Modernité et Métamorphoses des sociétés

Plusieurs programmes relèvent de questionnement sur la modernité et sur les métamorphoses des sociétés.

 

Changement social postindustriel et conséquences sur la socialité humaine

Michalis Lianos continue son travail sur le changement social postindustriel et ses conséquences sur la socialité humaine. Après avoir abordé les volets de contrôle social, du risque et de l’incertitude, et de la violence collective, il se tourne vers les mouvements sociaux et le rapport entre l’individuation et l’approche expérientielle du domaine politique, notamment en ayant suivi le mouvement des Gilets Jaunes sur toute sa durée en observation et par plus de mille entretiens. Une série de publications récentes sur ce sujet continuera avec deux autres articles et un ouvrage. En parallèle, il traite la question de la participation politique directe « bottom-up » et co-constructive à travers le projet ARTEMIS. Il est aussi rédacteur en chef de la revue « European Societies » de l’Association Européenne de Sociologie.
Direction: Ariane Mohseni (thèse), Filippo Ceccherini (thèse, co-direction EHESS), Félix Turmel (IGE ARTEMIS), Taran Patel (HDR)

 

Socio-histoire des productions et diffusions des savoirs au XIXe siècle

Anne Bidois poursuit sa réflexion sur la structuration de l’enseignement supérieur en France, au XIXe et XXe siècles avec un intérêt particulier pour la notion d’offre locale, dans la tradition scientifique ouverte par le programme PIR-Ville initié dans les années 1980, puis l’ANR Geoscience dans les années 2010. L’idée majeure qui préside à ses travaux est qu’il existe, dans les villes non pourvues de facultés, des modalités d’enseignement et de production des savoirs sur lesquels l’État prend ensuite appui pour fonder des institutions légitimes. Il peut s’agir de cours éparses ou d’établissements soutenus par les acteurs locaux comme des scientifiques eux-mêmes, des municipalités ou des sociétés savantes. Cette démarche vise à prendre au sérieux les acteurs locaux et les initiatives qu’ils mettent en œuvre, à mettre en lumière leurs travaux. Ce faisant, cette approche questionne également la manière dont la production des savoirs dans les institutions légitimes contribue à reléguer et à déprécier ces acteurs au titre d’érudits provinciaux tout en s’appuyant sur leurs connaissances locales.

Ses recherches se font en collaboration avec le Groupe d’histoire des sciences d’Orsay au sein du laboratoire d’Études sur les Sciences et les Techniques de l’université Paris-Saclay.

Elle prépare actuellement une HDR sur les congrès scientifiques en France, dans la première moitié du XIXe siècle et développe un projet de base de données collaboratives relevant des humanités numériques sur les annuaires des congrès scientifiques de France.

Elle co-encadre deux thèses, l’une de Marie Picard (Femmes politiques, scientifiques et savantes dans les années 1945-1960 : trajectoires personnelles et professionnelles de femmes résistantes pendant la Seconde Guerre mondiale en France) et l’autre d’Anne-Sophie Rozay (L’histoire du GANIL, Grands accélérateurs d’ions lourds : objet(s) scientifique(s), acteurs, pratiques 1972-2019 – co-direction GHDSO)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search