Séance #1 : La pollution atmosphérique, instruments de mesure et mobilisations

Captation vidéo de la séance (grâce au soutien de l’UFR SHS).

Isabelle Roussel, Professeur émérite à l’Université de Lille1,

« La pollution atmosphérique, du risque local au dommage transcendantal »

Résumé : La pollution d’origine industrielle a fait l’objet d’une attention très ancienne des pouvoirs publics. La fumée issue des usines était considérée comme une nuisance locale et parfois même comme un signe de prospérité et d’emplois. La nuisance et la gêne occasionnées pouvaient porter atteinte à la santé des voisins et déprécier la valeur des biens immobiliers. La définition de la pollution atmosphérique dans la loi sur l’air de décembre 1996 définit les polluants en fonction des conséquences nocives qu’ils induisent ; les notions de nuisances et de gêne ont disparu car l’attention est attirée sur les nombreux polluants invisibles et difficiles à discerner qui présentent des effets délétères sur la santé humaine. Cette définition prend en compte les gaz qui, même avec une durée de vie courte peuvent avoir des conséquences sur l’évolution du climat. En effet, à l’heure actuelle, il convient d’intégrer les effets sensibles et invisibles des polluants de l’atmosphère dans l’imbrication de leurs effets et des échelles auxquelles ils interviennent.

Théo Moreau, UMR LISIS (Laboratoire Interdisciplinaire Sciences, Innovations, Sociétés)/Université Paris-Est, doctorant en troisième année de thèse de sociologie

« Gaz, particules et data: Transformation des pratiques et des enjeux chez les producteurs de données de qualité de l’air en France »

Résumé : Depuis la loi LAURE de 1996, ce sont les Associations Agréées de Surveillance de la Qualité de l’Air (Aasqa) qui, en France, ont l’obligation de surveiller et d’informer les autorités publiques et la population sur la qualité de l’air. Réparties régionalement sur le territoire, elles sont au cœur d’un dispositif national de surveillance et assurent une mission de service public qui repose notamment sur la production, l’agrégation et le traitement systématique de données sur l’air. Aujourd’hui, des start-ups, PME et grandes entreprises proposent de nouveaux dispositifs pour évaluer la qualité de l’air, et l’accès aux données des Aasqa est présenté comme le sésame du développement de nouveaux produits et services. Dans cette communication, nous tenterons de retracer les évolutions ayant conduit à ce qu’émerge, au sein d’Aasqa, de nouveaux espaces pour organiser et faciliter l’accès aux données et, pour qu’en collaboration avec des entreprises et des collectivités, ces nouveaux dispositifs (microcapteurs fixes, mobiles ou applications smartphone) soient expérimentés. Ces « laboratoires d’innovation » traduisent-ils d’une diversification des techniques et des acteurs impliqués dans la production et l’utilisation des données de qualité de l’air ? Si oui, que change-t-elle aux données sur l’air ?

Quelques références pour celles et ceux qui veulent approfondir ces questions :

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search