parc National d’Akanda), Victor MOUSSOUAMI-SIBI (Entrepreneur agricole, Expert en vivo plantes, Laboratoire CEEMAV), Jean Delors  BIYOGHE Bi NTOUGOU (Politologue, IRSH et PNUD), Fanie Rachel MINDZE (Farah Délices, CAK), Carmélia BANGUENI NZENGUET (DGCC, CAK-IAIRDS), Sandrine Esther MEYO Me NDONG (CAK-IAIRDS), Fabien BIDAUX (Ingénieur-projet en Management des Organisations Sociales et Solidaires), Edwige PARAISO (Ingénieur Qualité, DGCC, Laboratoire Contrôle Qualité), Lucile ASSENGONE (Ingénieur en Agrosciences et en Environnement, DGCC, Laboratoire Contrôle Qualité), Perkins MINTSA Mi NDONG (Expert en stratégie de communication, Myalo Cosmetic), Francisca NDENGUE MINTSA (Botaniste cosmétique-esthétique, Myalo Cosmetic), Lidwine ANDAGUI (IPHAMETRA, Lindestjer Oil Cosmetic), Yann FOSSEY (Consultant en Qualité Agroalimentaire), Ardiles MIKIELA (Ingénieur en Elevage, AGRIDeD).

 

Calendrier

Date limite d’envoi des propositions de communication : 01 septembre 2017 : PROPOSITION DE COMMUNICATION

Date de la décision du comité scientifique : 15 septembre 2017

Date limite d’inscription et d’envoi des communications retenues : 30 septembre 2017

 

FICHE À RETOURNER A l’ADRESSE SUIVANTE : irai.lbv@gmail.com

[1]MAUSS (Mouvement Anti-Utilitariste en Sciences Sociales).