Les études du genre

Les études de genre constituent une spécialité sociologique développée

depuis de nombreuses années dans l’équipe de Rouen. Il s’agit d’un programme sur le long terme du fait de l’association au GIS-Genre de l’IRIHS, institut d’affiliation de DySoLab. Plus systématiques au sein de l’axe Inégalité, elles animent aussi l’axe Normes. Ainsi, par leur caractère transversal, les études de genre sont très présentes dans les recherches déjà menées et à venir. Elles sont notamment soutenues par la collection Genre à lire… et à penser des PURH

Page mise à jour en décembre 2020

 

Programme Inégalités, études de genre

 

Genre & Education : Sophie Devineau poursuit son analyse des inégalités liées au genre dans les champs de l’éducation, la formation et les professions éducatives. La dynamique d’émancipation des femmes est saisie à travers des processus complexes se développant sur le temps long au sein du patriarcat (Colette Guillaumin, Michelle Zancarini-Fournel, Joan Scott). Dans ce cadre théorique, les rapports sociaux de sexe compris dans leur imbrication avec les rapports sociaux de classe (Danièle Kergoat, Christine Delphy, Roland Pfefferkorn) sont les concepts majeurs mobilisés dans l’objectif d’éclairer un ensemble de questions telles que la mixité dans les professions éducatives, le « plafond de verre » dans les fonctions dirigeantes, l’éducation et la culture féministe comme facteurs protecteurs contre les dangers de certaines normes corporelles et alimentaires, ou encore les trajectoires d’engagement militant comme leviers d’émancipation féminine. Ces thématiques sont développées par plusieurs projets et directions de thèses :

  • Le projet MIXPRIM- mixité dans les métiers de la prime enfance – connaît plusieurs prolongements : dans des JE organisées par la MSH de Nantes en 2020 et par l’IRIHS en 2021 ; dans un contrat ministériel finançant un module de formation en 2020-2021 et un stage en médiation culturelle ; ensuite dans un projet de partenariat avec le MUNAE pour la conception d’une nouvelle exposition itinérante.

  • La thèse en cours de Nicolas Murcier inscrite dans le programme MIXPRIM interroge spécifiquement le fonctionnement des institutions de la petite enfance et les parcours des hommes exerçant en crèches.
  • La recherche sur le genre à l’école des enseignantes, trouve un prolongement dans la thèse en cours d’achèvement de Zoé Haller qui traite des freins à la prise de responsabilités chez les femmes par l’étude de l’engagement syndical des enseignantes au niveau départemental.

  • La recherche sur le genre dans la socialisation est l’occasion d’une collaboration au projet RIN ALIMFIT (Alimentation et Fitness) et au projet ANR ALIMNUM (Alimentation et Numérique) dont l’équipe DySoLab est pilotée par Patrice Cohen. Sera ainsi testé l’effet protecteur d’une éducation et d’une culture féministe contre les normes corporelles et alimentaires diffusées sur ces réseaux sociaux.

  • La recherche sur les féminismes en collaboration avec l’AMN-Maitron est une activité au long court qui repose sur la collecte de données d’archives et d’entretiens auprès de femmes enseignantes ayant contribué aux mouvements populaires.
  • La thèse de Marie Picard (co-dirigée avec Anne Bidois) assure la continuité de la collaboration avec le Maitron. Ainsi, la poursuite des recherches sur la visibilisation des femmes dans le mouvement populaire est assurée par une thèse sur les trajectoires personnelles et professionnelles de femmes résistantes pendant la seconde guerre mondiale en France.

  • La thèse de Siba Osman étudie également la visibilisation des femmes, cette fois à partir du féminisme et ses modes d’action dans le cadre de la révolution libanaise de 2019. Une attention particulière est portée aux ressources éducatives et culturelles acquises dans l’école et par le diplôme.

  • La recherche sur les féminismes est aussi à l’origine de la collaboration pour le volet éducation et genre du projet RIN et ANR EQELLES autour de figures littéraires féministes piloté par Anne Schneider du LASLAR-MRSH-Caen en partenariat avec l’IMEC pour le fonds d’archives Leïla Sebbar. L’émancipation conquise par les efforts d’éducation des filles sera au cœur du dictionnaire interactif mis à disposition sur une plateforme numérique de ressources.

  • La recherche sur les enseignantes est poursuivie par Jade Aramburu dans son projet de thèse portant sur la triple journée des enseignantes par temps de pandémie. Un projet élaboré dans le mémoire de master 2 en cours.

 

Marion Charpenel développe des études de genre dans le champ du travail et de la maternité à travers plusieurs recherche :

  • Recherche comparative « Égalité professionnelle entre les hommes et les femmes : Perspective comparée France Québec des leviers d’action privilégiées, des avancées et des résistances à l’œuvre », en partenariat avec l’Université de Montréal (Mélanie Laroche et Emilie Genin, Ecole de relations industrielles) : financement Samuel de Champlain 2019-2020, proposé par le Consulat Général de France à Québec (11 000 euros obtenus pour le volet français de la recherche).

  • Recherche GECAMIC « Genre et carrières professionnelles dans les administrations centrales et déconcentrées du Ministère de la culture », financée par le Ministère de la Culture (70 000 euros). Recherche coordonnée par Alban Jacquemart (MCF Université Paris-Dauphine, IRISSO), en partenariat avec Marion Demonteil (Post-doctorante, Université Paris-Dauphine, IRISSO), Reguina Hatzipetrou-Andronikou (Post-doctorante, Sorbonne Université, IREMUS) et Catherine Marry (Directrice de recherche émérite, CNRS, CMH).
  • Recherche WORKLIFE (sur la situation des salarié-es en horaires décalés en France) financée par l’ANR depuis septembre 2019, coordonnée par Anne Lambert (CR INED) en partenariat avec Francesca Sirna (CNRS,Centre Norbert Elias), Lucie Noury (Mines ParisTech,VrijeUniversiteit d’Amsterdam), Ariane Pailhé (Ined), Delphine Remillon (Ined), Sébastien Stenger (HEC), Zoé Rollin (Université Paris Descartes).
  • Recherche MONODIS sur Monoparentalité et discriminations, entamée en janvier 2019, financée par le Ministère des solidarités et de la santé, de la Direction Générale de la Cohésion Sociale (DGS) et du Secrétariat d’Etat chargé de l’égalité entre les hommes et les femmes et de la lutte contre les discriminations (84 000 euros). Cette recherche coordonnée par Jessica Pothet (Université de Lorraine, 2L2S), en partenariat avec Sandrine Garcia (Université de Bourgogne, IREDU) et Alexandra Piesen (Université Paris Descartes, Cerlis).

  • Marion Charpenel entend poursuivre se réflexion sur les normes de parentalité (travaillées dans le cadre du projet MONODIS ci-dessus) avec un projet personnel sur les politiques de promotion de l’allaitement maternel. Le programme de recherche qu’elle porte vise à interroger, dans une perspective de genre, le contenu de cette norme transnationale de maternité, et les processus par lesquels elle s’impose aux parents, en se demandant quelle place ont les mères et leurs savoirs dans ce travail normatif.

 

 

 

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search