Modernité et Métamorphoses des sociétés

L’étude des transitions de socialité dans les démocraties capitalistes : Sujet hyper-régulier et concurrentiel – Cindynisation – Normativité

L’étude des transitions de socialité dans les démocraties capitalistes concerne les implications de la transformation du lien social à partir de la modernité. Fondé sur des travaux au sein de plusieurs projets internationaux, il se construit autour de la médiation institutionnelle et ses effets dans les domaines suivants :

  1. les conséquences sociopolitiques de l’organisation sociale des démocraties capitalistes, notamment le sujet hyper-régulier et concurrentiel  (construction modulaire du sujet postindustriel, adéquation personnelle et travail, création d’une citoyenneté ‘périphérique’, altérité) ;
  2. la cindynisation (risque, incertitude, insécurité, complexité, dangerosité, vulnérabilité) ;
  3. la normativité (contrôle social, conformité, déclin axiologique, déviance, surveillance, conflits).

L’ensemble de ce programme se déploie au sein d’un réseau scientifique en Grande-Bretagne, Italie, Grèce à travers diverses fonctions remplies par M. Lianos : Membre du comité d’attribution du prix international du meilleur ouvrage dans le domaine de « Surveillance and Society », Membre du conseil scientifique de l’Ecole Doctorale Humanities and Technologies: an Integrated Research Path, UniSOB, Naples.

L’activité éditoriale est ici de dimension internationale puisqu’elle repose sur la direction par M. Lianos, de la revue de l’Association Européenne de Sociologie, European Societies. Le rythme de parution est intense avec 5 numéros par an, le dernier est consultable (lien) : 2015-2016 : 10 numéros. Egalement membre du conseil scientifique de la Revue grecque de sociologie, ce chercheur assure une collaboration avec ce pays de la Méditerranée.

Problématique de l’espace public et du patrimoine : Marges urbaines – Femmes en Méditerranée – Publicisation du religieux

La problématique de l’espace public et du patrimoine a été mobilisée par N. Dris sur programme intitulé « Territoire et développement durable : Patrimoine, paysage et lien social dans la Communauté d’Agglomération Seine-Eure » (2009-2011). Elle se poursuit dans un programme ANR « Métamorphoses des sociétés – « Inégalité-Inégalités » (CITERES-CNRS, 2012-2015) portant sur les marges urbaines et l’espace public en Méditerranée ainsi que dans une collaboration en cours avec l’Institut d’Etudes Méditerranéenne de l’université de Lugano (Suisse) portant sur le rôle des femmes dans les nouvelles configurations en Méditerranée.
L’espace public est interrogé également au travers de la publicisation du religieux en territoire normand. Cette question s’intègre dans un programme régional GRR-CSN sur « L’inscription de la diversité religieuse dans le territoire haut-normand », université du Havre (programme en cours).
Le discours sur l’espace public peut prendre des formes diverses parmi lesquelles l’expression artistique (Street Art). Il s’agit de mener, en collaboration avec l’université de La Rochelle, la Ville de La Rochelle, l’Office du tourisme de La Rochelle et autres partenaires locaux, nationaux et internationaux, une « réflexion partagée sur le devenir du site de la pointe de Gabut à La Rochelle » en interrogeant cette forme d’expression publique au centre-ville de la Rochelle. Le développement urbain durable, l’environnement, la valorisation patrimoniale, la gouvernance des villes, renforcent l’inscription du laboratoire dans le GT3 du PAI2 « Numérique, société, Territoire » portant sur les territoires, le patrimoine, la mémoire, la culture.

L’activité éditoriale se poursuit avec la publication d’un numéro spécial de la revue Les Cahiers d’EMAM sur l’espace public et les espaces publics en Méditerranée. Ce numéro en préparation a bénéficié du soutien de l’IRISH et du CNRS. Un autre ouvrage collectif est en préparation sur les « New Configurations of the Mediterranean: the Role of Women », Laboratorio studi mediterranei, Università della Svizzera italiana, Lugano (Suisse). La chercheure de l’équipe, N. Dris est également membre d’une revue internationale « EUE – Environnement urbain/Urban Environment (Revue du réseau inter-universitaire d’études urbaines et spatiales, INRS, Montréal).

La modernité esthétique et culturelle : Critique de la modernité rationalisante – Légitimité esthétique – Arts dans la mondialisation

Sur le plan des arts, la modernité esthétique et culturelle (ou la post modernité initiée dans l’urbanisme et l’architecture dans les année 60 en Europe, comme critique de la modernité rationalisante), est abordée à travers le renouvellement des lieux de la légitimité esthétique avec l’étude de l’émergence sur la scène internationale d’œuvres et de sites esthétiques de marchés de l’art en Afrique.

Ainsi, la collection « Arts dans la mondialisation », PURH, dirigée par M-O. Blin, chercheuse de l’unité, édite deux ouvrages par an. Elle envisage l’étude transdisciplinaire des arts et des cultures à l’ère de la modernité internationalisée. Esthétiques, industries et politiques culturelles donnent à la modernité ses formes et ses mouvements vers une « post modernité «  qui annonce une société post capitaliste, ou du moins une sortie du régime capitaliste industriel. La collection arts dans la mondialisation tente d’éviter le régionalisme et considère, à l’instar d’Edouard Glissant, les théories du tout monde et les archipels culturels que la mondialisation esthétique met en oeuvre. Mondialisation donc, au sens de déclin des états nations et émergence de nouveaux états de l’art et du vivre ensemble.

Deux ouvrages sont en cours  :

  • D’Afrique en Asie, d’Asie en Afrique, Rencontres au cœur d’un monde globalisé, Sous la direction de Dominique Malaquais et Nicole Khouri
  • Arts, médias et engagement lors des soulèvements arabes. Constances et nouvelles transformations des modalités de l’action citoyenne. Sous la direction de Fathallah Daghmi